En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Primaire PS: les résultats se précisent

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 10 heures 48 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 11 heures 18 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 12 heures 11 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 17 heures 10 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 17 heures 31 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 18 heures 3 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 18 heures 58 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 19 heures 20 sec
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 11 heures 1 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 11 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 12 heures 39 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 13 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 19 heures 1 min
© Reuters
Jeffrey Frankel suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine.
© Reuters
Jeffrey Frankel suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine.
Huggy les bons tuyaux

Quand un économiste de Harvard conseille à l'Europe de racheter de la dette américaine pour sauver l'euro. Explications

Publié le 25 mars 2014
Jeffrey Frankel, professeur d'économie de l'université de Harvard, suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine. Loin d'être une provocation, l'analyse de cette proposition permet d'évacuer les discours les plus populistes.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeffrey Frankel, professeur d'économie de l'université de Harvard, suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine. Loin d'être une provocation, l'analyse de cette proposition permet d'évacuer les discours les plus populistes.

Dans un article publié le 24 mars, Le très influent Jeffrey Frankel, professeur d’économie de l’Université de Harvard, propose une solution pour sortir la zone euro de la crise : la Banque centrale européenne doit acheter de la dette américaine. Alors que bon nombre de responsables politiques font leurs choux gras de la proposition de "monétiser" la dette européenne, dans l’objectif de sortir les états des griffes de la supposée toute puissance financière, cette proposition pourrait sembler provocatrice. En réalité, elle ne l’est pas. Elle permet simplement de mettre un peu plus en évidence le vide sur lequel repose la proposition de rachat de dette européenne, définie en tant qu’objectif.

Lorsqu’un responsable politique déroule ce type de discours, son intention est de persuader le public que le rachat de dettes en question va permettre d’effacer cette même dette, ou, du moins, d’effacer le paiement de ses intérêts. Ce type de proposition est régulièrement associé à l’argument récurrent "les américaines font la même chose". La différence est que ce qui n’est qu’une méthode pour les Etats-Unis est ici transformée en un objectif.

En effet, les "américains" ne monétisent pas leur dette pour tenter de la faire glisser sous le tapis ou pour échapper au paiement des intérêts, ils achètent de la dette car il s’agit du seul marché qui puisse supporter une intervention d’une telle ampleur. Parce que l’objectif réel de la Fed est d’accroître l’offre de monnaie disponible pour le marché. Pour cela, il va "créer de la monnaie", puis, afin de l’injecter dans l’économie, il va acheter de la dette d’état. La dette en question va se retrouver au bilan de la banque centrale et la monnaie toute fraîche va se retrouver entre les mains du vendeur, une banque en général. Mais pour l’état en question, cela ne change rien, il va falloir payer ses dettes, aussi bien les intérêts que le principal. A la fin de le journée, rien n’ a changé en dehors de la mise en circulation d’une quantité de monnaie supplémentaire.

Mais alors, pourquoi de la dette ? Parce qu’il s’agit du plus grand marché du monde et qu’il est le moins à même de subir une distorsion du fait des achats effectués. La Fed a en effet procédé à une injection proche de 1000 milliards de dollars au cours de l’année 2013, ce qui aurait perturbé n’importe quel marché. Mais pas le marché obligataire puisqu’un tel montant ne correspond en fait qu’à une journée d’échanges sur ce qui est de fait "le plus grand marché du monde", très loin devant le marché actions.

Fondamentalement, que la Fed achète des obligations d’état, des actions, des raviolis ou des cotons tiges, n’a pas d’importance. L’objectif n’est pas d’acheter de la dette, l’objectif est de permettre une augmentation de l’offre de monnaie. Reste que la distorsion du marché du ravioli paraît probable si 1000 milliards sont en jeu. Alors que pour la dette, ce n’est pas le cas. Il est à noter que la Banque du Japon procède de la même façon mais opère également sur d’autres marchés ; actions, immobilier etc…

De telles interventions ont d’ailleurs des effets totalement contrintuitifs. Il est généralement admis que le rachat de dette mis en place aux Etats-Unis aurait pour objectif de faire baisser les taux d’intérêts. Si cela était réellement le but, l’échec serait flagrant :

