En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 9 heures 32 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 15 heures 30 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 15 heures 33 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 9 heures 17 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 11 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 15 heures 27 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 15 heures 30 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 15 heures 30 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 15 heures 33 min
© Reuters
Près de 600 000 boîtes de faux médicaments ont été saisies en France en une semaine au mois de mai.
© Reuters
Près de 600 000 boîtes de faux médicaments ont été saisies en France en une semaine au mois de mai.
Stop la polémique

Saisie record : les médicaments contrefaits peuvent-ils finir en pharmacie ?

Publié le 25 mai 2014
Près de 600 000 boîtes de faux médicaments ont été saisies en France dans le cadre d'une opération menée du 13 au 20 mai 2014 par Interpol en collaboration avec les services de police de 111 pays. De quoi alimenter les peurs sur la capacité des trafiquants à introduire leurs produits dans le marché officiel...
Eric Przyswa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Przyswa, Chercheur associé au Centre de recherche sur les Risques et les Crises de Mines ParisTech, est l’auteur de ce rapport pour l’Institut de Recherche International Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM). Il écrit dans de nombreuses revues...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Près de 600 000 boîtes de faux médicaments ont été saisies en France dans le cadre d'une opération menée du 13 au 20 mai 2014 par Interpol en collaboration avec les services de police de 111 pays. De quoi alimenter les peurs sur la capacité des trafiquants à introduire leurs produits dans le marché officiel...

Atlantico : Plus de 9 millions de faux médicaments ont été saisis par Interpol, dont 594 000 en France. Ce phénomène concerne-t-il réellement la France ? Existe-t-il un très fort risque chez nous ?

Eric Przyswa : A ma connaissance la France reste un territoire privilégié face à de tels trafics. Des médicaments contrefaits n'auraient pas été saisis dans notre réseau officiel qui reste bien encadré. Quant aux saisies liées à l'opération d'Interpol en France, il faudrait savoir quel était le destinataire de telles livraisons. Le plus souvent notre territoire semble être une zone de transit vers d'autres pays.

Comment expliquer dans ce cas l'inquiétude du public français à ce sujet ?

La médiatisation de ce type de sujet est sans doute due à la rencontre de plusieurs paramètres anxiogènes : la santé, le vieillissement de la population, ainsi que toutes sortes de fantasmes autour du le réseau Internet et de la criminalité organisée. Cette inquiétude est d'autre part entretenue par une sur-communication de nombreux médias qui surfe sur ces angoisses plutôt que de proposer un vrai travail d'information et d'investigation. Les sources d'analyses sur le sujet sont par ailleurs très délicates à obtenir d'institutions (douanes, Interpol, Europol, associations diverses, etc.) et d'acteurs privés (multinationales notamment) qui préfèrent préserver leur pré carré plutôt que d'informer véritablement le public ou des experts indépendants avec des sources consultables.
N'oublions pas qu'il y a des enjeux d'intérêt puissants (économiques voire diplomatiques) derrière l'argument de la contrefaçon.
En résumé des acteurs entretiennent cette inquiétude par une mise en scène souvent grossière plutôt que par une information aussi rationnelle et argumentée que possible. On peut émettre l'hypothèse que cela n'est pas en soi propre à la problématique de la contrefaçon...

Si des médicaments de contrefaçons peuvent difficilement finir dans les officines, d'autres médicaments contrefaits circulent-ils ? Sur quels marchés ? Comment arrivent-ils là ?

Des médicaments contrefaits peuvent circuler via des achats sur Internet. Il peut aussi exister des réseaux liés à certaines cultures ethniques. Il y a eu par exemple un petit réseau d'officines chinoises illégales  qui distribuaient des médicaments illicites venant de Chine sur Paris qui a été démantelé il y a quelques années.


Internet représente-t-il le plus gros risque (selon l'OMS, 50% des médicaments vendus en ligne sont des contrefaçons) ? Y a-t-il un moyen d'acheter des médicaments sur Internet en toute sécurité ?

Les statistiques de l'OMS sont sur ce point à éviter. D'autre part de multiples statistiques pour le moins exotiques sont régulièrement évoquées de manière approximative ou sans aucune validation méthodologique par des organisations qui peuvent y voir un moyen percutant de faire passer un message. Notre époque est dans une obsession quantitative qui s'applique mal à de tels trafics. Les statistiques sur Internet sont à manier avec prudence tant le réseau évolue en permanence. On peut d'ailleurs supposer qu'il convient de raisonner à une échelle régionale plutôt que globale pour essayer d'obtenir des tendances crédibles sur Internet. L'Internet chinois est ainsi relativement isolé du reste du monde et constitue sans doute un noeud stratégique dans de tels trafics qu'il conviendrait de mieux cerner.

D'une manière générale il y a un grand déficit d'éducation sur la façon d'utiliser Internet. Dans l'état actuel on serait tenté d'inciter les patients français à éviter de tels achats car le principal risque est en effet sur le web avec des sites de vente qui ont parfois tous les signes apparents de la légalité mais qui peuvent en fait distribuer des médicaments contrefaits. Cela dit il ne fait aucun doute qu'Internet jouera un rôle croissant dans les problématiques de santé mais paradoxalement il n'est pas évident que la distribution de médicaments sur ce réseau soit à l'avenir un enjeu si central en Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires