En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Non droit

Délinquance : Marseille à la dérive

Publié le 09 août 2011
Et si l'abandon fracassant d'un parking par Vinci, perturbé par une bande de voyous, ne faisait qu'illustrer ce que vivent les Marseillais au quotidien. C'est en tout cas l'avis du secrétaire national du PS chargé de la sécurité.
Jean-Jacques Urvoas est député du Finistère et secrétaire national à la Sécurité du Parti socialiste. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Urvoas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Urvoas est député du Finistère et secrétaire national à la Sécurité du Parti socialiste. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si l'abandon fracassant d'un parking par Vinci, perturbé par une bande de voyous, ne faisait qu'illustrer ce que vivent les Marseillais au quotidien. C'est en tout cas l'avis du secrétaire national du PS chargé de la sécurité.

Atlantico : Comment expliquer l’abandon surréaliste par Vinci d’un parking marseillais tenu par une bande de caïds ?

Jean-Jacques Urvoas : C'est une confirmation de la situation d'abandon dans laquelle se trouve une ville. J'ai écrit à ce sujet pour la fondation Jean Jaurès un texte intitulé Les sparadraps marseillais de Claude Guéant, dans lequel je montre que cette ville est en sous-effectifs policiers depuis des années, pour ne pas dire une décennie. La succession des ministres n'y fait rien. On utilise toujours les mêmes expédients, qui ne sont malheureusement pas des réponses. C'est la ville la plus violente de France. En moins de deux ans, il y a eu plus de quarante morts par balle. Les cambriolages augmentent, comme les agressions, et les effectifs policiers sont en baisse constante et impressionnante depuis plusieurs années.

L’exemple du parking est une illustration qui choque, mais qui est plus courante qu'on ne le croit. Là, il s'agit d'une propriété publique dont la concession a été déléguée à Vinci, mais vous avez de nombreux endroits dans Marseille, notamment dans les quartiers du Clos de la Rose ou de la Castellane, où ce sont des espaces publics - des rues, des halls d'immeubles - où il y a une appropriation similaire de l'espace public par quelques voyous. Cela frappe car on voit une entreprise s'en aller en disant : "Je m'en vais car je ne peux pas exercer ma fonction". Mais malheureusement, c'est un quotidien que les Marseillais connaissent depuis très longtemps.

Ce fait divers permet d'attirer l'attention. Peut-être que cela fera évoluer les choses positivement. Les maires des quartiers Nord de Marseille sont tous unanimes. Il n'y a guère que le maire de Marseille qui ne prend pas d'initiative. Les parlementaires de Marseille, de l'UMP comme du PS, n'ont eu de cesse de réclamer des effectifs. Je suis allé à cent mètres de la Cannebière avec le maire du quartier, Patrick Menucci : il y a des rues entières où je suis convaincu qu'un citoyen ne peut pas passer.

 

Connaissez-vous des exemples similaires dans d’autres villes ?

Ce niveau de violence - plus de quarante morts par balle en deux ans - je ne le connais pas ailleurs. C'est une ville où la délinquance n'hésite pas à défourailler au coin des rues, avec des risques de blesser la population. Il y a eu des échanges de coups de feu dans des quartiers très passants il y a quelques mois.

Malheureusement, c'est une situation que l'on retrouve à une ampleur différente dans d'autres villes et régions, évidemment dans la banlieue parisienne, mais pas seulement. Je pense à des quartiers de Toulouse ou au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin.

 

Quelle est la solution que vous préconisez, en tant que secrétaire national du PS chargé de la sécurité ?

Il n'y a pas une solution. Ce serait mentir. Nous serons confrontés en 2012 au fait que le président de la République, depuis 10 ans, a simplifié à outrance le problème. En résumé, il nous a dit en 2002 et 2007 que trois éléments suffisaient à régler le problème : des lois plus précises, davantage de places dans les prisons, et une volonté politique. Créditons le d'avoir eu cette volonté politique, et de l'avoir toujours. Créditons le d'avoir fait voter les lois dont il pensait avoir besoin. Créditons le aussi d'avoir augmenté le nombre de places de prisons. Mais constatons que la situation ne s'est pas améliorée. C'est donc que sa simplification du problème et son manichéisme ne sont pas la solution.

Si on prend simplement l'ordre public, ma réponse est en trois temps. D'abord, il faut bâtir localement des stratégies locales de sécurité. Les problèmes de la Castellane à Marseille ne sont pas les mêmes qu'à Carcassonne ou Montélimar. Or, la police agit partout avec la même doctrine d'emploi. Il faut donner aux chefs de police locaux la possibilité de discuter avec les élus et les procureurs des spécificités et urgences locales. La Cour des comptes a rappelé que, dans l'année 2010, le ministère de l'Intérieur avait envoyé 48 priorités aux différentes unités de police et de gendarmerie en France. C'est grotesque.

Ensuite, il faut que l'Etat crée ce que nous avons appelé des zones de sécurité prioritaires. Tous les problèmes ne sont pas égaux partout. Il y a des urgences qu'il faut traiter comme telles. Il faudra probablement définir une cinquantaine de zones de sécurité prioritaires dans lesquelles l'Etat concentrera des moyens différents. Il y aura un redéploiement des effectifs là où on a besoin d'eux. C'est le troisième point : on va relisser la carte de France. Il y a des endroits où il y a probablement un peu plus de policiers ou de gendarmes que la réalité ne le demande. Il faut redéployer, mais aussi créer des emplois. Nous avons pris l'engagement sur la mandature 2012-2017 de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes.

 

Atlantico : Comment expliquer l’abandon surréaliste par Vinci d’un parking marseillais tenu par une bande de caïds ?

