En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Les européens sont-ils tous myopes ?
Recherche de cohérence
Bande de myopes : s'abstenir quand l’élection européenne est probablement celle qui a le plus d’impact sur nos vies ?!
Publié le 09 mai 2014
Les députés européens n’ont jamais eu autant de pouvoir et dépassent même les députés français sous certains aspects. Pourtant les derniers sondages disponibles tablent sur un taux d'abstention en France aux alentours de 60 %.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés européens n’ont jamais eu autant de pouvoir et dépassent même les députés français sous certains aspects. Pourtant les derniers sondages disponibles tablent sur un taux d'abstention en France aux alentours de 60 %.

Atlantico : L'élection européenne ne parvient pas à motiver l'électorat français, alors que l'enjeu est pourtant réel. Pouvez-vous nous rappeler quels sont les domaines de la vie des Français régis par des lois qui ne se décident absolument plus au niveau national ?

Jean-Sébastien Lefevbre : Énormément. Faire une liste exhaustive est très difficile, tellement les compétences de l’Union européenne touchent à tous les sujets du quotidien.

Le plus symbolique est probablement l’alimentation. La Politique agricole commune existe depuis le début des années 60 et régit l’ensemble de l’agriculture. Une réforme valable jusqu’en 2020 a d’ailleurs été approuvée fin 2013, et ce sont les députés qui seront élus dans quelques semaines qui prépareront la prochaine PAC.

Dans la même veine, la majorité du droit lié à l’environnement provient de l’UE. Ce n’est pas pour rien que les Verts y voient un scrutin clé et sont hyper actifs au Parlement.

La question des gaz de schistes, à savoir, faut-il ou non les exploiter en Europe, se joue en partie à Bruxelles.

Autre point important, tout ce qui est lié au numérique. L’Europe a été secouée par les révélations de Snowden et l’espionnage de la NSA. Or, c’est aussi au niveau européen que ces sujets sont débattus.

Le Parlement et les Etats débattent depuis deux ans et demi d’une réforme du règlement de protection des données personnelles. Les députés ont aussi proposé d’établir un Habeas Corpus numérique.

Ils viennent aussi d’approuver un texte en faveur d’une neutralité du net stricte. Ce point reste encore à être validé par le Conseil de l’UE où sont représentés les gouvernements, mais il s’agit d’un vrai choix de société puisqu’aux Etats-Unis, cette même neutralité du net, est remise en cause.

Enfin, le Parlement européen est aussi là pour ratifier tous les accords commerciaux que signe l’UE. La Commission en négocie actuellement un avec les Etats-Unis, qui pourrait bouleverser les relations entre les deux rives de l’Atlantique.

En n’allant pas voter, les citoyens laissent aux autres choisir pour eux, sur tous ces sujets.

La législature sortante a réussi à renforcer l'importance du Parlement européen parmi les institutions de l'UE. Quels sont les nouveaux pouvoirs qu'a su conquérir – parfois dans l'indifférence de l'opinion publique française – un Parlement que l'on imaginait sans réel impact dans les décisions de l'UE ?  

Les nouveaux pouvoirs du Parlement viennent surtout de la mise en place du traité de Lisbonne depuis cinq ans qui fait de l’hémicycle l’égal des Etats dans la majorité des domaines. Certains lui échappent toujours, comme la fiscalité ou la défense par exemple.

L’influence du Parlement est un combat en cours. Jusqu’en 2009, les Etats avaient l’habitude de se mettre d’accord entre eux. Aujourd’hui, un nouvel acteur vient leur demander de revoir leur position. Ça ne les réjouit pas toujours, loin de là.

Et il est difficile pour les députés de s’imposer, face à 28 gouvernements qui ont déjà du mal à s’accorder entre eux.

Le Parlement est ce que j’appelle une institution en devenir. Elle apprend. Les députés apprennent.

Quand ils négocient un compromis avec les Etats, ce qui arrive très souvent puisque les deux chambres sont rarement d’accord entre elles du premier coup, ils manquent encore parfois d’expertise.

Il est compréhensible qu’un élu ne soit pas aussi spécialisé que les nombreux fonctionnaires européens ou nationaux qui suivent tel ou tel dossier depuis des années.  

Du coup, l’administration du Parlement cherche aussi de son côté à progresser, à développer ses capacités d'analyse, pour pouvoir assister au mieux les députés.

Tout ceci explique aussi l’importance d’avoir à Bruxelles des élus compétents et impliqués dans leur mandat. Pas des personnalités qu’on cherche à recaser ou à envoyer loin de la vie politique nationale.

Quels sont les enjeux spécifiques où le scrutin de 2014, malgré le peu d'enthousiasme qu'il suscite, représente un tournant majeur ? Qu'est-ce qui va se décider avec la chambre qui sortira du scrutin du mois de mai ?

Cela rejoint ma réponse à votre première question. Mais bien d’autres dossiers sont dans les tuyaux de la Commission européenne. La réforme du droit d’auteur par exemple.

Sur un plan politique, c’est aussi la première fois que le Parlement tente de s’affirmer face aux chefs d’Etat et de gouvernement dans le choix du futur président de la Commission européenne. Des candidats ont même été désignés. Les principales formations politiques estiment qu’il devra représenter la couleur de l’hémicycle, ou tout du moins sa tendance. C’est un progrès sur le plan démocratique pour une Union qui a encore de grosses lacunes dans ce domaine. 

L’enjeu sur ce point de la prochaine législature concerne d’ailleurs la zone euro. La crise a démontré que toutes les décisions importantes la concernant se faisaient derrière des portes closes, entre ministres. Est-ce ce que veulent les Européens, ou veulent-ils un Parlement qui "challenge" cette méthode et réclame son mot à dire ?

Pourquoi cette élection n'arrive-t-elle pas à fédérer autour de son importance réelle ? Y a-t-il une maladresse – ou une volonté – de ne pas pleinement affirmer aux yeux des opinions publiques l'importance des enjeux réels du scrutin ? 

Il reste difficile pour la classe politique française, au sens large, de reconnaître que les décisions ne se prennent plus à Paris, mais à Bruxelles.

Surtout que le système européen est à l’opposé du français. en France, le jacobinisme reste omniprésent. Les Français élisent un chef tous les cinq ans, et l’Assemblée nationale qui va avec. Le pouvoir est vertical.

Avec l’UE, c’est radicalement différent. Aucun parti n’est majoritaire au Parlement, la Commission européenne est composée aussi bien de commissaires à gauche qu’à droite, et les centres de pouvoir sont multiples.

Et puis, comment demander aux Français de s’intéresser à un sujet ou des thématiques dont ils n’entendent parler que tous les cinq ans ? Les médias n’y sont pas pour rien là-dedans.

Le désintérêt français est-il également partagé par les autres pays massivement représentés au Parlement ? Les Allemands vont-ils "décider" de ce ce qui se passe dans l'Hexagone à cause du manque d'enthousiasme des Français ?

Les Allemands ne décideront pas pour les Français. Ces derniers seront toujours représentés par 74 députés européens, quoiqu’il arrive. Et les Allemands, 96. Sur un total de 751 députés.

La question est plutôt de savoir si les partis politiques français ont des stratégies d’influence à Bruxelles et Strasbourg.

Pourquoi condamner les Allemands qui font bien le job ? Les députés d’Outre-Rhin restent, s’impliquent dans leur mandat. Si Martin Schulz est aujourd’hui le prétendant des socialistes pour la Commission européenne, ce n’est pas un hasard. Cela fait 20 ans qu’il ratisse le Parlement. De simple député, il est devenu chef de la délégation allemande du SPD, puis chef du groupe social-démocrate et enfin, président de l’institution.

Rien n’interdit aux Français de faire de même. Certains y arrivent et sont même très influents, comme l’UMP Alain Lamassoure, président de la commission des Budgets. Ou la PS Pervenche Bérès sur les questions économiques.

Le Parlement est un lieu politique. Si les Français décident d’envoyer 15 ou 20 élus FN en 2014 au lieu de 3 en 2009, il est logique que l’UMP ou le PS pèsent moins dans leurs formations politiques. Le principe même de la démocratie parlementaire...

Dans le même temps, les Français doivent avoir conscience que si une partie de leurs élus est issue de formations moins adeptes du compromis, ces derniers seront plus ou moins régulièrement marginalisées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
05.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
06.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
07.
Votre mémoire pourra-t-elle être piratée dans le futur ? La réponse est plus inquiétante que vous ne le croyez
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (31)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
caribou
- 09/05/2014 - 23:04
Des lâches et des incompétents.
Le plan d'aide à la Grèce, le traité de Lisbonne, etc... Tous les députés , à Bruxelles ou à paris, étaient d'accord (aprés que des fonctionnaires leur est expliqué), ils les ont voté (ump) ou se sont abstenu (ps: d'accord avec l'UMP mais ils n'aident pas), mais cela demande bien du courage et des compétences d'allé expliquer ça dans un débat en face d'un démagogues. ILS N'ASSUMENT RIEN, ILS SONT BIEN CONSCIENT QU'UN PEUPLE AVEUGLE EST BIEN MIEUX MANIPULABLE. ils nous infantilise et ils se plaignent que les gens en aient plein le c#l. Je sais que l'Europe est notre seul avenir possible... Mais j'ai de plus en plus envie de voter fn.
opera
- 09/05/2014 - 20:07
votez aux européennes !
Le parlement n’a pas un pouvoir important certes !
C’est la commission, non élue, et les lobbyistes qui l’entourent qui prennent les décisions importantes avec la BCE.
Cependant, Il ne faut pas négliger ce vote au parlement ! IL pourrait être un désaveu de la politique actuelle et peut être, sait on jamais, faire évoluer la situation.
Tout ce qui peut faire bouger les choses est à tenter !!
pierre325
- 09/05/2014 - 18:56
la première chose a faire en France
Serait déjà de faire un referendum pour effacer une bonne fois pour toute ce qu'a fait Sarkozy. En bien ou en mal, on y verrait déja plus clair sur ce que veulent les gens.