De nos amours destitués

Dans le cœur de Schopenhauer

Publié le 09 août 2011
Le philosophe bat en brèche de l'idée même de "l'amour". Il considère qu'il ne s'agit que d'une ruse de la Nature pour pousser les humains à se reproduire. Petit guide de réflexion avec Céline Belloq dans son livre, "Lâcher prise avec Schopenhauer". Second extrait.
Céine Belloq est professeur de philosophie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Céline Belloq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Céine Belloq est professeur de philosophie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le philosophe bat en brèche de l'idée même de "l'amour". Il considère qu'il ne s'agit que d'une ruse de la Nature pour pousser les humains à se reproduire. Petit guide de réflexion avec Céline Belloq dans son livre, "Lâcher prise avec Schopenhauer". Second extrait.

L'amour, cette déception aigre-douce

« L’amour, c’est l’infini mis à la portée des caniches », écrivait Louis-Ferdinand Céline.

Les hommes font de l’amour le centre de leur existence : une vie où l’on aime pleinement et où l’on est aimé ne peut être qu’épanouie. L’amour est à lui seul une raison d’exister, un sens à la vie, l’accomplissement par excellence de notre humanité.

Ce thème est fondamental, et Schopenhauer reconnaît que l’amour est la grande affaire des hommes et que les plus grands esprits peuvent perdre la raison par passion amoureuse (les crimes passionnels nous le prouvent). Les poètes n’ont cessé de chanter, avec des variations infinies, les beautés et les douleurs de l’amour – il est vrai que ce dernier offre de multiples possibilités de meurtrissures, raffinées, subtiles, cruelles… Il semble donc que l’amour soit un sujet inépuisable. Même si cet ingrédient incontournable des contes de fées peut tourner très vite au vinaigre – voire au poison –, l’amour apparaît toujours comme une quête de l’étoile, une rédemption de nos misérables existences, une douceur sublime dans un monde de brutes. C’est la dernière aventure à risque dans un monde aseptisé, le dernier grand voyage ouvert à tous : dans ce domaine, les nantis n’ont pas plus d’avance que les autres, et les « recalés sociaux » ont la capacité d’exceller. C’est à cette croyance, ancrée dans le coeur des hommes, que va s’attaquer Schopenhauer, en cassant brutalement le mythe.

Comment en effet définit-il l’amour ? Comme un instinct sexuel !

 Objectif reproduction

Schopenhauer fait de l’amour une illusion créée par la Nature pour nous pousser à la reproduction : le but de l’amour n’est pas la rencontre et l’union avec une âme soeur, mais le pur et simple enfantement. Il s’agit donc d’une ruse de la Nature dont nous sommes les victimes.

En effet, la Nature n’a de considération que pour la survie de l’espèce. Or, nous ne sommes pas toujours coopératifs dans ce domaine – il est vrai que mettre au monde un enfant peut paraître, à y penser froidement, un véritable fardeau couplé à un acte cruel. La Nature va donc nous enivrer, afin que nous perdions un peu notre jugement et commettions l’irréparable. L’amour est cette griserie, cet enchantement initial, plein de promesses de plaisirs à venir, qui nous donne envie de nous attacher à un partenaire pour la vie. Tant qu’il n’est que féerie, nous sommes prêts à toutes les folies.

Le drame commence après. Les parures du discours, la poésie, dont use malgré lui l’amoureux dans son ivresse pour toucher le coeur et l’âme de son partenaire, visent en fait son corps : l’unique but poursuivi est l’acte sexuel. Il suffit de voir à quel point les rapports sexuels sont importants pour nous. Schopenhauer cite aussi l’exemple de ceux qui se sont tués parce que leur « belle » se refusait physiquement à eux. Le fait d’être payés de retour dans leurs sentiments n’était pas une consolation suffisante à leur abstinence forcée. Par conséquent, sous le masque de l’amour et pour donner le change à la conscience, la Nature agit…

Son but est noble : concevoir les meilleurs individus. Pour cela, elle recherche la complémentarité des « amoureux » en vue de la procréation et vise la perpétuation de l’espèce, sa régénération. Elle s’évertue donc à trouver les meilleures combinaisons physiologiques et de caractères. Ainsi, deux jeunes gens peuvent très bien s’entendre sans que pourtant l’amour naisse entre eux. Ils ne le voient pas, mais la Nature ne les trouve pas compatibles, c’est-à-dire que l’enfant qui naîtrait d’eux serait d’une constitution physique ou intellectuelle sans harmonie.

Certains trouveront peut-être que cette vision réduit un sentiment spirituel à une simple copulation. Mais Schopenhauer répond à ce reproche que la composition de la génération future, de laquelle dépendent à leur tour d’innombrables générations, est le noble but de l’amour.

« La détermination des individualités de la génération future n’est-elle pas, en effet, une fin qui surpasse en valeur et en noblesse tous leurs sentiments transcendants et leurs bulles de savon immatérielles ? » (M.C.V.R., « Métaphysique de l’amour », p. 1290.)

Il ne s’agit pas ici du bonheur individuel, mais de l’existence de l’humanité pour les siècles futurs. La volonté de l’individu converge avec le dessein le plus impérieux de la Nature. Pour cette raison, l’amour est pour chacun d’entre nous une affaire qui mérite la priorité sur toute autre activité. Il est le centre justifié de nos vies.

« La haute importance du but à atteindre est ce qui fait le pathétique et le sublime des intrigues d’amour, le caractère transcendant des transports et des douleurs qu’elles provoquent. » (M.C.V.R., « Métaphysique de l’amour », p. 1289.)


____________________________________________________________

Extrait de "lâcher prise avec Schopenhauer" de Céline Belloq, Eyrolles mai 2011 


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 10/08/2011 - 08:00
Ethnocentrisme
L'obsevation,par exemple, des singes bonobos nous montre, bien sûr, la force du désir sexuel.
Par contre, d'autres civilisations humaines, sur d'autres continents et d'autres époques, nous montrent qu'il existe bien d'autres systèmes possibles, et infiniment moins mortifères, que notre stupide "modèle méditerranéen", basé sur la virginité, la monogamie, la possesivité et la jalousie obsesionnelle!
Redmonde
- 09/08/2011 - 17:57
Analyse superficielle
"(les crimes passionnels nous le prouvent"; non!
Les auteurs de crimes passionnels n'agissent pas par amour, mais au contraire parce qu'ils considèrent leur partenaire comme leur propriété.
Un des problèmes de l'humanité est justement de définir l'amour comme un droit de propriété sur un autre être humain.
caod4444
- 09/08/2011 - 17:25
On pourrait qd même se demander...
pourquoi mère Nature n'a pas user des mêmes substituts qu'avec les animaux ? Une sorte de besoin irreprescible qui ferait que nous soyons obligé de procréer ... Par exemple j'aime Jésus sans vouloir me reproduire, idem avec ma mère etc ...L'Amour semble donc plus que ce que dit Schop ...