En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 9 heures 51 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 11 heures 27 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 13 heures 9 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 16 heures 18 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 17 heures 7 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 10 heures 6 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 10 heures 50 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 14 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 16 heures 11 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 16 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 17 heures 7 min
© REUTERS/Dominick Reuter
© REUTERS/Dominick Reuter
Tous les rateliers

Le double jeu allemand : à la fois cheval de Troie des intérêts géopolitiques américains et géoéconomiques russes en Europe

Publié le 01 mai 2014
Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale l'Allemagne est mue par une volonté de puissance économique. Cette orientation l'a conduite à faire des choix pragmatiques dans ses relations avec la Russie et les Etats-Unis.
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Mazzucchi est conseiller scientique de Futuribles international et géoéconomiste spécialiste des questions énergétiques. Il est aussi docteur en géographie économique, professeur de relations internationales au sein de l’Enseignement militaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale l'Allemagne est mue par une volonté de puissance économique. Cette orientation l'a conduite à faire des choix pragmatiques dans ses relations avec la Russie et les Etats-Unis.

Atlantico : Vladimir Poutine et l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder ont été vus en train de se faire une franche accolade lors des 70 ans de ce dernier à Saint-Pétersbourg. Il n'est pas le seul à faire preuve de cordialité à l'égard du président Poutine, l'ancien chancelier Helmut Schmidt a récemment déclaré que les opérations russes en Crimée étaient "parfaitement compréhensibles". Globalement, comment l'Allemagne se positionne-t-elle par rapport à la Russie ? Quelle part l'énergie prend-elle dans ces relations ?

Nicolas Mazzucchi : L'Allemagne connaît actuellement un gros problème de positionnement par rapport à la Russie, du fait de son double tropisme. D'un côté sa vieille alliance avec les Etats-Unis lui a permis de renaître, et ensuite de réunifier les deux Allemagne, mais de l'autre elle est objectivement alliée avec la Russie, et ce depuis l'Ostpolitik ("Politique vers l'Est", ndlr) de Willy Brandt dans les années 1970.

Ce tiraillement des élites allemandes explique la position actuelle d'Angela Merkel sur la crise ukrainienne. Bon gré mal gré, elle a été obligée de se rallier à la politique de sanctions, tout en étant le grand leader européen qu'on a le moins entendu.

Le couple énergie/matières premières prend une part prépondérante dans les relations entre l'Allemagne et la Russie. En effet l'Allemagne est une économie extrêmement industrialisée, et la Russie est le premier fournisseur au monde de matières premières pour l'industrie. Depuis les premiers accords entre l'Union soviétique et les pays européens dans les années 1970, l'Allemagne s'est conçue comme le hub énergétique de redistribution des hydrocarbures soviétiques puis russes pour l'espace européen. Le vrai siège de Gazprom en Europe se trouve en Allemagne, et énormément de personnalités allemandes, à commencer par Gerhard Schröder, se retrouvent dans les organes décisionnels de ces entreprises. On en voit un effet avec le projet Nordstream, décidé à la fin des années 2000 et qui entre en opérations actuellement, qui aboutit en Allemagne, point de ré-éxportation du gaz russe, notamment vers l'Europe centrale et orientale.

Angela Merkel a tout de même tenu des propos très fermes à l'encontre de Vladimir Poutine. Est-elle sincère, ou s'agit-il de déclarations de façade masquant les intérêts réels de l'Allemagne ?

Angela Merkel, et l'Allemagne dans son ensemble, est surtout très embêtée, car elle a besoin de la Russie. L'Allemagne, depuis les années 2000, a essayé de construire une sorte de dominion sur les Etats d'Europe centrale et orientale. Elle a poussé pour que ceux-ci entrent dans l'UE, ce qui lui a donné une prépondérance, puisque lorsqu'on regarde la structure économique de ces pays, on se rend compte que les premières entreprises sont souvent des filiales de sociétés allemandes. Néanmoins, ce dominion n'a pas pu se faire sans l'appui, et sans alliance tacite avec la Russie. Cette entente germano-russe fait très peur aux pays d'Europe centrale et orientale, et tout particulièrement à la Pologne. Celle-ci est consciente que ses deux voisins veulent mettre l'ensemble des pays de la région sous tutelle.

Mais actuellement les Allemands ne sont pas très tranquilles lorsqu'ils voient le grignotage russe sur la Crimée, et potentiellement sur l'Ukraine de l'Est. De fait, il est compliqué pour l'Allemagne de se livrer à un double-jeu, proaméricain sur le plan géopolitique, et prorusse sur le plan géoéconomique.

