En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 8 heures 15 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 9 heures 40 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 11 heures 50 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 12 heures 34 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 14 heures 3 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 14 heures 36 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 16 heures 35 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 8 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 9 heures 25 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 10 heures 22 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 13 heures 53 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 14 heures 5 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 15 heures 38 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 15 heures 54 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 16 heures 14 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 16 heures 41 min
Investissements d'avenir ?

Un bilan de 40 ans de politiques de la ville

Publié le 29 avril 2014
Avec
Depuis 1989, la politique de la ville aura coûté plusieurs dizaines de milliards d'euros sans pour autant être venue à bout des problèmes que connaissent les quartiers sensibles. Pour l'améliorer, il s'agirait entre autres de définir des objectifs clairs et se doter de moyens d'évaluation.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Bedin est secrétaire générale adjointe de l'UMP, responsable de l'UMP à Nanterre, enseignante à Sciences Po et cofondatrice de deux associations de coaching de jeunes en ZEP. Elle est l'auteure de Pourquoi les banlieues sont de droite (Plon,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 1989, la politique de la ville aura coûté plusieurs dizaines de milliards d'euros sans pour autant être venue à bout des problèmes que connaissent les quartiers sensibles. Pour l'améliorer, il s'agirait entre autres de définir des objectifs clairs et se doter de moyens d'évaluation.
Avec

Atlantico : Quelques 600 millions d'euros du programme d'investissement d'avenir (PIA) seront accordés aux zones dites sensibles, a annoncé, lundi 28 avril, la ministre de la ville, Najat Vallaud-Belkacem. Quels montants ont été jusqu'à présent investis dans la politique de ville et avec quels objectifs ?

Camille Bedin : La politique de la Ville existe depuis les années 1980 mais elle s'est amplifiée avec la création du plan Borloo sous la présidence de Jacques Chirac, correspondant environ à 42 milliards d’euros. Le Plan Banlieue de Nicolas Sarkozy a donné une nouvelle impulsion pour redéployer les actions par ministère : intégrer la politique de la ville dans les objectifs de chacun (éducation, sécurité, emploi,…). Il a donné lieu concrètement à l’amplification du Plan Borloo et à des actions comme la création des internats d’excellence, le déploiement des écoles de la 2è chance, 4000 policiers dans les quartiers sensibles, l’encouragement de l’auto-entrepreneuriat, les contrats d’autonomie, le développement des ZFU.

L'argent n'est plus le problème principal de la politique de la Ville : c’est devenu essentiellement une histoire de périmètre. Il faut reconcentrer les moyens. Aujourd'hui, il existe un enchevêtrement incalculable de zones prioritaires, en termes d'éducation, de sécurité, d’emploi qui viennent s'ajouter aux périmètres existants des régions, des départements, des agglomérations et des communes,… Cette multiplication des acteurs pose de réels problèmes. J’étais ainsi d’accord avec le rapport de Jean-François Copé et Gérard Hamel, relativement consensuel, qui préconisait de réduire le périmètre de la politique de la Ville et de limiter les acteurs concernés à deux : l'Etat et la commune.

Renaud Epstein : L’annonce de Najat Vallaud-Belkacem n’en est pas une puisqu’il s’agit d’engagements financiers qui avaient déjà été annoncés par son prédécesseur François Lamy. Il faut le rappeler parce que ces effets d’annonce répétés pourraient donner l’impression qu’on met énormément d’argent dans les quartiers populaires. La réalité est toute autre. Certes, cela fait 30 ans que l’Etat développe une politique de la ville dirigée vers ces quartiers. Mais celle-ci représente moins d’un pourcent du budget de l’Etat, alors que les Zones Urbaines Sensibles rassemblent environ 7% de la population française. En théorie, ces crédits s’ajoutent à ceux qui sont mobilisés par toutes les autres politiques publiques, dont tous les territoires sont supposés bénéficier également. En réalité, les budgets de la politique de la ville ne compensent pas les inégalités de traitement résultant des autres politiques publiques et de l’inéquitable distribution territoriale des bases fiscales. Les rares études disponibles tendent à montrer que les institutions publiques dépensent moins pour les habitants des quartiers populaires que pour ceux des centres villes.

Ceci étant dit, parmi les multiples programmes de la politique de la ville, les deux les plus coûteux ont été le Pacte de Relance pour la Ville de 1995 qui instituait des exonérations de charges pour les entreprises implantées dans les Zones Franches Urbaines et les Zones de Redynamisation Urbaine (cela représentait 700 millions d’euros en 2009) et le Programme national de rénovation urbaine lancé en 2003, doté de 12 milliards d’euros pour organiser la démolition-reconstruction des grands ensembles.

Quels sont les aspects sur lesquels chacun de ces plans peuvent être considérés comme ayant accompli leur mission et quels sont les autres aspects pour lesquels ce ne serait pas le cas ?

Camille Bedin : Le plan de rénovation urbaine (PNRU) qui continue aujourd'hui a été extrêmement positif. 500 quartiers auront été concernés sur les 557 désignés au départ. Mais la rénovation urbaine ne suffit pas, il faut aussi changer l'environnement si l'on veut améliorer la situation. D’ailleurs, les opérations sont parfois sources de déception pour les habitants. La politique de la Ville ne peut pas être qu’une façade. Il faut aller plus loin en matière d'éducation et de formation professionnelle.

Avec Nicolas Sarkozy, je pense que la politique de la Ville a connu des succès, en matière d'éducation et de sécurité. Il a soutenu les politiques de  discrimination positive dans les grandes écoles, il a mis en place l’aide scolaire individualisée (supprimée par François Hollande), ou les internats d’excellence. Il a eu des initiatives exemplaires (nomination de son Gouvernement). Néanmoins, toutes ces actions sont loin de suffire tant que l'on n'éradique pas la crise économique au plan national : nous pourrons faire autant de plans banlieues que nous le souhaitons, cela sera insuffisant. Sans changement structurel, la crise de repli sur soi est inévitable, tout comme la fragilisation du tissu social.

Enfin, sur le plan psychologique et moral, je pense que la gauche ces trente dernières années a beaucoup trop parlé des banlieues avec un traitement communautaire, en s’adressant à un électorat qu’elle a considéré "captif", comme si ces territoires n'appartenaient pas à la République, comme s'ils étaient des zones d'ombre, un point noir. Elle a subi le revers de ce traitement lors des élections municipales de 2014, où les habitants des banlieues ont fait entendre leur ras-le-bol d’être simplement considérés comme un électorat manipulable.

Renaud Epstein : A la différence des Etats-Unis ou de la Grande-Bretagne, où les programmes comparables s’accompagnent d’évaluations rigoureuses, on ne s’est jamais donné les moyens d’évaluer sérieusement la politique de la ville française. Le bilan des programmes du passé est donc incertain et controversé.

S’agissant du Pacte de Relance pour la Ville, on dispose de quelques études économétriques qui montrent que les exemptions fiscales ont permis d’attirer des entreprises, mais que les effets de ces implantation sur l’emploi sont très limités et éphémères. Vu le coût des Zones franches urbaines pour le budget de l’Etat, il s’agit sans doute de la mesure la moins efficiente de l’histoire de la politique de la ville.

Pour le Programme national de rénovation urbaine, le bilan est contrasté. L’investissement de milliards d’euros au cours de la dernière décennie a transformé l’urbanisme de centaines de quartiers qui avaient été délaissés jusque-là par les villes et les bailleurs sociaux. Mais ces réalisations spectaculaires n’ont pas abouti aux résultats attendus, à savoir le rétablissement de la mixité sociale. La transformation urbaine ne s’est pas prolongée par une transformation du peuplement de ces quartiers qui demeurent spécialisés dans une fonction d’accueil des pauvres, des précaires et des minorités.

Au regard des objectifs d'égalité entre les territoires, la politique de la Ville telle qu'elle a été menée ces trente dernières années peut-elle être qualifiée d'échec ?

Camille Bedin : Oui, bien sûr c'est un échec : tant que les difficultés perdureront aussi fortement, ce sera un échec collectif. La vraie question est de savoir si nous aurions pu éviter cet échec : malheureusement, je ne le crois pas, car nous n’avons pas suffisamment mené de politiques structurelles. On peut coller toutes les rustines du monde, ça ne changera pas le fond de la situation. Face à la dégradation continue de notre modèle républicain, ce sont toujours les personnes les plus fragilisées qui sont touchées les premières. Il faut s'attaquer aux problèmes quotidiens de tous les Français : l’Ecole, la sécurité, l’emploi. Les quartiers sont simplement un miroir grossissant des difficultés structurelles de la France.  

Renaud Epstein : Les objectifs de la politique de la ville n’ont pas toujours été ceux qui lui sont assignés aujourd’hui. Ce n’est que depuis la loi Borloo de 2003 que ses objectifs sont formulés en termes de réduction des inégalités entre les territoires. Il serait donc absurde de juger trois décennies de cette politique à l’aune du seul objectif d’égalité territoriale, et plus encore d’apprécier cette égalité au seul prisme des écarts statistiques entre les quartiers et leur environnement. Car l’accroissement des écarts entre les 750 ZUS et le reste de la France, qui ont explosé depuis le début de la crise, peut masquer des dynamiques très variables suivant les villes. Et surtout, la situation statistique des quartiers ne renseigne que très partiellement sur les effets de cette politique pour les habitants. Les actions de la politique de la ville ont permis à certains habitants de s’en sortir socialement, et donc aussi de déménager de quartiers où ils ont été remplacés par d’autres familles en difficulté. Dans ce cas, l’efficacité sociale de la politique de la ville se traduit par une dégradation des statistiques territoriales !

Le débat sur le succès de la rénovation urbaine ou l’échec de la politique de la ville me semble en fait assez stérile, sauf à ce qu’il s’accompagne d’un débat sur les objectifs de cette politique. Or depuis 2003, ce débat n’a pas eu lieu, même à l’occasion de l’examen parlementaire de la loi Lamy votée en janvier 2014.

Cette récente réforme marque-t-elle un changement pour la politique de la ville ? Vous parait-elle aller dans le bon sens ?

Camille Bedin : Je ne sais pas. Je pense que c'est le tonneau des danaïdes. Dans le contexte actuel, ce sera inefficace. L'argent investi aura l'effet d'une rustine, à l’image des emplois aidés qui en plus d’être coûteux agissent durant un temps seulement et sur des cas particuliers, mais ne changent rien au chômage durable. Tant que les réformes structurelles sur l’éducation ou l’emploi ne sont pas menées, rien ne changera.

Renaud Epstein : Il faut distinguer les discours qui accompagnent cette réforme et son contenu. Sur le fond, la réforme élaborée par François Lamy et mise en œuvre par Najat Vallaud-Belkacem doit moins s’analyser en termes de changement que de synthèse des politiques menées successivement depuis 30 ans. La rénovation urbaine des années 2000 est renouvelée. L’ambition de mobiliser et de mettre en cohérence toutes les politiques publiques en faveur des quartiers qui structurait la politique de la ville des années 1990 est réaffirmée. Et dans le même temps on relance des démarches participatives visant à faire des habitants les acteurs du développement social des quartiers, comme dans les années 1980.

Sur la forme en revanche, le changement est sensible. Les discours de stigmatisation des quartiers et de leurs habitant qu’on entendait au sommet de l’exécutif il y a encore deux ans –pensez au fameux discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy– ont laissé place à des paroles plus apaisées, insistant conjointement sur les problèmes et les ressources des quartiers. C’est loin d’être négligeable et cela répond à des attentes légitimes de reconnaissance et de respect qui s’expriment dans les quartiers populaires. Mais le changement de discours ne suffit pas, tant la parole des responsables politiques y est devenue inaudible après trois décennies de promesses non tenues.

>>> A lire également sur Atlantico : Nouveau plan de 600 millions d’euros pour les banlieues : tous ces problèmes que l’argent ne peut pourtant pas régler

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pemmore
- 29/04/2014 - 14:03
Bretagne et pays de la loire,
sauf Nantes et ses quartiers limites, on est en train de sortir de l'ornière, faudrait s'intéresser à comment on a fait.
Certaines petites villes avec une politique municipale dynamique ont même totalement éradiqué le problème.
Pas bien loin de chez-moi les tours on disparu, l'habitat s'est dispersé le calme est revenu.
C'est pas une histoire de fric mais de conseil municipal.
Et ça ce sont les électeurs qui décident, payer pour vivre cool ou subir.
yavekapa
- 29/04/2014 - 12:54
parce qu'on s'attaque au problème apparent
.
yavekapa
- 29/04/2014 - 12:53
la politique de la ville
c'est le tonneau des danaïdes.