En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 4 heures 55 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 5 heures 53 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 8 heures 34 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 10 heures 20 sec
pépites > Santé
Déplacement surprise
Emmanuel Macron rencontre le professeur Didier Raoult à Marseille en ce jeudi 9 avril
il y a 11 heures 54 min
pépites > France
Polémique
Christophe Castaner demande un contrôle sur le dossier de la morgue provisoire au marché de Rungis
il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 14 heures 7 min
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 15 heures 54 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 17 heures 2 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 5 heures 31 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 8 heures 12 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 9 heures 2 min
pépites > Economie
Mesures exceptionnelles
Etats-Unis : la Fed active un dispositif de 2.300 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine face au coronavirus
il y a 11 heures 10 min
pépites > Santé
Projections
Près d'1,6 million de Français pourraient avoir contracté le virus, selon des estimations du syndicat de médecins généralistes MG France
il y a 12 heures 18 min
pépites > Santé
Espoir d’un traitement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron apporte son soutien aux chercheurs lors d’une visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre
il y a 13 heures 42 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 14 heures 49 min
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 16 heures 36 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 17 heures 34 min
© Reuters
Jeffrey Frankel suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine.
© Reuters
Jeffrey Frankel suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine.
Huggy les bons tuyaux

Quand un économiste de Harvard conseille à l'Europe de racheter de la dette américaine pour sauver l'euro. Explications

Publié le 25 mars 2014
Jeffrey Frankel, professeur d'économie de l'université de Harvard, suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine. Loin d'être une provocation, l'analyse de cette proposition permet d'évacuer les discours les plus populistes.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeffrey Frankel, professeur d'économie de l'université de Harvard, suggère à l'Europe de sortir de la crise en rachetant de la dette américaine. Loin d'être une provocation, l'analyse de cette proposition permet d'évacuer les discours les plus populistes.

Dans un article publié le 24 mars, Le très influent Jeffrey Frankel, professeur d’économie de l’Université de Harvard, propose une solution pour sortir la zone euro de la crise : la Banque centrale européenne doit acheter de la dette américaine. Alors que bon nombre de responsables politiques font leurs choux gras de la proposition de "monétiser" la dette européenne, dans l’objectif de sortir les états des griffes de la supposée toute puissance financière, cette proposition pourrait sembler provocatrice. En réalité, elle ne l’est pas. Elle permet simplement de mettre un peu plus en évidence le vide sur lequel repose la proposition de rachat de dette européenne, définie en tant qu’objectif.

Lorsqu’un responsable politique déroule ce type de discours, son intention est de persuader le public que le rachat de dettes en question va permettre d’effacer cette même dette, ou, du moins, d’effacer le paiement de ses intérêts. Ce type de proposition est régulièrement associé à l’argument récurrent "les américaines font la même chose". La différence est que ce qui n’est qu’une méthode pour les Etats-Unis est ici transformée en un objectif.

En effet, les "américains" ne monétisent pas leur dette pour tenter de la faire glisser sous le tapis ou pour échapper au paiement des intérêts, ils achètent de la dette car il s’agit du seul marché qui puisse supporter une intervention d’une telle ampleur. Parce que l’objectif réel de la Fed est d’accroître l’offre de monnaie disponible pour le marché. Pour cela, il va "créer de la monnaie", puis, afin de l’injecter dans l’économie, il va acheter de la dette d’état. La dette en question va se retrouver au bilan de la banque centrale et la monnaie toute fraîche va se retrouver entre les mains du vendeur, une banque en général. Mais pour l’état en question, cela ne change rien, il va falloir payer ses dettes, aussi bien les intérêts que le principal. A la fin de le journée, rien n’ a changé en dehors de la mise en circulation d’une quantité de monnaie supplémentaire.

Mais alors, pourquoi de la dette ? Parce qu’il s’agit du plus grand marché du monde et qu’il est le moins à même de subir une distorsion du fait des achats effectués. La Fed a en effet procédé à une injection proche de 1000 milliards de dollars au cours de l’année 2013, ce qui aurait perturbé n’importe quel marché. Mais pas le marché obligataire puisqu’un tel montant ne correspond en fait qu’à une journée d’échanges sur ce qui est de fait "le plus grand marché du monde", très loin devant le marché actions.

Fondamentalement, que la Fed achète des obligations d’état, des actions, des raviolis ou des cotons tiges, n’a pas d’importance. L’objectif n’est pas d’acheter de la dette, l’objectif est de permettre une augmentation de l’offre de monnaie. Reste que la distorsion du marché du ravioli paraît probable si 1000 milliards sont en jeu. Alors que pour la dette, ce n’est pas le cas. Il est à noter que la Banque du Japon procède de la même façon mais opère également sur d’autres marchés ; actions, immobilier etc…

De telles interventions ont d’ailleurs des effets totalement contrintuitifs. Il est généralement admis que le rachat de dette mis en place aux Etats-Unis aurait pour objectif de faire baisser les taux d’intérêts. Si cela était réellement le but, l’échec serait flagrant :

 

Evolution des taux d’intérêts US à 10 ans pendant les périodes d’assouplissement quantitatif

Source / David Beckworth. MacroMarketMusing

Les trois programmes de Quantitative Easing ont bien eu un effet sur les taux, mais contrairement à une idée reçue, ceux-ci ont progressé. Bien que la FED ait racheté 1000 milliards de dollars en titres en 2013, cela n’a pas suffi à contrer les anticipations du marché : celui-ci comprend que l’injection de monnaie a vocation à stimuler la demande intérieure, ce qui vient modifier les anticipations de croissance et d’inflation à la hausse. Le résultat est la hausse des taux d’intérêts. Il est à noter qu’à l’issue de chaque programme, les taux rechutent, signe que l’inquiétude du marché grandit dans l’expectative d’un arrêt du dit programme.

Mais cette réalité semble largement passer au-dessus de la tête des partisans de la "monétisation" en Europe. Encore une fois, la monétisation n’est qu’un moyen, elle n’est en rien l’objectif. Voilà pourquoi La proposition de Jeffrey Frankel est une solution intéressante, et n’est en rien une provocation. Elle permet à la BCE d’accroître l’offre d’"euros" en circulation, et ce, sans perturber le marché de la dette européenne qui reste fragmenté, au contraire des Etats-Unis. A une dette fédérale unique, les états européens répondent par 18 dettes nationales. Pour régler le problème de savoir quelle dette acheter, autant l’éviter et prendre celle des Etats-Unis.

Une telle solution viendrait également apaiser les fans de la "politique de change" car l’achat de dette américaine suppose d’acheter des dollars et de…vendre des euros. Ici encore, ce n’est pas cette action qui permettra la baisse effective de la monnaie européenne, mais les "politiquedechangistes" y croiront dur comme fer. Car c’est la création de monnaie qui donnera le signal au marché que l’euro n’est plus le refuge ultime anti-inflation qu’il est aujourd’hui, ce qui viendra peser sur la monnaie européenne à la baisse. Soutien à la demande intérieure européenne, baisse de l’euro, les objectifs sont remplis.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

06.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

07.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 26/03/2014 - 19:52
La BCE doit créer 100 millions de jobs & imprimer les salaires
Par exemple: 50 millions de bateaux dragues logeant une famille de travailleurs découragés se mettent tous à creuser en V le milieu des long fleuves tranquilles, afin, à long terme, d'empêcher tout débordement. Remettre les 100 millions de chômeurs découragés au travail est la priorité des priorités, car on ne peut pas continuer à emprunter toujours plus pour les maintenir en vie, sans avenir. C'est comme quand on vous empêche de respirer: tous vos autres besoins n'ont plus aucune priorité! Eh bien, quand on empêche 100 millions de personnes de travailler, tous les autres besoins de l'économie passent au second plan! Googlez: 101 million jobless.
Acheter de la dette américaine? Allez au diable, chers américains! C'est vous qui l'avez créée, cette crise, alors, allez vous faire voir!
bp50lecture
- 26/03/2014 - 10:08
UN "ECONOMISTE" ou un "FUMISTE"
Quelle rigolade: Si nous achetons de la dette U.S. qui ne vaut rien car sans contrepartie en valeur tangible, nous participons à la dévalorisation de l'épargne voire même la confiscation de celle-ci des particuliers au profit des banksters qui veulent reculer à tout prix le moment de vérité à savoir le dépôt de bilan. De toute façon seul un moratoire avec confiscation des bénéfices de la spéculation est la solution mais il faudra passer par la révolution car les politiques sont liés au système.
titine
- 25/03/2014 - 23:29
Il y a encore mieux !
Que la Russie et la Chine (le plus gros créancier des USA) s'associent et revendent la dette américaine... Wall Street cesse d'exister du jour au lendemain ! Et l'hégémonisme US avec ... ce sera sans doute et enfin, un début réel de paix dans le monde...