En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 23 min 53 sec
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 1 heure 32 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 3 heures 6 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 8 heures 18 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 9 heures 23 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 1 heure 39 sec
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 1 heure 48 min
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 5 heures 27 sec
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 6 heures 7 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 9 heures 50 min
Parlons-en

Don d'organes : les explications à la pénurie française

Publié le 22 juin 2014
Dimanche 22 juin se tient la Journée nationale du don d'organes. L'objectif : encourager les Français à informer leurs proches de leurs volontés en la matière.
Bruno Hurault de Ligny est néphrologue, professeur des Universités et responsable du service de transplantation rénale au CHU de Caen.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Hurault de Ligny
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Hurault de Ligny est néphrologue, professeur des Universités et responsable du service de transplantation rénale au CHU de Caen.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimanche 22 juin se tient la Journée nationale du don d'organes. L'objectif : encourager les Français à informer leurs proches de leurs volontés en la matière.

Atlantico : Aujourd'hui, dimanche 22 juin, est la Journée nationale de réflexion sur le don d'organes. En cas de décès, la famille refuserait dans près de un cas sur trois le prélèvement d'organes sur le défunt. Pourtant, huit Français sur dix se déclarent favorables au don d'organes. Comment expliquer une telle réticence des familles à consentir au don d’organes de proches ? Est-ce dû à un manque d'information ?

Bruno Hurault de Ligny : Il y a encore un véritable manque d’information, tandis que les motifs d’opposition au prélèvement d’organes des familles sont très nombreux. Il y aura toujours un doute quant à la réalité de la mort encéphalique. Et comme la loi oblige à recueillir le témoignage de la famille, il y a souvent une ignorance de cette dernière concernant la position du défunt sur le don de ses organes. Il arrive souvent que la famille refuse par conséquent de prendre une décision à sa place. De plus, la demande de prélèvement ne peut se faire que de 24 à 48h après le décès dans un souci de conservation des organes. Par conséquent, les conditions ne favorisent pas le dialogue.

Donc finalement on assiste à une véritable tragédie en trois actes : l’accident brutal et inattendu de la personne et l’annonce de cette nouvelle par les médecins ou les gendarmes aux familles ; les médecins vont ensuite porter le diagnostic de mort encéphalique ; et enfin, le médecin-coordinateur du prélèvement va vérifier si le défunt ne se trouve pas sur le Registre national automatisé d’opposition au don d’organes. En l’absence d’information, le médecin s’efforcera de recueillir le témoignage de ses proches. Si la famille ne sait pas, alors c’est à elle qu’appartient le dernier mot.

Ce qu’il faut retenir et qui est très important : il faut en discuter avec sa famille, son médecin généraliste, ses amis. Que vous soyez opposé ou non au prélèvement d’organes, il faut que vos proches le sachent, afin qu’en cas de mort encéphalique, ils puissent répondre aux médecins. Si vous êtes pour, il existe également une carte de donneur d’organes. Celle-ci n’a pas de valeur légale mais si on la trouve dans votre portefeuille, elle facilitera la communication entre les médecins et votre famille, elle sera une façon d’aborder la famille lors de cette situation douloureuse. Si vous y êtes opposé, alors transmettez également votre position à vos proches et inscrivez-vous au registre national de refus. Il est par ailleurs tout à fait possible d’y préciser quels organes on souhaite garder et ceux que l’on souhaite donner.

Faire ces démarches peut sauver la vie des autres, comme la vôtre.

Quelle est la situation actuelle du don d'organes en termes de chiffres ? Comment expliquer cette pénurie ?

En 2013, 16 000 personnes se trouvaient en attente de greffe. Seules 5 115 greffes ont pu être réalisées, tout confondu, c’est-à-dire les reins, le foie, le cœur, les poumons, le pancréas et les intestins. Il y a eu également 3 174 morts encéphaliques recensées et seules 1 589 personnes ont été prélevées. Quant au nombre de morts faute d’organe, il s’élève à 420 personnes.

Plusieurs raisons expliquent cette pénurie. Il y a en premier lieu le manque d’informations sur la volonté du défunt. Il s’agit là de la principale cause de refus. On estime que quatre défunts sur dix étaient opposés au don, tandis que six familles sur dix refusent le don suite à un manque d’informations à ce sujet.

Il y a en second lieu la rareté de la mort encéphalique – et quelque part tant mieux. La mort encéphalique correspond à la destruction irréversible du cerveau et à un traumatisme cérébral suite à un accident toujours brutal, tel qu’un accident de la voie publique ou un accident vasculaire cérébral avec inondation hémorragique et des lésions cérébrales irréversibles. Ce type de décès constitue 0,6 % des décès.

Enfin, le recensement des patients en mort encéphalique est insuffisant, c’est-à-dire que les hôpitaux ne recensent et ne signalent pas toujours ce type de décès aux équipes coordinatrices. De plus, le taux de refus s’élève encore à 35 %. Et je ne parle pas non plus des contre-indications médicales telles que des infections virales, des antécédents de cancer graves récents, etc.

Faut-il correspondre à certains critères afin de donner nos organes ? Peut-on donner tous ses organes ?

On prélève des organes sur des enfants comme sur des sujets âgés, chose qui se fait d’ailleurs de plus en plus. Concernant les reins et le foie, la limite d’âge est 80 ans environ. Pour ce qui est du cœur et des poumons, elle est de 65 ans. La condition sine qua non pour pouvoir donner ses organes est avant tout d’être en état de mort encéphalique.

Une des possibilités pour se battre contre la pénurie est également de développer le donneur vivant. Il y a encore beaucoup à faire sur ce plan-là, étant donné que la France, comparée à d’autres pays, est très en retard. On atteint les 12 % de donneurs vivants, tandis que des pays dépassent largement les 50 %, comme la Suède qui atteint 80 %. Cependant, donner un organe de son vivant implique quelques conditions. On ne peut donner qu’un rein et la moitié de son foie. Jusqu’à présent, le rein est le don le plus développé : en 2013, 401 greffes de reins ont été réalisées. Autre condition, ne peuvent se prêter à un prélèvement de rein ou de foie dans l’intérêt thérapeutique d’un receveur que le père, la mère, le conjoint, le frère, la sœur, le fils, la fille, les grands-parents, l’oncle, la tante, le cousin germain, la cousine germaine et toute autre personne justifiant d’une vie commune d’au moins deux ans avec le receveur.

La loi de bioéthique, modifiée pour la dernière fois le 7 juillet 2011, a fait de la question du don d’organes une priorité nationale. Que prévoit cette loi ?

La France a été le premier pays à légiférer sur la mort encéphalique. La loi de bioéthique de 1994 se base sur les principes de la loi Caillavet et repose sur le « consentement présumé ». Elle prévoit qu’en principe tout le monde est donneur d’organes après la mort. C’est-à-dire que ne pas être inscrit au registre national des refus ou ne pas en parler à ses proches présupposent que le défunt accepte de donner ses organes. En cas de doute, la famille a cependant le dernier mot.

La modification apportée le 7 juillet 2011 a permis d’élargir le cercle des donneurs vivants à toute personne apportant la preuve d’un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec le receveur. La définition du lien affectif est très difficile à établir et est du ressort du tribunal de grande instance. 

L’objectif de cette loi est d’augmenter le nombre de greffons. Les besoins ne cessent malheureusement de croître et toute l’activité qui est mise en place ne suffit pas à les couvrir. On ajoute à cela le problème du vieillissement de la population qui induit donc une augmentation des problèmes de santé et de la nécessité des greffes. Chaque année, le nombre de personnes inscrites sur les listes d’attente augmente considérablement.

Propos recueillis par Clémence de Ligny

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires