En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sarkozy, le film

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 57 sec
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 25 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 12 heures 13 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 14 heures 13 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 15 heures 34 sec
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 18 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 16 heures 12 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
Non droit

Délinquance : Marseille à la dérive

Publié le 09 août 2011
Et si l'abandon fracassant d'un parking par Vinci, perturbé par une bande de voyous, ne faisait qu'illustrer ce que vivent les Marseillais au quotidien. C'est en tout cas l'avis du secrétaire national du PS chargé de la sécurité.
Jean-Jacques Urvoas est député du Finistère et secrétaire national à la Sécurité du Parti socialiste. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Urvoas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Urvoas est député du Finistère et secrétaire national à la Sécurité du Parti socialiste. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si l'abandon fracassant d'un parking par Vinci, perturbé par une bande de voyous, ne faisait qu'illustrer ce que vivent les Marseillais au quotidien. C'est en tout cas l'avis du secrétaire national du PS chargé de la sécurité.

Atlantico : Comment expliquer l’abandon surréaliste par Vinci d’un parking marseillais tenu par une bande de caïds ?

Jean-Jacques Urvoas : C'est une confirmation de la situation d'abandon dans laquelle se trouve une ville. J'ai écrit à ce sujet pour la fondation Jean Jaurès un texte intitulé Les sparadraps marseillais de Claude Guéant, dans lequel je montre que cette ville est en sous-effectifs policiers depuis des années, pour ne pas dire une décennie. La succession des ministres n'y fait rien. On utilise toujours les mêmes expédients, qui ne sont malheureusement pas des réponses. C'est la ville la plus violente de France. En moins de deux ans, il y a eu plus de quarante morts par balle. Les cambriolages augmentent, comme les agressions, et les effectifs policiers sont en baisse constante et impressionnante depuis plusieurs années.

L’exemple du parking est une illustration qui choque, mais qui est plus courante qu'on ne le croit. Là, il s'agit d'une propriété publique dont la concession a été déléguée à Vinci, mais vous avez de nombreux endroits dans Marseille, notamment dans les quartiers du Clos de la Rose ou de la Castellane, où ce sont des espaces publics - des rues, des halls d'immeubles - où il y a une appropriation similaire de l'espace public par quelques voyous. Cela frappe car on voit une entreprise s'en aller en disant : "Je m'en vais car je ne peux pas exercer ma fonction". Mais malheureusement, c'est un quotidien que les Marseillais connaissent depuis très longtemps.

Ce fait divers permet d'attirer l'attention. Peut-être que cela fera évoluer les choses positivement. Les maires des quartiers Nord de Marseille sont tous unanimes. Il n'y a guère que le maire de Marseille qui ne prend pas d'initiative. Les parlementaires de Marseille, de l'UMP comme du PS, n'ont eu de cesse de réclamer des effectifs. Je suis allé à cent mètres de la Cannebière avec le maire du quartier, Patrick Menucci : il y a des rues entières où je suis convaincu qu'un citoyen ne peut pas passer.

 

Connaissez-vous des exemples similaires dans d’autres villes ?

Ce niveau de violence - plus de quarante morts par balle en deux ans - je ne le connais pas ailleurs. C'est une ville où la délinquance n'hésite pas à défourailler au coin des rues, avec des risques de blesser la population. Il y a eu des échanges de coups de feu dans des quartiers très passants il y a quelques mois.

Malheureusement, c'est une situation que l'on retrouve à une ampleur différente dans d'autres villes et régions, évidemment dans la banlieue parisienne, mais pas seulement. Je pense à des quartiers de Toulouse ou au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin.

 

Quelle est la solution que vous préconisez, en tant que secrétaire national du PS chargé de la sécurité ?