 

Evolution des taux d’intérêts US à 10 ans pendant les périodes d’assouplissement quantitatif

Source / David Beckworth. MacroMarketMusing

Les trois programmes de Quantitative Easing ont bien eu un effet sur les taux, mais contrairement à une idée reçue, ceux-ci ont progressé. Bien que la FED ait racheté 1000 milliards de dollars en titres en 2013, cela n’a pas suffi à contrer les anticipations du marché : celui-ci comprend que l’injection de monnaie a vocation à stimuler la demande intérieure, ce qui vient modifier les anticipations de croissance et d’inflation à la hausse. Le résultat est la hausse des taux d’intérêts. Il est à noter qu’à l’issue de chaque programme, les taux rechutent, signe que l’inquiétude du marché grandit dans l’expectative d’un arrêt du dit programme.

Mais cette réalité semble largement passer au-dessus de la tête des partisans de la "monétisation" en Europe. Encore une fois, la monétisation n’est qu’un moyen, elle n’est en rien l’objectif. Voilà pourquoi La proposition de Jeffrey Frankel est une solution intéressante, et n’est en rien une provocation. Elle permet à la BCE d’accroître l’offre d’"euros" en circulation, et ce, sans perturber le marché de la dette européenne qui reste fragmenté, au contraire des Etats-Unis. A une dette fédérale unique, les états européens répondent par 18 dettes nationales. Pour régler le problème de savoir quelle dette acheter, autant l’éviter et prendre celle des Etats-Unis.

Une telle solution viendrait également apaiser les fans de la "politique de change" car l’achat de dette américaine suppose d’acheter des dollars et de…vendre des euros. Ici encore, ce n’est pas cette action qui permettra la baisse effective de la monnaie européenne, mais les "politiquedechangistes" y croiront dur comme fer. Car c’est la création de monnaie qui donnera le signal au marché que l’euro n’est plus le refuge ultime anti-inflation qu’il est aujourd’hui, ce qui viendra peser sur la monnaie européenne à la baisse. Soutien à la demande intérieure européenne, baisse de l’euro, les objectifs sont remplis.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

04.

Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe

05.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

06.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

07.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Primaire PS: les résultats se précisent

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 26/03/2014 - 19:52
La BCE doit créer 100 millions de jobs & imprimer les salaires
Par exemple: 50 millions de bateaux dragues logeant une famille de travailleurs découragés se mettent tous à creuser en V le milieu des long fleuves tranquilles, afin, à long terme, d'empêcher tout débordement. Remettre les 100 millions de chômeurs découragés au travail est la priorité des priorités, car on ne peut pas continuer à emprunter toujours plus pour les maintenir en vie, sans avenir. C'est comme quand on vous empêche de respirer: tous vos autres besoins n'ont plus aucune priorité! Eh bien, quand on empêche 100 millions de personnes de travailler, tous les autres besoins de l'économie passent au second plan! Googlez: 101 million jobless.
Acheter de la dette américaine? Allez au diable, chers américains! C'est vous qui l'avez créée, cette crise, alors, allez vous faire voir!
bp50lecture
- 26/03/2014 - 10:08
UN "ECONOMISTE" ou un "FUMISTE"
Quelle rigolade: Si nous achetons de la dette U.S. qui ne vaut rien car sans contrepartie en valeur tangible, nous participons à la dévalorisation de l'épargne voire même la confiscation de celle-ci des particuliers au profit des banksters qui veulent reculer à tout prix le moment de vérité à savoir le dépôt de bilan. De toute façon seul un moratoire avec confiscation des bénéfices de la spéculation est la solution mais il faudra passer par la révolution car les politiques sont liés au système.
titine
- 25/03/2014 - 23:29
Il y a encore mieux !
Que la Russie et la Chine (le plus gros créancier des USA) s'associent et revendent la dette américaine... Wall Street cesse d'exister du jour au lendemain ! Et l'hégémonisme US avec ... ce sera sans doute et enfin, un début réel de paix dans le monde...