En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

06.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 10 min 59 sec
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 2 heures 2 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 2 heures 37 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 3 heures 23 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 4 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 6 heures 32 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 7 heures 7 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 8 heures 48 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 1 heure 34 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 2 heures 14 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 3 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 4 heures 2 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 5 heures 56 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 6 heures 39 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 7 heures 20 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 9 heures 55 sec
© Reuters
© Reuters
A chaud

François Hollande sur BFMTV et RMC : ses erreurs, ce qu'il oublie de dire et ce qu'il ne détaille pas

Publié le 06 mai 2014
Avec
L'intervention de François Hollande de ce mardi matin regorge d'approximations. L'analyse en détails.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est secrétaire général du Cercle des Epargnants depuis 2004.Olivier Rouquan est docteur en science politique. Il est chargé de cours au Centre National de la Fonction Publique Territoriale, et à l’Institut Supérieur de Management Public...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'intervention de François Hollande de ce mardi matin regorge d'approximations. L'analyse en détails.
Avec

Les déclarations fausses

"Nous avons taxé les bonus bancaires, il y a une séparation des activités spéculatives et des activités de dépôt. En France, nous avons les taux d'intérêt les plus bas de notre histoire : la finance a été maîtrisée."

François Hollande avait annoncé vouloir instaurer une séparation nette et salutaire « entre les activités bancaires utiles à l’investissement et à l’emploi, et les opérations spéculatives ». Cette promesse forte de son programme est encore pour l'instant au stade de l'incantation : les activités spéculatives sont certes isolées dans des filiales dédiées, mais elles n'ont pas été retirées des entités bancaires qui les pratiquent. Et seul le trading haute fréquence, qui ne représente qu'une part modérée des activités spéculatives des banques, a du se plier à cette "quarantaine".

François Hollande s'était également largement exprimé sur sa volonté de couper toutes possibilités pour les banques françaises d'accéder aux paradis fiscaux. La loi sur la séparation des activités bancaires votée le 18 juillet dernier imposait la transparence en la matière. Dans les faits, ce sont surtout le FMI et l'OCDE qui agissent le plus et les grandes banques françaises continuent d'avoir des établissements dans les paradis fiscaux.

Le président voulait également mettre fin à la pratique des produits financiers toxiques qui enrichissent les spéculateurs. Les projets en cours – qui se décident d'ailleurs au niveau européen – restent bien peu audacieux dans un domaine où les députés du parlement européen n'envisageront pas de nouvelles mesures avant... novembre 2014.

François Hollande, enfin, se faisait le héraut  de la taxe sur les transactions financières. Les évolutions, qui s'envisagent là aussi au niveau européen, sont lentes. Le dossier est plusieurs mois resté au point mort en raison de nombreuses questions d'ordre juridique (comme le lieu de la taxation d'un dispositif qui, par définition, frappe les flux internationaux). Si le recours déposé par le Royaume-Uni devant la Cour de justice européenne a été rejeté le 30 avril, il ne reste pas grand chose du projet initial qui de toute façon ne devrait dans un premier n'entrer en vigueur que dans 11 Etats et à un taux de 0,01% au lieu des 0,1% initialement prévus. Loin de faire trembler la finance internationale, la taxation qui devrait être mise en place a ainsi de fortes chances de rester dans le domaine du symbolique. Le projet initialement prévu par la Commission européenne devrait rapporter 34 milliards de dollars. La Commission proposait de taxer les échanges en actions et obligations à 0,1% et les échanges sur les produits dérivés à 0,01%. Au final, après de multiples reculs, les sommes qui devraient être levé par la Taxe sur les transactions financières représenteront entre 5 et 6,4 milliards d'euros.

Philippe Crevel : Les taux d'intérêt sont effectivement faibles en France. Et c'est le cas depuis des décennies. Le lien de cette situation avec la politique de François Hollande est donc loin d'être évident. Les investisseurs n'ont en effet pas de doutes – pour l'instant – sur la capacité de la France à faire face à ses engagements mais François Hollande n'y est pour rien. Le contexte actuel de taux d'intérêt bas est plutôt du fait de la Banque centrale européenne, et de l'importance des liquidités sur le marché qui cherchent des placements sûrs.  

"Le retournement économique va arriver par les politiques que nous avons mises en place"

Nicolas Goetzmann : Les chiffres de l’Insee seront publiés le 15 mai prochain pour l’évaluation de la croissance du premier trimestre. Pour le moment, les anticipations font état d’un tassement de la croissance française à un rythme de 0,1%, c’est-à-dire en baisse par rapport au trimestre précédent. La conséquence de cette situation est bien entendue l’aggravation de la situation de l’emploi, avec un record historique du chômage en France au mois dernier.

"Alstom ? Je l'ai appris dimanche [27 avril]"

Nicolas Goetzmann : Selon Libération, Martin Bouygues, actionnaire principal, avait informé François Hollande d'un « problème Alstom » il y a déjà plusieurs mois. Si François Hollande ne semble pas avoir été informé par Patrick Kron, directeur d’Alstom, et Clara Gaymard, directrice de GE France, de l’imminence de l’opération, il apparait surtout que le dossier n’ait pas été suivi de très près.

Clara Gaymard, présidente de General Electric France, a indiqué qu'Arnaud Montebourg avait été informé des négociations lors du voyage de François Hollande aux Etats-Unis en février 2014.


Les sujets oubliés

Les élections européennes et la politique de l'UE... à trois semaines des élections

Un oubli d'autant plus étonnant qu'on apprenait au même moment que Nicolas Sarkozy songeait à s'exprimer avant le scrutin du 25 mai.

Nicolas Goetzmann : La politique européenne a été totalement écartée de l’intervention du président. Il semble qu’encore une fois, il cherche à « enjamber » une élection qui promet d’être une source de défiance supplémentaire pour lui. En dehors de laisser entendre que le semblant de rebond de l’économie européenne est le fait de l’action « réformatrice » du président, rien n’a été dit. Bien entendu, le fait que la France soit aujourd’hui plus un boulet en termes de croissance plutôt qu’une locomotive n’a pas été souligné.

La politique monétaire et l'absence de réaction face à la position inflexible d'Angela Merkel

Nicolas Goetzmann : Steffen Seibert, porte-parole d’Angela Merkel, a répondu aux déclarations de Manuel Valls en rapport à la volonté de négocier une politique monétaire plus active en Europe. Ce dernier a déclaré "Le cours de l'euro n'est pas du ressort des politiciens nationaux, c'est une question pour la Banque centrale européenne qui agit de manière indépendante dans ce domaine et n'a pas de conseils à recevoir sur ce qu'elle doit faire". François Hollande n’a pas prononcé le mot euro au cours de son intervention. Ce qui est une sorte d’habitude. Etant donné que la réussite de son action économique est totalement dépendante d’une action de la BCE, action que le président semble vouloir solliciter dès le 26 juin prochain, au cours du prochain conseil européen, il aurait pu réagir. Il n’en a rien été.

Ce silence est à mon sens, au-delà d’un manque total de construction de l’ensemble de sa prestation,  de vision pour le pays, la plus grande erreur du Président. Il n’ose simplement pas s’emparer d’un sujet qui est une véritable source de discorde en Europe alors qu’il est parfaitement dans son rôle. S’il n’a rien à dire sur la politique monétaire qui est actuellement menée en Europe, il peut aussi rendre le tablier, parce que cela ne servira pas à grand-chose de continuer.


Les questions que François Hollande a laissé en suspens

"Dès le mois de septembre, il y aura des changements dans le barème des impôts"

Mais quels changements : qui concerneront-ils, quelle forme prendront-ils et comment compte-t-il les financer ? Sommes-nous dans l'enveloppe des 5 milliards d'effort fiscal à destination des plus modestes déjà annoncé par Manuel Valls ou s'agit-il de nouvelles concessions ?

Philippe Crevel : François Hollande tourne autour du pot concernant les mesures à destination des classes moyennes inférieures depuis plusieurs mois. Sa déclaration renvoie sans doute au souhait de revoir les barème de l'IR sur les premières tranches au nom du pouvoir d'achat. Mais pour le moment on ne voit rien venir. On avait aussi cru comprendre qu'une réforme fiscale était actuellement engagée visant à rapprocher impôt sur le revenu, CSG, et possibilité de prélèvement à la source. Ce que l'on entend dans la déclaration du président, c'est un ajustement à la marge, pour répondre à un problème politique... Je pense que l'on est loin de l'efficacité économique et fiscale, on est dans le bricolage.

Il est sûr que l'on va beaucoup parler d'impôts sur le revenu dans les prochaines semaines. Les mesures prises ces dernières années sur l'IR s'accumulent, la facture sur les classes moyennes va donc s'alourdir. On va connaître exactement ce que cela représente aux alentours du mois d'août. Le président essaie donc d'envoyer un message positif pour contrecarrer le processus. Mais il n'a pas les moyens de sa politique.

La réforme territoriale : "Il me semble intelligent de faire des élections départementales et régionales avec le nouveau découpage, ce qui pourrait conduire à repousser les élections régionales à 2016"

Pourquoi l'exécutif fait-il de la réforme territoriale une telle priorité ? En quoi cela fait-il échos aux attentes des Français ? Si cette réforme s'accompagnait d'une volonté affichée de réduire le nombre de fonctionnaires, elle pourrait se comprendre dans un objectif de réduction des dépenses publiques. Mais rien n'a été précisé en ce sens. Par ailleurs, pourquoi repousser le scrutin régional ?

Olivier Rouquan : François Hollande avait prévenu dès sa campagne qu'il y aurait un acte III de la décentralisation. C'était l'un de ses engagements. Une loi a été votée sur les métropoles. Le projet suivant est celui qui est en cours et qui va préciser les compétences de la région et du département. Le Premier ministre nouvellement nommé a voulu accélérer le processus et lui donner un tour plus tranché. Le chef de l’État se convertit donc progressivement à cette accélération et à cette rationalisation plus poussée. Il est assez convaincu sur l'idée de diminuer le nombre de régions, mais il se pose des questions sur le département. Il est d'ailleurs resté très évasif sur leur sort. En début d'année il déclarait qu'il n'y aurait pas de suppression généralisée des départements, là où le Premier ministre l'a annoncée pour 2021. On peut s'interroger sur la volonté de François Hollande de vouloir tenir cet horizon de 2021.

François Hollande reste en tout cas très prudent car il a l'expérience des difficultés de négociation avec les élus locaux et il souhaite avancer sur ces questions en réunissant, non pas un consensus, mais au moins une majorité assez large.

"Sur la réforme des rythmes scolaires, qu’il y ait eu des difficultés d’application j’en conviens, mais laissons à cette réforme la possibilité d’application et après nous en ferons l’évaluation"

Olivier Rouquan : Il y a un ministre et un Premier ministre qui sont censés, dans la Ve République, gérer cette question. Le Président s'est engagé sur une réforme du rythme scolaire, c'est aux ministres de s'occuper de la bonne mise en œuvre. On a reproché à Nicolas Sarkozy d'être trop interventionniste, on voit que François Hollande cherche aussi à se démarquer de son prédécesseur pour adopter une posture plus traditionnelle. Il vient de nommer un Premier ministre qui incarne bien la mise en œuvre de cette réforme, le président va le laisser faire, et jouera seulement son rôle, sur cette question, de représentant des grandes orientations. Il est vrai par contre qu'il y a sans doute un travail de pédagogie à faire sur cette réforme, et de ce point de vue la carence pédagogique sur les communications politiques de ce sujet sont bien réels.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zebulon54
- 08/05/2014 - 23:51
Un personnage abject
à la tête d'une équipe à son image et de supporters se dissimulant derrière un terme qui ne fait que révéler leurs propres personnalités.
francois.carmignola
- 08/05/2014 - 08:47
En gros
- Le thème de l'europe fut abordé : il s'est vanté d'avoir "résolu la crise de l'euro" qui fut selon lui une grande difficulté et qui explique la gravité de la situation, selon lui.

- La lutte contre la finance est parfaitement assumée, et comme expliqué ici parfaitement inopérante, la totalité des mesures prises étant des postures sans effets.

- Pas un mot de la grande réforme fiscale, cheval du renvoyé, juste une réduction pour ceux qui ne payent pas d'impôts, ou qui ont en payé malgré lui, président (pas mal le concept).

- Pour le chômage et la croissance, qui sont souhaitables respectivement en baisse et en hausse, il n'a pas fait de lapsus: il vaut notre bien, quitte à dire le contraire de la vérité, pour notre motivation.

- Alsthom: ils savaient, ils n'ont pas traité, de toutes façons c'était déjà plié quand ils l'ont su.

Bref, une longue séquences de mensonges éhontés, le dos au mur.

Un seul instant de vérité et là il vend la mèche : les taux d'intérêt sont bas, et il s'en moque, il peut continuer à emprunter !
taramis
- 07/05/2014 - 12:28
INUTILE DE COMMENTER
Le point de non retour est atteint.Il nous faut maintenant EXIGER sa DEMISSION.Nous ne pourrons pas vivre 3 ans de plus avec cette crasse qui nous entraine jour après jour plus prés du gouffre.Ce ''Monsieur'' est un manipulateur pathologique dangereux agrémenté d'une dose de crétinisme assez considérable.Trop c'est trop!