En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 28 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 15 heures 53 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 17 heures 41 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 19 heures 40 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 21 heures 45 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 15 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 21 heures 39 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 11 heures
© REUTERS/John Kolesidis
© REUTERS/John Kolesidis
Bobo-actives

Lutte anti-tabac : pourquoi les mesures anti-tabac passent à côté des catégories populaires

Publié le 31 mai 2014
L'Organisation mondiale de la santé organise ce samedi la journée anti-tabac. L'organisation estime que d'ici 2020, le tabac sera la principale cause de décès et d'incapacité au monde, avec plus de dix millions de victimes par an. En France, les catégories populaires ont tendance à être plus oubliées dans les mesures anti-tabac.
Bertrand Dautzenberg est professeur de pneumologie à l'université Paris VI. Il exerce à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris au CHU Pitié-Salpêtrière. Il est également président de l'Office français du tabagisme et auteur de plusieurs ouvrages dont ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Dautzenberg
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Dautzenberg est professeur de pneumologie à l'université Paris VI. Il exerce à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris au CHU Pitié-Salpêtrière. Il est également président de l'Office français du tabagisme et auteur de plusieurs ouvrages dont ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Organisation mondiale de la santé organise ce samedi la journée anti-tabac. L'organisation estime que d'ici 2020, le tabac sera la principale cause de décès et d'incapacité au monde, avec plus de dix millions de victimes par an. En France, les catégories populaires ont tendance à être plus oubliées dans les mesures anti-tabac.

Atlantico : En quoi les personnes les plus modestes pâtissent plus que les autres catégories sociales des mesures anti-tabac ?

Bertrand Dautzenberg : Elles bénéficient des mesures anti-tabac mais c'est vrai que les riches en profitent encore plus. L'aggravation de la différence entre les riches et les pauvres a lieu quand on prend des mauvaises mesures sur le tabac. Les bonnes mesures anti-tabac sont celles qui font baisser la consommation de cigarettes de 10 % par an. Une forte et subite hausse des prix provoque une baisse importante de la consommation de tabac si bien que l'argent global dépensé par les fumeurs baisse. En revanche, quand il y a des petites hausses de 20 à 30 centimes, les gens consomment tout autant et dépensent plus d'argent pour acheter des cigarettes. L'augmentation des prix fragilise les personnes qui ont moins de revenus. Autre point, ceux qui ont des revenus importants ont 50 % de plus de chance de s'arrêter de fumer que ceux qui n'en ont pas car ils ont accès aux substituts à la nicotine plus facilement.

Pourquoi sont-elles moins réceptifs à ce message ? Que devraient faire les pouvoirs publics pour que les mesures anti-tabac soient mieux reçues par cette catégorie sociale ?

Cela dépend des périodes. Si on se plaçait 50 ans en arrière les riches fumaient, les pauvres moins. Les premiers qui ont commencé s'arrêtent en premier. Le même schéma se reproduit dans le monde entier. Actuellement, l'une des explications c'est que la France est dans une phase d'épidémie de tabagisme où les hommes d'un haut niveau social se sont globalement arrêtés, bien moins que les plus pauvres. Il y a une grande inégalité chez les hommes qu'on retrouve moins chez les femmes. Il y a une fatalité, on se comporte comme un vol d'oiseau, on commence ensemble en même temps et on s'arrête en même temps. On fume beaucoup comme son groupe.

Il faudrait faire des efforts spécifiques. Si on annonçait la prise en charge gratuite de l'arrêt du tabac avec les substituts à la nicotine, on corrigerait les inégalités. Aujourd'hui, les personnes les plus pauvres qui veulent s'arrêter de fumer sont pénalisées. Il y a un forfait mais il faut d'abord sortir les 50 euros chez le pharmacien avant d'être remboursé un mois après. Il faudrait un signal fort, à savoir que les personnes les plus modestes bénéficient d'un forfait de remboursement avec des bons gratuits, ça ne coûterait pas grand chose. On évoque régulièrement la mise en place d'un forfait de 150 euros pour les bénéficiaires de la CMU notamment dans le troisième Plan cancer mais ce n'a pas toujours pas été mis en place.
Il faut savoir que 15 % des ménages les plus pauvres dépensent 20 % de leurs revenus dans les cigarettes. Si le tabac est acheté hors budget, c'est différent pour les substituts car les gens comparent avec leur budget et estiment que c'est trop cher.

Le tabagisme a fortement augmenté chez les chômeurs et les employés entre 2005 et 2010 selon le baromètre santé de 2012 malgré les hausses successives du prix des paquets. Comment l'expliquer ? Peut-on imaginer un retournement de situation à l'avenir ?

Après 2005, le prix des paquets augmente de 20 centimes mais ces augmentations sont dû aux cigarettiers. Le tabagisme avait diminué lors du premier Plan cancer notamment chez les femmes. Jacques Chirac avait alors déclaré la guerre au tabac et pris des mesures. Quand on regarde les courbes du tabac on voit qu'il y a un lien direct entre les décisions et l'engagement du président et le tabagisme, par exemple sous Jacques Chirac.

Ma conviction c'est que la consommation de tabac va redescendre. Depuis un an et demi la consommation a baissé de 7.6 % avec notamment un effondrement du tabac roulé. La baisse idéale se situe autour de 10 % par an comme en ce moment et il ne faut donc pas toucher aux prix. Le premier Plan cancer sous Jacques Chirac avait fait diminuer trop vite la consommation de tabac et avait provoqué des effets secondaires.

Quelle campagne anti-tabac permettrait d'avoir un impact auprès des catégories populaires ?

Le problème, c'est qu'on ne dispose pas de données annuelles alors qu'il en faudrait. Pour l'instant on mesure les choses tous les cinq ans avec le baromètre santé, et les morts du tabac tous les 10 ou 15 ans. Ce baromètre devrait donner de façon très régulière une idée de la consommation des Français car quand on interprète les choses ciqn ans avant ou après, c'est faux. Il faut donc agir en fonction des résultats dès le mois qui suit.

La première chose à faire, c'est la mise à disposition gratuite des substituts au tabac. Il ne faut en tout cas pas faire une campagne pour une catégorie précise, mais pour tout le monde. Les campagnes qui marchent le mieux ce sont celles qui touchent tout le monde, même si après on peut les corriger un peu en fonction des catégories sociales. Je serais pour ma part favorable au blocage des prix en dehors d'une décision du ministère de la Santé. Il ne faut pas que la hausse des prix soit décidée par les cigarettiers mais par le ministère.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires