En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 45 min 26 sec
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 1 heure 9 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 1 heure 35 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 17 heures 2 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 17 heures 46 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 20 heures 14 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 20 heures 58 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 21 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 23 heures 5 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 1 heure 2 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 1 heure 9 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 1 heure 36 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 17 heures 27 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 18 heures 56 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 20 heures 29 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 21 heures 26 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 23 heures 21 min
© Pixabay
Les réglementations autour du temps de travail étouffent l'activité économique.
© Pixabay
Les réglementations autour du temps de travail étouffent l'activité économique.
Effets non désirés

CDI, temps de travail, smic et fiscalité des comportements : ces rigidités françaises qui coûtent tellement cher à ceux qu’elles sont censées protéger

Publié le 12 mai 2014
Avec
Censées être des acquis sociaux au départ, les réglementations autour du monde de travail étouffent l'activité économique et desservent indirectement les premiers concernés que sont les salariés. Des sujets que le Premier ministre Manuel Valls, invité au 20h de TF1 du dimanche 11 mai, aurait été inspiré d'aborder.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilbert Cette est professeur d'économie a l'université d'Aix-Marseille et co-auteur, avec Philippe Aghion et Elie Cohen, de l'ouvrage "changer de modèle", Odile Jacob, avril 2014.David Thesmar est économiste. Il est Administrateur de l'INSEE et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Censées être des acquis sociaux au départ, les réglementations autour du monde de travail étouffent l'activité économique et desservent indirectement les premiers concernés que sont les salariés. Des sujets que le Premier ministre Manuel Valls, invité au 20h de TF1 du dimanche 11 mai, aurait été inspiré d'aborder.
Avec

Le temps de travail

Gilbert Cette : dans le domaine du temps de travail, le vrai problème est en France l'extrême complexité du Code du travail en ce qui concerne le droit de la durée du travail. Cela s'explique notamment par la superposition de lois communautaires, donc internationales, à un dispositif français déjà très abondant au niveau législatif. Cette complexité représente pour nos entreprises un coût concret de compréhension et de mise en œuvre qui est certes une aubaine pour la profession de juriste mais qui reste paralysante pour l'ensemble de l'économie et surtout pour les PME. A moins d'être un spécialiste de la question, il est devenu impossible aujourd'hui de comprendre le droit de la durée de travail dans toutes ses subtilités. Une fois que ce constat est fait, une réponse reste toutefois à trouver. Dans plusieurs des travaux que j'ai pu mener avec Jacques Barthélemy nous avions tenté l'idée suivante : donner aux partenaires sociaux, au niveau des entreprises et des branches, la possibilité de déroger, par accord collectif et donc désormais majoritaire, à toutes les dispositions spécifiquement nationales (une dérogation au droit communautaire étant évidemment inenvisageable). Au-delà de la simplification que cela pourrait offrir, les partenaires obtiendraient ainsi une plus grande souplesse dans la gestion du temps de travail dans les entreprises. La loi Fillon avait d'ailleurs déjà évolué dans cette direction, puisqu'il est par exemple déjà possible de majorer les heures supplémentaires de moins de 25%, jusqu'à 10%, si un accord collectif le décide. On pourrait néanmoins aller beaucoup plus loin sans affaiblir la protection des travailleurs en favorisant l'extension des possibilités pour les différents acteurs (patrons, syndicats...) de trouver par eux-mêmes le point d'équilibre entre efficacité économique et qualité de vie des employés.

Le SMIC

David Thesmar : On parle là d'une rigidité clairement préoccupante et qu'il suffit de constater en observant simplement la grille des salaires française qui se masse au niveau du SMIC.

Si l'on peut certes comprendre qu'il existe une "contrainte à minima" sur la rémunération des salariés au détriment du profit, on en arrive actuellement à des conséquences perverses en créant une réticence à l'embauche qui n'est pas sans impact sur notre taux de chômage. Ce constat se confirme par l'analyse du taux de chômage en fonction des qualifications, puisque l'on note que les titulaires d'un Bac+2 sont autour de 5% (leurs salaires dépassant ici la contrainte des minimas légaux) tandis que ceux qui ont un niveau inférieur au bac oscillent entre 10 et 15%.

On voit donc bien qu'il y a aujourd'hui deux France, l'une, peu ou moyennement qualifiée qui connaît le chômage, et l'autre, appartenant aux diplômes supérieurs, qui l'expérimente à des taux très marginaux. A tel point que le niveau du salaire minimum en vient à soulever des interrogations de premier ordre.

La fiscalité corrective

(où la manie française de croire que l'impôt est un outil de correction des inégalités)

Gilbert Cette : Dans un récent ouvrage (Changer de Modèle, Odile Jacob 2014) écrit avec Philippe Aghion et Elie Cohen, nous évoquions le besoin de lutter contre les inégalités en agissant autant que possible en amont de l'outil fiscal, notamment en utilisant les politiques favorisant la mobilité sociale. La promotion de la mobilité sociale est pour nous un facteur-clé dans la correction des inégalités. L'usage de l'impôt et de la redistribution est indispensable, mais il s'agit d'un moyen en réalité coûteux, limité, et qui ne parvient qu'à corriger certaines formes d'inégalités. Les politiques fiscales n'en sont pas moins souhaitables dans certains domaines, mais elles ne peuvent devenir l'alpha et l’oméga de la politique sociale. Sans promotion de la mobilité sociale, les inégalités sont plus fortes et plus durables, et la fiscalité ne peut les réduire que faiblement. On peut déjà mobiliser d'importants leviers de mobilité via l'éducation, et ce à tous les niveaux (formation initiale, formation professionnelle) et dans la gestion des minima sociaux qui ne soient pas réduire la mobilité sociale...

Le CDI

Gilbert Cette : Le CDI soulève en fait deux problèmes récurrents. Le premier d'entre eux est ce que l'on appelle la "dualité du marché du travail", à savoir le fait que certaines protections fortes des CDI (insiders) incitent les entreprises à recourir fortement à des emplois précaires (interim et CDD) qui ne sont que très peu protégés (outsiders). Ce constat n'est pas entièrement faux, mais a besoin d'être élargi à une autre dimension essentielle, à savoir celle de la mobilité sociale (évolution du statut social des individus au cours d'une vie, Ndlr), et en particulier de l'insertion. La question devient alors celle de la facilitation de l'entrée sur le marché du travail de ceux qui ont pour l'instant de grandes difficultés à y entrer (on pense par exemple au chômage des jeunes ou des moins qualifiés). Des dispositifs comme la formation professionnelle (32 milliards d'euros par an, Ndlr), encore insuffisamment réformée suite à la loi de mars dernier et l'accord interprofessionnel de décembre 2013 qui l'a inspirée, pourraient déjà partiellement régler le problème en réussissant concrètement à rendre ces "outsiders" plus attractifs pour le monde de l'entreprise par des formations plus ciblées et actives. Une véritable reforme de la formation professionnelle reste à faire.

Le second problème du CDI relève de la peur des contentieux en cas de licenciements. Les procédures contentieuses sont chez nous longues (par exemple, comparution en première instance près d'un an en moyenne après la saisine du tribunal des prud'hommes), coûteuses, et incertaines. Rappelons que la France est avec le Mexique le seul pays de l'OCDE dans lequel on trouve au sein d'un tribunal des prud'hommes une parité entre les représentants des entreprises et les salariés, sans présence d'un juge professionnel. Cette spécificité renforce l'incertitude sur la décision de justice. Toutes ces difficultés brident surtout les comportements d'emploi des petites et moyennes entreprises. Les procédures contentieuses doivent en conséquence être plus rapides et mieux encadrées, et cela pourrait notamment passer par un recours plus récurrent à la médiation en amont de la saisine d'une juridiction. On peut aussi faire en sorte que la première étape de traitement du contentieux, à savoir la conciliation, soit plus performante, de nombreuses modalités étant à revoir dans ce sens. On devrait par exemple s'intéresser davantage au succès de la réforme de la conciliation qui a été menée au Royaume-Uni dans les années 1990, le taux d'aboutissement des conciliations y étant de 30% contre 8% de ce côté de la Manche. Enfin, pourquoi ne pas autoriser les partenaires sociaux a organiser au niveau des branches le traitement des contentieux par la technique de l'arbitrage ? Ces réformes indispensables faciliteraient les embauches dans les petites et moyennes entreprises qui sont souvent inquiètes de l'épée de Damoclès que représente un contentieux.

