En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La malédiction de la gauche européenne

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 21 min 27 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 6 heures 34 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 8 heures 24 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 23 heures 20 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 59 min 44 sec
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 3 heures 29 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 6 heures 20 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 8 heures 10 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 22 heures 59 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 1 jour 7 min
© Reuters
HLM de Choisy-le-Roi en banlieue parisienne.
© Reuters
HLM de Choisy-le-Roi en banlieue parisienne.
Discrimination positive

Nouveau plan de 600 millions d’euros pour les banlieues : tous ces problèmes que l’argent ne peut pourtant pas régler

Publié le 29 avril 2014
Avec
Malgré les politiques successives depuis une quarantaine d'années, les banlieues souffrent toujours des mêmes maux. L'argent embellit certes les villes, mais ne résout pas pour autant les profonds problèmes sociétaux.
Jean Spiri, 30 ans, est élu de Courbevoie, vice président de la communauté d'agglomération Seine-Défense chargé de l'aménagement du territoire.Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant. Il est membre du groupe de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Spiri, 30 ans, est élu de Courbevoie, vice président de la communauté d'agglomération Seine-Défense chargé de l'aménagement du territoire.Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant. Il est membre du groupe de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré les politiques successives depuis une quarantaine d'années, les banlieues souffrent toujours des mêmes maux. L'argent embellit certes les villes, mais ne résout pas pour autant les profonds problèmes sociétaux.
Avec

Atlantico : Les grands plans à destination des banlieues se sont succédé sans résultats probants. Parmi les principaux maux dont souffrent les banlieues, on compte notamment le délitement du lien social, le rapport à l’autorité, les difficultés d'intégration de populations socialement, culturellement, économiquement fragiles. Les politiques de la ville se sont-elles réellement attachées à les combattre ou sont-elles passées à côté du problème ?

Jean Spiri : Les politiques de la ville ont eu un mérite, celui de la rénovation urbaine, qui était nécessaire dans ces grands ensembles. Maintenant, ne nous leurrons pas. La forme de la ville en elle-même peut renforcer certains effets, mais c’est avant tout la façon dont on l’habite, dont se forment les liens sociaux, les liens économiques, le rapport à l’Etat, qui distinguent certains quartiers qui concentrent les difficultés d’autres où les habitants s’en sortent mieux. Les gouvernements successifs ont mis en place une forme de discrimination positive territoriale, en partant du principe que la ségrégation est territoriale par définition, même si elle est sociale par origine, selon la formule du géographe Roger Brunet. Les zones franches urbaines, les zones d’éducation prioritaire, les zones urbaines sensibles, tout une succession de zonages sont apparus, dont l’objectif est d’agir sur les habitants en passant par les territoires. Mais c’est bien le paradoxe initial : en voulant combattre des difficultés humaines en agissant sur les territoires ou sur le cadre urbain, on est passé à côté d’une partie du problème. C’est d’ailleurs la thèse que nous défendions avec Elise Vouvet et Alexandre Brugère dans Citoyens des villes, citoyens des champs : si nous n’acceptons pas une action directe sur les citoyens, nous raterons forcément notre objectif. Cela nécessite de revoir complètement notre façon de penser, pour voir l’égalité entre les citoyens comme un objectif qui doit se mesurer, et pas comme une égalité de traitement initiale que ne correspond de toute façon pas aux situations différentes que vivent les Français aujourd’hui sur le territoire national. En ce sens, oui, je pense qu’il faut oser la discrimination positive sur base territoriale d’une manière plus affirmée qu’aujourd’hui. Prenons ainsi l’exemple des zones franches urbaines créées en 1996. Les entreprises qui s’installent dans ces zones bénéficient d’un ensemble d’exonérations sociales et fiscales. Si cette politique a eu un impact important, elle n’a cependant pas autant qu’elle l’aurait dû amélioré l’emploi dans ces zones. C’est pourquoi le Conseil économique, social et environnemental proposait en 2008 que les exonérations de charges soient attachées non plus seulement aux territoires, mais aussi aux individus. L’idée était que les jeunes de ces quartiers portent avec eux une exonération de charges patronales sur leur emploi, quelle que soit l’entreprise qui les embauchait. Ce type de solution mérite d’être étudié. Pourtant, elle fait peur à la gauche, qui y voit une discrimination positive qu’elle attache plutôt à l’idéologie libérale, tandis qu’elle heurte une partie de la droite conservatrice qui refuse de voir qu’il y a une vraie rupture d’égalité des chances pour ces citoyens…

