En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 12 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 26 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 58 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 57 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 41 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 8 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 15 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 27 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 38 sec
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 16 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 17 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 28 min
© HBO
© HBO
Winter is coming

Quel matériau les scénaristes de Game of Thrones ont-ils encore à leur disposition pour écrire la suite de la série phare d’HBO ?

Publié le 18 mai 2014
Les scénaristes de Game of Thrones font face à un problème qui va devenir de plus en plus important : la série télévisée avance plus vite que la sage de livres dont elle est adaptée.
Clément Bosqué
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les scénaristes de Game of Thrones font face à un problème qui va devenir de plus en plus important : la série télévisée avance plus vite que la sage de livres dont elle est adaptée.

Dans Game of Thrones, il y a un mur mythique, au nord, un mur immense gardé par une garnison de soldats en noirs plus ou moins bannis. Nul ne sait vraiment ce qu’il y a « après ». « Et après ? » demandent les petits enfants pour connaître la suite de l’histoire.

Et après l’histoire ? Qu’est-ce qu’il se passe ?

C’est un peu le problème des scénaristes de la série de fantasy Game of Thrones (HBO) aujourd’hui. Leur adaptation télévisée de l’œuvre en 14 tomes écrite par George R. R. Martin va plus vite que la musique. Les scénaristes adaptent plus prestement que l’écrivain n’écrit.

Voilà donc les scénaristes… au pied du mur. Comme dirait Tyrion Lannister, « la vie réserve parfois ce genre de petites ironies ».

Il faut dire d’abord ce que Game of Thrones nous raconte ; les ambiances et les paysages.

Les corbeaux voyageurs voyagent à travers les monts et les plaines, portent des présages à des princes inquiets qui, comme Hamlet, parcourent les remparts, loin des festins près de l’âtre, des coussins brodés, des esclaves à longues tresses. Les maisons marient leurs intérêts en unissant leurs fils et leurs filles. Les hommes se meuvent en hordes, dans le cliquetis des cotes-armures, et comptent le temps qui passe en nombre de lunes, et d’hivers. Les fils bâtards maudissent la Fortune et les exilés murissent leur revanche. Les conseillers intriguent dans la riche capitale. Les hommes du nord s’enveloppent dans leurs pelisses et se couchent à la bougie. 

On craint l’hiver.

Le thème du retour de l’hiver est un motif structurant de la série (comme celui de la menace venue de Mordor chez Tolkien). Ce n’est pas un hasard : la saison froide est la source vive de l’imaginaire occidental, l'obscurité qui génère la peur des créatures et le besoin de seigneurs puissants pour nous en secourir. « En hiver, il faut se protéger les uns les autres », dit un personnage de la série. Et bien sûr, c’est la saison qui nous regroupe autour du feu pour se raconter des histoires.

Le septentrion, associé à l’hiver, est cette région dangereuse d’où provient la menace. Certes, les dothraki, cavaliers barbares orientalisants adeptes, comme les anciens turcs et arabes, des poignards à lame recourbée, font peur par leur étrangeté. Mais ce sont des hommes après tout, on peut leur parler pour peu qu’on apprenne leur sabir, ils ont nos craintes et nos désirs. Mais le nord… pour citer la série, « le nord ne peut pas être contrôlé, il est trop vaste et trop sauvage ».

Le nord et l’hiver incarnent symboliquement ce mystère occidental, que la modernité a fait disparaître, les peurs archaïques que la saison suscite : des loups, de l’obscurité (les nihtbealwa mæst, « fléaux nocturnes » de toutes sortes dont parle le poème épique Beowulf), du vent qui hurle, de la faim, de la maladie qui frappe. Sans oublier les « marcheurs blancs qui rôdent dans les forêts ». Tout ce que l’explication rationnelle du monde, le progrès de la technique et du confort a repoussé, exilé au-delà d’un mur haut et épais.

