En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 8 heures 8 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 9 heures 5 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 10 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 14 heures 3 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 15 heures 22 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 8 heures 38 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 9 heures 27 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 13 heures 17 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 14 heures 17 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 15 heures 12 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 15 heures 23 min
© Reuters
Après la trachée, l'urètre et la vessie, le nez et le vagin constituent deux nouveaux organes implantés avec succès
© Reuters
Après la trachée, l'urètre et la vessie, le nez et le vagin constituent deux nouveaux organes implantés avec succès
Ça pousse !

Médecine regénérative : le corps bientôt reconstituable à l'infini

Publié le 18 avril 2014
A partir des cellules d'un patient, la médecine régénérative est maintenant capable de faire "repousser" un organe en laboratoire pour l'implanter ensuite dans le corps du patient. Après la trachée, l'urètre et la vessie, le nez et le vagin constituent deux nouveaux organes implantés avec succès.
Jérôme Guicheux est directeur de recherches à l'Inserm et co directeur de l'unité Inserm 791 au CHU de Nantes qui développe des approches de médecine régénératrice pour l'os, le cartilage, le disque intervertébral et le squelette en général. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Guicheux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Guicheux est directeur de recherches à l'Inserm et co directeur de l'unité Inserm 791 au CHU de Nantes qui développe des approches de médecine régénératrice pour l'os, le cartilage, le disque intervertébral et le squelette en général. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A partir des cellules d'un patient, la médecine régénérative est maintenant capable de faire "repousser" un organe en laboratoire pour l'implanter ensuite dans le corps du patient. Après la trachée, l'urètre et la vessie, le nez et le vagin constituent deux nouveaux organes implantés avec succès.

Atlantico : Le nez et le vagin, deux organes qui s'ajoutent à la liste des greffons reconstitués avec les cellules des patients. Aujourd'hui quels sont les organes que l'on peut faire " repousser" ?

Jérôme Guicheux : Beaucoup ont été fabriqués par le génie tissulaire dans les laboratoires. Le cartilage articulaire pour les problèmes d'arthrose, de l'os pour les fractures, de la vessie, ou encore la peau pour répondre aux problèmes des grands brulés par exemple font partie des organes qui ont fait l'objet d'études, mais assez peu sont allés jusqu'à l'essai clinique chez des patients. On peut également citer l'œil qui a fait l'objet d'investigations par thérapies géniques, le cœur lui a fait l'objet d'essais cliniques notamment en injectant des cellules souches de la moelle osseuse pour essayer de prévenir les conséquences néfastes d'un infarctus du myocarde. Il s'agit de la plupart des organes ciblés par des maladies dégénératives et qui font l'objet de recherches intenses dans les laboratoires. Certains débouchent sur des essais cliniques chez les patients.

Quelles sont aujourd'hui les différentes options de la médecine régénérative et laquelle doit-on privilégier ? Quels sont les risques pour chacune de ces options ?

Soit des cellules du patient seules, soit des biomatériaux seuls, soit les deux, soit également des protéines avec des propriétés régénératrices (les facteurs de croissance par exemple). Si on s'intéresse à la reconstruction du disque intervertébral par exemple, il est clair qu'on ne pourra pas le faire en utilisant simplement des cellules ou un biomatériau, mais il faudra une association des deux. Je pense que l'on n'a pas encore fait le tour des possibilités et que de nouvelles idées vont naître. L'idée étant de se rapprocher le plus possible de la vraie régénération spontanée

Quels sont les meilleurs exemples de réussites en la matière ?

Ce qu'on reconstruit finalement ce n'est pas un tissu qui dégénère, c'est un tissu qu'on enlève parce qu'il y a un cancer. C'est toujours plus facile de reconstruire quand on enlève un morceau de tissu que de s'attaquer à une véritable pathologie dégénérative. Un défaut dans l'os par exemple, on sait très bien le combler en utilisant des bio matériaux et des cellules du patient. Les organes qui se régénèrent le plus facilement sont ceux qui ont peu ou prou une capacité à se régénérer d'eux-mêmes. L'os en fait partie, contrairement au cartilage, où il faut fortement aider la nature.

Quelles perspectives peut-on attendre de ces premières réussites ?

C'est clairement d'étendre le champ de ces applications possibles. En particulier pour des patients vieux qui ont de la dégénérescence de leurs cartilages articulaires, des maladies cardio-vasculaires, etc. Il va falloir s'intéresser à reconstruire tous ces tissus : les vaisseaux, le cœur, le disque intervertébral, ou le cartilage articulaire. C'est-à-dire concrètement de se battre contre la nature, donc cela risque de prendre du temps. Mais on y est obligé puisque la population vieillit. J'espère que ces études pionnières vont ouvrir le champ à d'autres investigations sur des pathologies plus dégénératives.

Quels sont aujourd'hui les problèmes auxquels se heurtent ces options thérapeutiques de médecine régénérative pour se développer à grande échelle ? Cette médecine peut-elle devenir incontournable ?

Avant tout, il faut avoir de l'argent pour lancer des études longues et tester les idées des chercheurs. Le second facteur limitant, c'est l'aspect réglementaire. La science va aujourd'hui plus vite que la réglementation. Il faut également bien cibler les patients auxquels on s'adresse, on ne peut pas faire tout et n'importe quoi avec la médecine régénérative, on ne peut pas tout soigner et tout réparer. En ciblant bien les patients, nous pourrons établir des essais très contrôlés et les résultats cliniques feront avancer la science. Dernier point, nous n'avons pas suffisamment de connaissances biologiques sur ce que les cellules souches, par exemple, sont capables de faire. Il faut absolument qu'on avance sur ces aspects fondamentaux pour être sûrs de ce qui va se passer si on les implante dans un patient.

Aujourd'hui, nous avons quelques éléments de réponses pour des pathologies où le risque vital du patient est engagé, comme les patients avec infarctus du myocarde auxquels l'on peut se permettre de faire prendre un petit risque. En revanche, s'agissant de l'arthrose par exemple, peut-on vraiment faire prendre le risque à un patient de développer un cancer à long terme, alors qu'il n'a "que" mal au genou ? D'un côté, il y a un risque vital et de l'autre, une amélioration du confort de vie.

Nous sommes à la croisée des chemins : les populations vieillissent donc il y a une énorme demande, et les laboratoires avancent très vite. Il ne faudrait pas que le système s'emballe, il faut que nous fassions preuve de prudence dans les années qui viennent, pour faire avancer les choses de façon très carrée et très contrôlée. C'est une question d'éthique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yavekapa
- 15/04/2014 - 21:11
La menace se précise
si ça continue, ils vont réussir à greffer un nouveau cerveau à Guignol, pour remplacer l'actuel, qui est déficient grave !
STOP, il faut tout de suite virer ces docteurs folamour
cloette
- 15/04/2014 - 11:08
l'immortalité pour les fortunés seulement !
Il ne manquerait plus que ça que ce soit pour les pauvres hères !
ignace
- 15/04/2014 - 10:53
On arrive pas a se faire rembourser correstement
les lunettes et les dents par la SS (pourtant importants pour le vieillissement correct des individus) Alors on imagine ce que cela pourra donner pour ces nouveautés révolutionnaires