En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 1 heure 37 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 21 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 4 heures 49 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 5 heures 33 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 7 heures 40 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 3 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 8 heures 38 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 8 heures 56 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 2 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 3 heures 32 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 4 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 1 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 6 heures 59 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 9 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 8 heures 30 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 26 sec
DSK, sur toutes les Unes.
DSK, sur toutes les Unes.
Affaire DSK

Un cas de conscience pour la France

Publié le 26 mai 2011
L’affaire Dominique Strauss-Kahn dépasse de loin le problème d’un seul homme, coupable ou non d’agression sexuelle. Pour Sophie de Menton, elle interpelle notre rapport à la politique et nous engage surtout à repenser notre degré de tolérance.
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’affaire Dominique Strauss-Kahn dépasse de loin le problème d’un seul homme, coupable ou non d’agression sexuelle. Pour Sophie de Menton, elle interpelle notre rapport à la politique et nous engage surtout à repenser notre degré de tolérance.

L’affaire Dominique Strauss-Kahn dépasse de loin le problème d’un homme, coupable ou non d’agression sexuelle. Les réactions qu’elle a suscitées et le véritable malaise qu’elle provoque vont au-delà de l’affaire politique ou de la recomposition du tableau des candidatures aux primaires socialistes.

Une curée sociétale sans précédent

Succède à ce tumulte une espèce de réaction nationale abasourdie dans tous les camps politiques et dans tous les milieux. Nous sommes stupéfaits devant la chute brutale d’un homme, anéantis et pris de vertige : grandeur et décadence. Nous vivons en direct une curée sociétale sans précédent dans l’histoire de l’Humanité, à laquelle nous avons assisté grâce aux nouvelles technologies et au pouvoir des médias, à la condamnation à mort médiatique d’un homme en un temps record et sur tous les continents. Tout cela remue au plus profond de nous-mêmes des sentiments et des réactions qui dépassent ce qui n’est après tout qu’un fait divers.

Les femmes moins sévères

Une première interpellation nous rappelle la fragilité ancestrale de la femme face à l’homme ; et curieusement la différence du jugement porté par les femmes et les hommes ou, plus exactement, la différence de leur exigence de justice par rapport à la peine ressentie comme juste est étonnante. Au vu des faits rapportés par la justice américaine sur ce “crime sexuel”, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les femmes sont moins sévères en France que les hommes à l’endroit du Directeur général du FMI.

Est-ce parce qu’elles sont beaucoup plus régulièrement confrontées à une forme de violence masculine dans leur vie quotidienne, dans les transports en commun ou même dans la rue, et ce quel que soit leur milieu familial ou professionnel, et même leur condition sociale ? Sont- elles donc moins étonnées que les hommes par ce type de comportements qui par ailleurs les révulsent ?  Ainsi, à la question “à combien d’années de prison condamneriez vous Dominique Strauss-Kahn en admettant qu’il soit coupable ?”, les femmes répondent entre 6 mois et 4 ans, ( même si elles étaient elles mêmes victime de cette agression) alors que les hommes, bien plus intraitables, avancent des condamnations de 10 et 30 ans de prison ! Comme pour s’excuser de ces pulsions qu’ils savent devoir réprimer ? Ils sont simultanément indignés par l’abus de pouvoir d’un homme qui se sert de sa position pour soumettre et prétendre, de fait, à une certaine impunité. Le thème de l’injustice sociale (« selon que l’on soit puissant ou misérable... ») se greffe sur le crime. Un autre sujet de trouble réside dans le sentiment de beaucoup d’entre nous que cette exposition cinématographique à la vindicte populaire mondiale est déjà en soit une punition terrible ; et la France ne s’offre t-elle pas à bon compte un bouc émissaire pour tous les « écarts »  passés tolérés dans un joyeux consensus ?

L'omerta médiatique

C’est  donc un véritable phénomène de société français qui se joue à travers un fait divers finalement tristement banal et auquel on aurait pu penser que nous étions accoutumés. D’ailleurs, les féministes ne s’y trompent pas et en profitent pour rebondir sur l’évènement et en profiter légitimement pour défendre leurs revendications dans un combat incessant pour faire cesser l’oppression du sexe toujours faible.

Et forcément intervient alors le désir d’exemplarité. On pense immédiatement à ce terrible fait divers qui a fait la Une des médias le mois dernier, et qui a vu une adolescente de 16 ans contrainte de pratiquer une fellation à un autre adolescent, le tout sous les yeux de ses camarades. Arrivés au commissariat, ils n’ont pas compris pourquoi ils avaient été arrêtés. Cette distorsion entre la banalisation de la violence sexuelle observée chez les jeunes, plus  particulièrement dans certains quartiers de nos villes, et cette espèce d’hallali mondiale sur un seul homme, dénote les contradictions très fortes qui agitent notre société.

