En direct
Best of
Best Of
En direct
Marketing 2.0
Je pense donc je consomme : l'ère des "consomm' acteurs"
Publié le 04 août 2011
Le consommateur d'aujourd'hui a bien changé. Désormais, il réfléchit, il ne se contente plus d'acheter un produit les yeux fermés, il adhère à un mode de vie, à des valeurs. Katalin Berenyi, dans les "11 lois du marketing créatif", dresse pour nous le portrait des nouveaux "consomm'acteurs" que nous sommes. Extraits.
Katalin Berenyi est co-fondatrice de la marque Erborian, spécialisée en cosmétique.Elle est également Présidente Directrice Générale de la marque Symbiose Cosmetics France.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Katalin Berenyi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Katalin Berenyi est co-fondatrice de la marque Erborian, spécialisée en cosmétique.Elle est également Présidente Directrice Générale de la marque Symbiose Cosmetics France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le consommateur d'aujourd'hui a bien changé. Désormais, il réfléchit, il ne se contente plus d'acheter un produit les yeux fermés, il adhère à un mode de vie, à des valeurs. Katalin Berenyi, dans les "11 lois du marketing créatif", dresse pour nous le portrait des nouveaux "consomm'acteurs" que nous sommes. Extraits.

Cher lecteur,

Tu le vois bien, les grands principes des papes du marketing sont toujours valables, dans une certaine mesure. La vérité est que, dans notre marché occidental, souvent sursaturé, où la plupart du temps les plus gros gagnent même si leurs produits sont moyens, et où la communication est devenue reine, le consommateur a pris le contrepied en devenant « consomm'acteur ».

Acheter, c’est voter pour un produit

Notre « consomm'acteur » est expert dans les domaines qui l’intéressent. Il passe du temps à s’informer sur Internet et à éplucher la littérature associée à ses centres d’intérêt. De nombreux clients d’Erborian n’hésitent pas, par exemple, à analyser la composition de nos crèmes et à donner leur avis sur les ingrédients et les produits. Pour le consomm'acteur, l’acte d’achat s’apparente à un vote : il choisit son produit en connaissance de cause. Son opinion est bien construite et exprimée haut et fort. Il est critique et il attend le meilleur, au meilleur prix. Le consomm'acteur est tourné vers une consommation plus éthique, plus authentique, et plus « vraie ». Il ne se contente plus d’un produit quelconque, à un prix abordable. Nos produits et nos services doivent désormais avoir un sens. Le consomm'acteur n’achète plus un shampooing parce qu’il l’a vu sur une pub : il achète le bon produit pour lui, car il reflète ses valeurs, ses modes de vie et de consommation, l’identification à sa tribu. Le produit lui correspond et par sa consommation notre « consomm'acteur » exprime sa personnalité, son appartenance ou, au contraire, sa non-appartenance. Les clients d’une marque de shampooing comme Aveda expriment leur appartenance à la nature, aux formules naturelles et urbaines à la fois…          

J’achète ce que je suis

Le nouveau marketing ne parle plus de « gap », de « besoins », de « segments » ou des « profils », qu’ils soient socio-économiques, psychosociologiques ou autre. Le nouveau marketing parle de taste communities, ou communautés de goûts. De value communities ou communautés de valeurs. Nous consommons, donc nous sommes : le thé ou le café que tu commandes au bistro, la robe trop courte ou trop longue que tu portes, le shampooing qui va donner l’odeur à tes cheveux, la hauteur de tes talons, manger bio ou pas bio, sans parler de ta voiture ou de ta non-voiture : tous ces actes de consommation contribuent à nous définir.

Bien plus qu’un produit : une idée

Le « consomm'acteur » veut comprendre et choisir avant de consommer. Et le changement radical de ses envies, de ses exigences et de sa volonté de comprendre, de ses choix même a des conséquences économiques énormes sur la création, le marketing et nos quotidiens. Nos produits ont changé : ils communiquent davantage, ils nous expliquent ce qu’ils contiennent et ils essaient de nous éclairer sur leurs ingrédients et leurs valeurs. Elle est bien terminée, l’ère de la confiance « les yeux fermés » !

Notre consomm'acteur a envie de nouveauté. Mais pas de nouveauté pour la nouveauté, que j’appelle le « faux nouveau » : il veut un « vrai nouveau » qui lui apporte quelque chose. Un « vrai nouveau » par lequel il se sentira mieux armé ou plus éthique, ou plus… (Choisis ton « mieux »). Un « vrai nouveau » qui a du sens, qui lui apprend quelque chose. Un « vrai nouveau » qui le rendra plus intelligent.

_____________________________________

Extraits de Les 11 lois du marketing créatif, de Katalin Berenyi, (Eyrolles, Mai 2011)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
07.
L'identité de Jack l’Eventreur dévoilée
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires