En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

01.

Le choléra, un autre défi

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 8 min 42 sec
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 2 heures 33 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 4 heures 45 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 6 heures 51 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 7 heures 31 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 9 heures 23 min
décryptage > France
Voeux dangereux

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Paradoxe : alors que Bruxelles est incapable d’empêcher un désastre économique, les médecins et chercheurs réussissent à coopérer comme jamais pour limiter un désastre humain

il y a 11 heures 1 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 49 min 43 sec
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 3 heures 10 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 7 heures 18 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 7 heures 40 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 8 heures 42 min
décryptage > International
Exemple taïwanais

Taïwan : les leçons médicales et politiques d’une stratégie réussie face au Coronavirus

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Politique
Impact de la crise sanitaire

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Santé
Abandon

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

il y a 11 heures 16 min
© Reuters
Le phénomène El Niño se caractérise par de fortes sécheresses
© Reuters
Le phénomène El Niño se caractérise par de fortes sécheresses
Le retour de la pluie

El Niño et son flot de calamités, le retour : les pays concernés sont-ils mieux préparés ?

Publié le 29 juin 2014
La probabilité que survienne un phénomène El Niño, un épisode météo se traduisant par des sécheresses et des inondations, a grimpé à 80 % pour la fin de l'année, a annoncé jeudi l'OMM (Organisation météorologique mondiale).
Professeur de finance à l'ESSCA EM, Jean-Louis Bertrand est co-fondateur de Météoprotect, société spécialisée dans la couverture du risque météo.Ancien trader et trésorier de grands groupes, il gère aujourd'hui l'analyse des besoins clients, la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur de finance à l'ESSCA EM, Jean-Louis Bertrand est co-fondateur de Météoprotect, société spécialisée dans la couverture du risque météo.Ancien trader et trésorier de grands groupes, il gère aujourd'hui l'analyse des besoins clients, la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La probabilité que survienne un phénomène El Niño, un épisode météo se traduisant par des sécheresses et des inondations, a grimpé à 80 % pour la fin de l'année, a annoncé jeudi l'OMM (Organisation météorologique mondiale).

Atlantico : L'Organisation Météorologique Mondiale a récemment annoncé que la probabilité d'un nouvel "El Niño" était plus qu'envisageable avant la fin de l'année. Que penser tout d'abord de la qualité de ces prédictions ?

Jean-Louis Bertrand : Le phénomène « El Niño » est bien connu puisque c’est un phénomène cyclique qui se produit une à deux fois par décennie. La température à la surface de l’océan pacifique équatorial varie autour d’une température moyenne. Quand elle devient anormalement élevée, on parle d’El Niño, quand elle est anormalement basse, on parle de La Niña. Le phénomène a des répercutions sur la météo mondiale car la variation de température modifie la circulation de l’air et de l’humidité autour du globe. En temps normal, les alizés soufflent du sud-est vers le nord-ouest et permettent le remplacement des eaux côtières chaudes par des eaux profondes plus froides et abondantes en plancton le long des côtes d’Amérique du Sud. Quand la température est anormalement élevée, les alizés faiblissent et ce remplacement d’eau chaude par des eaux plus froides ne se fait plus et les poissons désertent les eaux côtières. Les pêcheurs sont les premières victimes du phénomène. Ce sont eux qui l’ont baptisé ainsi car il est à son apogée autour de Noël. 

On sait aujourd’hui que l’oscillation des températures océaniques joue un rôle important dans la modification du climat de part et d’autre du pacifique. El Niño n’est qu’un élément parmi d’autres qui contribuent à la modification de la variabilité climatique, c’est-à-dire l’écart entre la météo observée et sa valeur normale. Le phénomène touche en particulier l’Australie, l’Inde, l’Asie du Sud Est mais aussi l’Amérique du Nord, du Sud et le Canada. Mais l’Europe est aussi concernée par l’augmentation de cette variabilité climatique et l’Organisation Météorologique Mondiale note l’augmentation significative du nombre, de la durée et de l’intensité des anomalies météorologiques un peu partout dans le monde. 

Comment se traduit concrètement le phénomène au niveau météorologique ? Quels sont les manifestations les plus "coûteuses" ?

Durant la période d’été, il y a en général moins de précipitations à l’est du pacifique, c’est-à-dire en Inde, en Indonésie et dans la partie nord de l’Australie. Ce phénomène accentue les risques de sécheresse et peut avoir des répercussions importantes sur les cultures. A l’inverse, il pleut davantage dans la partie sud des Etats-Unis et sur la côte ouest de l’Amérique du Sud. En hiver, les températures sont anormalement élevées en Amérique du Nord et au Canada, et l’activité orageuse est plus intense dans le Golf du Mexique. Elle s’accompagne aussi de pluies plus intenses. 

C’est difficile de dire quelles sont les manifestations les plus coûteuses d’El Niño. Il faut bien comprendre que la variabilité climatique saisonnière coûte chaque année beaucoup d’argent à l’économie mondiale. Les variations du climat affectent bien sur la production et le prix des denrées agricoles, mais elles modifient aussi considérablement le comportement des consommateurs. S’il fait anormalement chaud en hiver, on consomme moins d’énergie. S’il fait anormalement froid au printemps, on achète moins de vêtements légers et on consomme moins de boissons rafraichissantes, s’il pleut davantage en été, le tourisme de plein air souffre, etc. La variabilité climatique affecte environ un quart du PIB des pays industrialisés et concerne de près ou de loin deux entreprises sur trois. C’est la raison pour laquelle les nations unies et notamment le groupe de travail finance (UNEP FI) œuvrent depuis quelques années pour encourager les marchés financiers et les services météorologiques à travailler ensemble pour proposer des solutions de couvertures financières météo capables d’améliorer la résilience des entreprises face à l’augmentation de la variabilité climatique. La finance a un rôle important à jouer pour aider les entreprises et les gouvernements à s’adapter au changement climatique.

Quant à savoir quelles sont les conséquences les plus coûteuses, c’est une question très délicate dans le sens où El Niño ne fait que renforcer la variabilité climatique naturelle. Il faudrait être capable d’isoler la partie supplémentaire des pertes économiques et financières attribuables directement à El Nino, ce qui est difficilement envisageable. Par contre, on est parfaitement capable de chiffrer avec précision l’impact financier de la météo observée par rapport à sa valeur normale. C’est en suivant cet impact au fil des mois et des saisons, pays par pays, secteur par secteur, et entreprise par entreprise qu’on pourra dans quelque temps estimer les conséquences financières globales de la météo mondiale quand elle subit un phénomène El Niño.

Ce type d'épisode récurrent avait déjà provoqué 13 Milliards de dollars de dégâts dans les pays développés en 1982-83 et jusqu'à 46 Milliards en 1998. Comment expliquer qu'on y accorde finalement assez peu d'attention en comparaison des lourdes conséquences ?

Il faut être prudent et paradoxalement une année El Niño n’est pas nécessairement plus coûteuse qu’une autre. Les observations dont on dispose font penser que le phénomène qui s’annonce ressemble beaucoup à celui qu’on a connu en 1997-98. Aux Etats-Unis par exemple, les états du sud et la Californie ont effectivement connu une activité orageuse plus intense alors que les états du nord ont bénéficié de températures hivernales très clémentes avec beaucoup moins de neige que les autres années. Dans les états du sud, les tornades ont causé la mort de 189 personnes, ont endommagé des maisons et des usines, ont fait chuté le chiffre d’affaires de l’industrie du tourisme et ont détruit certaines récoltes.

A l’inverse, dans le Nord, El Niño a permis d’économiser 850 vies par rapport aux hivers rigoureux traditionnels. Les économies de chauffage ont été reportées sur les produits de consommation courante et sur l’immobilier. Les transporteurs aériens et routiers et le BTP ont eu une année exceptionnellement bonne. Qui plus est, peu d’ouragans atlantiques ont touché la terre. Au final, et contre toute attente, le bilan financier pour les Etats-Unis a été positif. Le coût attribué à El Niño était de 4 milliards de dollars et les bénéfices d’environ 19 milliards. Ceci peut expliquer qu’on y accorde finalement pas plus d’importance que cela. Encore une fois, c’est un phénomène assez fréquent. Il ne fait qu’exacerber une météo par ailleurs naturellement de plus en plus capricieuse. La variabilité climatique est coûteuse quand elle n’est pas gérée. C’est à cette variabilité qu’il faut désormais accorder beaucoup d’importance car la survie d’entreprises et d’emplois en dépend. Les dirigeants d’entreprises et de collectivités doivent désormais mieux cerner les risques météo auxquels ils sont exposés et utiliser les outils de gestion opérationnels et financiers qui existent. 

Dans l'optique ou le phénomène se voyait confirmé, peut-on dire que les gouvernements y sont mieux préparés que par le passé ?

Oui et non. Oui les gouvernements sont aujourd’hui mieux informés. L’intensité du phénomène El Niño avait été sous-estimée en 1997 par la communauté scientifique. Les modèles de prévisions ont été considérablement améliorés et on comprend aujourd’hui beaucoup mieux le fonctionnement et les conséquences climatiques d’El Niño tant au niveau mondial qu’au niveau local.

De façon générale d’ailleurs, les gouvernements et les services météo mondiaux ont beaucoup œuvrés pour prévenir les populations lorsque des événements météo potentiellement dangereux se produisent. Une étude publiée début juin par le Credoc montre que 92% des français  connaissent les cartes de vigilance de Météo France. Ils sont 82% à se sentir suffisamment informés en cas de danger météo dans leur région. Pour revenir à El Niño, l’un des événements qu’il faut redouter concerne les inondations et les destructions d’infrastructure causées par l’excès de précipitations en Amérique du Sud. En 82 et en 97, le Pérou a été l’un des pays les plus touchés avec des niveaux de pluie 40 fois supérieurs à la normale. Les observations collectées par les météorologues fournissent des informations essentielles pour le dimensionnement d’ouvrages et d’infrastructures capables de mieux résister aux assauts du climat.

En cas d’anomalie météo prolongée, l’économie est durablement touchée et les populations se retrouvent sans travail et sans ressource. Les assurances indicielles ont été créées dans le but d’indemniser l’assuré en cas de météo défavorable. Au Pérou par exemple, il existe une assurance basée sur les anomalies de température à la surface de l’océan. Lorsque l’indice de température dépasse un certain seuil d’observation entre novembre et décembre, l’assurance se déclenche automatiquement et l’indemnité permet de financer en amont les travaux d’adaptation nécessaires pour limiter au moins les conséquences financières du phénomène. Ces assurances indicielles ne sont encore que trop peu utilisées. Les agriculteurs peuvent de la même s’assurer plus systématiquement contre un manque de précipitation ou contre toute autre forme de péril météo susceptible d’affecter le rendement de leur culture. Les gouvernements des pays très agricoles et susceptibles de subir des périodes de sécheresse plus intenses à cause d’El Nino peuvent en faire autant pour être en mesure d’acheter ailleurs les denrées nécessaires à nourrir les populations locales.

Qu'en est-il dans le monde des entreprises et l'univers de la finance ? Ce type de risque amène t-il des dispositions particulières ?

La météo fait petit à petit son apparition dans l’univers de la finance. Les traders de matières premières agricoles suivent avec attention les observations météo pour anticiper les rendements et le prix futur des récoltes. Les traders d’électricité ou de pétrole ont également les yeux rivés sur les températures qui dictent les besoins de consommation et donc le prix de l’énergie. Les entreprises commencent elles-aussi à intégrer la maitrise de la variabilité climatique dans leur stratégie. Elles mettent en place des assurances indicielles météo pour maitriser la hausse des coûts de production ou compenser les méventes causées par une météo défavorable. La France est au premier rang européen dans ce domaine : Meteo Protect possède la plus grande équipe de spécialistes du risque météo pour aider les entreprises à gérer leur vulnérabilité à la météo et développer des solutions de couverture financière qui les indemnisent quand la météo est défavorable. L’adaptation au changement climatique des entreprises passe par là.

Il y a de nombreux exemples dirigeants d’entreprises qui pensent ne pas être concernés par la gestion du risque météo ou qui pensent que parce que leur entreprise a vécu ou survécu aux anomalies depuis des générations, les choses vont continuer ainsi. Regardez par exemple ce qui se passe actuellement dans le secteur de la jardinerie et de l’horticulture en France. Distributeurs et producteurs ne se sont pas assurés contre les risques de méventes en cas de printemps anormalement froid et humide. Les printemps 2012 et 2013 ont été particulièrement défavorables. Alors que le secteur de la jardinerie dégageait des marges à deux chiffres depuis des dizaines d’années, des enseignes de comme Jardiland, fragilisées par la crise, sont aujourd’hui contraintes de licencier et de nombreux producteurs sont au bord du dépôt de bilan. Deux ans d’anomalies météo auront suffi. Les banques et les investisseurs prennent de plus en plus conscience des effets de la météo sur la rentabilité des entreprises.

Des études de vulnérabilité climatique de sociétés cotées commencent à être diffusées et les investisseurs institutionnels exigent aujourd’hui de savoir quel est le risque météo auquel l’entreprise dans laquelle ils ont investi est exposée. Ils veulent aussi et surtout savoir ce que l’entreprise met en place, tant d’un point de vue opérationnel que financier, pour éviter qu’une météo défavorable n’affecte trop violemment les finances de l’entreprise. El Nino s’inscrit dans le contexte global d’une variabilité climatique qui augmente. Les progrès réalisés par les météorologues et les financiers dans le domaine de l’anticipation et de la gestion des risques météo ont permis de développer les solutions d’assurance que les nations unies appelaient de leur vœux. C’est aux gouvernements et aux chefs d’entreprises de les utiliser. S’ils n’ont bien sûr pas les moyens de changer la météo, ils ont par contre le devoir de tout faire pour en limiter les conséquences.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel

01.

Le choléra, un autre défi

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires