En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

04.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

04.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 11 heures 49 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 12 heures 32 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 14 heures 3 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 16 heures 57 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 18 heures 17 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 18 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 19 heures 18 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 20 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 11 heures 30 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 12 heures 4 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 13 heures 1 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 15 heures 17 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 19 heures 4 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 20 heures 11 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 21 heures 19 min
© Reuters
Les prochaines élections européennes auront une influence directe sur le choix du président de la Commission.
© Reuters
Les prochaines élections européennes auront une influence directe sur le choix du président de la Commission.
Des hommes d'influence

Paris-Londres-Berlin ? Conseil ou Parlement ? Ceux qui vont peser le plus dans le choix du président de la Commission européenne

Publié le 12 mai 2014
François Hollande, dans sa tribune publiée récemment dans Le Monde, a mis en avant le fait que le choix du prochain président de la Commission européenne serait déterminant pour les cinq années à suivre. Pour l'ancien député européen et vice-président de l'UDF Jean-Louis Bourlanges, il conviendrait de nuancer.
Jean-Louis Bourlanges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Bourlanges est ancien député européen et vice-président de l'Union pour la démocratie française (UDF). Il est aujourd'hui président du think tank l'Institut du centre.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, dans sa tribune publiée récemment dans Le Monde, a mis en avant le fait que le choix du prochain président de la Commission européenne serait déterminant pour les cinq années à suivre. Pour l'ancien député européen et vice-président de l'UDF Jean-Louis Bourlanges, il conviendrait de nuancer.

Atlantico : Au sortir de leur huis clos de deux jours sur les bords de la Baltique, François Hollande et Angela Merkel ont montré des positions divergentes à propos de la désignation du futur président de la Commission européenne, l’un insistant sur le choix des députés, l’autre sur le rôle de proposition du Conseil. Dans les faits, qui, du Parlement ou du Conseil, pèse le plus dans le choix du président de la Commission ?

Jean-Louis Bourlanges : L’interprétation de Madame Merkel me paraît conforme à la lettre et à l’esprit des traités qui régissent la matière et qui disposent que le Président pressenti de la Commission est désigné par le Conseil européen, c’est-à-dire par les chefs d’Etat ou de Gouvernement. Celui-ci effectue son choix "en tenant compte du résultat des élections", ce qui est bien le moins qu’on puisse espérer puisque le Parlement a, quant à lui, le pouvoir d’approuver, donc éventuellement de désapprouver, le choix du Conseil. Ce système de double légitimité est conforme à un équilibre satisfaisant des pouvoirs, y compris pour ceux qui se réclament d’une logique fédérale, puisque la Commission, donc son Président, doit se retrouver dans une position équidistante entre le collège des Etats et l’assemblé représentative des citoyens.

Les partis politiques ont tort de vouloir réduire la fonction du Conseil européen à celle d’une simple chambre d’enregistrement d’un choix qui leur serait imposé. Aucun des partis ne devrait obtenir beaucoup plus de 30 % des suffrages, ce qui fait une majorité bien relative pour donner au parti arrivé en tête et à son chef une vraie légitimé. Ce serait l’équivalent d’une élection présidentielle à un tour. Si l’on avait appliqué un tel système à l’élection présidentielle française en 2002, il s’en serait fallu de très peu que Jean-Marie Le Pen soit élu Président alors qu’il a été rejeté au second tour par plus de 80 % de nos concitoyens. Les partis politiques européens jouent aux apprentis sorciers et l’on ne peut exclure que la prochain mandature européenne ne commence par une crise, bien inutile, entre le Conseil européen et le Parlement.

Au sein même du Conseil européen, quel est le rapport de forces ? Qui aura le plus d’influence pour désigner le successeur de José Manuel Barroso, et selon quels critères politiques et géopolitiques ?

La question est de savoir si l’un des 28 chefs d’Etat ou de gouvernement, David Cameron par exemple, cherchera à ouvrir une crise avec le Parlement en s’appuyant sur les dispositions du Traité et la complicité vraisemblable de plusieurs de ses collègues, dont Madame Merkel. Je pense que ce serait le cas si le PSE arrivait en tête car je ne vois pas les chefs d’Etat ou de gouvernement, ceux de droite en tout cas, se voir imposer sans broncher, non pas un socialiste, ce qui par hypothèse serait logique, mais un socialiste qu’ils n’auraient pas contribué à choisir. Si, en revanche, le PPE arrivait en tête, il n’est pas exclu que les dirigeants de ce parti, et notamment Angela Merkel, envisagent de confier à Monsieur Junker une autre fonction que celle de président de la Commission, par exemple celle de Président du Conseil européen, ce qui restituerait aux chefs d’Etat ou de gouvernement la possibilité de choisir à leur guise le Président de la Commission.

Ce qui légitime politiquement la réserve de Mme Merkel vis-à-vis de la procédure imaginée par les chefs du Parlement, c’est que le Conseil européen ne doit pas désigner un seul responsable mais trois, le Président de la commission, le Président du Conseil européen et le haut représentant pour la politique étrangère, sans même parler d’un Monsieur ou d’une Madame eurozone. Il doit donc veiller à respecter plusieurs équilibres : entre la droite et la gauche, entre les hommes et les femmes, entre les quatre points cardinaux, et enfin entre Etats grands, petits et moyens. C’est ce travail de dosage et de répartition qui justifie qu’on lui laisse les mains libres.

Le Conseil européen travaille de façon profondément collégiale sous la baguette de son chef d’orchestre, Herman Van Rompuy, et je ne le vois pas renoncer de gaité de cœur à cette élaboration collective, et très progressive, des décisions que le Traité lui confie.

Malgré sa campagne de communication à ce sujet, le Parlement européen ne conserve-t-il pas un rôle purement consultatif, laissant l’initiative aux chefs d’Etat ou de gouvernement ?

Certainement pas. Si la procédure annoncée suit son cours, le Parlement aura réussi à damer le pion au Conseil européen. Si elle est remise en cause par le Conseil, celui-ci devra négocier rudement avec les partis représentés au Parlement pour trouver un candidat qui obtienne le soutien d’une majorité de parlementaires (et non pas de votants). En 1994, le couple franco-allemand avait dû renoncer à désigner Jean-Luc Dehaene sous la pression d’une coalition implicite menée par les Britanniques et comprenant les Néerlandais, les Danois et les Portugais. Le Parlement avait dû s’incliner lui aussi et avait fini par accorder son soutien à Jacques Santer alors qu’il voulait Jean-Luc Dehaene au départ. Les parlementaires ne l’ont jamais pardonné au Conseil et, quelques années plus tard, ils ont acculé Santer à la démission. Or à l’époque le Parlement n’avait qu’un pouvoir consultatif sur le choix du président de la Commission. Depuis Amsterdam, il dispose d’un pouvoir plein d’approbation, et depuis Lisbonne, comme je le disais, le Conseil doit dans son choix "tenir compte des résultats de l’élection". L’équilibre est quasi parfait.

Derrière le choix du nouveau Président de la Commission, quels sont les enjeux ? Cette désignation est-elle stratégique, tant pour les Etats que pour le Parlement européen ?

Cette désignation n’a rien de stratégique, sinon par le choix de la personnalité elle-même de l’intéressé. C’est un mensonge d’homme politique que d’affirmer que l’orientation de l’Union européenne au cours des cinq prochaines années dépendra de la présence à la tête de la Commission, soit d’un chrétien démocrate luxembourgeois qui a passé sa vie à gouverner son pays avec les socialistes, soit d’un social-démocrate allemand dont le parti est actuellement aux affaires avec les chrétiens démocrates ! L’Union européenne ne fonctionne pas comme la République française : c’est un système de compromis permanent entre des Etats, des institutions et des sensibilités politiques. Au lendemain du 25 mai nous n‘aurons pas une Europe de droite ou une Europe de gauche, mais une Europe un peu plus à droite ou un peu plus à gauche, ce qui n’est pas du tout la même chose. A la différence de notre élection présidentielle, l’élection du Parlement européen fonctionne comme un modulateur un non comme un interrupteur.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 12/05/2014 - 17:10
Le Président de la Commission n'est pas le décideur de la
stratégie de l'Europe. Ce sont les chefs de gouvernement. Donc son influence reste relative.
Parousnik
- 12/05/2014 - 13:34
Les peuples de France Hollande Irlandais

Ont dit NON a cette mafia politicarde... alors tout ce qui ce fait depuis est illégale... Nous ne nous reconnaissons pas cette commission et son président ne peut être qu'un machin à la solde des parasites de la finance etc... Aux armes citoyens car y'en à marre !!!!!
Parousnik
- 12/05/2014 - 13:27
Les peuples de France Hollande Irlandais
Ont dit NON a cette mafia politicarde... alors tout ce qui ce fait depuis est illégale... Nous ne reconnaissant a