Jean-Jacques Urvoas : C'est une confirmation de la situation d'abandon dans laquelle se trouve une ville. J'ai écrit à ce sujet pour la fondation Jean Jaurès un texte intitulé Les sparadraps marseillais de Claude Guéant, dans lequel je montre que cette ville est en sous-effectifs policiers depuis des années, pour ne pas dire une décennie. La succession des ministres n'y fait rien. On utilise toujours les mêmes expédients, qui ne sont malheureusement pas des réponses. C'est la ville la plus violente de France. En moins de deux ans, il y a eu plus de quarante morts par balle. Les cambriolages augmentent, comme les agressions, et les effectifs policiers sont en baisse constante et impressionnante depuis plusieurs années.

L’exemple du parking est une illustration qui choque, mais qui est plus courante qu'on ne le croit. Là, il s'agit d'une propriété publique dont la concession a été déléguée à Vinci, mais vous avez de nombreux endroits dans Marseille, notamment dans les quartiers du Clos de la Rose ou de la Castellane, où ce sont des espaces publics - des rues, des halls d'immeubles - où il y a une appropriation similaire de l'espace public par quelques voyous. Cela frappe car on voit une entreprise s'en aller en disant : "Je m'en vais car je ne peux pas exercer ma fonction". Mais malheureusement, c'est un quotidien que les Marseillais connaissent depuis très longtemps.

Ce fait divers permet d'attirer l'attention. Peut-être que cela fera évoluer les choses positivement. Les maires des quartiers Nord de Marseille sont tous unanimes. Il n'y a guère que le maire de Marseille qui ne prend pas d'initiative. Les parlementaires de Marseille, de l'UMP comme du PS, n'ont eu de cesse de réclamer des effectifs. Je suis allé à cent mètres de la Cannebière avec le maire du quartier, Patrick Menucci : il y a des rues entières où je suis convaincu qu'un citoyen ne peut pas passer.

 

Connaissez-vous des exemples similaires dans d’autres villes ?

Ce niveau de violence - plus de quarante morts par balle en deux ans - je ne le connais pas ailleurs. C'est une ville où la délinquance n'hésite pas à défourailler au coin des rues, avec des risques de blesser la population. Il y a eu des échanges de coups de feu dans des quartiers très passants il y a quelques mois.

Malheureusement, c'est une situation que l'on retrouve à une ampleur différente dans d'autres villes et régions, évidemment dans la banlieue parisienne, mais pas seulement. Je pense à des quartiers de Toulouse ou au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin.

 

Quelle est la solution que vous préconisez, en tant que secrétaire national du PS chargé de la sécurité ?

Il n'y a pas une solution. Ce serait mentir. Nous serons confrontés en 2012 au fait que le président de la République, depuis 10 ans, a simplifié à outrance le problème. En résumé, il nous a dit en 2002 et 2007 que trois éléments suffisaient à régler le problème : des lois plus précises, davantage de places dans les prisons, et une volonté politique. Créditons le d'avoir eu cette volonté politique, et de l'avoir toujours. Créditons le d'avoir fait voter les lois dont il pensait avoir besoin. Créditons le aussi d'avoir augmenté le nombre de places de prisons. Mais constatons que la situation ne s'est pas améliorée. C'est donc que sa simplification du problème et son manichéisme ne sont pas la solution.

Si on prend simplement l'ordre public, ma réponse est en trois temps. D'abord, il faut bâtir localement des stratégies locales de sécurité. Les problèmes de la Castellane à Marseille ne sont pas les mêmes qu'à Carcassonne ou Montélimar. Or, la police agit partout avec la même doctrine d'emploi. Il faut donner aux chefs de police locaux la possibilité de discuter avec les élus et les procureurs des spécificités et urgences locales. La Cour des comptes a rappelé que, dans l'année 2010, le ministère de l'Intérieur avait envoyé 48 priorités aux différentes unités de police et de gendarmerie en France. C'est grotesque.

Ensuite, il faut que l'Etat crée ce que nous avons appelé des zones de sécurité prioritaires. Tous les problèmes ne sont pas égaux partout. Il y a des urgences qu'il faut traiter comme telles. Il faudra probablement définir une cinquantaine de zones de sécurité prioritaires dans lesquelles l'Etat concentrera des moyens différents. Il y aura un redéploiement des effectifs là où on a besoin d'eux. C'est le troisième point : on va relisser la carte de France. Il y a des endroits où il y a probablement un peu plus de policiers ou de gendarmes que la réalité ne le demande. Il faut redéployer, mais aussi créer des emplois. Nous avons pris l'engagement sur la mandature 2012-2017 de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (80)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PASCONTENT
- 09/08/2011 - 12:00
Marseille ce n'est pas
seulement la terreur des banquiers et des commerçants c'est aussi en nombre de lieux la terreur de certaines minorités Pauvres créoles ,asiatiques,indiens et autres .
jpofmars
- 09/08/2011 - 11:39
Marseille, précurseur de la France (suite 3)
Ces politiques qui s'entendent comme larrons en foire et font semblant d'être différents.
Et pourtant je l'aime ma ville et chaque fois que j'y vais, j'ai un pincement au coeur de l'avoir abandonnée tellement elle pourrait être belle si seulement les lois françaises y étaient appliquées. Il me viens parfois le rêve que sa renaissance pourrait être possible si on appliquait la tolérance 0.
jpofmars
- 09/08/2011 - 11:32
Marseille, précurseur de la France (suite 2)
Ras le bol de ces politiques corrompus qui n'osent pas prendre les mesures nécessaires tellement les casseroles qu'ils trimballent sont encombrantes, aussi bien de droite que de gauche avec quand même une palme pour les socialistes (affaires Guerrini, associations bidons), qui vident les poches des quelques rares contribuables qui ne sont pas au chômage, ou du moins pas encore.