Guylain Chevrier : La politique de la ville vise à réduire les inégalités entre les territoires, en prenant pour cause ceux qui sont le moins bien dotés. Cette politique a été surinvestie depuis une quarantaine d’années avec un certain succès malgré tout en termes de rénovation urbaine. Mais du côté de la rénovation sociale à laquelle elle a prétendue, elle s’est heurtée à des difficultés grandissantes liées à la crise économique, mais pas seulement. Il y a eu une régression continue de la mixité sociale dans les quartiers les plus concernés, avec des classes moyennes qui les désertent. Faut-il s’en étonner ? car elles n’ont jamais été prises en compte dans les axes de cette politique ou de façon superficielle.

Lorsque l’on parle des quartiers sensibles, il est toujours question plus ou moins explicitement d’une identification de la pauvreté aux populations immigrées où qui en découlent, qui s’y concentrent de plus en plus à la mesure de la désertion des autres. La seule façon de prendre en compte cette réalité doit-elle être de renforcer des dispositifs de lutte contre les discriminations dont on suppose qu’elles seraient la principale cause d’un taux de chômage plus élevé là qu’ailleurs ou de moins de diplômés ? En réalité, il n’y a pas que le départ des classes moyennes de ces quartiers qui est à incriminer, mais le fait qu’une politique d’inclusion sociale en faveur  des "exclus" opposés aux "inclus", ait joué en faveur du remplacement systématique de ménages de la classe moyenne sur le départ par des ménages choisis sur le modèle de référence de ces quartiers. On a ainsi favorisé une concentration de population de même tonalité, ce qui n’est bon pour personne.

Cette dominante apparente ne doit pas faire oublier une autre réalité silencieuse de ces quartiers propre à une population qui n’est ni immigrée ni aisée, une population ouvrière du cru encore nombreuse et même souvent majoritaire dans ces quartiers, qui vit très mal de n’être nulle part prise en compte, accentuant une fracture sociale que l’on ne veut pas voir. La seule façon de re-rentrer dans le jeu pour une part de ces laissés pour compte de la politique de la ville voire de la politique tout court, étant malheureusement le vote FN. L’abstention massive des dernières élections municipales a été de ce point de vue frappante dans les quartiers en cause, comme pour les quartiers nord de Marseille. Ici, la critique de la politique de la ville comme politique sociale rejoint les enjeux du politique de façon révélatrice. Le plan gouvernemental de 600 millions pour les zones sensibles, qui vient d’être présenté par Najat Vallaud-Belkacem, ne change rien à cette orientation de la politique de la ville et d’action en direction des banlieues dites prioritaires. On continue avec cette politique de la ville à mettre des quartiers à part. Ce n’est donc pas une question de moyens, d’argent, même s’il en faut bien sûr toujours pour intervenir, mais de conception de l’action politique et de savoir quel projet de société cette action sous-tend.

Les 600 millions d'euros annoncés par Najat Vallaud-Belkacem doivent être utilisés à financer des "projets structurants, comme des pépinières d'entreprise ou des maisons de santé". Ces enjeux sont-ils aujourd'hui réellement prioritaires ? Créera-t-on de l'emploi sans avoir résolu au préalable les autres problèmes auxquels doivent faire face les banlieues ?

Jean Spiri :  La création d’entreprise est en fait très active dans les zones urbaines sensibles, un entrepreneuriat qu’il faut certainement mieux accompagner, pas seulement par des locaux, mais aussi par du financement. Il est d'ailleurs intéressant de constater que l’ambassade des Etats-Unis à Paris a mis en place dès 2009 un programme visant à repérer les meilleurs entrepreneurs des quartiers. Le problème de la santé est également crucial : je vous invite à lire une étude du géographe Emmanuel Vigneron sur les différences de densité médicale et d’espérance de vie le long de la ligne B du RER. Le constat est clair : plus on s’éloigne du centre, moins il y a de médecins, et plus l’espérance de vie diminue… C’est un progrès de ne pas s’attaquer uniquement à la question de la forme urbaine, mais le problème des quartiers dits sensibles ne peut se traiter de manière saucissonnée. Si vous n’assurez pas la sécurité dans ces quartiers, si vous ne travaillez pas les problèmes de coexistence culturelle, mais aussi entre générations, si vous ne veuillez pas à la présence de l’Etat, une présence pas seulement physique, mais qui passe aussi par la transmission des valeurs républicaines, si vous n’investissez pas davantage dans l’école, vous ne résoudrez rien. C’est pourquoi le rôle des élus locaux est absolument crucial. Ils ont besoin de moyens supplémentaires, ils ont besoin d’outils leur permettant parfois de mener des politiques différentes, ce que permet la Constitution depuis 2003 sous forme d’expérimentations, ils ont besoin de donner de la chair à ces programmes nationaux. Sinon, en effet, quels qu’en soient les montants, ces programmes n’atteindront pas leurs objectifs. C’est pourquoi on ne peut qu’être sceptiques devant des annonces de montants qui paraissent importants, mais dont on perçoit mal comment la mise en œuvre va se différencier des précédentes tentatives.  

Guylain Chevrier :  On prend sans doute les choses à l’envers. On sait combien l’emploi est important car l’insertion sociale passe par l’accès au travail et à un statut social qui lui corresponde, un sentiment d’utilité et de reconnaissance qui n’a d’équivalent que l’autonomie qu’il procure. Il ne suffit pas de créer des emplois pour autant pour résoudre la grave crise de cohésion sociale que nous connaissons, c’est-à-dire le fait que de plus en plus de nos concitoyens dans les quartiers sensibles ne se reconnaissent pas dans nos institutions, dans notre modèle politique, dans une identité qui serait la leur et celle de la France.

On n’a cessé de lâcher sur les valeurs collectives en flattant dans les quartiers sensibles la diversité et ses composantes culturelles et religieuses, en jouant sur les différences comme principe de reconnaissance de l’identité de ces quartiers. On a ainsi fait quitter tendanciellement ceux-ci dans l’esprit de ce que l’on appelle les territoires de la République. Mais l’esprit est tout ici, autrement dit, les représentations communes qui font que l’on se sent appartenir à un même peuple ou non. On a acté l’idée d’une société multiculturelle pour mieux encore finalement assigner des populations identitairement et géographiquement, résidentiellement.

Finalement, il parait que les dirigeants ont depuis longtemps abandonné la question sociale pour imposer une lecture différencialiste mais aussi par voie de conséquence, inégalitaire par essence, de notre société, vue à travers une division d’abord en groupes identitaires, comme le distingue bien le géographe Christophe Guilluy (1). C’est ainsi à partir de cette thématique du ghetto, celle d’une société (supposée) xénophobe du fait d’assigner ses minorités à résidence, que le modèle égalitaire républicain a été violemment attaqué.

La devise Liberté-Egalité-Fraternité est de plus en plus contestée par ceux qui revendiquent une "égalité réelle" au regard de laquelle la République aurait failli. Encore faudrait-il savoir de quoi ils parlent car "l’égalité réelle" renvoie à un modèle égalitariste qui a fait long feu, jusqu’à plus ample informé. En général, on notera que ceux-là utilisent cette revendication pour mieux attaquer le modèle égalitaire considéré par eux comme l’obstacle à l’installation en France du multiculturalisme politique. Mais cette revendication est comme le symptôme d’une pathologie sociale, celle d’une politique qui conduit à considérer la société comme une juxtaposition de groupes identitaires. On se demande bien dans ces conditions comment on pourrait s’attaquer à la crise de notre cohésion sociale dans les quartiers sensibles et ce qui pourrait bien ainsi y faire cohésion?

