En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

07.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 6 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 7 heures 13 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 41 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 40 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 35 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 4 heures 15 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 48 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 31 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 8 heures 1 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 49 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 13 heures 5 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 13 heures 20 min
Non droit

Délinquance : Marseille à la dérive

Publié le 09 août 2011
Et si l'abandon fracassant d'un parking par Vinci, perturbé par une bande de voyous, ne faisait qu'illustrer ce que vivent les Marseillais au quotidien. C'est en tout cas l'avis du secrétaire national du PS chargé de la sécurité.
Jean-Jacques Urvoas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Urvoas est député du Finistère et secrétaire national à la Sécurité du Parti socialiste. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si l'abandon fracassant d'un parking par Vinci, perturbé par une bande de voyous, ne faisait qu'illustrer ce que vivent les Marseillais au quotidien. C'est en tout cas l'avis du secrétaire national du PS chargé de la sécurité.

Atlantico : Comment expliquer l’abandon surréaliste par Vinci d’un parking marseillais tenu par une bande de caïds ?

Jean-Jacques Urvoas : C'est une confirmation de la situation d'abandon dans laquelle se trouve une ville. J'ai écrit à ce sujet pour la fondation Jean Jaurès un texte intitulé Les sparadraps marseillais de Claude Guéant, dans lequel je montre que cette ville est en sous-effectifs policiers depuis des années, pour ne pas dire une décennie. La succession des ministres n'y fait rien. On utilise toujours les mêmes expédients, qui ne sont malheureusement pas des réponses. C'est la ville la plus violente de France. En moins de deux ans, il y a eu plus de quarante morts par balle. Les cambriolages augmentent, comme les agressions, et les effectifs policiers sont en baisse constante et impressionnante depuis plusieurs années.

L’exemple du parking est une illustration qui choque, mais qui est plus courante qu'on ne le croit. Là, il s'agit d'une propriété publique dont la concession a été déléguée à Vinci, mais vous avez de nombreux endroits dans Marseille, notamment dans les quartiers du Clos de la Rose ou de la Castellane, où ce sont des espaces publics - des rues, des halls d'immeubles - où il y a une appropriation similaire de l'espace public par quelques voyous. Cela frappe car on voit une entreprise s'en aller en disant : "Je m'en vais car je ne peux pas exercer ma fonction". Mais malheureusement, c'est un quotidien que les Marseillais connaissent depuis très longtemps.

Ce fait divers permet d'attirer l'attention. Peut-être que cela fera évoluer les choses positivement. Les maires des quartiers Nord de Marseille sont tous unanimes. Il n'y a guère que le maire de Marseille qui ne prend pas d'initiative. Les parlementaires de Marseille, de l'UMP comme du PS, n'ont eu de cesse de réclamer des effectifs. Je suis allé à cent mètres de la Cannebière avec le maire du quartier, Patrick Menucci : il y a des rues entières où je suis convaincu qu'un citoyen ne peut pas passer.

 

Connaissez-vous des exemples similaires dans d’autres villes ?

Ce niveau de violence - plus de quarante morts par balle en deux ans - je ne le connais pas ailleurs. C'est une ville où la délinquance n'hésite pas à défourailler au coin des rues, avec des risques de blesser la population. Il y a eu des échanges de coups de feu dans des quartiers très passants il y a quelques mois.

Malheureusement, c'est une situation que l'on retrouve à une ampleur différente dans d'autres villes et régions, évidemment dans la banlieue parisienne, mais pas seulement. Je pense à des quartiers de Toulouse ou au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin.

 

Quelle est la solution que vous préconisez, en tant que secrétaire national du PS chargé de la sécurité ?

Il n'y a pas une solution. Ce serait mentir. Nous serons confrontés en 2012 au fait que le président de la République, depuis 10 ans, a simplifié à outrance le problème. En résumé, il nous a dit en 2002 et 2007 que trois éléments suffisaient à régler le problème : des lois plus précises, davantage de places dans les prisons, et une volonté politique. Créditons le d'avoir eu cette volonté politique, et de l'avoir toujours. Créditons le d'avoir fait voter les lois dont il pensait avoir besoin. Créditons le aussi d'avoir augmenté le nombre de places de prisons. Mais constatons que la situation ne s'est pas améliorée. C'est donc que sa simplification du problème et son manichéisme ne sont pas la solution.

Si on prend simplement l'ordre public, ma réponse est en trois temps. D'abord, il faut bâtir localement des stratégies locales de sécurité. Les problèmes de la Castellane à Marseille ne sont pas les mêmes qu'à Carcassonne ou Montélimar. Or, la police agit partout avec la même doctrine d'emploi. Il faut donner aux chefs de police locaux la possibilité de discuter avec les élus et les procureurs des spécificités et urgences locales. La Cour des comptes a rappelé que, dans l'année 2010, le ministère de l'Intérieur avait envoyé 48 priorités aux différentes unités de police et de gendarmerie en France. C'est grotesque.

Ensuite, il faut que l'Etat crée ce que nous avons appelé des zones de sécurité prioritaires. Tous les problèmes ne sont pas égaux partout. Il y a des urgences qu'il faut traiter comme telles. Il faudra probablement définir une cinquantaine de zones de sécurité prioritaires dans lesquelles l'Etat concentrera des moyens différents. Il y aura un redéploiement des effectifs là où on a besoin d'eux. C'est le troisième point : on va relisser la carte de France. Il y a des endroits où il y a probablement un peu plus de policiers ou de gendarmes que la réalité ne le demande. Il faut redéployer, mais aussi créer des emplois. Nous avons pris l'engagement sur la mandature 2012-2017 de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes.

 

Atlantico : Comment expliquer l’abandon surréaliste par Vinci d’un parking marseillais tenu par une bande de caïds ?

Jean-Jacques Urvoas : C'est une confirmation de la situation d'abandon dans laquelle se trouve une ville. J'ai écrit à ce sujet pour la fondation Jean Jaurès un texte intitulé Les sparadraps marseillais de Claude Guéant, dans lequel je montre que cette ville est en sous-effectifs policiers depuis des années, pour ne pas dire une décennie. La succession des ministres n'y fait rien. On utilise toujours les mêmes expédients, qui ne sont malheureusement pas des réponses. C'est la ville la plus violente de France. En moins de deux ans, il y a eu plus de quarante morts par balle. Les cambriolages augmentent, comme les agressions, et les effectifs policiers sont en baisse constante et impressionnante depuis plusieurs années.

L’exemple du parking est une illustration qui choque, mais qui est plus courante qu'on ne le croit. Là, il s'agit d'une propriété publique dont la concession a été déléguée à Vinci, mais vous avez de nombreux endroits dans Marseille, notamment dans les quartiers du Clos de la Rose ou de la Castellane, où ce sont des espaces publics - des rues, des halls d'immeubles - où il y a une appropriation similaire de l'espace public par quelques voyous. Cela frappe car on voit une entreprise s'en aller en disant : "Je m'en vais car je ne peux pas exercer ma fonction". Mais malheureusement, c'est un quotidien que les Marseillais connaissent depuis très longtemps.

Ce fait divers permet d'attirer l'attention. Peut-être que cela fera évoluer les choses positivement. Les maires des quartiers Nord de Marseille sont tous unanimes. Il n'y a guère que le maire de Marseille qui ne prend pas d'initiative. Les parlementaires de Marseille, de l'UMP comme du PS, n'ont eu de cesse de réclamer des effectifs. Je suis allé à cent mètres de la Cannebière avec le maire du quartier, Patrick Menucci : il y a des rues entières où je suis convaincu qu'un citoyen ne peut pas passer.

 

Connaissez-vous des exemples similaires dans d’autres villes ?