La Chancelière allemande doit rencontrer Barack Obama ce vendredi 2 mai à Washington. En tant que leader économique européen, l'Allemagne est-elle devenue de facto le porte-parole de l'UE auprès des Etats-Unis ? Porte-t-elle les intérêts de tous ses partenaires, ou a-t-elle tendance à faire cavalier seul ?

L'Allemagne, très nettement, a tendance à faire cavalier seul. Ce pays a une véritable politique de puissance et de renaissance basée sur l'économie, qui date du Chancelier Adenauer. Toutes les décisions prises depuis, et notamment le fait de servir de cheval de Troie économique à la Russie en Europe, sont clairement égoïstes. Même si elle utilise souvent une rhétorique pro-européenne, l'Allemagne parle pour ses intérêts. Angela Merkel essaiera donc de parler à Obama au nom de l'UE, mais avant tout dans le but des entreprises allemandes.

Le projet de Traité transatlantique, actuellement en discussion à la Commission européenne, devrait faire partie des dossiers abordés. Quel est le niveau d'entente entre les deux pays à ce sujet ? Les autres Etats membres de l'UE partagent-ils les mêmes vues ?

L'Allemagne, comme les autres grands pays européens, dont la France, a beaucoup à y perdre. Les Etats les plus favorables au traité transatlantique sont le Royaume-Uni, pour des raisons de proximité économique et culturelle, et ceux d'Europe de l'Est, qui craignent la Russie. L'Allemagne et la France, elles, comprennent que ce traité va les arrimer de facto à l'économie américaine, et limiter la marge de manœuvre de leurs entreprises.

Les intérêts de l'Allemagne peuvent converger sur certains points avec ceux des Etats-Unis, mais il ne faut pas la voir comme un pays économiquement proaméricain. Ils s'entendent sur la stabilisation géopolitique de l'Europe, l'élargissement de l'Union européenne à la Turquie, le rapprochement avec la Biélorussie et l'Ukraine…

Toutes ces données prises en compte, la politique allemande profite-t-elle uniquement à elle-même, ou bien rejaillit-elle positivement sur ses partenaires européens ? Pourquoi ?

Cela dépend du point de vue. Sur un plan géopolitique, la volonté d'apaisement et de non interventionnisme, profite aux pays qui veulent une Europe pacifiée et qui intervienne le moins possible dans les affaires extérieures (Europe de l'Est et petits pays). En revanche, vis-à-vis des grands pays, sa politique est dommageable, comme lorsqu'elle ne suit pas la France au Mali ou en Centrafrique.

Au plan strictement économique, la politique allemande sert les intérêts de l'Allemagne. Celle-ci n'a aucune volonté de créer une politique européenne, à moins qu'il ne s'agisse d'une politique européenne sous bannière allemande.

L'Allemagne, par son dynamisme, ne peut-elle pas entraîner avec elle ses partenaires européens ?

Si tant est que les autres pays aient des volumes d'échanges avec l'Allemagne leur permettant d'être tirés en avant par la croissance allemande, et qu'ils aient une compatibilité avec l'économie allemande. La France a plus tendance à pâtir de la croissance allemande qu'à en profiter. Siemens et Alstom, par exemple, sont deux entreprises concurrentes. Et la croissance allemande n'est pas une bonne nouvelle pour Alstom, on le voit bien en ce moment. Il en va de même pour l'Espagne et l'Italie. L'Europe connaît une situation particulière, elle est la seule union au monde où ses membres sont à chaque fois les pires concurrents entre eux. Le pire concurrent de la France est l'Allemagne, celui de l'Allemagne est le Royaume-Uni, celui de l'Italie est l'Espagne, etc.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

04.

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
yavekapa
- 03/05/2014 - 17:37
le grand malheur pour nous
c'est que tous les pays défendent leur peuple
SAUF LA FRANCE qui défend les étrangers à la France et se contrefout de ses citoyens de souche.
Marie-E
- 01/05/2014 - 20:26
Il n'y a que la France
qui ne comprend rien à la géo stratégie. Notre problème ce n'est pas le double jeu car nous on ne sert même pas les intérêts de la France et nos dirigeants ne comprennent rien à la mondialisation.
Sniper
- 01/05/2014 - 16:27
Et puis
j'avais oublié dans mon précédent message de vous dire que vous êtes bien à l'image d'un certain milieu. Il vous faut toujours trouver un bouc émissaire; alors l'Allemagne dans cette Europe, cela vous sied parfaitement. Allemagne cheval de Troie, vous savez ce qu'elle vous dit l'Allemagne "Leck Mich am Arsh" pour reprendre la célèbre phrase de Goetz von Berlichingen.