On explique que la liberté et l’égalité ne sont conciliables que par la fraternité. La liberté vise à garantir le libre choix de vie du citoyen, l’égalité de traitement devant la loi modère cette liberté en lui donnant pour valeur le modèle d’une même loi pour tous, et la fraternité réalise le lien entre les deux, recouvrant l’idée de l’appartenance à une fratrie commune, symbolisée dans la nation ou la patrie. Il en va d‘une certaine identité commune, une certaine idée de la France. Poser la fraternité comme valeur fondamentale, c’est poser la défense de l’intérêt général avant celle des intérêts particuliers ou/et des groupes communautaires et identitaires quels qu’ils soient. Car, la fraternité définit le mieux le lien social qui prévaut sous le signe de la République pour fonder notre vivre-ensemble.

Tahar Ben Jelloun interviewé sur France info ce jour expliquait que l’école de la France ne donnait plus les repères essentiels qui permettent à tous les enfants de se reconnaitre dans nos institutions, notre République et ses valeurs essentielles. Ce qui était considéré par lui comme la clé de toute intégration. Une réflexion à méditer qui vaut pour la politique de la ville et la philosophie qui la porte.

Pépinières, talents... le discours sur les banlieues est exagérément et souvent artificiellement positif. Une telle approche est-elle constructive ? Que coûte à la grande majorité des populations qui vivent dans ces zones, plutôt dans une situation difficile que dans une spirale vertueuse, l'incapacité à appeler les choses par leur nom et à regarder la réalité en face ?

Jean Spiri : Nous avons beaucoup de mal à nommer simplement les phénomènes auxquels nous sommes confrontés. Nous avons autant de mal à rappeler que les valeurs de la République doivent être les mêmes partout qu’à mettre concrètement en œuvre des politiques pour les faire vivre. C’est encore une fois le même problème : à force de vivre dans le mythe de l’égalité, nous refuser de voir la réalité en face, et finalement acceptons que perdurent et se renforcent des situations d’inégalités… Et il est évident que sans une approche concrète de la sécurité, de la justice, du respect de tous, rien ne sera possible dans ces quartiers.

Guylain Chevrier :  Cette façon de mener la politique de la ville, en dépeignant ces quartiers comme identifiés à la concentration de populations immigrées ou d’enfants d’immigrés comme symboliquement les plus déshérités, n’est-elle pas stigmatisante pour les populations qui y résident en constituant un handicap pour tous ? C’est ce qui ressort des analyses sociologiques de ces quartiers qui montrent que les jeunes diplômés d’études supérieures qui en sont issus sont les premiers à les quitter, à quelques exceptions prês que l’on monte en épingle dans les médias. Qu’est-ce qui pourrait faire changer cette image dépréciée et cette mobilité de population dans le mauvais sens ? C’est bien la question qui reste posée. C’est une orientation lourde qui n’est pas le fait de ce seul gouvernement mais tient à une longue marche dont ce nouveau plan s’annonce comme une accélération dans une impasse. Il y a une difficulté à penser globalement, en termes de projet de société, qui a été abandonnée tirant un trait sur une analyse en termes de classes sociales et de catégories socioprofessionnelles dont on devrait partir pour construire des projets dont on dit qu’il est question d’y associer les citoyens.

Espérons d’ailleurs que la volonté d’associer 1300 conseils citoyens à la mise en œuvre de ce plan ne se traduira pas par la constitution de groupes multi-identitaires, comme l’association Terra Nova, think tank proche du PS le proposait, s’inspirant du modèle anglo-saxon du community organizing, en remplaçant les traditionnels conseils de quartier par des groupes constitués de personnes sur un fondement identitaire et culturel, sélectionnés en fonction de leur pays d'origine, de leur genre, de leur âge.... Il faut que l’Etat soit au pilotage mais avec une toute autre philosophie qui prenne en compte la diversité des populations mais sur un plan social, en associant l’ensemble des acteurs associatifs, services publics, collectivités, entreprises, dans un grand projet porteur des valeurs collectives. Il en va aussi du respect de la laïcité, c’est-à-dire d’une action de l‘Etat qui se veuille indépendante des influences religieuses ou ethnico-culturelles pour demeurer dans son rôle de promotion du bien de tous, du bien commun.

Comment expliquer que malgré les milliards déversés sans résultats sur les banlieues, l'approche reste la même. En quoi les décisions en la matière sont-elles aveuglées par le sentiment de culpabilité que les élites et la société française entretiennent sur le sujet ? Investir ces milliards est-il finalement une solution de facilité ?

Jean Spiri : Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’il y a une véritable question d’équité qui se pose aujourd’hui entre les territoires de la République. La « Zone urbaine sensible » concentre beaucoup de représentations, dont certaines d’ailleurs créent un cercle vicieux (l’adresse « négative »), mais il ne faudrait pas pour autant, comme l’a d’ailleurs montré le géographe Christophe Guilluy, qu’une certaine géographie médiatique vienne occulter la géographie sociale. Il y a quelques années, le sociologue Dominique Lorrain avait réalisé une étude comparative sur les investissements publics entre le quartier des Hautes-Noues à Villiers-sur-Marne, classé en zone urbaine sensible, et un quartier de la périphérie de Verdun. Dans les deux cas, les populations concernées étaient modestes et les taux de chômage élevés. Et surtout, l’étude montrait que le revenu moyen par habitant du quartier sensible de Villiers-sur-Marne était de 20% supérieur à celui de Verdun, mais aussi que les équipements et les services publics étaient moins fournis dans la périphérie de Verdun – sans même parler des temps de transport pour rejoindre la grande ville la plus proche, pourvoyeuse d’emploi, bien plus importants à Verdun. Alors même que cette situation montre des handicaps plus importants dans la périphérie de Verdun, les investissements publics étaient mille fois plus élevés dans le quartier des Hautes-Noues. Ce qui est certain en tout cas, c’est que, si ces quartiers méritent une attention particulière des pouvoirs publics, ils n’en sont pas pour autant oubliés aujourd’hui … contrairement à d’autres où la situation socio-économique est également très dégradée !

Guylain Chevrier :  La société s’est inventée ses pauvres à travers cette thématique des zones sensibles voire des ghettos, pas parce qu’elles constituent uniquement une vision idéologique car il y existe des populations accumulant les difficultés dans certains quartiers précis, mais par le fait de les avoir emblématisées comme l’arbre qui cache la forêt. Les zones sensibles ne représentent que 7% de la population et sont donc loin de recouvrir la géographie de la pauvreté en France, alors que 85% des pauvres vivent en dehors de celles-ci. Ces pauvres vivent tout particulièrement en zones rurales ou périurbaines qui passent totalement inaperçues. Investir des milliards dans cette thématique phare du champ de la lutte contre les exclusions ne peut être considérée comme inutile mais passe à côté de l’essentiel, car la démarche relève d’une vision idéologique qui est comme le vert dans le fruit.

Comment sortir de la logique financière pour commencer à résoudre concrètement les problèmes qui minent les banlieues ? Quelles devraient être les priorités ? Cela passe-t-il par un retour de l'Etat ? De quelles approches étrangères pourrait-on s'inspirer ?

