En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 min 39 sec
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 53 min 11 sec
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 3 heures 26 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 4 heures 8 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 4 heures 39 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 7 heures 26 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 8 heures 42 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 9 heures 58 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 26 min 28 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 2 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 4 heures 19 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 6 heures 18 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 9 heures 17 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 9 heures 56 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 10 heures 21 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 10 heures 54 min
© Reuters
© Reuters
Du D-Day à Oradour-sur-Glane

Les "Allemands dont ça n’était pas la guerre" : comment la politesse mémorielle de François Hollande entretient la confusion historique

Publié le 10 juin 2014
Il y a quelques jours, lors des célébrations du Jour J, François Hollande a souhaité saluer "le courage des Allemands entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur" alors que Manuel Valls se rendra ce mardi 10 juin à Oradour-sur-Glane pour les commémorations du massacre.
Pierre Rigoulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Rigoulot est historien et directeur de l'Institut d'histoire sociale. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelques jours, lors des célébrations du Jour J, François Hollande a souhaité saluer "le courage des Allemands entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur" alors que Manuel Valls se rendra ce mardi 10 juin à Oradour-sur-Glane pour les commémorations du massacre.

Atlantico : Manuel Valls se rend ce mardi 10 juin à Oradour-sur-Glane pour honorer les commémorations d'un épisode pour le moins sensible de l'histoire franco-allemande. 70 ans après les faits, peut-on dire que le dossier ait cessé d'être polémique ?

Pierre Rigoulot : Le dossier d’Oradour est aujourd’hui encore un dossier, sinon polémique du moins sensible, d’abord du fait de la présence, parmi les troupes allemandes d’incorporés de force alsaciens. A la revendication des associations d’anciens "malgré-nous" comme ils se désignaient eux-mêmes, d’être seulement considérés comme des victimes s’est opposée l’opinion publique de la région du village martyre qui y voyait au moins des complices d’un crime abominable. Guerres de mémoire en somme et le Premier Ministre, né au cœur d’une région à fort sentiment identitaire sera sensible, je le crois au problème de l’Alsace.

Ils ne sont plus guère nombreux, hélas, ces hommes qui ont été enrôlés de force dans l’armée nazie. Mais la mémoire de cette épisode est très forte en Alsace et en Moselle, les trois départements annexés de fait par l’Allemagne hitlérienne. Des milliers d’hommes ne sont pas rentrés, tués sur le front mais aussi dans le camp de Tambov où étaient concentrés la plupart de ceux qui se rendaient aux Soviétiques en arguant de leur qualité de Français ! Naturellement, les choses ne sont pas si simples : les incorporés de force sont bien des victimes su nazisme, mais leur position est si je puis dire « moyenne » entre d’un côté la petite minorité favorable au nazisme et de l’autre ceux qui ont choisi de fuir pour ne pas grossir les rangs de la machine de guerre allemande - voire de résister. Juger de ces différents choix est cependant difficile. On n’a pas une conscience politique particulièrement développée à 18 ou 20 ans. Et puis, il y a des choses que l’on ne sait plus aujourd’hui. Par exemple qu’il suffisait d’être grand et fort en 1944 pour se retrouver dans la SS sans qu’on se soit porté volontaire…D’autres polémiques minoritaires ont existé, alimentées par les milieux négationnistes qui cherchent à déconsidérer la Résistance. Si celle-ci n’avait pas agi, disent-ils, les nazis n’auraient pas voulu donner un « exemple » à Oradour-sur-Glane. C’est indirectement l’éloge de la passivité devant le nazisme alors que l’action de la Résistance, on le sait, a retardé l’arrivée des renforts demandés par  les Allemands après le Débarquement…

Lors de son discours du 6 juin, François Hollande a déclaré " Je veux saluer le courage des Allemands, victimes eux aussi du nazisme, entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur, qui n'aurait pas dû être la leur". Une telle séparation entre le nazisme et la population allemande des années 1940 n'est-elle artificielle ?

Vous remarquerez que le Président a employé deux formules différentes. Cette guerre n’aurait pas dû être la leur ? Il est facile d’acquiescer. Au nom de la morale, des droits de l’homme et de la démocratie, comme des intérêts vitaux de l’Allemagne, cette guerre n’aurait pas dû être la leur. Les Allemands n’auraient pas du voter majoritairement pour Hitler en 1933, admirer leur Führer et accepter de mourir pour un régime totalitaire, liberticide, antisémite, pourvoyeur de guerres et de massacres

Mais la guerre nazie était-elle la guerre des Allemands ? Il y a eu de la part de François Hollande la volonté très politique en effet d’associer les Allemands  à l’ensemble, hélas très fourni, des victimes du nazisme. Il a effectué une opération analogue d’ailleurs, en  évoquant le rôle de l’Armée rouge. Oui, par millions on compte les victimes du nazisme dans ses rangs. Mais François Hollande a dû pour le moins simplifier les faits historiques  l’associer aussi simplement aux autres victimes : l’Armée rouge n’a pas apporté avec elle la liberté comme les Gis et les Britanniques sur les côtes de Normandie, mais un autre système totalitaire. Et les Soviétiques sont en grande partie responsables du déclenchement de la guerre à l’Ouest de l’Europe en s’alliant avec Hitler en août 1939.

