En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

02.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

05.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

06.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

07.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

ça vient d'être publié
pépites > Media
Déprogrammation
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décide de reporter son entretien à Brut de 24 heures
il y a 5 min 7 sec
pépites > Europe
Grisbi
L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance
il y a 34 min 1 sec
pépites > Politique
Hommage du chef de l’Etat
Mort de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron s'exprimera à 20 heures pour lui rendre hommage
il y a 1 heure 19 min
pépite vidéo > Politique
Hommage
Mort de Valéry Giscard d’Estaing : retrouvez les cinq moments-clés de sa vie politique
il y a 3 heures 11 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Politique
VGE

Valéry Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 6 heures 14 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Sarkozy coache Darmanin, Macron tance ses ministres; Hidalgo n’a aucune ambition mais un sens du devoir pour la France; Le Point s’inquiète des milliards de l’argent magique du Covid, Marianne des vaccins
il y a 19 min 57 sec
pépites > Santé
Campagnes de tests
L'Assemblée nationale se prononce en faveur du dépistage systématique du Covid-19
il y a 51 min 34 sec
décryptage > France
Conseil supérieur de l’audiovisuel

Contrôle de l’accès au porno des mineurs : le CSA étale son inculture technique

il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 4 heures 23 sec
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 5 heures 4 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 5 heures 35 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 6 heures 1 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 6 heures 9 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 15 heures 20 min
C'est l'histoire d'une Mecque...

Communautarisme : peut-on rire de tous ?

Publié le 14 juillet 2011
Le succès du "stand-up", forme d'humour communautaire importée des Etats-Unis notamment par le "Jamel Comedy Club", est le reflet d'une fragmentation de la société française : la critique de l'autre par le rire est devenue quasiment impossible.
Pascal Girbig
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Girbig est le créateur et le directeur artistique du Festival International d'Humour Drôles de Zèbres (FIHDZ) de Strasbourg. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le succès du "stand-up", forme d'humour communautaire importée des Etats-Unis notamment par le "Jamel Comedy Club", est le reflet d'une fragmentation de la société française : la critique de l'autre par le rire est devenue quasiment impossible.

Atlantico : Peut-on aujourd'hui rire de tout ?

Pascal Girbig : On peut rire de tout, tout le temps, mais pas partout... Une approche "laïque" de l'humour est signe de bonne santé d'une démocratie. Cela veut dire qu'on peut se permettre de plaisanter sur tout, en choisissant de nouveaux angles qui n'ont pas encore été abordés. C'est le Café de la Gare qui a installé ce type d'humour. 

Aujourd'hui, il est vrai que l'on voit surtout de l'humour communautaire, comme par exemple le "stand-up", importé des Etats-Unis par le "Jamel Comedy Club". On sectionne les choses, chacun s'isole, alors qu'il serait plus intéressant d'avoir une approche globale des choses, de rire au-delà de nos propres frontières. Il est normal que tout le monde plaisante, qu'on fasse une autocritique de sa communauté, de sa ville ou de sa région, mais il serait dommage d'avoir un humour de blonds gauchers aux yeux verts jouant au foot et n'aimant pas le scrabble...

C'est le vrai qu'il y a des sujets délicats, comme la religion, mais c'est bien dommage qu'il n'y ait plus cette autocritique par rapport à nous-mêmes et aux autres. Certains humoristes se figent dans leur propre environnement, alors qu'il est beaucoup plus intéressant d'avoir des spectacles pluridisciplinaires, qui enrichissent un univers avec de multiples influences. Par exemple, Woody Allen a réussi à utiliser l'humour juif pour enrichir son regard sur la société dans son ensemble. Si ce n'étaient que des blagues juives, ce serait moins intéressant.

L'état de l'humour est-il le reflet d'une société repliée sur elle-même ?

Oui, car aujourd'hui, la communauté se réduit à l'individu, et c'est bien le problème. On a l'impression que notre pays, avec sa culture, se sectionne de plus en plus : c'est chacun pour soi, et l'humour n'en est que le reflet, alors qu'il faudrait que ce soit un contre-pouvoir. Car les bouffons, il y en a toujours eu, sous une forme ou sous une autre.

Ce qui est dramatique, c'est quand nos politiques se mettent à faire les bouffons pour se faire de la publicité :  ce n'est pas un souci qu'ils plaisantent, mais quand on commence à faire tout un pataquès politique avec l'humour corézien... Chacun son job ! L'humour, on s'en charge !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
GBCKT
- 15/07/2011 - 14:51
Humour? Raillerie? Sarcasme?
Du graveleux, du sarcasme, de la raillerie pétocharde de bouffons du roi, de l'humour par exception.
GBCKT
- 15/07/2011 - 14:51
Humour? Raillerie? Sarcasme?
Du graveleux, du sarcasme, de la raillerie pétocharde de bouffons du roi, de l'humour par exception.
Spirale
- 15/07/2011 - 11:55
Au contraire
Au contraire l'humour entre communautés est signe d'un ajustement et d'une tolérance bien moins désincarnée que celle prônée par la République. L'auteur se contredit, semble-t-il, quand il dénonce "l'individualisme" et en même temps le communautarisme. Signe d'une réflexion inexistante et de beaucoup d'anxiété.