Mais, à l’instar de qui se passe dans la série, « le peuple porte des toasts au retour de leur roi en exil »… Or, ce roi en exil, n’est-ce pas cet imaginaire qui a commencé à revenir au XVIIIe – en pleines Lumières ! – avec l’intérêt pour les folklores populaires celtes et germaniques, les compilations et les folles tentatives des poètes romantiques pour recréer, à eux tous seuls, l’esprit des premiers contes, des chansons de geste, des vieilles épopées et des légendes, fruit de récits millénaires colportés de bouche en bouche, de barde en barde ?

Et puis, un jour, il y eut Tolkien, un petit professeur de linguistique spécialiste des sagas norroises qui réussit le coup de maître : synthétiser tout l’imaginaire magique, chevaleresque européen (ce qu’on peut appeler la « médiévalité ») en une série de récits, apparemment nouveaux, mais qui au XXe siècle résonnaient si profondément avec un besoin archaïque de merveilleux et d’héroïque qu’ils devinrent fondateurs. C’est ainsi que naquit cette grande matrice qu’est la fantasy.

Martin est un héritier de Tolkien et Game of Thrones recrée le charme des anciennes chroniques, voire des récits des livres d’histoire qui n’ont plus cours aujourd’hui, ceux des vies de nos rois et reines : comment ils conquirent, comment ils moururent, comment au-delà de la mort ils eurent succession. Retour, en somme, de ce qui continue à travailler nos rêves en dépit de tous nos fatras et postures modernes. Comme disait le maître lui-même : « le mythe ressemble souvent à l’histoire, parce qu’en fin de compte ils sont fait de la même matière ». Le conte nous « ouvre la porte d’un Autre Temps », et c’est ce qu’on vient y trouver .

Mais, me direz-vous, tout cela ne résout pas les soucis urgents de nos pauvres scénaristes de HBO. Que peuvent-ils faire ? Que va-t-il advenir ? Et après ?

D’abord, en spécialistes compétents rompus à tous les trucs du métier, ils sauront se servir de la digression, de l’analepse (ou flaskback). « Et pendant ce temps… », ou encore : « mais revenons quelques temps en arrière », etc. Tout ce qui permet de « gagner du temps » en dilatant le temps du récit, en attendant d’avoir une bonne idée pour ce qui doit se passer « après ». Mais tout cela ne fonctionne qu’un temps. Et il est peu probable que la série se mette en pause, en attendant que Martin daigne donner le fin mot de l’histoire.

Alors, et après ?

On ne comptait déjà plus les petites entorses à la fidélité à la version originale. Mais ce qui se passe est plus grave. Pour les fans les plus perspicaces, cela ne fait aucun doute : la série va devoir anticiper sur les livres, s’affranchir de la simple adaptation.

George R. R. Martin s’y entend pour enrichir ses histoires de coups de théâtres, de rebondissements ; pour explorer les possibilités des intrigues parallèles et secondaires ; de tisser autour de l’histoire de multiples variantes. Dans son dessein même, l’action principale de Game of Thrones se trouve relativisée par une multiplicité de points de vue.

Si les scénaristes « inventent » leurs péripéties, ce pourrait être au tour de George R. R. Martin de reprendre leurs trouvailles. Au livre de développer, de prolonger la série !

En fait, on revient au mode populaire ancien, prémoderne, de création épique. Une histoire qui s’élabore par variation autour d’une trame commune. Combien de mythes, selon qu’ils sont racontés par tel ou tel, font mourir le dieu ou le héros à tel moment, pour qu'on le retrouve bien vivant dans d'autres aventures plus tard ?

Ainsi, là où la modernité avait tout à fait figé l'épopée, jusqu’au paroxysme de l’œuvre totale de Tolkien, indépassable, univers monolithique « clef en main » qui contenait sa propre archéologie, nous revenons peut-être avec Game of Thrones à une manière plus labile de raconter, plus souple, où le « possible », les revers de la fortune sont déterminants. Où le destin des personnages peut connaître maintes variantes.

Les scénaristes ne sont donc pas face à un mur, mais à un boulevard. Que va-t-il se passer ensuite ? A eux de nous le dire.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires