En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 2 heures 44 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 3 heures 23 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 7 heures 27 sec
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 10 heures 51 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 3 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 4 heures 35 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 6 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 10 heures 48 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 10 heures 51 min
Coup de pompe

Essence : pour la concurrence, contre les taxes

Publié le 01 juin 2011
La ministre de l'Économie Christine Lagarde veut contraindre les compagnies pétrolières à répercuter la baisse des prix du pétrole sur les prix des carburants. A trop vouloir réglementer, l'État ne joue-t-il pas contre les automobilistes ?
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de l'Économie Christine Lagarde veut contraindre les compagnies pétrolières à répercuter la baisse des prix du pétrole sur les prix des carburants. A trop vouloir réglementer, l'État ne joue-t-il pas contre les automobilistes ?

L’automobile est depuis son invention un objet politique. C’est un objet politique parce que - n’en déplaise à ses détracteurs - elle est d’abord le formidable instrument d’une liberté fondamentale : la liberté de se déplacer. Tout ce qui touche à l’automobile – ou autre véhicule terrestre – devrait donc être évalué à l’aune du droit de chaque citoyen de se déplacer librement. Nos gouvernants, depuis maintenant de trop nombreuses années, ont oublié le sérieux avec lequel un sujet relevant de ce droit doit être traité. Madame Christine Lagarde, en sa qualité de ministre des Finances, vient d’en faire la démonstration avec le prix des carburants.

De l'hypocrisie de l'État...

Il n’est nul besoin d’études bien approfondies pour s’apercevoir que les variations des prix des carburants ne reflètent pas celles du prix du pétrole brut - exprimé en dollar ou en euro. Fort de ce constat appuyé par un rapport de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), il ne fait pas de doute que notre ministre des Finances convoquera les dirigeants des compagnies pétrolières dans les jours à venir afin de leur rappeler l’exigence du gouvernement de voir les prix des carburants suivre à la baisse celui de leurs ressources en brut. Ces derniers ne manqueront pas de rassurer leur interlocutrice - et par delà les Français - sur leur vigilance accrue en la matière malgré le caractère très complexe du sujet. Et quelques jours après les remontrances de façade, nul ne pensera plus à l’affaire sauf à avoir le vague sentiment que le gardien de l’intérêt général a fait son devoir. Mais sur le fond, rien ne changera car il n’est pas de l’intention réelle du ministère des Finances que cela change. Et c’est en cela que l’on peut dire que ce sujet important - touchant directement la liberté de déplacement des citoyens - n’est pas pris sérieusement ou pire traité avec le plus parfait des cynismes. On ne peut en effet à la fois prétendre vouloir faire baisser les prix des carburants et être le principal responsable de leur prix relativement élevés.

Il convient de rappeler que sur un litre de super, la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) est d’environ 0,61 euro (fixe que le prix du pétrole augmente ou baisse), la TVA d’environ 0,30 euro face à une marge de raffinage de 0,02 euro et de distribution entre 0,00 et 0,10 euros. Il est surprenant d’entendre celui qui prélève plus de 60 % (dont les 2/3 en valeur fixe) du prix du carburant reprocher à celui qui en prélève moins de 10 % d’être le responsable du coût élevé du dit carburant. Il n’échappe pas à l’Etat que cette situation est paradoxale. En effet la distribution de produits pétroliers raffinés souffre d’une anomalie, en regard des pratiques commerciales et fiscales généralement constatées en France : le client ne sait pas ce qu’il paye. Le montant de TVA figure sur n’importe quel ticket de caisse, mais pas sur ceux des stations services. La TIPP payée par litre n’y figure pas non plus. Avant de convoquer les pétroliers pour leur demander de s’expliquer sur leur manque de transparence, l’Etat pourrait lui-même faire preuve de cette transparence qu’il réclame, en affichant clairement le montant de TVA et de TIPP prélevé sur chaque litre d’essence.

... à la puissance des compagnies pétrolières

Il ne s’agit pas pour autant d’exonérer les compagnies pétrolières de toute responsabilité. Leur concentration favorise la constitution d’oligopoles. Si l’intensité capitalistique exigée par l’exploration et l’exploitation est une réalité confortée par les politiques nationales de nombreux pays dont la France, la distribution ne requiert pas les mêmes capitaux. Il y aurait donc intérêt pour un État réellement préoccupé par la baisse des prix des carburants, de favoriser une plus grande concurrence en matière de distribution. Il est très regrettable que les automobilistes soient face à des monopoles ou des duopoles sur des régions entières. Par ailleurs, les compagnies pétrolières occultent le fait qu’une partie très importante de leurs ressources ne dépend pas du prix « spot » (au jour le jour) du pétrole mais de contrat à long terme à prix fixes. La puissance des compagnies pétrolières - favorisée par les États - rend le débat sur le sujet quasi-impossible.

D’aucuns justifieront le cynisme politique par l’exigence écologique. Il n’est pas le propos de cet article de remettre en cause la pertinence de cette exigence. Mais ici encore, les contradictions ne manquent pas. Si l’exigence écologique devait servir de guide à l’action politique, l’Etat ne manquerait pas de créer une concurrence par la substituabilité potentielle ou existante avec d’autres carburants moins polluants. Or, les automobilistes n’ont pas le choix d’utiliser l’huile végétale pure à titre d’exemple. Si cette envie leur prenait, ils seraient immédiatement taxés sur les pertes fiscales estimées de l’Etat.  Pour aller au bout de la logique écologique, il conviendrait également que l’essentiel de la TIPP soit affectée à la recherche en matière de carburants propres et de moteurs encore plus efficients.

Les gesticulations actuelles (et régulières) du gouvernement sur le prix des carburants n’a en fait d’autre but que de dissimuler une réalité politique : un État drogué à la taxe sur les carburants (25 milliards d’euros par an). L’incurie budgétaire rend l’Etat dépendant de cette drogue. C’est un parfait exemple de la conséquence directe du déficit budgétaire sur la liberté des citoyens : plus de taxes pour combler le déficit signifie moins de liberté de déplacement des citoyens. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
benj117
- 02/06/2011 - 17:00
En effet, il serait intéressant d'avoir la facture compléte
à chaque fois que l'on va mettre de l'essence!!! Il serait également très intéressant de savoir ce qu'ils en font de ces 25 milliards???
Cap2006
- 01/06/2011 - 20:07
essence peu chère aujourd'hui
Combien de voitures avec une seule personne à bord ? c'est que l'essence n'est pas suffisamment chère...
Bon les transports en commun c'est moins confortable..ya quelques contraintes...
Bon, j'ai choisi de vivre à 30 m de mon boulot... pour avoir un bout de pelouse... sans ça je serais un raté... non ?

Allez, je pars passer un week end chez disney... c'est pas cher ...
ddlinotte
- 01/06/2011 - 13:53
Bravo pour cette analyse navrante
OK, les taxes sont autour de 60%. Elles n'ont pas bougé. Les marges des entreprises par contre ont bien augmenté. Arrêtez de jouer à l'apprenti économiste qui ne regarde que le bout de son nez.
L'état ne veut pas diminuer la concurrence, au contraire, il veut que quand le coût du baril baisse, le coût de l'essence baisse. C'est si difficile que ca à comprendre?