En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 47 min 36 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 1 heure 51 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 2 heures 54 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 5 heures 29 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 1 heure 18 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 1 heure 56 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 2 heures 26 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 36 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 2 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 5 heures 58 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 15 min
Bonnes feuilles

Le pacte commercial transatlantique, dernier avatar d’un économicisme myope

Publié le 29 mars 2014
Épuisés par la rigueur économique, de plus en plus défiants vis-à-vis de la construction européenne, les États ne comptent plus sur leurs dirigeants pour tâcher d’en infléchir le cours. Dès lors, ils pourraient bien être tentés d’y mettre un terme brutal, en recourant à des partis politiques pour lesquels "la Paix" est très loin d’être inscrite au frontispice de leur édifice programmatique. Extrait de "Europe, les États désunis", de Coralie Delaume, aux éditions Michalon (1/2).
Coralie Delaume
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coralie Delaume, 37 ans, est diplômée de l’Institut d’études politiques de Grenoble. En 2011, elle ouvre un blog, « L’arène nue », sur lequel elle s’attache à commenter régulièrement l’actualité politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Épuisés par la rigueur économique, de plus en plus défiants vis-à-vis de la construction européenne, les États ne comptent plus sur leurs dirigeants pour tâcher d’en infléchir le cours. Dès lors, ils pourraient bien être tentés d’y mettre un terme brutal, en recourant à des partis politiques pour lesquels "la Paix" est très loin d’être inscrite au frontispice de leur édifice programmatique. Extrait de "Europe, les États désunis", de Coralie Delaume, aux éditions Michalon (1/2).

C’est pourtant au nom de sa capacité supposée à faire triompher « l’intérêt général de l’Europe » que la Commission s’est vu confier par les États, au printemps dernier, un mandat pour négocier avec les États-Unis un traité de libre-échange. Celui-ci, qui devrait s’inspirer de celui discrètement signé fin 2013 avec le Canada, est supposé prendre effet dans deux ans à peine.

C’est une occasion supplémentaire de mettre à jour le double tropisme de l’Union, particulièrement de son personnel bruxellois : tropisme atlantiste d’un point de vue géopolitique, foi dans les vertus du néolibéralisme d’un point de vue économique. Deux grandes constantes dans l’histoire de l’Europe. Nous l’avons vu, l’une est héritée des conceptions d’après-guerre et de l’empreinte laissée par Jean Monnet. L’autre est une idéologie têtue qui, sans craindre les paradoxes, n’a de cesse de vouloir produire autoritairement des libertés, économiques surtout. Cette idéologie imprègne tous les textes, depuis le traité de Rome qui fonde le Marché commun jusqu’au traité de Maastricht, en passant par l’Acte unique de 1986. Tous multiplient les libertés, dans le genre de celles dont bénéficie « le renard libre dans un poulailler libre » : liberté de circulation des personnes mais surtout des marchandises, des services, liberté d’installation des entreprises, et, cerise sur le gâteau, libre circulation des capitaux.

La lumière crue que le projet de marché transatlantique ne pouvait manquer de jeter sur la véritable nature de l’Europe, n’a pas échappé aux promoteurs de l’idée européenne. Dès le mois de mai 2013, le journaliste Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, défenseur inlassable de l’Union mais peu enclin à l’atlantisme, se désolait en ces termes sur son blog : « Si José Manuel Durao Barroso voulait fournir aux eurosceptiques un argument de campagne clef en main il ne s’y prendrait pas autrement. À un an des élections européennes de mai 2014, le président de la Commission n’a rien trouvé de mieux que de se lancer dans la négociation d’un vaste accord de libre-échange entre les États-Unis et l’Union européenne . » Quant à l’ancien ministre (UMP !) Xavier Bertrand, il n’hésitait pas à qualifier le projet de marché de « piège pour l’Europe et pour la France  ».

Un piège, c’est certain. C’est sans doute pourquoi le projet d’une zone de libre-échange euro-américaine n’a, pour l’heure, jamais abouti. Il s’agit pourtant d’un serpent de mer, faisant l’objet de discussions aussi régulières que discrètes depuis des années. Il apparaît sporadiquement, sous diverses appellations – PET (Partenariat économique transatlantique), AMI (Accord multilatéral sur l’investissement), NPT (Nouveau Partenariat Transatlantique) – avant de disparaître à nouveau des écrans radars. Au début de l’année 2013, il refait surface.

