En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 7 min 4 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 5 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 5 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 23 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 5 heures 10 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 21 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 23 heures 40 min
© Freepik
© Freepik
Sans regret

Comment la télévision en est venue à ne pas manquer à ceux qui ont arrêté de la regarder

Publié le 03 juin 2014
Centre de toutes les attentions il y a à peine 20 ans, la télévision perd ses adeptes. Les plus réticents s'en détournent définitivement sans remords pour aller vers les autres médias qui, eux, leurs fournissent la culture ou le divertissement qu'ils recherchent.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Centre de toutes les attentions il y a à peine 20 ans, la télévision perd ses adeptes. Les plus réticents s'en détournent définitivement sans remords pour aller vers les autres médias qui, eux, leurs fournissent la culture ou le divertissement qu'ils recherchent.

Atlantico : La télévision ne manque pas à ceux qui s'en détournent. Quels facteurs permettent de l'expliquer ? Qu'y gagnent-ils concrètement ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Tout dépend du profil de ceux qui se détournent de la télévision. S’ils appartiennent à la catégorie de ceux qui effectuent une sorte d’acte militant, ce ne sont pas des facteurs intrinsèquement liés aux programmes qui expliquent l’absence de manque. C’est le sentiment de se libérer de quelque chose que l’on considère comme nuisant à la réflexion, à la culture, aux relations sociales et humaines. Pour les autres, l’évolution de l’accessibilité sur d’autres médias, Internet notamment joue un rôle important. Puisque pour ceux-là il s’agit de regarder la télévision autrement, à des moments choisis, sur d’autres supports, et des programmes qu’ils choisissent. Alors qu’avant la disponibilité des téléspectateurs en fonction des créneaux horaires allaient déterminer le programme regardé. Les téléspectateurs ne choisissaient pas les programmes qui leur plaisaient le plus, ils choisissaient ceux qui leur déplaisaient le moins. Avec la VOD, la catch up TV, on peut regarder le programme que l’on souhaite au moment que l’on souhaite. De plus, alors qu’avant un programme était regardé par tout un foyer, aujourd’hui, avec le transmédia, chacun peut regarder le programme qu’il souhaite, sans subir le choix des autres.

Ce sont donc le gain de liberté et la possibilité de choix qui font que regarder la télévision de façon classique avec un téléviseur et une grille de programmes ne manquent pas. 

Il y a 20 ans la télé s'imposait comme le média qui nous permettait de s'informer sur tout. Aujourd'hui, on trouve ailleurs ce que seule la télévision nous donnait avant. Alors que l'abandon de la télévision s'inscrivait auparavant dans un choix idéologique, peut-on dire qu'aujourd'hui cet abandon s'impose de lui-même et répond à une évolution globale de l'environnement ?

Non. Pour plusieurs raisons. La première : le choix idéologique existe toujours, à ceci près qu’il s’étend aux différents médias sur lesquels on peut regarder la télévision.

La seconde : pour certains, la télévision ne se regardent que devant un téléviseur, pas sur un autre support. Pour eux, regarder la télévision de cette façon est une habitude ancrée et ils n’ont pas envie de la changer. Ou plus exactement, ils trouvent très étrange de regarder la télévision sur un ordinateur, même si c’est pour voir en replay un programme qu’ils n’ont pas pu voir.

La troisième : la télévision n’est pas qu’un média d’informations. Elle est aussi un média de divertissement. Et tous les téléspectateurs ne sont pas technophiles ou n’ont pas la possibilité de regarder sur un autre support. Si vous prenez les personnes qui sont hospitalisées et fatiguées, pour se distraire, elles vont avoir plus tendance à regarder la télévision, si possible de divertissement, parce que c’est une façon simple de se changer les idées, de ne pas penser à la maladie. Et quand elles rencontrent d’autres malades ou quand des proches viennent les voir, plutôt que de parler de leur maladie, elles vont avoir tendance à parler de ce qu’elles ont vu à la télévision, parce que ça évite de penser et de faire penser à ce qu’elles vivent de difficile pour communiquer avec les autres sur un sujet léger. Autrement dit, la fonction de la télévision est aussi de permettre de communiquer sans trop s’impliquer, un peu comme la conversation météo, mais en moins stéréotypé. La télévision reste un moyen de socialisation, dans les moments où le lien à tendance à se défaire ou à être difficile à gérer.

Et, dans les cas dont je parle et que l’on oublie souvent, le fait de suivre régulièrement un programme de télévision qui plaît aide réellement les personnes : ça leur permet de trouver un repère dans le temps, et aussi de s’identifier à certains personnages qui peuvent aider. A titre d’exemple, une jeune femme m’a expliqué qu’elle avait été gravement malade et longuement hospitalisée entre l’âge de 17 et de 19 ans. Elle m’a expliqué que c’est une série et un personnage en particulier qui lui ont donné le courage de réussir à remarcher normalement. Si le téléviseur n’avait pas été dans sa chambre et si le programme en question ne s’était pas imposé à elle, elle ne serait jamais allée le chercher, car elle n’en avait ni la force, ni l’envie. 

Existe-t-il un profil type de ces personnes qui se détournent de la télévision ?

D’une manière générale, ce sont des personnes relativement jeunes (étudiants, célibataires vivant en collocation, jeunes couples, ou couples avec enfants assez jeunes), provenant d’un milieu plutôt urbain à tendance bobos, essentiellement issus de milieux  plutôt aisés et ayant où l’on a facilement accès à la culture et aux sorties, et insérées dans un tissu relationnel actif.

Il ne faut pas généraliser trop rapidement non plus. Il existe aussi des personnes aujourd’hui âgées qui ne sont pas d’un milieu très aisé mais qui ont toujours fait le choix de ne pas avoir la télévision. C’était un choix idéologique qui a tendance à se transmettre dans les familles.

Que perd-on à la disparition de la télévision ?

Je dirais que si la télévision disparaissait, on perdrait une base commune qui permet de nouer des liens entre des personnes qui ne se connaissent pas et qui cherchent un élément pour communiquer. Par exemple, dans les cours d’école, de collège, de lycée, à la machine à café dans les entreprises, on parle de télévision, parce que ça permet d’amorcer une conversation ou de se retrouver sur un sujet qui ne ramène pas au travail (sauf pour les spécialistes des médias…) et qui n’oblige pas trop à parler de soi. Si chacun regarde un programme différent, on pourra échanger bien sûr en parlant aux autres de ce que l’on regarde et en les invitant à découvrir, mais il n’y aura pas de base commune immédiate et familière. Parler de programmes télé, c’est comme parler de personnes que tous connaissent. Ça permet de créer une familiarité propice à la création de lien.

Dans le même ordre d'idée, on perd aussi le fait de regarder ensemble, en famille, un même programme. Plus tard, cela crée des souvenirs qui lie. Un père et sa fille se souviendront que quand elle était petite, ils regardaient ensemble tel programme le week-end, pour se reposer après avoir pratiqué tel sport ensemble. A trop individualiser les programmes, on perd des petits moments de vie ensemble. Dans l'instant, ils semblent anodins, c'est avec le temps qu'ils prennent de la valeur, notamment quand les êtres avec qui on regardait ont disparu.  Dès lors, regarder la rediffusion de tel programme, c'est un peu retrouver la personne, partager encore quelque chose avec elle.

La télévision va au-delà des programmes qu'elle propose. Elle crée des liens entre les personnes, et c'est surtout en cela qu'elle est précieuse. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Enjoy
- 03/06/2014 - 13:55
Enjoy
J'ai repris ma liberté depuis l'année 2000, date à laquelle je me suis acheté un ordo et connecté en 56 k sur le web ..
Je la dis haut et fort , ma vie a changé ce jour là et je me suis élevé .
La télé est plutôt abrutissante , le web peut l'être mais il est surtout source d'enrichissement personnel et humain ...
Je ne regarde plus ou très peu ( 1 h par semaine disons) la télé depuis 2000 .
Aucune idéologie , juste la liberté qui m'a été offerte par le marché de me divertir autrement .
borissm
- 03/06/2014 - 13:07
Je suis téléphobe et j'en suis très heureux
Je déteste la télé, machine à décerveler et à rendre (encore plus) idiot. Non, la télévision de crée pas de liens entre les personnes, elle les nivelle -- par le bas. Je ne regarde jamais la télévision, ça ne me manque pas, au contraire, je passe mon temps libre à lire et écouter, de la musique, ou simplement les autres, dès lors qu'ils ne sont pas ahuris devant leur télé...
vangog
- 03/06/2014 - 10:21
La TV était drôle et créatrice lorsqu'elle
était diverse.
Aujourd'hui, elle est devenue le relai idéologique de minorités activistes, écologistes ou gauchistes, qui utilisent son pouvoir de diffusion pour enfumer les plus naïfs, les plus crédules...
À contre-cœur, la TV renforce, chez les plus lucides, l'esprit critique qu'elle prétend uniformiser...encore un des effets pervers du gauchisme!