En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 23 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 35 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 24 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 14 heures 45 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 15 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 28 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 7 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
© Reuters
Désirs d'avenirs... pas financés

Ségolène Royal : la transition énergétique dont nous n’avons pas les moyens

Publié le 10 juin 2014
Prévu initialement pour le 11 juin, l'examen du projet de loi sur la transition énergétique au conseil des ministre sera décalé d'une semaine faute de consensus sur le financement de la mesure. Un fait qui s'explique par le coût du projet qui pourrait monter jusqu'à 20 milliards d'euros... par an !
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémy Prud'homme est professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard, ainsi qu'à l'Institut d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Prévu initialement pour le 11 juin, l'examen du projet de loi sur la transition énergétique au conseil des ministre sera décalé d'une semaine faute de consensus sur le financement de la mesure. Un fait qui s'explique par le coût du projet qui pourrait monter jusqu'à 20 milliards d'euros... par an !

Atlantico : Le gouvernement affiche comme objectif de passer à 40% d'énergies renouvelables d'ici 2030. Avons-nous les moyens de cette transition énergétique ? Où le gouvernement pourrait-il trouver cette somme actuellement ? 

Rémy Prudhomme : Tout d'abord, il y a ambiguité sur la notion d'électricité "verte". Est-ce que cela inclut l'hydraulique, qui fait déjà 10%, ou seulement l'éolien, le solaire et la biomasse ? Même si l'on inclut l'hydraulique, cela ferait 30%, ce qui est déjà considérable. Il n'est pas habituel de présenter le coût en termes d'investissement initial. L'électricité verte se développe sur la base d'obligations d'achat : la loi oblige EDF à acheter toute l'électricité verte produite, même si l'on n'en a pas besoin, et durant une vingtaine d'années,  à des prix  fixés à l'avance et qui sont très élevés, de 100 à 300 €/Mwh, bien plus élevés que le coût auquel est produite l'électricité nucléaire (au plus 50 €/Mwh) ou que le prix auquel l'électricité s'échange sur le marché (qui fluctue beaucoup, autour d'une moyenne proche de  50€ environ également). Il s'ensuit donc un surcout, qui est la différence entre le prix d'achat obligatoire (disons 150 en moyenne) et le prix de référence (disons 50), soit 100 €/Mwh. 

Avec 30% de la production actuelle, qui est d'environ 500 Twh, font 150 TWh, et un surcout de 150 Twh x 100 €/MW, ce qui fait 15 milliards d'euros par an. Avec 40%, on aurait 20 milliards d'euros par an. C'est l'ordre de grandeur de ce que coûte le système allemand. En prenant 150 €/MWh, je ne force pas la note. Si l'électricité verte est de l'éolien en mer, cela coûtera plus cher. La très sérieuse et officielle CRE (Commission de Régulation de l'Energie) a déclaré que le surcout lié aux éoliennes en mer du premier appel d'offre, qui produiront en principe 7 TWh, était de 1,1 milliard d'euros chaque année. Cela fait 24 milliards par an pour 150 TWH.

L'Etat sera-t-il dans l'obligation de recourir à l'impôt pour financer cette transitition énergétique ?

Ce surcoût sera payé soit par la hausse des prix de l'électricité, soit par l'impôt. Dans les deux cas, il diminuera le niveau de vie des Français de 15 ou 20 milliards chaque année, ce qui représente une baisse de niveau de vie de 1,5 à 2%. D'une façon générale, l'adoption d'une technologie plus efficace est une facteur de croissance. L'adoption d'une technologie moins efficace (ici trois fois plus coûteuse) est évidemment un facteur de décroissance.

Selon une source proche du dossier, le démantèlement des centrales nucléaires serait une prérogative laissée à EDF si les raisons sont économiques, ou à l'ASN si la sécurité du lieu est mise en cause. Quels sont les autres coûts que devra supporter l'état pour appliquer son projet de loi ?