La fiscalité du capital

David Thesmar : On trouve généralement que nos entreprises ne créent pas assez d'emplois et plus largement que la France souffre d'un problème d'attractivité en termes d'investissements. A ce titre il est utile de réfléchir à un moyen de rendre le rendement du capital après impôt attractif pour les investisseurs à une époque où le taux d'investissement est loin d'être au plus haut (sept trimestres de recul consécutif en 2013 d'après l'Insee, Ndlr). Le gouvernement actuel, après son élection, est pourtant allé dans la direction opposée à travers deux mesures : l'augmentation de 35 à 38% de l'impôt sur les sociétés et l'augmentation de l'impôt sur le capital à travers la suppression des PFL (prélèvements forfaitaires libératoires). En conséquence il est devenu en France un "mauvais pari" d'investir dans les entreprises, où la pression fiscale s'ajoute au niveau de risque : si vous gagnez vous êtes ponctionné, si vous perdez c'est pour votre pomme. A l'inverse l'investissement dans l'immobilier, moins productif au niveau macro-économique, est de ce point de vue nettement favorisé. La majorité actuelle a pour l'instant choisi de baisser les charges sur les salaires pour relancer l'activité, mais une telle mesure n'aura finalement que peu d'impact (sauf à très court-terme) sur le profit des entreprises qui reste aujourd'hui défini par le poids de l'Impôt sur les sociétés (IS) et de l'impôt sur le capital. La dévaluation fiscale, comme toutes les dévaluations, ne marche qu'à très court-terme et à condition que l'on soit le seul à le faire (alors que tous nos voisins européens s'engagent aujourd'hui dans cette voie). Une réflexion de long-terme étendue aux logiques de l'investissement aurait pourtant bien plus d'impact. Sans perspectives de profits durables, rien de tout cela ne risque cependant de se produire.

Les rentes de différentes natures

Gilbert Cette : Elles peuvent déjà être des rentes éducatives, phénomène que l'on observe très bien en France, où le mode de sélection des élites n'est pas étranger à de telles pratiques. Ainsi les plus hautes-fonctions administratives sont basées sur le résultat de concours réalisés par des personnes qui ont entre 20 et 22 ans. On peut aussi parler de rentes professionnelles dans le cas de certains secteurs d'activités qui sont protégés par différentes barrières (principalement législatives) à leur entrée. Nous avons donc la sélection fermée des élites (ou "logique des grands corps") d'un côté et des professions protégées par le prélèvement de fonds sur l'activité économique de l'autre, et ce sont là deux freins de poids à une croissance qui se refuse toujours à repartir aujourd'hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/05/2014 - 00:29
@Benvoyons Votre copié-collé répétitif
dessert votre propos et ne prouve rien!
Sortez de la cour de recréation de vos enfantillages et ouvrez les yeux sur la réalité du monde extérieur!
J'ai écrit que le handicap de l'Euro fort s'additionnait au handicap des 29% français.
Le problème n'est pas d'identifier le coupable, Europe, France ou un autre bouc-émissaire des incompétences de tous ses constructeurs, mais d'identifier l'idéologie et le processus qui ont abouti à l'impasse française et Européenne, qui se rejoignent dans nombre de leurs caractères.
Le défi est simple:
Soit persévérer dans l'erreur et chercher une convergence fiscale et sociale qui ne viendra jamais (SMIG bulgare=159 euros, SMIG français= 1400 Euros...et ne parlons pas des différences de charges)
Soit réformer cette construction branlante qui menace de s'effondrer sur ses peuples...et ce n'est pas une image!
Seul le FN est capable de faire prendre conscience au parlement Européen dominé par la même idéologie PSEPPE qu'il lui est indispensable de se réformer, pour sauver l'avenir de ses peuples.
Benvoyons
- 12/05/2014 - 23:05
vangog - 12/05/2014 - 22:48 Enfin tu reconnais que l'europe n'y
est pour rien concernant le problème en France.
Malheureusement le programme de l'Extrême Socialisme MLPFN est le même que celui du PS de 1981.

programme que celui du Socialiste de 1981 Mitterrand.
Donc les Français l'ont déjà vécu en grandeur nature en 1981 avec le Franc, avec des frontières, avec tout ce que dit le FN la retraite à 60 ans. En fait Tout ce qui a apporté notre déroute actuelle. Il faut ajouter, la cerise sur le gâteau, les 35 H de (DSK, Aubry) qui a fini d'achever la France.
Les Résultats de l'époque des 3 dévaluations et nationalisations des Banques et autres entreprises et que la planche à billet de la Banque de France tournait à feu continu. Qu'il y avait des Frontières.
Inflation France
1985 5.8 %
1984 7.4 %
1983 9.6 %
1982 11.8 %
1981 13.4 %
Chômage en France pendant 3 dévaluations et nationalisations des Banques et autres entreprises et que la planche à billet de la Banque de France tournait à feu continu. Qu'il y avait des Frontières.
1981 6,3
1982 6,9
1983 7,2
1984 8,4
1985 8,9
En effet nous pouvons voir que le programme FN MLP est viable.
boblecler
- 12/05/2014 - 22:55
chirqc et giscard coupables
Chirac, giscard et sarko sont coupables des dettes du pays depuis 1974. C'est un fait historique avec tous les chiffres. De toute façon entre les complémentaires de santé obligatoires, les fonds de capitalisation des frères sarko après 600 milliards de dettes, les umpistes sont des lâches incapbles de supprimer 80 milliards d'alloc rsa 125 milliards d'aide au entreprises et 90 milliards de doublons étatiques