En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 34 min 22 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 1 heure 54 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 17 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 2 heures 55 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 3 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 18 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 26 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 22 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 9 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 2 heures 41 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 19 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 27 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 5 heures 49 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 18 heures 58 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 19 heures 49 min
© (DR)
© (DR)
Monsieur Je-sais-tout

Montebourg se réclame de Colbert... il ferait bien de relire attentivement son bilan

Publié le 18 mai 2014
Arnaud Montebourg se proclame volontiers comme l'hériter de Colbert. Mais ce dernier, plombant l'économie à coup de dirigisme et de réglementations, a contribué au retard de la France face à la Grande-Bretagne.
Daniel Tourre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Montebourg se proclame volontiers comme l'hériter de Colbert. Mais ce dernier, plombant l'économie à coup de dirigisme et de réglementations, a contribué au retard de la France face à la Grande-Bretagne.

Arnaud Montebourg, lorsqu’il n’est pas en train d’insulter des patrons, se réfère volontiers à celui qu’il considère comme son glorieux inspirateur : Colbert.  Cet héritage est pour une fois revendiqué à juste titre, mais contrairement à ce que semble penser le ministre de l’économie, il n’y a pas de quoi en être fier. 

Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) a été sous le règne de Louis XIV l’un des personnages les plus puissants de l’Etat. S’inspirant d’une théorie économique fausse, le mercantilisme consistant à limiter les importations par le protectionnisme tout en augmentant artificiellement les exportations, Colbert met en place un interventionnisme intense destiné à augmenter la production française. 
 
Cet étatisme sera ensuite encensé par de nombreux ouvrages et surtout repris avec gourmandise par chaque homme politique souhaitant diriger l’économie tout en profitant d’une patine historique bien lustrée.  Au-delà de cet écran de fumée entretenu complaisamment par tous ceux qui souhaitent augmenter le périmètre de l’Etat, la méthode comme les résultats du Colbertisme n’ont pourtant rien d’enthousiasmant.
 

a) Centraliser & planifier

Colbert sait mieux que les marchands et les artisans ce qu’il faut produire et où il faut le produire. « Il faut se résoudre à faire le bien des peuples malgré eux. »  Pour décider à la place de ces entrepreneurs qui ne pourraient semble-t-il produire sans lui, il met en place tout un réseau d’administrateurs, d’intendants, de superintendants capables de contrôler et d’exécuter ses volontés depuis Paris.
 
Et il ne s’en prive pas : la France est bombardée de décisions, d’injonctions prises à la chaîne par un seul homme et son entourage très limité. 
 

Cette prétention à mieux savoir que les entrepreneurs ce qui doit être entrepris part de postulats faux. D’une part, celui selon lequel sans l’impulsion de l’Etat, les individus seraient une matière inerte. Et d’autre part, la connaissance dispersée dans la société serait inutile, une poignée d’individus brillants pourrait s’en passer et prendre de meilleures décisions depuis un ministère.

b) Renforcer les corporatismes & infantiliser les travailleurs

Les jurandes existaient bien avant l’arrivée de Colbert, mais ce dernier, au lieu d’affaiblir le corporatisme, le renforce tout en octroyant à sa discrétion des passe-droits. Avec l’ordonnance de 1673, Colbert tente d’imposer à tous les métiers un statut corporatiste. Dans le même temps, il exonère certaines manufactures et leur laisse la liberté d’employer un nombre illimité d’ouvriers, interdisant de surcroît à ces derniers de chercher un poste mieux payé ailleurs (cf P. Boissonnade Colbert, le triomphe de l’étatisme).

Ce mélange de corporatisme, de passe-droits arbitraires et de coercition ouvrière n’est bizarrement jamais rappelé par les Colbertistes 2.0.

 
 

c) Réglementer

Sous prétexte de maintenir une grande qualité des biens produits (pour Colbert, ni les marchands, ni les artisans n’auraient pu le faire eux-mêmes), il assomme l’industrie naissante de réglementations en tout genre contrôlées méticuleusement par une petite armada de bureaucrates.
 
Par exemple dans le textile, la fabrication des boutons était contrôlée par des corporations, certaines dédiées au bouton lui-même, d’autres à la confection de la cordelette reliant le bouton au vêtement. Des marchands et des tailleurs imaginent une fixation du bouton directement sur le vêtement. Cette innovation est combattue férocement par les corporations, appuyées par l’Etat. Des amendes sont infligées aux producteurs, aux vendeurs et aux clients de ces nouveaux boutons. Certaines guildes locales obtiennent même le droit de fouiller les maisons et d’arrêter les criminels portant des boutons de ce nouveau type. (M. Rothbard, History of Economic Thought, Volume 1). 
 
La réglementation de la seule industrie textile est contenue dans 7 volumes et plus de 2200 pages.
 
« Les règlements sur la fabrication des lainages en Bourgogne et dans quatre régions avoisinantes, stipulent que les tissus de Dijon et Selongey doivent être peignés sur une largeur d'une aune et trois-quarts, que la trame doit comprendre quarante-quatre fois trente-deux fils, lisières comprises, et qu'à son arrivée à la foulerie, le drap doit avoir exactement une aune de large. Mais à Semur et en quatre autres endroits, la trame doit avoir treize cent soixante-seize fils, et mille deux cent seize à Châtillon... » (W. Lippmann, La cité libre)
 

d) Subventionner, taxer & privilégier

Colbert subventionne les manufactures nouvelles ou en déclin selon ses propres objectifs. En plus de provoquer des gaspillages, cette manne attire bien sûr des convoitises d’une part et nécessite des impôts d’autre part.
 
Pour certains marchands, il sera alors toujours plus intéressant de flatter le pouvoir royal que de s’intéresser à ce qu’il faut vraiment produire.
 
Ce capitalisme de connivence incite à la corruption, à commencer pour son instigateur en chef. La fortune de Colbert à la fin de sa vie était estimée à plus de 10 millions de livres, une fortune considérable (à titre de comparaison, la construction du château de Versailles est estimée entre 40 et 100 millions de livres). Le grand serviteur de l’Etat n’a pas oublié de se servir aussi. Les milliers de petits serviteurs qu’il a créés n’ont pas oublié non plus.
 
e) Protectionnisme & patente
 
Colbert limite et punit sévèrement les importations venant d’autres pays en particulier de Hollande et d’Angleterre. Ce protectionnisme sera d’ailleurs l’une des causes de la guerre coûteuse avec la Hollande. Ce protectionnisme extérieur est doublé par des monopoles intérieurs. Colbert distribue des patentes à certaines manufactures interdisant à des concurrents d’exercer la même activité dans la même région ou le pays. 
 
A chaque étape de ces interventions, règlementations, patentes, il fallait contrôler, juger et punir les récalcitrants.
 
« Les mesures économiques prises à cet égard coûtèrent la vie à près de seize mille personnes, qui périrent sur l'échafaud ou dans des émeutes. Ce total ne comprend pas le nombre inconnu mais certainement beaucoup plus élevé, de ceux qui furent envoyés aux galères ou punis de quelque autre manière. Un jour, à Valence, soixante-dix-sept personnes furent condamnées à être pendues, cinquante-huit à la roue, six cent trente et une aux galères. Une seule fut acquittée. Personne ne fut gracié. Mais ces mesures énergiques ne suffirent pas à atteindre le but recherché. Les calicots imprimés se répandirent de plus en plus dans toutes les classes de la population, en France comme ailleurs » (E. Heckscher, Mercantilism).
 
Cette étatisation de l’économie tuant l’innovation, bureaucratisant l’économie a contribué au retard de la France. L’Angleterre est entrée la première, seule, dans la révolution industrielle, alors que la France avait des atouts pour être en tête.
 
Même si son action dans d’autres domaines de l’organisation d’un Etat moderne est plus nuancée, son image flatteuse en développement économique est tristement usurpée. Colbert n’a pas redressé la France, il l’a plombé à coup de dirigisme et de réglementations. Hier comme aujourd’hui, la prospérité et l’innovation ne se décrètent pas d’un ministère.
 
Aujourd’hui Montebourg s’inspire effectivement de cet exemple, entre dirigisme tonitruant et interventionnisme arbitraire, convaincu de faire mieux que les professionnels dans des métiers où il ne connait rien. 
 
Et non, pas plus que du temps de Colbert, ce n’est pas la bonne méthode pour le développement économique.
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RBD
- 18/05/2014 - 23:12
imposture
En effet les Historiens sont généralement très peu enthousiastes quant au bilan du colbertisme, à la différence des politiques et des programmes de collège qui ont besoin de dresser des grandes figures.
Outre-Vosges
- 18/05/2014 - 18:52
À la décharge de Colbert
J’ai été bien content d’apprendre qu’un monsieur Daniel Toutte existe, mais j’aurais été bien heureux aussi de savoir dans quelle branche il travaille et d’où il tire ses revenus. Je n’ai pu retrouver des renseignements à son sujet sur Wikipédia, qui se contente de le qualifier au hasard d’une page d’« historien et écrivain ». Un fantomatique « Wikilibéral » nous en dit un peu plus mais nous laisse sur notre faim.

En ce qui concerne Colbert, sa politique n’a sans doute pas été fameuse mais au moins il a veillé à l’équilibre du budget, ce que personne en France n’a été capable de faire après lui. La Grande Catastrophe qui a ruiné notre pays a été, deux ans après sa mort, la Révocation de l’Édit de Nantes qui a donné à nos ennemis une foule de travailleurs capables ainsi que des soldats motivés et décidés à se venger. Tiens, il serait peut-être intéressant de comparer cet exode à celui des diplômés un peu ambitieux que les bobos détestent et qu’ils font fuir de notre pays en disant : « Bon débarras ! »
2bout
- 18/05/2014 - 17:24
Deux articles consacrés au même homme aujourd'hui.
Plutôt flatteur pour ce personnage qui n'aspire qu'à la reconnaissance médiatique. Et comme chaque intervention se traduit par une invitation aux 20 heures, comment imaginer que cette obsession puisse cesser. Si l'homme politique fascine, lui l'homme politique, est fasciné par les sunlights. Et quand la vanité dépasse l'incompétence, la matière inerte que nous pourrions être cherche encore la matière grise qui nous gouverne. Pour résumer, Montebourg, un beauf en cravate.