En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

BP à l'heure du bilan

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 10 heures 36 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 11 heures 14 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 58 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 15 heures 52 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 18 heures 36 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 19 heures 6 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 57 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 20 heures 1 min
Bonnes feuilles

Sabordage : comment la France détruit sa propre puissance économique

Publié le 10 mai 2014
Il attaque preuves à l’appui. Christian Harbulot documente sur ce qui ronge peu à peu la position économique et politique de la France. Extrait de "Sabordage - Comment la France détruit sa puissance", publié chez François Bourin Editeur (1/2).
Christian Harbulot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Harbulot est directeur de l’Ecole de Guerre Economique et directeur associé du cabinet Spin Partners. Son dernier ouvrage :Les fabricants d’intox, la guerre mondialisée des propagandes, est paru en mars 2016 chez Lemieux éditeur.Il est l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il attaque preuves à l’appui. Christian Harbulot documente sur ce qui ronge peu à peu la position économique et politique de la France. Extrait de "Sabordage - Comment la France détruit sa puissance", publié chez François Bourin Editeur (1/2).

Les élites françaises font profil bas devant la mondialisation. Elles n’ont pas envie de se battre et reproduisent à leur manière l’inertie stratégique du politique. Il est donc vain de leur demander d’intégrer la conflictualité de l’économie dans leur grille de lecture. L’expert américain Edward Luttwak, connu pour ses travaux au Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, a bien mis en avant ce concept pour souligner les défaillances de la puissance américaine dans les affrontements géo-économiques de l’après-guerre froide. Mais les écrits de Luttwak ont une portée très marginale dès que l’on franchit l’Atlantique. Peu d’auteurs français ont relayé son propos. La prédominance d’une lecture économiste en phase avec les dogmes des textes académiques anglo-saxons bloque toute possibilité de relire l’Histoire en prenant en compte la manière dont certaines puissances se sont construites sur la base d’une économie de combat. L’École de Guerre Économique (EGE), positionnée à Paris, est la seule structure au monde à avoir entrepris depuis 1997 une recherche appliquée à la guerre économique.

Contrairement à des pays comme les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud ou la Chine, la France n’a pas su créer un minimum d’unité nationale sur ce sujet. La distance culturelle que l’administration a toujours adoptée à l’égard du secteur privé a pesé sur cette absence de connivence nationale pour sortir victorieux d’une compétition avec des puissances étrangères. Paradoxalement, il existe une culture française de la défense économique du territoire qui remonte à Colbert. Elle s’est forgée dans la continuité du rapport paysan à la terre et que l’on peut exprimer par la formule : ne pas se faire grignoter ou voler son champ par le voisin. La valeur symbolique de la propriété foncière a déteint sur les autres formes de propriétés (immobilière, industrielle) pour aboutir à la notion de patrimoine qui est désormais une base de référence consensuelle pour l’ensemble de la population. Elle est devenue la préoccupation prioritaire de l’appareil d’État qui la décline au sein du ministère de l’Intérieur dans les missions de protection du patrimoine assurées par les services spécialisés de la police et de la gendarmerie.

Le réflexe du repli sur soi

L’accent mis sur la protection du patrimoine a favorisé une approche très individualiste des rapports de force économiques. Pour la majorité des corps de métiers et des créateurs de manufactures, la préoccupation première a toujours été la défense de leurs biens. Les révolutions industrielles ont imposé la nécessité de se projeter vers l’extérieur pour conquérir de nouveaux marchés sans pour autant révolutionner les relations entre l’État et le secteur privé. La question de la puissance a toujours été associée à la notion originelle du pré carré. La garantie de l’intégrité du territoire l’a toujours emporté sur la nécessité d’enrichir la France.

Le regard autocentré de l’administration

Au cours des siècles, l’administration a pris l’habitude de traiter les menaces économiques à travers les risques d’invasion puis de dysfonctionnement des fonctions vitales de l’État. En revanche, le positionnement de l’économie nationale sur l’échiquier mondial n’a jamais été clairement défini en termes de problématique de puissance.

L’économie relève du secteur privé, la gestion de l’intérêt général est l’affaire de l’État. Cette séparation des rôles interdit tout lien dialectique entre le développement d’un pays et les besoins d’un État pour remplir ses missions. Cette réalité bien française entretient la philosophie du repli sur soi qui est caricaturée par cette formule : les patrons d’un côté, les fonctionnaires de l’autre. Cet immobilisme culturel n’est pas sans conséquences. Les acteurs économiques des territoires n’attendent plus de réponse stratégique du pouvoir politique et de l’État. Jean Michel Treille fait le constat que les plus créatifs d’entre eux essaient de dépasser le stade de survie économique en créant de nouvelles dynamiques de développement. Ils pensent global pour se projeter sur les marchés extérieurs tout agissant en local pour s’ancrer durablement au territoire de leur choix. Ces acteurs économiques cherchent à construire des réseaux de confiance très resserrés sur leur cadre de vie afin de préserver leur activité économique.

Extrait de "Sabordage - Comment la France détruit sa puissance", de Christian Harbulo, chez François Bourin Editeur, 2014.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 11/05/2014 - 01:22
C'est curieux, chez les politologues, ce besoin de
faire des phrases...et de ne jamais aborder les solutions, par soumission à l'idéologie rétrograde qu'ils font semblant de combattre.
Un seul exemple:
"La distance culturelle que l'administration à toujours adoptée à l'égard du privé..."
Si cet auteur abandonnait le politiquement correct pour faire le véritable constat qui s'impose, il évoquerait "le délire et la défiance idéologique de la pensée unique technocratique envers l'economie privée", et il pourrait, alors, commencer à aborder les solutions qui échappent totalement à son propos
Par exemple, parler du noyautage de l'état par les tenanciers de cette idéologie minoritaire, mais beaucoup plus efficace que quiconque dans l'entrisme et le clientélisme.
Mais chut! Car les mots peuvent si rapidement vous faire perdre un poste, ou un échelon...
De toutes les manières, je me méfie d'un homme qui remonte à Colbert ou à l'époque des invasions pour expliquer le déclin actuel de la France (qui a débuté seulement depuis quarante ans).
Ce n'est pas d'agressivité économique dont la France a besoin, mais d'anticipation...et de se libérer d'une Europe qui n'en a aucune!
ramsesdetoulouse
- 10/05/2014 - 21:14
à ignace et enguerrand!
l'un est fonctionnaire, l'autre ne l'est pas! tapez 1/tapez 2/ mais doucement, ne faites pas de mal au fonctionnaire, il pourrait se réveiller! Bien cordialement à tous les 2.
ignace
- 10/05/2014 - 20:12
Anguerrand il me semble que vous vous laissez emporter
un peu.........
les français ne sont pas si idiots que vous le pensez et ils savent faire la différence entre un vrai patron et un gougnafier énarque ou X ou Y qui se gave en tant que PDG et non patron
D'autre part Gattaz de schiste que l'on voit partout et qui déblatère a tout vent ne représente que les 120 entreprises du SBF 120 et non les millions qui se laissent manger la rate par leurs donneurs d'ordre du 40 ou 120.....qu'ils se bougent le cul et fassent valoir leur situation avec des représentants adéquats....,
les francais n'ont jamais demandé a voir la tronche en biais de gattaz de schiste, ils la subissent si ils regardent la télé ou autre
outil de désinformation