En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Casser l'euro pour sauver l'Europe ? Pourquoi la monnaie unique n'est qu'un faux accélérateur de croissance
Publié le 08 mai 2014
Avec
Après cinq ans d’une crise sans précédent, le constat d’échec est flagrant : l’euro n’est parvenu ni à endiguer les crises financières, ni à protéger des grands vents de la mondialisation, encore moins à provoquer une unification sociale et politique du Vieux Continent. Plongée dans la déflation par la généralisation des politiques d’austérité, l'Europe semble aujourd’hui perdue. Face à ce paysage désolé, les auteurs osent affirmer : oui, il faut sortir de l’euro pour sauver l’Europe. Extrait de "Casser l’€uro pour sauver l'Europe", aux éditions "Les liens qui libèrent" (1/2).
 Béatrice Mathieu est rédactrice en chef adjointe de l’Expansion.Laura Raim est journaliste indépendante. Après avoir travaillé au Figaro.fr, elle collabore  aujourd’hui à Regards, Rue89 ou encore au Monde Diplomatique.Benjamin Masse-Stamberger est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Béatrice Mathieu est rédactrice en chef adjointe de l’Expansion.Laura Raim est journaliste indépendante. Après avoir travaillé au Figaro.fr, elle collabore  aujourd’hui à Regards, Rue89 ou encore au Monde Diplomatique.Benjamin Masse-Stamberger est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après cinq ans d’une crise sans précédent, le constat d’échec est flagrant : l’euro n’est parvenu ni à endiguer les crises financières, ni à protéger des grands vents de la mondialisation, encore moins à provoquer une unification sociale et politique du Vieux Continent. Plongée dans la déflation par la généralisation des politiques d’austérité, l'Europe semble aujourd’hui perdue. Face à ce paysage désolé, les auteurs osent affirmer : oui, il faut sortir de l’euro pour sauver l’Europe. Extrait de "Casser l’€uro pour sauver l'Europe", aux éditions "Les liens qui libèrent" (1/2).
Avec

Avant même la naissance de la monnaie unique, le doute n’est déjà plus permis."Un cercle vertueux va se mettre en place", clament ses thuriféraires : la convergence et l’intégration poussée des pays qui se lancent dans l’aventure vont forcément conduire à davantage de croissance. En sens inverse, la croissance forte va servir de catalyseur à l’intégration. CQFD.

Les entreprises trop à l’étroit dans leurs frontières historiques vont en plus bénéficier à plein d’un seul et même grand marché de 300 millions d’habitants. Et les coûts de transaction liés au passage d’une monnaie à l’autre vont enfin disparaître. L’euro sera l’EPO des économies européennes fatiguées. L’interview qu’Yves-Thibault de Silguy, infatigable VRP de l’euro, accorde à Paris Match en mars 1998 illustre à merveille cette foi intangible dans la monnaie unique comme accélérateur d’activité : "Le passage à l’euro va favoriser la croissance. On évalue son impact positif sur l’économie entre 0,5 et 1 % par an 2."

Des promesses également martelées avec constance par Romano Prodi durant les cinq années de son mandat à la tête de la Commission européenne, entre 1999 et 2004. Au moment même où la bulle Internet éclate, en décembre 2001, Jacques Delors ne cesse de répéter que "l’optimum de la croissance de la zone euro se situe aux alentours de 3,5 % l’an". Une décennie plus tard, ce fameux optimum, que les économistes nomment la croissance potentielle, est évalué à 1 % à peine… Il suffit de comparer les performances sur longue période des pays qui ont adopté l’euro avec celles des pays membres de l’Union européenne qui ne sont pas montés dans le train de la monnaie unique – le Royaume-Uni, le Danemark, la Suède. De 1992 à 1998, la croissance annuelle moyenne de la zone euro atteint 1,8 %, contre près de 2,7 % dans les pays européens non membres. La fixation des parités à partir de 1999 n’y change rien.

En moyenne, entre 1999 et 2008, l’Euroland croît chaque année de 1,9 %, contre 2,5 % pour le bloc non-euro. Partie des États-Unis, la grande crise de 2008 frappe plus durement les pays de la zone euro, comme pour illustrer la fragilité de cet ovni monétaire. De 2009 à 2013, l’Euroland dans son ensemble affiche une baisse de sa richesse nationale de 0,4 % par an contre une progression de 0,2 % dans les pays européens non membres.

La réalité statistique est cruelle. Surtout quand il s’agit de décompter les millions de chômeurs. En matière d’emploi aussi, les espérances ont été déçues. En moyenne, le taux de chômage dans la zone euro approche les 8,5 % sur la période 1999-2008 ; il culmine aujourd’hui à près de 12,5 % de la population active, un niveau record. Comparativement, dans les pays européens qui ont conservé leur souveraineté monétaire et surtout la possibilité d’utiliser la monnaie comme une arme anticrise, la hausse du chômage a été moins vive. En moyenne, le taux de chômage du bloc Royaume-Uni- Danemark-Suède est passé de près de 5 % avant la crise à 7,5 % seulement aujourd’hui… Triste constat.

Extrait de  "Casser l’€uro pour sauver l'Europe", aux éditions Les liens qui libèrent, de Béatrice Mathieu, Laura Raim, Benjamin Masse-Stamberger et  Franck Dedieu. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
03.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
04.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
07.
Cette aile de la majorité LREM qui grince face à la juppéisation en marche
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 09/05/2014 - 07:18
À vangog
Vous avez raison, mais quel pays voudra adopter le niveau de la fiscalité française? La France championne d'Europe de la fiscalité. Elle a même dépassé le Danemark et la Suède.
La France sans réforme ne peut , en l'état des choses , se passer de sa monumentale fiscalité, donc un nivellement de la fiscalité reviendrais à baisser les ponctions chez nous ,impensable pour des socialos qui ne savent faire qu'une chose augmenter les impôts.
L'état devrait se séparer d 1,5 million de fonctionnaires pour se mettre à niveau de nos voisins, des régimes spéciaux, et ces milliers de profiteurs de la République ( voir Valeurs Actuelles) et de eux qui ruinent laFrance ( Capital)
vangog
- 08/05/2014 - 18:32
@Varennes Vous avez entièrement raison!
Il aurait fallu faire adhérer les pays progressivement à un modèle social et fiscal commun, partagé par un noyau dur qui se serait élargi progressivement, par adhésion à ce même modèle.
Mais les socialistes français n'avaient pas épuisé toutes les ressources de la social-démagogie et ne voulaient pas réformer leur système aberrant...
Voila pourquoi ces irresponsables de Mitterrand, Delors, lamy ont cru qu'il suffisait de créer l'Euro entre des pays Européens très differents socialement et fiscalement et que ces pays se calqueraient ensuite sur le modèle français...pauvres niais!
Comme si les Luxembourgeois allaient abandonner leur lucratif système fiscal, ou que les Roumains allaient multiplier par dix leurs charges sociales...
Ce système basé sur le dumping fiscal et social, une BCE contre-productive et une absence totale de solidarité des peuples Européens n'a fait que s'accentuer avec d'autres socio-démagogues aux commandes, les pitoyables Barroso, Redding etc...
L'Europe est arrivée à la limite de la rupture et seul le FN l'avait prévu.
Il est encore temps d'ecouter les conseils du FN et de quitter le navire dans les chaloupes et en ordre...
Varennes
- 08/05/2014 - 16:10
L'énormité n'est pas
L'énormité n'est pas là ou notre ami Zouk semble la placer mais bien dans le fait que certains gogos aient pu croire qyue des pays aussi différents que ceux de la zone euro aient pu avoir une monnaie
unique.
On a pris les problèmes à l'envers.
Il fallait commencer par unifier réellement les économies avant de faire une monnaie unique.
Qu'y a t-il de commun, sur le plan économique, entre la France , l'Allemagne et la Grèce?
Rien, nada, que dalle.
Il fallait unifier la pression fiscale par exemple;
Or les grecs ne payaient pas d'impôts.
Remplacer l'euro par quoi.?Mais par ce que l'on veut pourvu que l'on revienne à une monnaie nationale et que l'on redevienne maitre de notre économie.
Actuellement, nous vivons sous les diktats de Madame merkel.