En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 14 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 16 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 45 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 33 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 18 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 54 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 35 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 34 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 17 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Le changement, ça n'est pas maintenant

Marine Le Pen : l'heure de tuer le père est arrivée... mais pas forcément celle de la liquidation totale de sa ligne politique

Publié le 10 juin 2014
Les propos de Jean-Marie Le Pen sur la "fournée des artistes" ont provoqué d'importants débats au sein du FN. Un dérapage que sa fille Marine a condamné. Entre le besoin de "débrancher" son père et la nécessité de conserver sa ligne politique traditionnelle, la présidente du FN est confrontée à un dilemme.
Olivier Rouquan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public et Politique.  Il a publié en 2010 Culture Territoriale chez Gualino Editeur...
Voir la bio
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les propos de Jean-Marie Le Pen sur la "fournée des artistes" ont provoqué d'importants débats au sein du FN. Un dérapage que sa fille Marine a condamné. Entre le besoin de "débrancher" son père et la nécessité de conserver sa ligne politique traditionnelle, la présidente du FN est confrontée à un dilemme.

Atlantico : Marine Le Pen a regretté la "faute politique" de son père quant à son utilisation du terme "fournée", certains y ayant vu une connotation antisémite. Les obsessions de Jean-Marie Le Pen sur l'antisémitisme ou encore sur la guerre d'Algérie parlent-elles encore vraiment ? A qui ? 

Yves-Marie Cann : Jean-Marie Le Pen a un langage plus clivant, plus tranchant et plus net que la nouvelle génération du FN qui par le choix des mots ou des sujets apparaît comme plus lisse et plus polis qu’auparavant. Jean-Marie Le Pen incarne toujours auprès du noyau dur base électorale et militante un courant qui reste présent au sein du FN. Il s’adresse à un public particulier : la frange militante la plus âgée, d’origine pied noir, qui était une partie du fonds de commerce électoral du FN par le passé, mais aussi auprès d’éléments extrémistes.

Olivier Rouquan : Jean-Marie Le Pen a un ancrage dans le Sud Est de la France, où il y a une population pied noir. La guerre d’Algérie est un conflit qui trouve encore échos chez les plus de 70 ans. Il y a un noyau dur et vieillissant du parti qui peut être intéressé par ce discours, celui qui a été le moteur de l’ascension du FN dans les années 1980. Il faut rappeler que Jean-Marie Le Pen pratique cet exercice répété depuis des années et cela fait d’autant plus désordre que ça créer des soucis en interne.

 

Dans la mesure où le FN tente de séduire un nouvel électorat, Marine Le Pen a-t-elle raison de vouloir se "débarasser" de l'héritage de son père ?

Yves-Marie Cann : Lorsque Marine Le Pen est arrivée à la tête du FN, le parti avait mauvaise presse et était moribond. Cela s’expliquait aussi par les excès de Jean Marie Le Pen commis dans le passé. Tout ça, elle a réussi à le mettre sous le tapis, l’image du FN s’est lissée au cours des dernières années. On n’a pas retrouvé les excès de langage chez Marine Le Pen depuis 2011. 

Olivier Rouquan : Il y a un double jeu stratégique installé depuis des années. Il faut distinguer le jeu de rôle entre Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du parti et représentant le parti traditionnel, et sa fille incarnant la dynamique avenir qui normalise le FN. Est-ce que ces propos vont trop loin et déséquilibres ce double-jeu ? Les condamnations de Marine Le Pen et les autres sont-elles sincères ou prorogent ce double jeu ? Difficile à dire… Marine Le Pen a en outre du mal à former son groupe au Parlement européen mais la sortie de son père lui permettra peut-être de se servir d’alibi pour dire "ce n’est pas de ma faute s’il n’y a pas de groupe politique". 

 

Les dérapages du père ne risquent-t-ils pas de priver le parti de tout un électorat adhérant à la ligne du FN en raison de la montée de l'antisémitisme dans le monde arabo-musulman ? 

Yves-Marie Cann : La communauté juive est un électorat qui penche plutôt à droite mais les outils ne permettent pas d’en tirer un enseignement. La communauté juive pèse en effet trop eu pour en tirer des enseignements et analyser cet électorat. Ce type de dérapage peut envoyer des signaux négatifs à la communauté juive. Les personnes de confession juive pourraient être tentées de voter FN mais les contre-feux lancés par Marine Le Pen peuvent éteindre l’incendie et isoler Jean-Marie Le Pen.