De la même façon, le Président français a dû simplifier en parlant de l’Alemagne.  Victimes en effet de la dureté du traité de Versailles, puis de la propagande chauvine et antisémite et des violences nazies – sans parler de l’interdiction du multipartisme, de l’ouverture des camps de concentration dès 1933 – la population allemande a été aussi partie prenante. On ne redira jamais assez que c’est avec les voix de la majorité des Allemands que Hitler est devenu chancelier, on ne redira jamais assez la fierté des Allemands devant la puissance et les succès de son armée. En même temps le nazisme n’était pas une dictature ordinaire mais totalitaire. Comme chez Staline et plus tard Mao, il ne fallait pas seulement éviter ce qui était interdit : un incroyable quadrillage policier, institutionnel, associatif s’assurait des démonstrations d’enthousiasme des Allemands et de leurs enfants…François Hollande est donc dans l’habileté politique mais aussi dans la vérité historique.

Que sait-on concrètement aujourd'hui de la connaissance qu'avaient les civils allemands des exactions de la Wermacht ? 

Plusieurs écoles s’affrontent, les unes insistant sur la connaissance qu’avaient les Allemande dans leur ensemble de ce qui se passait, les autres insistant sur la propagande, l’aveuglement de générations formés par l’Etat totalitaire. Au fond, les gens savaient finalement beaucoup de choses mais leur regard était orienté, leur sensibilité souvent abolie à l’égard de certaines catégories d’êtres humains, leur peur et leur haine exacerbées envers d’autres.

Faut-il voir en conséquence dans les déclarations de M. Hollande un rapport toujours très politique à la seconde Guerre Mondiale et la domination du nazisme ? 

Non. Presque au contraire : j’y vois le poids de l’histoire qui s’est un peu figé à la période de la Grande Alliance anti nazie : le nazisme était le seul ennemi de la démocratie et de la liberté – les Soviétiques sont donc aujourd’hui encore absous du pacte germano-soviétique en 39 comme de la répression en Europe centrale et orientale, le nazisme étant souvent perçu comme l’effet de la folie meurtrière d’un homme plus que comme le produit d’une situation historique et de décisions politiques dans lesquelles les démocraties elles-mêmes ont leur part de responsabilités et aussi les peuples – les Allemands notamment. Mais l’historien multiplie les facteurs de compréhension. La mémoire simplifie et les politiques calculent leurs effets. Il est difficile d’échapper à l’existence de ces différents plans.

Comment comprendre cette "politesse mémorielle" du gouvernement vis à vis de l'Allemagne dans le cadre politique actuelle ? 

L’Union européenne et la démocratie valent bien une politesse mémorielle ! D’autant, je vous l’ai dit, qu’il n’est pas tout à fait faux de présenter les Allemands comme victimes, eux aussi du nazisme.

Les relations entre Paris et Berlin ne gagneraient-elles pas à "regarder ensemble vers l'avenir" (De Gaulle) plutôt que d'entretenir une vision somme toute diplomatique de notre histoire commune ?

C’est précisément cette vision diplomatique qui contribue à mieux associer Paris et Berlin pour renforcer une Europe attractive pour ceux qui manquent de bien-être et de liberté, comme l’ont montré les Ukrainiens à Kiev, mais jugée avec réserves par ceux qui en ont bénéficié ! Quitte à ce que les étudiants, les chercheurs, les historiens des deux pays travaillent ensemble, mettent en évidence la complexité des situations, la difficulté qu’il y a à adopter une vision manichéenne de l’histoire, même envers le nazisme ou le communisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 10/06/2014 - 22:08
L'HISTOIRE A REFAIRE?
"Je veux saluer le courage des Allemands, victimes eux aussi du nazisme, entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur, qui n'aurait pas dû être la leur". Fort bien, mais si cette guerre n'était pas la leur, comment a-t-elle pu continuer faute de combattants? Et d'ailleurs, les deux formulations ne contiennent-elles pas entre elles comme un germe de contradiction? Nul doute que cette complaisante absolution ne séduise que médiocrement les familles des victimes d'un ennemi qui n'aurait certes pas dû exister, mais qui tuait assez efficacement ceux d'en face

Et force est de déplorer qu'à un certain niveau, on puisse se permettre une sorte de négationnisme, qui aurait été immédiatement fustigé s'il n'était pas venu du sommet de l'Etat. Or le sommet de l'Etat n'est pas un lieu de non-droit, de non-histoire, de non- mémoire, ni un distributeur d'indulgences. C'est tout simplement un endroit où l'on doit plus qu'ailleurs s'attacher à tous les sens possibles de ce que l'on dit. Et là manifestement, le compte n'y est pas, même si l'on retrouve toujours et partout cette culture de l'excuse, qui est la marque d'une gauche incapable de marquer, de fixer et de garder le moindre repère
ELLENEUQ
- 10/06/2014 - 16:48
Pauvre Hollande !
Alors Valls peut aussi bien dire sans mentir que le massacre d'Oradour n'était pas non plus de la faute des allemands. Il est vrai que ce sont en fait des SS alsaciens qui ont massacré des français limousins. Comme ça, tout va s'arranger en bobocratie. On va encore pouvoir faire repentance !
cloette
- 10/06/2014 - 11:49
ils l'ont payé très cher
Les Allemands avaient adhéré à Hitler pour des raisons de ses promesses de redresser l'économie, ce qu'il avait fait , mais ils ne savaient rien des exactions....Simplement ils ont manqué de lucidité, pas tous bien sûr .
Ils l'ont payé cher par la suite, bombardés, étranglés financièrement ...