Le calcul ci-dessus est en effet une évaluation basse. Il ne prend pas en compte

  • Premièrement que l'électricité solaire et éolienne est intermittente (le solaire fonctionne 12% , l'éolien environ 25%, des 8760 heures d'une année) et surtout imprévisible,
     
  • Deuxièmement que cette électricité est produite en un grand nombre de points au lieu de l'être en un petit nombre de points. 

    Rien ne peut garantir qu'elle sera présente au moment des grandes pointes des soirs d'hiver (on sait seulement que le solaire sera évidemment absent). Pour se prémunir du risque de panne, il faut donc construire des centrales au gaz faciles à démarrer. Mais ces centrales qui fonctionneront rarement ne seront pas rentables, et devront donc être subventionnées. D'où un coût supplémentaire.

Du côté des ménages, n'y a-t-il pas à terme un risque de voir le prix de l'électricité augmenter, comme cela a été le cas en Allemagne à la fermeture de leurs centrales nucléaires ?

Cela n'est pas un risque, mais une certitude. Sauf si le surcoût est financé par un impôt supplémentaire. Les hausses de prix ne frapperont pas seulement les ménages, mais également les entreprises. Actuellement, le prix qu'elles payent est pratiquement le plus bas d'Europe. C'est l'un des rares avantages compétitifs des entreprises françaises: la transition proposée, si elle se réalise, affectera la compétitivité des entreprises.

Comment serait-il possible, dans le contexte actuel, de procéder à une transition énergétique plus cohérente ?

Le système de production de l'électricité français est l'un des meilleurs du monde, grâce à un important parc nucléaire largement amorti, et subsidiairement des centrales hydrauliques. Il produit une électricité bon marché, propre (pas de CO2, ni de particules),  et disponible. C'est l'une des rares forces de l'économie française. Il y a quelque masochisme à casser ce qui marche sans raison sérieuse. Pour les vingt années à venir, il n'y a pas grand chose à faire. Améliorer la sécurité des centrales nucléaires, comme le demande l'ASN. Chercher du gaz de schiste. Au delà, lorsque les centrales nucléaires prendront leur retraite, il faudra décider quoi faire: en construire de nouvelles ? Lesquelles ? Peut-être même faire du solaire si l'on a enfin trouvé le moyen de stocker de l'électricité et si les coûts se sont enfin effondrés ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 11/06/2014 - 07:47
Énergie " vertes" l'avenir
En dehors des énergies vertes permanente ( hydroélectrique, marée, géothermique,par ex ) les autres énergies " vertes" demandent un 2 eme investissement pour compenser l'absence de vent par ex, c'est à dire la création d'une bonne centrale à énergie fossile, alors vertes ces nouvelles énergies? Chères pour l'utilisateur à n'en pas douter.
Fredja
- 10/06/2014 - 14:52
C'est sûr que Hollande n'avait pas tout détruit !
maintenant qu'il y a son ex, cela va être chose faite rapidement. Selon l'adage socialiste qui dit qu'il faut être très généreux avec l'argent des autres, elle va bien trouver le moyen de creuser la dette sous couvert d'idéologie verte... Pour le moment, le nucléaire reste le moyen le plus vert et le plus sûr (il y a eu beaucoup plus de morts dans les mines de Charbon que dans toute l'histoire du nucléaire) pour assurer une indépendance énergétique. Et puis, c'est vrai, cela donnait un "avantage compétitif" à nos entreprises. Mais comme c'est une insulte pour ce gouvernement de demeurés, ils vont plomber le dernier avantage qui restait... Le duo gagnant pour tuer un pays = Montebourg + Royal !
gerint
- 10/06/2014 - 12:33
Assez de bêtises
J'ai une formation scientifique mais pas en énergie. Néanmoins j'ai essayé de beaucoup lire sur le sujet car c'est difficile de se faire une opinion et maintenant je pense que même si la recherche sur la diversification des sources d'énergie en particulier "propres" est totalement indispensable, il faut non diminuer mais augmenter l'énergie nucléaire qui avec les technologies actuelles évolue vers la diminution du risque, avec une production massive, un coût très raisonnable, l'absence d'effet de serre est reconnu par tous lié à la source. Reste le souci des déchets sur lequel il faut travailler mais il existe bien des espaces de stockage dans les zones inhabitées.