En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Les attaques dans le cyberespace mobilisent aujourd’hui fortement l’attention.
Bug Brother
La Troisième Guerre mondiale sera celle des cyber-données
Publié le 30 juin 2011
Des cyber-attaques qui se multiplient, le devenir des bases de données qui pose question : au XXIe siècle, la "guerre" pourrait prendre une nouvelle forme et Big Brother ne pas être un Etat mais plutôt une entreprise privée telle que Google ou Facebook...
Eric Delbecque est l'auteur de Le Leadership de l’incertitude ou la Renaissance des organisations (Vuibert, 2010), La métamorphose du pouvoir. La chance des civilisations (Vuibert, 2009) et L'influence ou les guerres secrètes : De la propagande...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delbecque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Delbecque est l'auteur de Le Leadership de l’incertitude ou la Renaissance des organisations (Vuibert, 2010), La métamorphose du pouvoir. La chance des civilisations (Vuibert, 2009) et L'influence ou les guerres secrètes : De la propagande...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des cyber-attaques qui se multiplient, le devenir des bases de données qui pose question : au XXIe siècle, la "guerre" pourrait prendre une nouvelle forme et Big Brother ne pas être un Etat mais plutôt une entreprise privée telle que Google ou Facebook...

Les attaques dans le cyberespace mobilisent aujourd’hui fortement l’attention. Le 31 janvier 2011, les conclusions d’un débat organisé à Bruxelles par l’organisation SDA (1) soulignaient l’accroissement inquiétant des cyberattaques. Tous les pays du monde sont touchés, et les formes de cette menace évoluent constamment, notait Mario Campolargo, le directeur des nouvelles technologies à la direction générale de la commission européenne pour les médias et l’information (2).

On est aujourd’hui très loin du pirate « idéaliste » des années 1990 qui agissait pour dénoncer les failles des systèmes, ou du hacker en mal de notoriété. Certes, ils existent toujours. Mais ils ne sont plus seuls. Désormais, des activistes investissent le cyberespace pour faire progresser leur cause (politique, idéologique, etc.), et des criminels (individus ou organisations) l’utilisent pour développer des activités d’extorsion et de vol. En France, l’offensive qui a visé 150 ordinateurs des ministères de l’Economie et du Budget, entre mi-décembre 2010 et mi-mars 2011, a illustré l’acuité du problème et les changements intervenus dans les motivations des assaillants. Il s’avère que le vol d’informations sur la position française au G20 constituait l’objectif de l’attaque (3).

Une riposte militaire contre une cyber-attaque ?

Néanmoins, cela ne devrait pas nous faire oublier qu’une autre question, tout aussi majeure, se pose. Celle de la constitution d’un gigantesque Big Brother dont le centre est partout et nulle part à la fois. Mais pas construit par les Etats ! Celui qu’il faut craindre prend sa source dans les logiques marchandes, dans la logique même du capitalisme.

Certes, la lutte anti-terroriste a pu conduire les Etats-Unis à mettre en œuvre un dispositif dangereux pour les libertés individuelles (notamment via le Patriot Act et quelques projets tels le Total Information Awarness, puis le Terrorism Information Awareness). Le ballon sonde lancé dans la presse américaine sur une éventuelle riposte militaire aux cyber-agressions pourrait pointer dans la même direction : la crainte de la constitution d’un gigantesque cyber-pouvoir articulé sur la surveillance de masse ; les Etats-Unis ont d’ailleurs créé un Cybercommand (en mai 2010) pour lutter contre les offensives cybernétiques (4).

Mais s’il ne faut pas écarter ce danger, et qu’il doit susciter une raisonnable vigilance, on aperçoit clairement qu’il peut être contesté par de solides contre-pouvoirs (institutions judiciaires, associations, ONG, internautes, etc.). Le risque apparaît clairement : on est par conséquent en capacité d’alerter le grand public, de médiatiser le sujet et donc de tenter de s’y opposer.

Big Brother ne sera pas un Etat mais une entreprise

Il en va très différemment sur la question des bases de données qui classent aujourd’hui tous les aspects et les détails de nos vies. La guerre montante entre Facebook et Google fournit un exemple intéressant : chacun des deux acteurs disposent d’un nombre considérable d’informations sur nos goûts, nos habitudes, nos réseaux de sociabilité, nos données personnelles de manière générale, ce qui constitue une très importante richesse de matière premières « marketing » et l’occasion de monétiser cette connaissance auprès de différents opérateurs commerciaux.

C’est ici qu’il faut voir le spectre possible d’un Big Brother. La concurrence grandissante entre ces géants peut les amener à vouloir en savoir plus sur leurs clients pour « mieux répondre à leur demande » ; objectif dangereux qui conduit parfois à l’escalade dans le « fichage » de nos existences et de nos goûts. Car là réside le moteur de l’avantage comparé sur le concurrent : s’assurer la fidélité du consommateur/internaute, c’est scanner sa vie privée, vouloir mieux le connaître qu’il ne se connaît peut-être lui-même, tout au moins consciemment.

Par ailleurs, on peut être aussi tenté d’aller loin pour se procurer de précieuses bases de données, source de valeur ajoutée pour les entreprises, d’avantage compétitif. Les criminels eux aussi comprennent tout l’intérêt de les dérober, le cas de Sony nous l’a récemment rappelé. A l’ère de l’information et de la connaissance, la guerre mondiale des bases de données a peut-être déjà commencé...  

 __________________________________________

1 Security and Defence Agenda.

2 Cf. Dépêche n°2747 d’AISG, lundi 14 mars 2011.

3 Cette dernière fut donc l’œuvre de « professionnels » organisés, et il convient de la considérer comme une opération volontaire d’espionnage, articulée sur des procédures rigoureuses d’anonymisation et de récupération des données.

4 Cf. Dépêche n°1346 d’AISG, lundi 27 septembre 2010.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires