En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Zidane et Materazzi, qui ne s'étaient pas revus depuis 2006, se retrouvés par hasard et ont discuté...

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 14 heures 3 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 14 heures 47 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 17 heures 15 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 17 heures 59 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 20 heures 6 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 20 heures 29 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 21 heures 4 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 21 heures 22 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 14 heures 28 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 15 heures 58 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 17 heures 30 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 18 heures 27 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 20 heures 35 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 20 heures 56 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 21 heures 14 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 21 heures 26 min
Dress code

Quand savoir mal s'habiller peut mener droit vers le succès

Publié le 20 mars 2014
Une récente étude menée par la Harvard Business School a démontré qu'une tenue vestimentaire légèrement décalée par rapport à la norme permettait de se distinguer et d'améliorer la perception qu'ont les autres de nous.
Frédéric Godart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude menée par la Harvard Business School a démontré qu'une tenue vestimentaire légèrement décalée par rapport à la norme permettait de se distinguer et d'améliorer la perception qu'ont les autres de nous.

Atlantico : Selon une récente étude de la Harvard Business School, les gens sont plus sensibles aux personnes habillées de manière décalée par rapport au contexte dans lequel il se trouve qu’aux personnes habillées de manière adaptée à ce dit contexte. Un exemple cité dans cette étude indique que des étudiants écoutent plus un professeur mal rasé et vêtu d’un t-shirt qu’un professeur vêtu d’un costard. Comment expliquez-vous cela ?

Frédéric Godart : Un individu qui va se distinguer de manière plus ou moins prononcée de la norme dominante, va bien évidemment attirer un minimum d'attention. Les personnes qui l'observent vont se dire qu'il peut se le permettre, que s'il doit avoir une bonne raison de s'habiller de cette façon. Ceci étant dit, il faut prendre en compte le contexte et les signaux envoyés par la personne. Dans l'étude est notamment pris l'exemple d'une personne en survêtement qui entre dans un magasin de luxe. A priori, cette personne n'est pas du tout habillée de manière appropriée. Et pourtant la plupart des vendeurs interrogés vont déclarer qu'au contraire, cette personne peut tout à fait être à sa place et être une star incognito par exemple. Mais tout cela est très lié au comportement également. Pour reprendre l'exemple du professeur, si le vêtement lui-même et la façon de s’habiller sont liés avec une confiance en soi du professeur et un réel contenu de cours,  les étudiants vont simplement  se dire que la personne est un peu excentrique, ce qui correspond déjà plus à l'image qu'on attend de lui. Il faut savoir qu’il y a des normes vestimentaires assez poussées dans l’enseignement. Cela dépend toujours des disciplines ou des pays, mais il est généralement toujours attendu de se conformer à la norme. Ce qui ressort de cette étude finalement, c'est qu'un peu de distinction peut nous apporter des bénéfices. Mais trop de distinction peut être perçu de manière négative, surtout si cela n'est pas soutenu par d'autres éléments subtils (comme le contenu du cours d'un professeur). C'est une question d'équilibre, il faut savoir sortir du lot avec modération.

Quelle est la corrélation entre affirmation de sa différence à travers sa tenue vestimentaire et confiance en soi ?

C'est une question de causalité. La confiance en soi conduit à la possibilité de porter des vêtements décalés. Cependant l'inverse, à savoir le port de vêtements décalés, ne conduit pas forcément à une augmentation de la confiance en soi. Il y a en effet le risque que la distinction soit mal perçue par l'environnement. Cela prévaut pour le type de situation donné dans l'étude en tout cas. Il s'agit d'un équilibre subtil : il en faut un peu mais pas trop. D'ailleurs, les exemples de l'étude montre bien qu'il ne s'agit jamais d'extravagance à outrance. L'idée de fond reste la suivante : "que l'on se souvienne de moi". On remarque ça notamment dans l'enseignement en écoles de commerce. D'un point de vue ethnographique, certains professeurs essaient de se distinguer, que cela passe par le langage, la barbe, etc., afin que leurs élèves se souviennent d'eux.

L’influence d’un groupe étouffe-t-elle la créativité vestimentaire d’un individu ?

Vous mettez le doigt sur un phénomène déjà connu : la pression au sein des groupes, qu'elle soit sur la façon de penser, les opinions, les comportements ou la façon de s'habiller. Si l'on est trop différent du groupe, on risque de se faire exclure du groupe. On constate une tendance générale à vouloir rentrer dans le rang, ou du moins à ne pas trop s'écarter de la norme telle qu'elle est exprimée par le groupe. Cela s'apprend après un processus long de socialisation. Il existe cependant toujours des exceptions, des personnes au sein de groupe qui réussissent à s'écarter de la norme ou du moins qui réussissent à jouer avec. Un autre point à aborder : le classement par prestige. C'est-à-dire que ceux qui se distinguent le plus dans un groupe sont les leaders, ceux situés en haut de l'échelle, mais également ceux situés tout en bas. Après tout, ces derniers n'ont plus rien à perdre. En fait, la pression d'un groupe s'exerce en majeure partie sur ceux du milieu. C'est le milieu qui se conforme le plus à la dominante. Pour donner un exemple concret, la mode punk était au départ une mode initiée dans des quartiers populaires britanniques. Puis Vivianne Westwood et l'élite britannique s'en est emparé et ça n'est qu'après que la classe moyenne a pu s'en emparer. C'est ce qu'on appelle une "mode ascendante". L'avant-gardisme est d'ailleurs généralement attribué aux classes populaires.

Ces signaux envoyés par les personnes habillées de manière décalée sont-ils conscients ou inconscients ?

Il y a une conscience assez élevée de soi par rapport à ses vêtements. Mais le manque de conscience et de réflexion de soi peut permettre de se distinguer plus facilement. S'il y a trop de réflexion, cela peut réduire l'originalité ou la distinction sur les aspects vestimentaires.

Pourquoi, dans certaines autres situations, est-il mal vu d’être habillé de manière excentrique ?

Pour ce qui est des études réalisées jusqu'à présent sur ce sujet, il y a assez peu d'éléments. Trois points ressortent néanmoins :

  • Le prestige de la personne,
  • La clarté des normes du groupe,
  • Les origines de la personne (qu'elle soit extérieure au groupe ou non).
 

Une personne habillée différemment a-t-elle réellement plus de chances de réussir ?

Pas forcément. Encore un fois, cela dépend du domaine d'activité. Dans les études historiques, par exemple chez les hommes politiques, on ne remarque jamais d'excentricité mais au contraire une certaine norme. On reste dans un registre très classique avec quelques éléments différenciateurs mais en général, la norme prévaut. S’éloigner de la norme en politique n'est pas spécialement une bonne idée.

Existent-ils des vêtements qui poussent particulièrement au succès ? Lesquelles ?

Oui. Il y a eu un grand débat dans les années 1970, en particulier quand les femmes sont arrivées sur le marché du travail aux Etats-Unis et en France. L'idée était ''dress for success''. Depuis, de nombreuses études ont été menées mais avec des conclusions relativement contradictoires. Certains éléments reviennent néanmoins et notamment l'importance de l’audience, de ceux qui vont vous juger. Il va falloir correspondre à leurs attentes et cela va dépendre du sexe (les hommes ont moins de liberté vestimentaire que les femmes généralement), de l'industrie (dans les banques par exemple, les normes sont plus strictes). Finalement, le plus important est d’avoir une touche personnelle adaptée à l'audience, pour que les gens se souviennent de vous et pour attirer l’attention.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Salvatore Migondis
- 20/03/2014 - 21:54
Petite confusion..
Il y a toujours eu une certaine affinité, voire complicité... entre les élites anglaises (et non britanniques.. en Écosse et au Pays de Galles la société est traditionnellement structurée autour de valeurs fort différentes..) et les classes populaires... l'ennemi commun étant la classe moyenne. C'est d'ailleurs à ce côté un peu "vulgaire" (au sens propre... cf. vulgus pecum..) que l'on reconnaît souvent la vraie "upper class".
 
Voir à ce sujet cet article:
 
http://en.wikipedia.org/wiki/U_and_non-U_English
jurgio
- 20/03/2014 - 15:18
S'habiller comme un plouc, ça marche !
Je connais un individu qui, pour obtenir la majorité des suffrages, s'est fait tailler une manche de chemise plus longue que l'autre et met sa cravate sur le côté droit avec une épingle. Et, surtout, pas de parapluie, c'est d'un ringard ! Quand on le voit, on se dit tout de suite : voilà un gars comme nous et qui a dû comprendre ce qu'on voulait de lui !
Djelmé
- 20/03/2014 - 13:33
"[...] légèrement décalée par rapport à la norme"
Le tout c'est moins la norme que ses limites, que son périmètre. Savoir jusqu'où l'on peut s'affranchir du cercle sans dé-satelliser avant de se perdre dans l'infini des univers pas toujours parallèles, voilà la finesse d'esprit requise pour se singulariser sans s'expatrier pour autant. Dans le vestimentaire comme dans la conversation (éviter le hiatus).