Il n'y a pas une solution. Ce serait mentir. Nous serons confrontés en 2012 au fait que le président de la République, depuis 10 ans, a simplifié à outrance le problème. En résumé, il nous a dit en 2002 et 2007 que trois éléments suffisaient à régler le problème : des lois plus précises, davantage de places dans les prisons, et une volonté politique. Créditons le d'avoir eu cette volonté politique, et de l'avoir toujours. Créditons le d'avoir fait voter les lois dont il pensait avoir besoin. Créditons le aussi d'avoir augmenté le nombre de places de prisons. Mais constatons que la situation ne s'est pas améliorée. C'est donc que sa simplification du problème et son manichéisme ne sont pas la solution.

Si on prend simplement l'ordre public, ma réponse est en trois temps. D'abord, il faut bâtir localement des stratégies locales de sécurité. Les problèmes de la Castellane à Marseille ne sont pas les mêmes qu'à Carcassonne ou Montélimar. Or, la police agit partout avec la même doctrine d'emploi. Il faut donner aux chefs de police locaux la possibilité de discuter avec les élus et les procureurs des spécificités et urgences locales. La Cour des comptes a rappelé que, dans l'année 2010, le ministère de l'Intérieur avait envoyé 48 priorités aux différentes unités de police et de gendarmerie en France. C'est grotesque.

Ensuite, il faut que l'Etat crée ce que nous avons appelé des zones de sécurité prioritaires. Tous les problèmes ne sont pas égaux partout. Il y a des urgences qu'il faut traiter comme telles. Il faudra probablement définir une cinquantaine de zones de sécurité prioritaires dans lesquelles l'Etat concentrera des moyens différents. Il y aura un redéploiement des effectifs là où on a besoin d'eux. C'est le troisième point : on va relisser la carte de France. Il y a des endroits où il y a probablement un peu plus de policiers ou de gendarmes que la réalité ne le demande. Il faut redéployer, mais aussi créer des emplois. Nous avons pris l'engagement sur la mandature 2012-2017 de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes.

 

Atlantico : Comment expliquer l’abandon surréaliste par Vinci d’un parking marseillais tenu par une bande de caïds ?

Jean-Jacques Urvoas : C'est une confirmation de la situation d'abandon dans laquelle se trouve une ville. J'ai écrit à ce sujet pour la fondation Jean Jaurès un texte intitulé Les sparadraps marseillais de Claude Guéant, dans lequel je montre que cette ville est en sous-effectifs policiers depuis des années, pour ne pas dire une décennie. La succession des ministres n'y fait rien. On utilise toujours les mêmes expédients, qui ne sont malheureusement pas des réponses. C'est la ville la plus violente de France. En moins de deux ans, il y a eu plus de quarante morts par balle. Les cambriolages augmentent, comme les agressions, et les effectifs policiers sont en baisse constante et impressionnante depuis plusieurs années.

L’exemple du parking est une illustration qui choque, mais qui est plus courante qu'on ne le croit. Là, il s'agit d'une propriété publique dont la concession a été déléguée à Vinci, mais vous avez de nombreux endroits dans Marseille, notamment dans les quartiers du Clos de la Rose ou de la Castellane, où ce sont des espaces publics - des rues, des halls d'immeubles - où il y a une appropriation similaire de l'espace public par quelques voyous. Cela frappe car on voit une entreprise s'en aller en disant : "Je m'en vais car je ne peux pas exercer ma fonction". Mais malheureusement, c'est un quotidien que les Marseillais connaissent depuis très longtemps.

Ce fait divers permet d'attirer l'attention. Peut-être que cela fera évoluer les choses positivement. Les maires des quartiers Nord de Marseille sont tous unanimes. Il n'y a guère que le maire de Marseille qui ne prend pas d'initiative. Les parlementaires de Marseille, de l'UMP comme du PS, n'ont eu de cesse de réclamer des effectifs. Je suis allé à cent mètres de la Cannebière avec le maire du quartier, Patrick Menucci : il y a des rues entières où je suis convaincu qu'un citoyen ne peut pas passer.

 

Connaissez-vous des exemples similaires dans d’autres villes ?