Ce niveau de violence - plus de quarante morts par balle en deux ans - je ne le connais pas ailleurs. C'est une ville où la délinquance n'hésite pas à défourailler au coin des rues, avec des risques de blesser la population. Il y a eu des échanges de coups de feu dans des quartiers très passants il y a quelques mois.

Malheureusement, c'est une situation que l'on retrouve à une ampleur différente dans d'autres villes et régions, évidemment dans la banlieue parisienne, mais pas seulement. Je pense à des quartiers de Toulouse ou au Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin.

 

Quelle est la solution que vous préconisez, en tant que secrétaire national du PS chargé de la sécurité ?

Il n'y a pas une solution. Ce serait mentir. Nous serons confrontés en 2012 au fait que le président de la République, depuis 10 ans, a simplifié à outrance le problème. En résumé, il nous a dit en 2002 et 2007 que trois éléments suffisaient à régler le problème : des lois plus précises, davantage de places dans les prisons, et une volonté politique. Créditons le d'avoir eu cette volonté politique, et de l'avoir toujours. Créditons le d'avoir fait voter les lois dont il pensait avoir besoin. Créditons le aussi d'avoir augmenté le nombre de places de prisons. Mais constatons que la situation ne s'est pas améliorée. C'est donc que sa simplification du problème et son manichéisme ne sont pas la solution.

Si on prend simplement l'ordre public, ma réponse est en trois temps. D'abord, il faut bâtir localement des stratégies locales de sécurité. Les problèmes de la Castellane à Marseille ne sont pas les mêmes qu'à Carcassonne ou Montélimar. Or, la police agit partout avec la même doctrine d'emploi. Il faut donner aux chefs de police locaux la possibilité de discuter avec les élus et les procureurs des spécificités et urgences locales. La Cour des comptes a rappelé que, dans l'année 2010, le ministère de l'Intérieur avait envoyé 48 priorités aux différentes unités de police et de gendarmerie en France. C'est grotesque.

Ensuite, il faut que l'Etat crée ce que nous avons appelé des zones de sécurité prioritaires. Tous les problèmes ne sont pas égaux partout. Il y a des urgences qu'il faut traiter comme telles. Il faudra probablement définir une cinquantaine de zones de sécurité prioritaires dans lesquelles l'Etat concentrera des moyens différents. Il y aura un redéploiement des effectifs là où on a besoin d'eux. C'est le troisième point : on va relisser la carte de France. Il y a des endroits où il y a probablement un peu plus de policiers ou de gendarmes que la réalité ne le demande. Il faut redéployer, mais aussi créer des emplois. Nous avons pris l'engagement sur la mandature 2012-2017 de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (80)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
PASCONTENT
- 09/08/2011 - 12:00
Marseille ce n'est pas
seulement la terreur des banquiers et des commerçants c'est aussi en nombre de lieux la terreur de certaines minorités Pauvres créoles ,asiatiques,indiens et autres .
jpofmars
- 09/08/2011 - 11:39
Marseille, précurseur de la France (suite 3)
Ces politiques qui s'entendent comme larrons en foire et font semblant d'être différents.
Et pourtant je l'aime ma ville et chaque fois que j'y vais, j'ai un pincement au coeur de l'avoir abandonnée tellement elle pourrait être belle si seulement les lois françaises y étaient appliquées. Il me viens parfois le rêve que sa renaissance pourrait être possible si on appliquait la tolérance 0.
jpofmars
- 09/08/2011 - 11:32
Marseille, précurseur de la France (suite 2)
Ras le bol de ces politiques corrompus qui n'osent pas prendre les mesures nécessaires tellement les casseroles qu'ils trimballent sont encombrantes, aussi bien de droite que de gauche avec quand même une palme pour les socialistes (affaires Guerrini, associations bidons), qui vident les poches des quelques rares contribuables qui ne sont pas au chômage, ou du moins pas encore.