En direct
Best of
Best Of
En direct
Zzzzzzz..
Eurodéputés français : y a-t-il un non cancre dans l’avion ?
Publié le 20 mai 2014
Avec AllGov
Un Parlement trop éloigné géographiquement ou simplement trop éloigné des intérêts français ? Nos parlementaires ont en tous les cas souvent tendance à déserter les bancs de Strasbourg.
AllGov est un site d’information politique indépendant en français, réalisé par une équipe de journalistes professionnels.Il décortique l’action de l’administration et du gouvernement français.• 3 à 5 articles d’actualité par jour• plus de 130...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
AllGov
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
AllGov est un site d’information politique indépendant en français, réalisé par une équipe de journalistes professionnels.Il décortique l’action de l’administration et du gouvernement français.• 3 à 5 articles d’actualité par jour• plus de 130...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un Parlement trop éloigné géographiquement ou simplement trop éloigné des intérêts français ? Nos parlementaires ont en tous les cas souvent tendance à déserter les bancs de Strasbourg.
Avec AllGov

La Fondation Robert Schuman a déploré une attitude française qui donne l’impression que l’eurodéputé français va à Strasbourg « par défaut » ou « faute de mieux sur le plan national ». A la dernière place, on retrouve Philippe de Villiers (74e) ; précédé du nouveau secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Harlem Désir (73e) ; Jean-Marie Le Pen (71e) ; et Marine Le Pen (70e) ou encore Jean-Luc Mélenchon (65e). Parmi les plus assidus figurent Jean-Pierre Audy (1er) ; Yannick Jadot (6e) ou Brice Hortefeux (13e).

La France est 21e sur 28 au classement du taux de présence des Etats membres au Parlement, selon Vote Watch Europe. Elle est loin derrière l’Allemagne (8e). L’absentéisme Français s’expliquerait par trois facteurs. Tout d’abord, le cumul des mandats est plus important en France que dans les autres pays européens. Selon un rapport de la fondation Robert Schuman, plus de 40% des eurodéputés français cumulent un mandat national en plus de leur mandat européen. En comparaison, 22% des eurodéputés allemands cumulent des mandats et 4% des eurodéputés britanniques. La tendance montre qu’à la première occasion, l’élu français préfère revenir dans sa ville pour se consacrer à son mandat local ou national.

Par ailleurs, une certaine amélioration se dégage au cours du dernier mandat (2009-2014), comparé au précédent (2004-2009). Les eurodéputés français ont eu tendance à être plus présent à Strasbourg et à se concentrer davantage sur leur mandat européen. En

Démission des Français en cours de mandat

Le second facteur qui explique le taux d'absentéisme français au Parlement est la démission relativement fréquente des eurodéputés en cours de mandat, selon le rapport de la fondation Schuman. Au cours des cinq dernières écoulées, 18% des eurodéputés français ont quitté leur fonction pour rejoindre la capitale. Autrement dit, un député sur cinq a quitté Strasbourg avant la fin du mandat, notamment à l’issue des élections législatives de juin 2012. Ce chiffre est cinq fois plus élevé que chez nos voisins Allemands.

Enfin, le troisième facteur vient du fait que les Français sont moins europhiles que leur voisin allemand. Les eurodéputés français ne cumulent pas les mandats dans le temps. La tendance montre qu’un député qui se présente pour un seul mandat a moins de poids ou d’influence sur les décisions prises, ainsi que moins de chance d’occuper un poste à responsabilité. Les différences de longévité des députés européens ont des conséquences sur l’influence qu’ils peuvent avoir au sein du Parlement.

La Fondation Robert Schuman déplore l’attitude française qui consiste à ne rédiger aucun rapport à la différence des eurodéputés allemands et qui alimente l’idée que les Français vont à Strasbourg « par défaut, faute de mieux sur le plan national ».

Les bons et les mauvais élèves français

Les deux meilleurs élèves sont les eurodéputés Jean-Pierre Audy (UMP, député pour la circonscription du Massif Central-Centre) qui se classe au premier rang, suivi de Françoise Grossetête (UMP, députée pour la circonscription Sud-Est). Ce sont des eurodéputés aguerris, déjà membre du Parlement entre 2004 et 2009 et dont le taux de présence était déjà parmi les plus élevés.

A l'inverse, l'eurodéputé Philippe de Villiers (MPF, député pour la circonscription Ouest) se retrouve à la dernière place du classement, précédé par Harlem Désir, le nouveau secrétaire d’Etat aux Affaires européenne. L'inactivité de Marine Le Pen (FN, députée pour la circonscription du Nord-Ouest) et de son père Jean-Marie Le Pen (FN, député pour la circonscription du Sud-Est) est tout aussi importante. Entre 2009 et 2014 Marine Le Pen se classe à la 731ème place sur 766 députés et son père est encore plus bas dans les classements puisqu'il est 750ème, il est positionné dans les 20 derniers eurodéputés actifs.

« Le député européen de 2014 devra être une personnalité compétente, reconnue, bilingue, influente et assidue au Parlement », a récemment indiqué Bernard Accoyer, député de Haute-Savoie et ancien président de l’Assemblée nationale de 2007 à 2012.

Encadré :

Quelques chiffres

Le salaire d’un député au Parlement européen est de 6 200 euros nets par mois (7 957 euros brut), auquel s’ajoute une indemnité forfaitaire de 304 euros par jour de présence aux réunions des organes du Parlement et de 4 299 euros de frais généraux. Cette somme couvre les frais de bureau, de communication et d’équipement, alors que 4 243 euros par an sont versés pour les frais de déplacement. Enfin, chaque député européen touche 22 000 euros par mois pour payer leurs assistants.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Ligonnès : les enfants drogués avant d'être tués
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 20/05/2014 - 16:49
C'est bien le paradoxe de ceux qui prétendent
tout changer à Bruxelles, en particulier le FN c'est qu'ils ne travaillent pas au Parlement et absents aux commissions, quand a leur présence elle est quasi nulle.
De la à penser qu'ils se font élire pour de confortables avantages et revenus, il n'y a pas loin et pas du tout pour appliquer leur prétendu programme....