Ce niveau de violence - plus de quarante morts par balle en deux ans - je ne le connais pas ailleurs. C'est une ville où la délinquance n'hésite pas à défourailler au coin des rues, avec des risques de blesser la population. Il y a eu des échanges de coups de feu dans des quartiers très passants il y a quelques mois.

Malheureusement, c'est une situation que l'on retrouve à une ampleur différente dans d'autres villes et régions, évidemment dans la banlieue parisienne, mais pas seulement. Je pense à des quartiers de Toulouse ou au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin.

 

Quelle est la solution que vous préconisez, en tant que secrétaire national du PS chargé de la sécurité ?

Il n'y a pas une solution. Ce serait mentir. Nous serons confrontés en 2012 au fait que le président de la République, depuis 10 ans, a simplifié à outrance le problème. En résumé, il nous a dit en 2002 et 2007 que trois éléments suffisaient à régler le problème : des lois plus précises, davantage de places dans les prisons, et une volonté politique. Créditons le d'avoir eu cette volonté politique, et de l'avoir toujours. Créditons le d'avoir fait voter les lois dont il pensait avoir besoin. Créditons le aussi d'avoir augmenté le nombre de places de prisons. Mais constatons que la situation ne s'est pas améliorée. C'est donc que sa simplification du problème et son manichéisme ne sont pas la solution.

Si on prend simplement l'ordre public, ma réponse est en trois temps. D'abord, il faut bâtir localement des stratégies locales de sécurité. Les problèmes de la Castellane à Marseille ne sont pas les mêmes qu'à Carcassonne ou Montélimar. Or, la police agit partout avec la même doctrine d'emploi. Il faut donner aux chefs de police locaux la possibilité de discuter avec les élus et les procureurs des spécificités et urgences locales. La Cour des comptes a rappelé que, dans l'année 2010, le ministère de l'Intérieur avait envoyé 48 priorités aux différentes unités de police et de gendarmerie en France. C'est grotesque.

Ensuite, il faut que l'Etat crée ce que nous avons appelé des zones de sécurité prioritaires. Tous les problèmes ne sont pas égaux partout. Il y a des urgences qu'il faut traiter comme telles. Il faudra probablement définir une cinquantaine de zones de sécurité prioritaires dans lesquelles l'Etat concentrera des moyens différents. Il y aura un redéploiement des effectifs là où on a besoin d'eux. C'est le troisième point : on va relisser la carte de France. Il y a des endroits où il y a probablement un peu plus de policiers ou de gendarmes que la réalité ne le demande. Il faut redéployer, mais aussi créer des emplois. Nous avons pris l'engagement sur la mandature 2012-2017 de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sarkozy, le film

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (80)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PASCONTENT
- 09/08/2011 - 12:00
Marseille ce n'est pas
seulement la terreur des banquiers et des commerçants c'est aussi en nombre de lieux la terreur de certaines minorités Pauvres créoles ,asiatiques,indiens et autres .
jpofmars
- 09/08/2011 - 11:39
Marseille, précurseur de la France (suite 3)
Ces politiques qui s'entendent comme larrons en foire et font semblant d'être différents.
Et pourtant je l'aime ma ville et chaque fois que j'y vais, j'ai un pincement au coeur de l'avoir abandonnée tellement elle pourrait être belle si seulement les lois françaises y étaient appliquées. Il me viens parfois le rêve que sa renaissance pourrait être possible si on appliquait la tolérance 0.
jpofmars
- 09/08/2011 - 11:32
Marseille, précurseur de la France (suite 2)
Ras le bol de ces politiques corrompus qui n'osent pas prendre les mesures nécessaires tellement les casseroles qu'ils trimballent sont encombrantes, aussi bien de droite que de gauche avec quand même une palme pour les socialistes (affaires Guerrini, associations bidons), qui vident les poches des quelques rares contribuables qui ne sont pas au chômage, ou du moins pas encore.