En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 7 heures 6 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 8 heures 40 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 10 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 10 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 13 heures 50 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 14 heures 29 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 14 heures 52 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 14 heures 54 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 7 heures 30 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 8 heures 17 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 9 heures 32 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 14 heures 52 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 14 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Du D-Day à Oradour-sur-Glane

Les "Allemands dont ça n’était pas la guerre" : comment la politesse mémorielle de François Hollande entretient la confusion historique

Publié le 10 juin 2014
Il y a quelques jours, lors des célébrations du Jour J, François Hollande a souhaité saluer "le courage des Allemands entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur" alors que Manuel Valls se rendra ce mardi 10 juin à Oradour-sur-Glane pour les commémorations du massacre.
Pierre Rigoulot est historien et directeur de la revue Histoire & liberté.Spécialiste de l'histoire du communisme, il a participé à la rédaction de l'ouvrage Le livre noir du communisme (Robert Laffont, 1997) sur la Corée du Nord. Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Rigoulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Rigoulot est historien et directeur de la revue Histoire & liberté.Spécialiste de l'histoire du communisme, il a participé à la rédaction de l'ouvrage Le livre noir du communisme (Robert Laffont, 1997) sur la Corée du Nord. Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelques jours, lors des célébrations du Jour J, François Hollande a souhaité saluer "le courage des Allemands entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur" alors que Manuel Valls se rendra ce mardi 10 juin à Oradour-sur-Glane pour les commémorations du massacre.

Atlantico : Manuel Valls se rend ce mardi 10 juin à Oradour-sur-Glane pour honorer les commémorations d'un épisode pour le moins sensible de l'histoire franco-allemande. 70 ans après les faits, peut-on dire que le dossier ait cessé d'être polémique ?

Pierre Rigoulot : Le dossier d’Oradour est aujourd’hui encore un dossier, sinon polémique du moins sensible, d’abord du fait de la présence, parmi les troupes allemandes d’incorporés de force alsaciens. A la revendication des associations d’anciens "malgré-nous" comme ils se désignaient eux-mêmes, d’être seulement considérés comme des victimes s’est opposée l’opinion publique de la région du village martyre qui y voyait au moins des complices d’un crime abominable. Guerres de mémoire en somme et le Premier Ministre, né au cœur d’une région à fort sentiment identitaire sera sensible, je le crois au problème de l’Alsace.

Ils ne sont plus guère nombreux, hélas, ces hommes qui ont été enrôlés de force dans l’armée nazie. Mais la mémoire de cette épisode est très forte en Alsace et en Moselle, les trois départements annexés de fait par l’Allemagne hitlérienne. Des milliers d’hommes ne sont pas rentrés, tués sur le front mais aussi dans le camp de Tambov où étaient concentrés la plupart de ceux qui se rendaient aux Soviétiques en arguant de leur qualité de Français ! Naturellement, les choses ne sont pas si simples : les incorporés de force sont bien des victimes su nazisme, mais leur position est si je puis dire « moyenne » entre d’un côté la petite minorité favorable au nazisme et de l’autre ceux qui ont choisi de fuir pour ne pas grossir les rangs de la machine de guerre allemande - voire de résister. Juger de ces différents choix est cependant difficile. On n’a pas une conscience politique particulièrement développée à 18 ou 20 ans. Et puis, il y a des choses que l’on ne sait plus aujourd’hui. Par exemple qu’il suffisait d’être grand et fort en 1944 pour se retrouver dans la SS sans qu’on se soit porté volontaire…D’autres polémiques minoritaires ont existé, alimentées par les milieux négationnistes qui cherchent à déconsidérer la Résistance. Si celle-ci n’avait pas agi, disent-ils, les nazis n’auraient pas voulu donner un « exemple » à Oradour-sur-Glane. C’est indirectement l’éloge de la passivité devant le nazisme alors que l’action de la Résistance, on le sait, a retardé l’arrivée des renforts demandés par  les Allemands après le Débarquement…

Lors de son discours du 6 juin, François Hollande a déclaré " Je veux saluer le courage des Allemands, victimes eux aussi du nazisme, entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur, qui n'aurait pas dû être la leur". Une telle séparation entre le nazisme et la population allemande des années 1940 n'est-elle artificielle ?

Vous remarquerez que le Président a employé deux formules différentes. Cette guerre n’aurait pas dû être la leur ? Il est facile d’acquiescer. Au nom de la morale, des droits de l’homme et de la démocratie, comme des intérêts vitaux de l’Allemagne, cette guerre n’aurait pas dû être la leur. Les Allemands n’auraient pas du voter majoritairement pour Hitler en 1933, admirer leur Führer et accepter de mourir pour un régime totalitaire, liberticide, antisémite, pourvoyeur de guerres et de massacres

Mais la guerre nazie était-elle la guerre des Allemands ? Il y a eu de la part de François Hollande la volonté très politique en effet d’associer les Allemands  à l’ensemble, hélas très fourni, des victimes du nazisme. Il a effectué une opération analogue d’ailleurs, en  évoquant le rôle de l’Armée rouge. Oui, par millions on compte les victimes du nazisme dans ses rangs. Mais François Hollande a dû pour le moins simplifier les faits historiques  l’associer aussi simplement aux autres victimes : l’Armée rouge n’a pas apporté avec elle la liberté comme les Gis et les Britanniques sur les côtes de Normandie, mais un autre système totalitaire. Et les Soviétiques sont en grande partie responsables du déclenchement de la guerre à l’Ouest de l’Europe en s’alliant avec Hitler en août 1939.

De la même façon, le Président français a dû simplifier en parlant de l’Alemagne.  Victimes en effet de la dureté du traité de Versailles, puis de la propagande chauvine et antisémite et des violences nazies – sans parler de l’interdiction du multipartisme, de l’ouverture des camps de concentration dès 1933 – la population allemande a été aussi partie prenante. On ne redira jamais assez que c’est avec les voix de la majorité des Allemands que Hitler est devenu chancelier, on ne redira jamais assez la fierté des Allemands devant la puissance et les succès de son armée. En même temps le nazisme n’était pas une dictature ordinaire mais totalitaire. Comme chez Staline et plus tard Mao, il ne fallait pas seulement éviter ce qui était interdit : un incroyable quadrillage policier, institutionnel, associatif s’assurait des démonstrations d’enthousiasme des Allemands et de leurs enfants…François Hollande est donc dans l’habileté politique mais aussi dans la vérité historique.

Que sait-on concrètement aujourd'hui de la connaissance qu'avaient les civils allemands des exactions de la Wermacht ? 

Plusieurs écoles s’affrontent, les unes insistant sur la connaissance qu’avaient les Allemande dans leur ensemble de ce qui se passait, les autres insistant sur la propagande, l’aveuglement de générations formés par l’Etat totalitaire. Au fond, les gens savaient finalement beaucoup de choses mais leur regard était orienté, leur sensibilité souvent abolie à l’égard de certaines catégories d’êtres humains, leur peur et leur haine exacerbées envers d’autres.

Faut-il voir en conséquence dans les déclarations de M. Hollande un rapport toujours très politique à la seconde Guerre Mondiale et la domination du nazisme ? 

Non. Presque au contraire : j’y vois le poids de l’histoire qui s’est un peu figé à la période de la Grande Alliance anti nazie : le nazisme était le seul ennemi de la démocratie et de la liberté – les Soviétiques sont donc aujourd’hui encore absous du pacte germano-soviétique en 39 comme de la répression en Europe centrale et orientale, le nazisme étant souvent perçu comme l’effet de la folie meurtrière d’un homme plus que comme le produit d’une situation historique et de décisions politiques dans lesquelles les démocraties elles-mêmes ont leur part de responsabilités et aussi les peuples – les Allemands notamment. Mais l’historien multiplie les facteurs de compréhension. La mémoire simplifie et les politiques calculent leurs effets. Il est difficile d’échapper à l’existence de ces différents plans.

Comment comprendre cette "politesse mémorielle" du gouvernement vis à vis de l'Allemagne dans le cadre politique actuelle ? 

L’Union européenne et la démocratie valent bien une politesse mémorielle ! D’autant, je vous l’ai dit, qu’il n’est pas tout à fait faux de présenter les Allemands comme victimes, eux aussi du nazisme.

Les relations entre Paris et Berlin ne gagneraient-elles pas à "regarder ensemble vers l'avenir" (De Gaulle) plutôt que d'entretenir une vision somme toute diplomatique de notre histoire commune ?

C’est précisément cette vision diplomatique qui contribue à mieux associer Paris et Berlin pour renforcer une Europe attractive pour ceux qui manquent de bien-être et de liberté, comme l’ont montré les Ukrainiens à Kiev, mais jugée avec réserves par ceux qui en ont bénéficié ! Quitte à ce que les étudiants, les chercheurs, les historiens des deux pays travaillent ensemble, mettent en évidence la complexité des situations, la difficulté qu’il y a à adopter une vision manichéenne de l’histoire, même envers le nazisme ou le communisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 10/06/2014 - 22:08
L'HISTOIRE A REFAIRE?
"Je veux saluer le courage des Allemands, victimes eux aussi du nazisme, entraînés dans une guerre qui n'était pas la leur, qui n'aurait pas dû être la leur". Fort bien, mais si cette guerre n'était pas la leur, comment a-t-elle pu continuer faute de combattants? Et d'ailleurs, les deux formulations ne contiennent-elles pas entre elles comme un germe de contradiction? Nul doute que cette complaisante absolution ne séduise que médiocrement les familles des victimes d'un ennemi qui n'aurait certes pas dû exister, mais qui tuait assez efficacement ceux d'en face

Et force est de déplorer qu'à un certain niveau, on puisse se permettre une sorte de négationnisme, qui aurait été immédiatement fustigé s'il n'était pas venu du sommet de l'Etat. Or le sommet de l'Etat n'est pas un lieu de non-droit, de non-histoire, de non- mémoire, ni un distributeur d'indulgences. C'est tout simplement un endroit où l'on doit plus qu'ailleurs s'attacher à tous les sens possibles de ce que l'on dit. Et là manifestement, le compte n'y est pas, même si l'on retrouve toujours et partout cette culture de l'excuse, qui est la marque d'une gauche incapable de marquer, de fixer et de garder le moindre repère
ELLENEUQ
- 10/06/2014 - 16:48
Pauvre Hollande !
Alors Valls peut aussi bien dire sans mentir que le massacre d'Oradour n'était pas non plus de la faute des allemands. Il est vrai que ce sont en fait des SS alsaciens qui ont massacré des français limousins. Comme ça, tout va s'arranger en bobocratie. On va encore pouvoir faire repentance !
cloette
- 10/06/2014 - 11:49
ils l'ont payé très cher
Les Allemands avaient adhéré à Hitler pour des raisons de ses promesses de redresser l'économie, ce qu'il avait fait , mais ils ne savaient rien des exactions....Simplement ils ont manqué de lucidité, pas tous bien sûr .
Ils l'ont payé cher par la suite, bombardés, étranglés financièrement ...