C’est alors Barack Obama qui relance l’idée dans son discours sur l’état de l’Union de février 2013 : « Nous allons relancer les discussions sur un accord transatlantique global sur le commerce et l’investissement avec l’Union européenne parce qu’un commerce libre et équitable de part et d’autre de l’Atlantique soutiendra des millions d’emplois américains bien payés. » Immédiatement, les atlantistes de Bruxelles font retentir leur joie. Le président de la Commission affirme, comblé d’aise : « Le futur accord sera un véritable moteur pour nos économies. Il apportera 0,5 % de richesse en plus pour les Européens. » Comment l’a-t-il calculé ? Le retour sur investissement sera-t-il identique pour tous les pays du continent ou y aura-t-il, comme souvent, des gagnants et des perdants ? À cette heure, on ne sait toujours pas.

On ne sait pas non plus comment on va surmonter l’inconvénient majeur. Car il y en a un : le libre-échange n’est pas un jeu gagnant-gagnant. Le seul bénéficiaire est celui qui négocie en position de force, ce qui est le cas, en l’occurrence, de Barack Obama. Celui-ci n’est pas sans connaître les divisions qui opposent les Européens sur les questions commerciales. L’affaire des « panneaux solaires chinois » a dû finir de l’en convaincre : au printemps 2013, la Commission européenne entreprenait de taxer ces produits, soupçonnés de faire l’objet de dumping de la part de Pékin. La France y était très favorable, l’Allemagne vivement opposée. La querelle fut rude et la Commission, une fois n’est pas coutume, se rangea d’abord du côté français avant de conclure finalement un accord avec la Chine. En tout état de cause l’opposition franco-allemande, sur un sujet qui peut pourtant sembler anecdotique, révèle des divergences profondes entre les deux pays sur les questions marchandes.

Voilà une aubaine pour les Américains : négocier avec une Europe désunie, dont certains pays membres sont par ailleurs acquis à leur cause. C’est le cas de la Grande-Bretagne, bien sûr, qui a le goût du libre-échange et qui voit dans l’idée d’un marché transatlantique déréglementé une opportunité de développer les activités de sa City et de son transport maritime. C’est aussi le cas de l’Allemagne, dont la stratégie commerciale, nous le verrons, consiste à s’éloigner de plus en plus d’une Europe en crise et à tisser ailleurs les liens privilégiés dont son modèle mercantiliste a besoin pour continuer à se développer. Mais ce n’est pas le cas de la France, dont on imagine assez bien ce qu’elle aurait à y perdre, notamment dans les domaines de l’agriculture ou de l’industrie de défense. En revanche, le débat public – parce qu’il n’a pas eu lieu – n’a pas permis de déterminer ce qu’elle aurait à y gagner. Sera-t-elle simplement le dindon de la farce ?

Ce n’est pas impossible, d’autant que la petite victoire remportée avant le lancement des négociations par le président François Hollande sur la question de « l’exception culturelle » risque fort d’être un fusil à un coup. La France a en effet obtenu que les produits culturels soient d’emblée exclus du mandat de négociation de la Commission avec les États-Unis. Elle y avait mis un point d’honneur car il est dans sa tradition de refuser de considérer les œuvres de l’esprit comme des marchandises ordinaires, ce qui est heureux. Pourtant, le très libéral commissaire européen au commerce Karel De Gucht s’est empressé de moquer la démarche et de raconter partout combien la France était isolée, ne se gênant pas pour délivrer cet avertissement : le respect de l’exception culturelle promis à Paris n’est acquis que temporairement. Si l’on a très explicitement maintenu « les biens et services audiovisuels » à l’écart des tractations, si cette exclusion est le fruit d’un compromis passé entre États partenaires et souverains, le commissaire « indépendant », lui, ne se sent pas engagé. Au nom, sans doute, de cet intérêt général européen nébuleux dont la Commission, nous dit-on, se trouve garante, De Gucht entend se réserver le droit de mettre à nouveau l’exception culturelle dans la balance… si Washington l’exige.

Extrait de "Europe, les États désunis", de Coralie Delaume, aux éditions Michalon, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
zouk
- 29/03/2014 - 10:59
Traité de libre échange Europe-Etats Unis
Je ne suis pas d'accord avec les idées exprimées, en particulier avec le libéralisme, bien sûr sauvage dont le pacte serait l'expression.
Il n'en reste pas moins que c'est une mauvaise idée, comment négocier à 28 du côté européen avec une puissance mondiale? Et je ne mentionne même pas l'évidente différente de poids économique entre UN partenaire et 28 parties aux intérêts divergents