En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

03.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Pompéi en danger

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 1 heure 9 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 3 heures 1 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 6 heures 45 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 8 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 9 heures 46 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 10 heures 21 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 2 heures 14 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 3 heures 32 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 5 heures 34 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 6 heures 27 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 10 heures 51 min
© Reuters
"Celle qui est surnommée « Madame Non » dans les cercles européens fait désormais l’objet de critiques de la part de ses propres compatriotes".
© Reuters
"Celle qui est surnommée « Madame Non » dans les cercles européens fait désormais l’objet de critiques de la part de ses propres compatriotes".
Crise de la zone euro

Angela Merkel, la "Madame Nein" qui sauvera l'Europe ?

Publié le 20 juillet 2011
Rencontre Nicolas Sarkozy - Angela Merkel ce mercredi à Berlin pour préparer la réunion des chefs d'État et de gouvernement de la zone euro de demain. Tensions à prévoir. Mais qui est donc la Chancelière allemande, désignée femme la plus puissante du monde dans le classement Forbes de 2006 à 2009 ?
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rencontre Nicolas Sarkozy - Angela Merkel ce mercredi à Berlin pour préparer la réunion des chefs d'État et de gouvernement de la zone euro de demain. Tensions à prévoir. Mais qui est donc la Chancelière allemande, désignée femme la plus puissante du monde dans le classement Forbes de 2006 à 2009 ?

Décembre 2011, New-York, comité de rédaction du magazine Forbes. Une vive discussion oppose les membres chargés d’établir le prestigieux classement annuel des femmes les plus puissantes du monde. Les lauréates, femmes politiques ou d’affaires, ne font en général pas débat, mais cette année la chancelière de la République d’Allemagne est sujette à controverse.

« Pour être clair, pour moi et aux yeux de tous les observateurs, Angela Merkel a fait sauter la zone euro » s’exclame l’un d’entre eux…

Angela Merkel, première de ce classement de 2006 à 2009, quatrième en 2010, livrée à la vindicte populaire. Quel coup du sort ! Ou peut être pas.

Un bilan contrasté à la tête de l'Allemagne

Mme Merkel est arrivée au pouvoir en septembre 2005. Sous sa direction l’Allemagne a réduit ses déficits, atteignant l’équilibre budgétaire en 2008, passant sous les 2% en 2011 ; la croissance a été plus forte que sur les cinq années précédentes[1] alors même qu’elle a affronté la récession mondiale. Quant au chômage, le point noir de l’Allemagne, il a enfin entamé la phase descendante, passant de 12% en mai 2005 à 7% aujourd’hui[2].

Des chiffres impressionnants, deux mandats exemplaires, si ce n’est qu’ils ne sont que le résultat de réformes structurelles d’ampleur commencées sous le chancelier socialiste Schröder dans le cadre de l’Agenda 2010. De plus, c’est une coalition alliant conservateurs et socialistes qui les a mises en œuvre sous le premier mandat d’Angela Merkel.

Quant aux idées d’avenir qui font la grandeur de l’homme ou de la femme d’État, Mme Merkel a jusqu’à présent plutôt semblé leur préférer le court-termisme. En 2004, preuve d’un flair politique somme toute assez limité, elle a soutenu contre vents et marées l’attaque américaine de l’Irak pour se différencier des socialistes au pouvoir. En mars 2011, elle a décidé d’abandonner le nucléaire d’ici à 2022 en cédant à la pression des événements. Sans interroger le fond de sa décision, la façon dont elle a réagi procède davantage de l’intérêt électoral, à savoir attaquer sur leur terrain les Verts qui la talonnent dans les sondages, que du bien commun.

Sa politique européenne en question

Et que dire de sa gestion de la crise de la dette grecque devenue crise de l’euro par la force des choses. Elle a (pour peu de temps encore) le destin de la monnaie unique entre ses mains. Elle n’est pas seule et partage cette responsabilité avec d’autres. Mais, la semaine dernière, c’est elle seule qui a refusé les demandes pressantes de Paris et Bruxelles pour une réunion au sommet concernant le plan d’aide à la Grèce. Cela l’aide à soigner son image d’intransigeance et lui servira auprès des électeurs en 2013. Mais se parer derrière les vertus de l’austérité budgétaire n’est pas suffisant car les conséquences seront dramatiques.

L’Allemagne ne peut jouer la carte individuelle. Bien que le rééchelonnement brutal de la dette épargnera ses banques, le probable ralentissement économique qui s’ensuivra dans les autres pays affectera à coup sûr notre voisin d’outre-Rhin. D’ailleurs celle qui est surnommée « Madame Non » dans les cercles européens fait désormais l’objet de critiques de la part de ses propres compatriotes. L’allemand Jürgen Stark, chef économiste de la Banque centrale européenne, a même parlé de « discussion stérile » à propos de cette exigence de rééchelonnement. Et si elle imaginait se représenter pour un troisième mandat, il faut croire que les Allemands se sont lassés de ses changements de cap. D’ailleurs seule la moitié d’entre eux considère qu’elle a bien géré la crise actuelle de l’euro[3].

Mme Merkel a donc encore tout à montrer pour prouver que le titre de femme la plus puissante du monde vaut mieux qu’une Une de papier glacé.



[1] Statistiques de l’office allemand des statistiques Destatis, 1,7% en moyenne de 2000 à 2005 et 2,2% de 2006 à 2010

[2] Office fédéral du Travail, en % de la population active

[3] Sondage du 8 juillet 2011 conduit par ARD TV and Infratest

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alankin
- 21/07/2011 - 11:23
ne pas oublier non plus...
les atermoiements de Juin sur le sort de la Grèce, qui a mis la Grèce dans des emprunts à taux dramatique parce que madame Merkel tardait à se décider...du coup, la Grèce est dans la mélasse par la faute du retard Allemand, et cela lui revient en boomerang en pleine figure..Merkel aura été le pire chancelier de l'après guerre.
alankin
- 21/07/2011 - 11:20
il n'y a pas que ça..
la zone Euro est l'espace export Allemand à plus de 60%... tuer cette zone tuera le marché Allemand... En fait, si en Zone Euro tous les pays étaient aussi forts que l'Allemagne - ce qu'elle souhaite- eh bien elle nous pourrait rien nous vendre, ou du moins devoir nous en acheter autant. En gros, elle veut le beurre et son argent.
Le Haricot
- 21/07/2011 - 08:09
Tempérance et tempérament
Heureusement que Mme Merkel est là pour tempérer le fougueux tempérament de notre Superman national qui aurait déjà décidé de sauver la Grèce à coups de nos fonds nationaux et publics... après avoir sauvé l'Afghanistan et la Libye...
Quoiqu'on en dise le moteur et le coeur de l'Europe, c'est bien l'Allemagne... Merci Angela !