En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 20 heures 14 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 20 heures 40 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 20 heures 48 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 21 heures 6 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 21 heures 32 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 18 heures 50 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 20 heures 57 sec
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 20 heures 47 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 20 heures 49 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 21 heures 18 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 13 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 17 heures
Le bâtiment du Pentagone à Washington qui abrite le ministère de la Défense américain.
Le bâtiment du Pentagone à Washington qui abrite le ministère de la Défense américain.
Wargames

Des souris et des bombes...

Publié le 03 juin 2011
D'après le Wall Street Journal, le Pentagone envisagerait de riposter aux cyber-attaques comme s’il s’agissait d’un acte de guerre. Cela remettrait en cause notre conception moderne du conflit armé, qui n’autorise pas les Etats démocratiques à employer la force sans être certain de la responsabilité de leur cible.
Nicolas Arpagian est directeur scientifique du cycle « Sécurité Numérique » à l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Arpagian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Arpagian est directeur scientifique du cycle « Sécurité Numérique » à l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après le Wall Street Journal, le Pentagone envisagerait de riposter aux cyber-attaques comme s’il s’agissait d’un acte de guerre. Cela remettrait en cause notre conception moderne du conflit armé, qui n’autorise pas les Etats démocratiques à employer la force sans être certain de la responsabilité de leur cible.

Peut-on répliquer militairement à une cyber-attaque alors qu'on on ne peut à ce jour établir avec certitude l’origine de l’agression ? Pas sûr. C’est d’ailleurs une des raisons qui avaient incité au printemps 2007 l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord à ne pas appliquer l’article 5 du traité fondateur de l’Alliance pour venir au secours de l’Estonie. Cette dernière affirmait que la Russie était à l’origine des connexions massives et simultanées qui avaient mis son infrastructure informatique nationale hors d’état de fonctionner. Mais ne pouvant établir avec certitude la désignation des auteurs de cet assaut, l’OTAN s’était abstenu de toute réponse armée, et même politique.

La capacité à mener des campagnes informatiques offensives à partir de n’importe quel point du réseau Internet et de mobiliser des bataillons d’ordinateurs-zombies contrôlés à l’insu de leurs légitimes propriétaires pose la question de la responsabilité des titulaires desdits ordinateurs. Le fait de s’être fait piraté son informatique serait-il un début de responsabilité qui légitimerait d’être attaqué militairement à son tour ?

Cette ambition étatsunienne pose d’autres questions majeures :

- Si des actions militaires visaient des équipements informatiques apparemment impliqués dans une cyberattaque, qu’adviendrait-il des données présentes dans les serveurs informatiques en question mais qui seraient sans lien avec les attaquants présumés ? Un hôpital, un industriel ou même des particuliers pourraient-ils voir leurs systèmes d’information détruits au seul titre que leurs données se trouvaient dans le même équipement informatique que d’éventuels pirates ? Faut-il les assimiler à des victimes collatérales ? 

- En intervenant militairement dans le cyberespace les Etats-Unis n’indiqueraient-ils pas qu’ils n’envisagent pas d’autre autorité que la leur sur ce territoire ? Pas sûr que les Chinois et les Russes apprécient cette idée. Quant aux Européens, leur timidité sur le terrain de la diplomatie numérique est proverbiale. Cette option donnerait du crédit aux parlementaires étatsuniens qui souhaitent que Washington dispose d’une capacité d’interrompre l’Internet mondial en cas de menace cybernétique majeure.

- Cela achève de brouiller les frontières entre les mondes civils et militaires. Avec les règles distinctes qui encadrent jusqu’à présent l’action de guerre auprès de ces différentes populations. Nous avons mis des décennies à bâtir ce droit de la guerre, qui protège a priori les populations civiles. Cette avancée démocratique serait-elle balayée par un nouveau droit de la cyberguerre ? Cela mérite discussion, non ?

- A l’heure où l’informatique des nuages (cloud computing) - qui veut que les données ne soient pas centralisées mais disséminées dans des infrastructures informatiques en réseau - se généralise, comment concevoir une riposte militaire efficace ? C’est de prime abord contradictoire avec la logique d’un maillage en toile d’araignée qui caractérise l’Internet.

- La récente expérience WikiLeaks, avec la multiplication de sites miroirs qui dupliquent à l’infini les informations que l’on souhaite diffuser démontre la difficulté qu’il y aurait à rendre inaccessibles des sites jugés dangereux. D’ailleurs, il sera intéressant de voir si Washington assimile la divulgation d’informations confidentielles à une cyber-attaque. Ou si le Pentagone réserve ses cartouches pour les opérations purement informatiques de déni de service ou de prise de contrôle à distance d’équipements stratégiques.

Si cette prise de position étatsunienne se concrétise, il s’agira pour l’Europe de défendre sans tarder ses positions. Au risque sinon d’être définitivement reléguée au rang de consommateur de l’Internet, placée sous la dépendance des cyberpuissances (Etats-Unis, Chine…) qui elles n’hésitent pas à imposer leur tempo. Un sujet hautement stratégique qui aurait mérité d’être débattu au G8. Une occasion manquée.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

07.

Ces fautes de l’administration française

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires