En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Prévention et dépistage

Sida : qui sont les Français ayant aujourd'hui le plus de comportements à risque ?

Publié le 05 avril 2014
Avec
La 20e édition du Sidaction a démarré vendredi pour trois jours. On estime à 150 000 le nombre de personnes séropositives en France. Parmi elles, 50 000 ne le sauraient pas.
Gislaine Duboc, psychothérapeute sexologue clinicienne depuis plus de 20 ans, a un parcours atypique qui lui donne une approche originale et efficace de la thérapie individuelle et de couple. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gislaine Duboc, psychothérapeute sexologue clinicienne depuis plus de 20 ans, a un parcours atypique qui lui donne une approche originale et efficace de la thérapie individuelle et de couple. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La 20e édition du Sidaction a démarré vendredi pour trois jours. On estime à 150 000 le nombre de personnes séropositives en France. Parmi elles, 50 000 ne le sauraient pas.
Avec

Atlantico : Quelle strate de la population prend le plus de risques face au sida aujourd'hui ? Les jeunes sont-ils toujours la partie de la population sensible ? 

Gislaine Duboc : La population des 40-45 ans reste celle qui prend le plus de risques, ils ont encore ce marquage culturel où ils pensent qu'ils sont préservés. Dans leur esprit, le sida est inenvisageable. Très souvent, ils pensent qu'ils connaissent la personne en face d'eux et de fait, que le risque n'est pas présent, ce sont des idéologies vieilles de vingt ans.

Concernant les jeunes, un autre problème persiste, l'éducation est essentiellement pornographique. Nous sommes passés d'une pratique interdite à un acte complètement décomplexé et naturel. Il y a également l'idée d'un rapport sexuel facile comme dans les séries et les films de leur génération, nous ne voyons pratiquement jamais de préservatifs sur les écrans. Il y a un côté spontané et excitant où le préservatif n'a pas sa place. Ils ne perçoivent pas qu'en se donnant, ils donnent d'une certaine manière leur vie. L'angoisse du sida ne fait pas partie des mœurs des jeunes encore aujourd'hui.

Quelles sont les attitudes et comportements les plus risqués ? Les tests de dépistage sont-ils plus réalisés qu'auparavant ? 

Tous les comportements sont risqués. Par contre, la prise de sang lorsque l'on décide de se mettre en couple chez les 25-30 ans, est devenue une tradition. Elle n'est réalisée qu'une seule fois, les couples n'osent pas refaire un test même si le couple s'est un peu éloigné à un moment.

Quelle évolution pouvons-nous dresser d'un point de vue comportemental ? 

Pour les relations liées à un contact sur les sites de rencontres, les personnes en général ont le réflexe du préservatif. La plupart des personnes lorsqu'elles vont sur ces sites ont un schéma sexuel dans leur esprit. Néanmoins, lorsque l'on passe au stade de la relation affective, les personnes ne savent plus quoi faire du préservatif et ne le mettent plus. C'est un vrai problème, les sentiments l'emportent sur la prévention. Le Sida disparaît comme si le fait d'être amoureux protège de la maladie.

Nous observons tout de même une évolution, il y a 20 ans, les gens pensaient à prendre la pilule, à utiliser un contraceptif. Lorsque le sida est apparu, c'était dans les débuts difficile d'aller faire un test ensemble. La société y voyait une certaine perversion, faire le test était associé à une sexualité débridée. Un puritanisme régnait encore sur la sexualité. Aujourd'hui c'est entré dans les mœurs pour les 20-30 ans, la sexualité n'est pas vampirisée.  

Est-ce par manque d'informations ou par manque de prise de conscience du danger ? Ou est-ce justement le trop plein d'informations de prévention qui engendre un rejet ? 

Pour les 20-30 ans, le danger est très difficile à percevoir car les jeunes se pensent immortels. La sensation de mort n'existe pas. Pourtant, une information est passée car le rituel du test dans les prémices du couple est acté même si on distingue des inégalités entre les personnes plus instruites sur le sujet et les autres. Cependant, le fait de ne pas mettre de capote est un acte de confiance envers l'autre, il est encore bien trop présent dans l'imaginaire collectif.

Effectivement, le trop plein d'informations suscite un rejet de la prévention. De plus, les images préventives n'associent pas vraiment le sexe et le préservatif, le sexe et la prise de sang ou encore le sexe et la mort. La conscience du danger n'apparaît pas, elle n'est pas véhiculée.

Quels sont les raisons pratiques qui font que ces personnes prennent le risque en toute connaissance de cause ? 

D'un point de vue pratique, le préservatif est mal vécu chez les hommes. Il y a peu de films ou de séries qui font du préservatif un jeu sexuel. Le lancement des capotes au goût de fruit, stimulantes ou autre n'ont pas suffit à rendre l'acte facile. De plus, de nombreux hommes ont beaucoup de mal à avoir une érection sous préservatif, cela crée une véritable peur. Le préservatif est perçu comme un ennemi sexuel, un réducteur de plaisir car il peut faire baisser la performance. Il y a rarement de jeux érotiques avec le préservatif. De plus, l'éjaculation reste une source de plaisir vécu extraordinaire dans l'esprit des personnes, ceux qui mettent un préservatif ont l'impression de rater ce moment.

La sexualité protégée n'est pas assez valorisée dans notre société.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pascalou2
- 06/04/2014 - 09:59
bonjour
finalement pour la philosophie , athée ou religieux importe peux ....il y a eut hier ceux qui on eut la generositer de donnée au sidaction et ceux qui on trouver de belle raison de nepas etre genereux .....cqfd

pascalou
amateur de science
pascalou2
- 06/04/2014 - 08:01
bonjour
on vois qu il reste encore qu il reste de forte tension contre la prevention ,autant chez les hetero que cher les homo ...
-
est ce par ce qu on en parle trop , je ne crois pas , je trouve que c est les non dit qui sont dangereux ...
-
sortez couvert...lol
-
pascalou
amateur de science
ヒナゲシ
- 06/04/2014 - 06:30
Vous avez raison, ça pue très fort !
« radio chiotte » ?

Oui… je comprends que la vérité — sourcée, qui plus est ! — vous gêne aux entournures.
 
Tenez, je me fournis encore dans les chiottes, comme vous dites :
« Un autre type d'abus se rencontre
lorsque l'éducation sexuelle est donnée
aux enfants en leur enseignant, y
compris par méthode graphique, tous les
détails intimes des rapports sexuels.
Ceci se produit souvent aujourd'hui en
invoquant la nécessité d'éduquer les
futurs jeunes au “sexe sûr”, dans le
cadre de la lutte contre la diffusion du
SIDA. Dans ce contexte, les parents
doivent refuser la promotion de ce
soit-disant “sexe sûr” ou “sexe plus
sûr”, qui vient d'une politique
dangereuse et immorale, basée sur
l'illusion que le préservatif donne une
protection adéquate contre le SIDA. »
 
▼ILLUSION QUE LE PRÉSERVATIF DONNE UNE PROTECTION ADÉQUATE CONTRE LE SIDA ▲

In « Vérité & signification de la sexualite humaine :
des orientations pour l'éducation en famille »,
Conseil pontifical pour la famille (§ 139).
 
☞ http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/family/documents/rc_pc_family_doc_08121995_human-sexuality_fr.html