En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 4 heures 4 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 4 heures 59 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 5 heures 56 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 10 heures 12 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 10 heures 56 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 32 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 53 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 37 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 5 heures 21 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 10 heures 4 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 38 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 10 heures 59 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 13 heures 25 min
De nos amours destitués

Dans le cœur de Schopenhauer

Publié le 09 août 2011
Le philosophe bat en brèche de l'idée même de "l'amour". Il considère qu'il ne s'agit que d'une ruse de la Nature pour pousser les humains à se reproduire. Petit guide de réflexion avec Céline Belloq dans son livre, "Lâcher prise avec Schopenhauer". Second extrait.
Céline Belloq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Céine Belloq est professeur de philosophie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le philosophe bat en brèche de l'idée même de "l'amour". Il considère qu'il ne s'agit que d'une ruse de la Nature pour pousser les humains à se reproduire. Petit guide de réflexion avec Céline Belloq dans son livre, "Lâcher prise avec Schopenhauer". Second extrait.

L'amour, cette déception aigre-douce

« L’amour, c’est l’infini mis à la portée des caniches », écrivait Louis-Ferdinand Céline.

Les hommes font de l’amour le centre de leur existence : une vie où l’on aime pleinement et où l’on est aimé ne peut être qu’épanouie. L’amour est à lui seul une raison d’exister, un sens à la vie, l’accomplissement par excellence de notre humanité.

Ce thème est fondamental, et Schopenhauer reconnaît que l’amour est la grande affaire des hommes et que les plus grands esprits peuvent perdre la raison par passion amoureuse (les crimes passionnels nous le prouvent). Les poètes n’ont cessé de chanter, avec des variations infinies, les beautés et les douleurs de l’amour – il est vrai que ce dernier offre de multiples possibilités de meurtrissures, raffinées, subtiles, cruelles… Il semble donc que l’amour soit un sujet inépuisable. Même si cet ingrédient incontournable des contes de fées peut tourner très vite au vinaigre – voire au poison –, l’amour apparaît toujours comme une quête de l’étoile, une rédemption de nos misérables existences, une douceur sublime dans un monde de brutes. C’est la dernière aventure à risque dans un monde aseptisé, le dernier grand voyage ouvert à tous : dans ce domaine, les nantis n’ont pas plus d’avance que les autres, et les « recalés sociaux » ont la capacité d’exceller. C’est à cette croyance, ancrée dans le coeur des hommes, que va s’attaquer Schopenhauer, en cassant brutalement le mythe.

Comment en effet définit-il l’amour ? Comme un instinct sexuel !

 Objectif reproduction

Schopenhauer fait de l’amour une illusion créée par la Nature pour nous pousser à la reproduction : le but de l’amour n’est pas la rencontre et l’union avec une âme soeur, mais le pur et simple enfantement. Il s’agit donc d’une ruse de la Nature dont nous sommes les victimes.

En effet, la Nature n’a de considération que pour la survie de l’espèce. Or, nous ne sommes pas toujours coopératifs dans ce domaine – il est vrai que mettre au monde un enfant peut paraître, à y penser froidement, un véritable fardeau couplé à un acte cruel. La Nature va donc nous enivrer, afin que nous perdions un peu notre jugement et commettions l’irréparable. L’amour est cette griserie, cet enchantement initial, plein de promesses de plaisirs à venir, qui nous donne envie de nous attacher à un partenaire pour la vie. Tant qu’il n’est que féerie, nous sommes prêts à toutes les folies.

Le drame commence après. Les parures du discours, la poésie, dont use malgré lui l’amoureux dans son ivresse pour toucher le coeur et l’âme de son partenaire, visent en fait son corps : l’unique but poursuivi est l’acte sexuel. Il suffit de voir à quel point les rapports sexuels sont importants pour nous. Schopenhauer cite aussi l’exemple de ceux qui se sont tués parce que leur « belle » se refusait physiquement à eux. Le fait d’être payés de retour dans leurs sentiments n’était pas une consolation suffisante à leur abstinence forcée. Par conséquent, sous le masque de l’amour et pour donner le change à la conscience, la Nature agit…

Son but est noble : concevoir les meilleurs individus. Pour cela, elle recherche la complémentarité des « amoureux » en vue de la procréation et vise la perpétuation de l’espèce, sa régénération. Elle s’évertue donc à trouver les meilleures combinaisons physiologiques et de caractères. Ainsi, deux jeunes gens peuvent très bien s’entendre sans que pourtant l’amour naisse entre eux. Ils ne le voient pas, mais la Nature ne les trouve pas compatibles, c’est-à-dire que l’enfant qui naîtrait d’eux serait d’une constitution physique ou intellectuelle sans harmonie.

Certains trouveront peut-être que cette vision réduit un sentiment spirituel à une simple copulation. Mais Schopenhauer répond à ce reproche que la composition de la génération future, de laquelle dépendent à leur tour d’innombrables générations, est le noble but de l’amour.

« La détermination des individualités de la génération future n’est-elle pas, en effet, une fin qui surpasse en valeur et en noblesse tous leurs sentiments transcendants et leurs bulles de savon immatérielles ? » (M.C.V.R., « Métaphysique de l’amour », p. 1290.)

Il ne s’agit pas ici du bonheur individuel, mais de l’existence de l’humanité pour les siècles futurs. La volonté de l’individu converge avec le dessein le plus impérieux de la Nature. Pour cette raison, l’amour est pour chacun d’entre nous une affaire qui mérite la priorité sur toute autre activité. Il est le centre justifié de nos vies.

« La haute importance du but à atteindre est ce qui fait le pathétique et le sublime des intrigues d’amour, le caractère transcendant des transports et des douleurs qu’elles provoquent. » (M.C.V.R., « Métaphysique de l’amour », p. 1289.)


____________________________________________________________

Extrait de "lâcher prise avec Schopenhauer" de Céline Belloq, Eyrolles mai 2011 


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ganesha
- 10/08/2011 - 08:00
Ethnocentrisme
L'obsevation,par exemple, des singes bonobos nous montre, bien sûr, la force du désir sexuel.
Par contre, d'autres civilisations humaines, sur d'autres continents et d'autres époques, nous montrent qu'il existe bien d'autres systèmes possibles, et infiniment moins mortifères, que notre stupide "modèle méditerranéen", basé sur la virginité, la monogamie, la possesivité et la jalousie obsesionnelle!
Redmonde
- 09/08/2011 - 17:57
Analyse superficielle
"(les crimes passionnels nous le prouvent"; non!
Les auteurs de crimes passionnels n'agissent pas par amour, mais au contraire parce qu'ils considèrent leur partenaire comme leur propriété.
Un des problèmes de l'humanité est justement de définir l'amour comme un droit de propriété sur un autre être humain.
caod4444
- 09/08/2011 - 17:25
On pourrait qd même se demander...
pourquoi mère Nature n'a pas user des mêmes substituts qu'avec les animaux ? Une sorte de besoin irreprescible qui ferait que nous soyons obligé de procréer ... Par exemple j'aime Jésus sans vouloir me reproduire, idem avec ma mère etc ...L'Amour semble donc plus que ce que dit Schop ...