En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

Les scientifiques, ces autistes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 4 min 17 sec
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 27 min 25 sec
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 14 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 17 heures 31 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 18 heures 26 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 19 heures 11 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 21 min 27 sec
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 29 min 59 sec
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 2 heures 11 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 13 heures 52 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 17 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 18 heures 47 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 19 heures 26 min
Coup de pompe

Essence : pour la concurrence, contre les taxes

Publié le 01 juin 2011
La ministre de l'Économie Christine Lagarde veut contraindre les compagnies pétrolières à répercuter la baisse des prix du pétrole sur les prix des carburants. A trop vouloir réglementer, l'État ne joue-t-il pas contre les automobilistes ?
Didier Salavert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Salavert est co-fondateur du think-tank la Fondation Concorde qu'il a aujourd'hui quitté.Vice-président et porte parole d’Alternative Libérale, il a participé à plusieurs campagnes électorales de Jacques Chirac, sans toutefois jamais adhérer au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La ministre de l'Économie Christine Lagarde veut contraindre les compagnies pétrolières à répercuter la baisse des prix du pétrole sur les prix des carburants. A trop vouloir réglementer, l'État ne joue-t-il pas contre les automobilistes ?

L’automobile est depuis son invention un objet politique. C’est un objet politique parce que - n’en déplaise à ses détracteurs - elle est d’abord le formidable instrument d’une liberté fondamentale : la liberté de se déplacer. Tout ce qui touche à l’automobile – ou autre véhicule terrestre – devrait donc être évalué à l’aune du droit de chaque citoyen de se déplacer librement. Nos gouvernants, depuis maintenant de trop nombreuses années, ont oublié le sérieux avec lequel un sujet relevant de ce droit doit être traité. Madame Christine Lagarde, en sa qualité de ministre des Finances, vient d’en faire la démonstration avec le prix des carburants.

De l'hypocrisie de l'État...

Il n’est nul besoin d’études bien approfondies pour s’apercevoir que les variations des prix des carburants ne reflètent pas celles du prix du pétrole brut - exprimé en dollar ou en euro. Fort de ce constat appuyé par un rapport de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), il ne fait pas de doute que notre ministre des Finances convoquera les dirigeants des compagnies pétrolières dans les jours à venir afin de leur rappeler l’exigence du gouvernement de voir les prix des carburants suivre à la baisse celui de leurs ressources en brut. Ces derniers ne manqueront pas de rassurer leur interlocutrice - et par delà les Français - sur leur vigilance accrue en la matière malgré le caractère très complexe du sujet. Et quelques jours après les remontrances de façade, nul ne pensera plus à l’affaire sauf à avoir le vague sentiment que le gardien de l’intérêt général a fait son devoir. Mais sur le fond, rien ne changera car il n’est pas de l’intention réelle du ministère des Finances que cela change. Et c’est en cela que l’on peut dire que ce sujet important - touchant directement la liberté de déplacement des citoyens - n’est pas pris sérieusement ou pire traité avec le plus parfait des cynismes. On ne peut en effet à la fois prétendre vouloir faire baisser les prix des carburants et être le principal responsable de leur prix relativement élevés.

Il convient de rappeler que sur un litre de super, la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) est d’environ 0,61 euro (fixe que le prix du pétrole augmente ou baisse), la TVA d’environ 0,30 euro face à une marge de raffinage de 0,02 euro et de distribution entre 0,00 et 0,10 euros. Il est surprenant d’entendre celui qui prélève plus de 60 % (dont les 2/3 en valeur fixe) du prix du carburant reprocher à celui qui en prélève moins de 10 % d’être le responsable du coût élevé du dit carburant. Il n’échappe pas à l’Etat que cette situation est paradoxale. En effet la distribution de produits pétroliers raffinés souffre d’une anomalie, en regard des pratiques commerciales et fiscales généralement constatées en France : le client ne sait pas ce qu’il paye. Le montant de TVA figure sur n’importe quel ticket de caisse, mais pas sur ceux des stations services. La TIPP payée par litre n’y figure pas non plus. Avant de convoquer les pétroliers pour leur demander de s’expliquer sur leur manque de transparence, l’Etat pourrait lui-même faire preuve de cette transparence qu’il réclame, en affichant clairement le montant de TVA et de TIPP prélevé sur chaque litre d’essence.

... à la puissance des compagnies pétrolières

Il ne s’agit pas pour autant d’exonérer les compagnies pétrolières de toute responsabilité. Leur concentration favorise la constitution d’oligopoles. Si l’intensité capitalistique exigée par l’exploration et l’exploitation est une réalité confortée par les politiques nationales de nombreux pays dont la France, la distribution ne requiert pas les mêmes capitaux. Il y aurait donc intérêt pour un État réellement préoccupé par la baisse des prix des carburants, de favoriser une plus grande concurrence en matière de distribution. Il est très regrettable que les automobilistes soient face à des monopoles ou des duopoles sur des régions entières. Par ailleurs, les compagnies pétrolières occultent le fait qu’une partie très importante de leurs ressources ne dépend pas du prix « spot » (au jour le jour) du pétrole mais de contrat à long terme à prix fixes. La puissance des compagnies pétrolières - favorisée par les États - rend le débat sur le sujet quasi-impossible.

D’aucuns justifieront le cynisme politique par l’exigence écologique. Il n’est pas le propos de cet article de remettre en cause la pertinence de cette exigence. Mais ici encore, les contradictions ne manquent pas. Si l’exigence écologique devait servir de guide à l’action politique, l’Etat ne manquerait pas de créer une concurrence par la substituabilité potentielle ou existante avec d’autres carburants moins polluants. Or, les automobilistes n’ont pas le choix d’utiliser l’huile végétale pure à titre d’exemple. Si cette envie leur prenait, ils seraient immédiatement taxés sur les pertes fiscales estimées de l’Etat.  Pour aller au bout de la logique écologique, il conviendrait également que l’essentiel de la TIPP soit affectée à la recherche en matière de carburants propres et de moteurs encore plus efficients.

Les gesticulations actuelles (et régulières) du gouvernement sur le prix des carburants n’a en fait d’autre but que de dissimuler une réalité politique : un État drogué à la taxe sur les carburants (25 milliards d’euros par an). L’incurie budgétaire rend l’Etat dépendant de cette drogue. C’est un parfait exemple de la conséquence directe du déficit budgétaire sur la liberté des citoyens : plus de taxes pour combler le déficit signifie moins de liberté de déplacement des citoyens. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
benj117
- 02/06/2011 - 17:00
En effet, il serait intéressant d'avoir la facture compléte
à chaque fois que l'on va mettre de l'essence!!! Il serait également très intéressant de savoir ce qu'ils en font de ces 25 milliards???
Cap2006
- 01/06/2011 - 20:07
essence peu chère aujourd'hui
Combien de voitures avec une seule personne à bord ? c'est que l'essence n'est pas suffisamment chère...
Bon les transports en commun c'est moins confortable..ya quelques contraintes...
Bon, j'ai choisi de vivre à 30 m de mon boulot... pour avoir un bout de pelouse... sans ça je serais un raté... non ?

Allez, je pars passer un week end chez disney... c'est pas cher ...
ddlinotte
- 01/06/2011 - 13:53
Bravo pour cette analyse navrante
OK, les taxes sont autour de 60%. Elles n'ont pas bougé. Les marges des entreprises par contre ont bien augmenté. Arrêtez de jouer à l'apprenti économiste qui ne regarde que le bout de son nez.
L'état ne veut pas diminuer la concurrence, au contraire, il veut que quand le coût du baril baisse, le coût de l'essence baisse. C'est si difficile que ca à comprendre?