Olivier Rouquan : L’électorat du FN est assez composite du fait de sa capacité à représenter tous les mécontentements des populations défavorisées. Le parti a un rôle de canalisation des frustrations et des mécontentements. Il dénonce des communautés étant prétendues ennemis de la France mais c’est à géométrie variable. Il essaye d’être une sorte de parti attrape-tout de toutes les protestations. Il va devoir pour longtemps encore se jouer de ses ambivalences et gérer des contraires.

 

Néanmoins, dans quelle mesure les ressorts de vote frontiste demeurent les questions d'immigration et l'insécurité ? Dans ce cas, Marine Le Pen aurait-elle raison de faire le ménage ?

Yves-Marie Cann : C’est une dimension qui est toujours importante mais il y a une lecture géographique à faire et des disparités assez fortes. En effet, c’est le rapport à l’identité qui prédomine dans le Sud de la France tandis que dans le Nord, c’est plus l’immigré qui selon l’électorat profite du modèle social ou qui est soupçonné de prendre des emplois. La figure de Jean-Marie Le Pen peut rassurer une partie de l’électorat frontiste. 

Olivier Rouquan : elle a elle-même déjà clairement indiquée que le FN restait un parti identitaire, avec une conception communautaire et fermée de la nation France, avec la préférence nationale et la référence aux français de souche. Il y a une continuité et un fond idéologique qui reste tout de même constant. La politique très ferme au niveau migratoire n’est pas remise en cause dans le programme du FN et c’est le marqueur identitaire de ce parti depuis très longtemps. Les fondamentaux ne peuvent pas être bousculés en peu de temps. 

 

A vouloir dédiaboliser le parti et compte-tenu de la nouvelle ligne politique incarnée par des personnalités comme Florian Philippot, Marine Le Pen ne risque-t-elle pas de perdre l'une des forces d'une formation qui s'est jusqu'alors voulu anti-système ?

Yves-Marie Cann : Je ne pense pas car Marine Le Pen a fait la preuve de l’efficacité de sa stratégie. Ces performances électorales valident sa stratégie et sa légitimité au sein du FN, aucune voix ne remet en cause sa ligne car il y a une dynamique autour d’elle. A contrario, Jean-Marie Le Pen apparait comme quelqu’un de marginalisé.

Olivier Rouquan : un clan ne va jamais à la désunion totale. Là il y a un conflit qui semble important même si on ne peut pas négliger la dimension tactique. Le FN a des résultats électoraux qui sont favorables, a plus d’élus, forme des cadres… cette dynamique va perdurer. Il y a un risque de conflit interne mais le parti est cimenté par ce clan et par l’idéologie de la discipline. Les militants du parti sont soudés par une idéologie autoritaire et discipliné et ils condamnent les facteurs de désordre. Jean-Marie Le Pen ne sera pas ostracisé, ce serait de la politique fiction de l’imaginer.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 10/06/2014 - 10:57
On commence à
nous saturer (et je reste poli) avec le FN. Pendant ce temps, on évite de parler de Hollande et de sa bande de branquignoles que ces propres journalistes ont mis en place. On veut des informations, sans analyses débiles proférées par des soit disant spécialistes à la con. Des éternels débats avec les mêmes têtes. Les dialogues des fims porno sont plus élévés que ceux de ces soit disant journalistes, intellectuels et autres débiles à la figure de "cuir du bas des reins". Qu'ils aillent travailler dans le bon sens du terme. Le proverbe chinois dit"le sage montre la lune et l'idiot regarde son doigt". Tous ces gens là louchent sur l'index de la réalité. Qu'on nous parle de nos soldat en Opex, du chômage, du pouvoir d'achat des français, des centaines de milliers de gens qui s'expatrient (je me prépare à en faire autant, mes impôts seront prélevés à la source, pour les médisants), de la dette et tout ce qui nous attend.
Si ces journalistes faisaient un centième de leur travail, ils dénonceraient tous ces abus fait par nos politiciens, leurs privilèges. Seulement, ils mangent dans la même gamelle, car ils sont payés pour se taire. Par contre, quel zèle pour chercher des poux au FN!
eautrouble
- 10/06/2014 - 09:12
il n'a plus sa tête
certaines médias sont vraiment des bouffées m****vu le reportage de Canal Plus sur Jean-Marie Le Pen qui n est pas ma tasse de thé. Il n'a plus sa tête à lui à 86 ans.il suffit d'être une personnalité publique qui ne plaît pas à tout le monde pour ridiculiser la personne par la maladie les moyens aussi pire que les camps de concentration.