Cette affaire met aussi en lumière l’omerta des médias français qui, sans le dire, se sentent un peu complices car il y a en France une tradition de silence des journalistes sur la vie privée des hommes politiques et des personnages publiques. Jusque-là, ils en étaient plutôt fiers : « on sait mais on ne dit pas ». Les langues se délient, et c’est un peu toute la France qui se sent coupable, écartelée entre sa revendication de respect de la vie privée et sa coupable tolérance... Il semblerait même qu’en direct à la télévision une jeune victime ait raconté les violences subies, à une heure de grande écoute, en désignant le coupable nommément et que personne n’ait réagi ou même pris la peine de démentir ! Hallucinant, non ?

Voila ce qui nous interpelle tous lorsque stupéfaits nous assistons à l’implacable et immédiate réplique des Etats-Unis face la dénonciation de la plus modeste d’entre eux .En France, ricane un passant : « on aurait virer la femme de chambre ! », ou bien encore : « pour le prix  de la chambre, il a du croire que la prestation était comprise ! ». Mais tout à coup nos plaisanteries tombent à plat, gênés, bouleversés, nous préférons ne pas y croire et  peut être est-ce pour cette raison que 57 % de nos concitoyens défendent l’idée d’un coup monté dans cette affaire ?

Repenser notre degré de tolérance

C’est incontournable : la société française va désormais devoir se poser des questions comme celle de savoir si, sans ce scandale dévoilé, Dominique Strauss-Kahn aurait pu devenir président de la République sans que personne ne songe à s’offusquer de sa vie personnelle ? Entre l'hyper-transparence et les excès des Etats-Unis et le silence absolu qui prévaut en France, il va donc falloir repenser notre degré de tolérance et redresser la barre. Le choc est violent, l’examen de conscience inévitable et brutal. Ce malaise diffus, voire ce traumatisme ressenti par beaucoup pénètre l’inconscient et nous interpelle  dans notre rapport à la politique, à la  tolérance, aux passe-droits et à la complicité des médias. Nous sommes tous sont concernés, y compris les communicants professionnels qui étaient supposés « surveiller Strass-Khan », pour que sa vie « amoureuse » ne soit pas un frein à sa carrière politique !  Jusqu’où peut-on admettre ça ? Il semble que nous ayons atteint le point de non-retour de nos principes - qui justement n’en sont pas.

Enfin, c’est notre justice et le fonctionnement quotidien de notre police qui sont touchés : que de fois, encore aujourd’hui, les femmes qui vont se plaindre au commissariat sont accueillies par des policiers condescendants voire laxistes ? Même si c’est de moins en moins le cas... Et nous voici incrédules face à l’intransigeance absolue et à l’exigence de la police et de la justice américaines. C’est un peu  toute la France qui se sent coupable, écartelée entre sa revendication de respect de la vie privée et sa coupable tolérance même si nous essayons de nous en tirer en disant que ces américains sont barges ! Le cœur n’y est pas. Nous sommes d’ailleurs tellement ébranlés que personne ne pense ou ne plaint en premier la vraie victime : la femme de chambre.

Alors non, la faute d’un seul homme ne met pas en jeu l’honneur de la France, ni même son image, mais en revanche désigne au yeux du monde notre coupable laxisme, fruit d’un consensus national et de cela nous ne sommes pas prêts de nous remettre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
texarkana
- 20/05/2011 - 13:35
Les femmes ont plus de bon sens
10 ans , çà me semble tout de même disproportonné, car celà écrase la hiérarchie des peines, on ne peut condamner aussi sévérement un viol (iu une tentative de) et un meurtre, par exemple.
Ce qui n'excuse en rien le comportement de l'intéressé, bien sûr.
la main noire
- 20/05/2011 - 11:05
...
ET DIRE QU'IL A FAILLI ETRE LE REPRÉSENTANT DES FRANÇAIS...
un vieux vicelard, pété de fric, pour qui une femme n'est qu'un joujou sexuel...addict des partouzes géantes et des call girls de luxe!
POUAH !!! ça pue !
c'est répugnant !

Eldorado
- 20/05/2011 - 03:25
@"J'ai bien rigolé, merci
@"J'ai bien rigolé, merci Sophie."
On arrête pas en ce moment car j'avoue que voir DSK le pur , porté sur les fronts bathismaux présidendiels par Robespierre/Aubry dite "la vertu", être trainé comme un voyou pris la main dans le sac, c'était fort cocasse.A droite, il n'est plus besoin de se fatiguer pour faire comprendre le double langage de la gauche. La moraline ne prene prendra plus.