Jean Spiri :  Cela passe aussi par la fin d’une certaine hypocrisie française. Un seul exemple, celui des ZEP. Une étude de l’Institut Montaigne en 2006 montrait que, tout inclus, la dépense publique par enfant dans les ZEP est inférieure de 30 % à la moyenne nationale. Cela tient notamment au salaire des enseignants, presque tous en début de carrière et peu expérimentés. Est-ce vraiment cela le sens du mot prioritaire ? Ne faudrait-il pas au contraire y affecter des professeurs d’expérience, ou en tout cas des professeurs mieux formés et motivés ; c’est déjà ce que proposait le rapport Geindre il y a vingt ans : que les zones les plus déshéritées bénéficient des compétences des meilleurs fonctionnaires, formés spécifiquement et avec une rémunération supplémentaire. Puisque vous évoquez les modèles étrangers, voici un exemple de pragmatisme sur cette question spécifique, le modèle néerlandais. L’aide est calculée à partir de la personne, et non de la zone. Le nombre d’enseignants, voire le nombre d’heures de cours et d’études, pourraient ainsi être calculés selon ce modèle, qui tient compte des résultats des élèves à des tests, du revenu des parents, de leur date d’arrivée dans le pays le cas échéant, afin d’obtenir un enneigement qui correspond aux besoins réels des élèves et permette à l’école de jouer son rôle de garant dans l’égalité des chances. Mais on voit vite que ce type de raisonnements est étranger à notre culture d’action publique. Nous revenons au problème initial. Nous devons accepter de raisonner en termes de personne, et non plus de territoire. Nous devons accepter qu’il y a des différences qui justifient des traitement différenciées. Nous devons accepter que pour atteindre l’égalité réelle, mieux vaut mettre en avant l’équité. 

Guylain Chevrier : Il faudrait veiller à ce que cette politique de discrimination positive en faveur des quartiers sensibles ne vienne pas faire voler en éclat notre solidarité nationale et notre pacte républicain qui en est indissociable. A l’image de cette séparation qui s’est créée au sein des quartiers entre différentes catégories sociales, une autre pourrait apparaitre entre cette moitié de la France qui paie des impôts, cette majeure partie de la France qui travaille, avec l’autre, que ces derniers financent dont au passage cette politique de la ville. Il existe aujourd’hui une tension réelle entre ceux auxquels on demande des efforts incessants, ces classes moyennes à l’attitude généralement solidaire qui commencent à s’interroger sérieusement et le reste de la société. L’aide à apporter aux démunis devenant un argument massue pour imposer de nouveaux impôts et autres prélèvements. On pourrait en arriver à ce que les composantes de la nation se désolidarisent ainsi, avec un rejet du modèle égalitaire et à remettre en cause son rôle en tournant le dos à notre contrat social. Ne serait-pas cela qui devrait prioritairement préoccuper le gouvernement au lieu de mener une politique dans la continuité avec celles qui ont précédé dans ce domaine, en y montant des étages supplémentaires sans se préoccuper du fait que les fondations sont depuis longtemps minées ? 

1-      Christophe GUILLUY, Fractures françaises, Champs essais, 2010.

>>> A lire également sur Atlantico : 90 milliards en 40 ans et quelle efficacité : un bilan des politiques de la ville

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La malédiction de la gauche européenne

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MauvaiseFoi
- 30/04/2014 - 06:57
Cherchez l'erreur
50 milliards d'économies sur notre dos, 600 millions que l'on a pas pour "les banlieues".
Démagogie et clientélisme quand vous nous tenez.
pave777
- 29/04/2014 - 21:44
Le grand soir
qui n'arrivera que si les français le souhaite ! des milliers d'élus de gôche bobos, de responsables véreux d' assos basanées, et leurs ouailles exotiques, courront vers les quais, vers des bateaux et des avions, pour trouver meilleure pitance ailleurs, ou dans leurs pays d'origine. Dernière version du camp des saints inversée ! vivement demain ! it's when you want ! aux urnes ! ne pas se tromper § avec ceux qui ont transformé la France en poubelle , nom de code UMPS !
yavekapa
- 29/04/2014 - 20:14
la politique de la ville et des banlieues
c'est un gouffre sans fond, le tonneau des danaïdes
car les soi-disant élites s'attaquent au problème apparent, et ne règlent aucunement le problème réel, tabou lui.