En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 25 min 36 sec
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 59 min 1 sec
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 19 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 2 heures 12 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 4 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 19 heures 53 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 21 heures 39 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 43 min 52 sec
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 8 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 14 sec
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 18 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 19 heures 21 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 19 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 2 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 23 heures 19 min
© Reuters
La communauté pied-noire suscite souvent une attention particulière à la veille des échéances électorales importantes.
© Reuters
La communauté pied-noire suscite souvent une attention particulière à la veille des échéances électorales importantes.
Focus Ifop

Le vote pied noir : mythe ou réalité ?

Publié le 19 mars 2014
Avec Ifop
La communauté pied-noire suscite souvent une attention particulière à la veille des échéances électorales importantes. Des responsables politiques rendent visite aux associations de rapatriés, des commémorations ou des inaugurations ont lieu afin d’envoyer des messages symboliques à cette population qui constituerait un enjeu électoral significatif. A quelques semaines des élections municipales et à l’occasion du 19 mars, date anniversaire commémorant la fin de la Guerre d’Algérie, l’Ifop s’est interrogé sur la permanence, les spécificités et le poids du vote pied-noir.
Ifop
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La communauté pied-noire suscite souvent une attention particulière à la veille des échéances électorales importantes. Des responsables politiques rendent visite aux associations de rapatriés, des commémorations ou des inaugurations ont lieu afin d’envoyer des messages symboliques à cette population qui constituerait un enjeu électoral significatif. A quelques semaines des élections municipales et à l’occasion du 19 mars, date anniversaire commémorant la fin de la Guerre d’Algérie, l’Ifop s’est interrogé sur la permanence, les spécificités et le poids du vote pied-noir.
Avec Ifop

Traditionnellement méfiants à l’égard de la gauche, hostiles à De Gaulle et plus globalement aux gaullistes, les pieds-noirs seraient marqués par un tropisme massif et récurrent vers l’extrême-droite, de Tixier-Vignancour au Front National d’aujourd’hui. Le poids de cet électorat dans certaines régions revêtirait de surcroît une importance stratégique, pouvant fortement influencer l’orientation politique de territoires entiers, notamment sur le littoral méditerranéen. Mais parler de ce vote a-t-il encore un sens aujourd’hui ? S’est-il transmis d’une génération à une autre ? Et pour finir quelles sont les éventuelles influences qu’il pourrait avoir dans différentes régions aux prochaines municipales ?

Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, nous nous sommes appuyés sur un cumul effectué sur l’ensemble des vagues du rolling poll (sondage en continu) que l’Ifop a réalisé entre janvier et mai 2012. L’échantillon, ainsi obtenu, comprend pas moins de 33.400 personnes, ce qui a permis une analyse assez fine du comportement électoral de cette cible très spécifique. Ces données sont venues compléter une note que nous avions rédigée en janvier 2012 pour le Cevipof : "Le vote pied-noir, 50 ans après les accords d’Evian".

Que pèse l’électorat pied-noir aujourd’hui ?

D’après notre cumul d’enquêtes, parmi la population française inscrite sur les listes électorales, on recenserait actuellement 1,8% de personnes se définissant comme pied-noir. Elles représentent 800.000 électeurs potentiels[1], soit un effectif assez limité. Mais élargie aux personnes revendiquant une ascendance pied-noire, c’est-à-dire déclarant avoir au moins un parent ou un grand-parent pied-noir, la "communauté" représente cette fois 7% de la population française figurant sur les listes électorales, soit 3,1 millions de votants potentiels aux élections municipales. Elle constitue dès lors un électorat important et dont les préoccupations peuvent devenir des enjeux significatifs dans la campagne, notamment sur le pourtour méditerranéen.

En effet, les régions du sud de la France, qui ont accueilli de nombreux rapatriés, concentrent encore aujourd’hui les contingents les plus importants. La communauté pied-noire au sens large pèse ainsi 12% du corps électoral en Languedoc-Roussillon, 15% en Provence-Alpes-Côte d’Azur, 12% en Midi-Pyrénées et 11% en Aquitaine. A l’inverse, elle est très sous-représentée en Picardie (3%) ou en Lorraine (4%) par exemple.



 



[1] Sur la base d’environ 43 millions d’inscrits sur les listes électorales en métropole, données INSEE, septembre 2011.

  1. Les orientations politiques des pieds-noirs : un tropisme pour l’extrême-droite que Nicolas Sarkozy a su partiellement capter

L’analyse du vote à l’élection présidentielle en 2007 indique une orientation assez droitière de la part de la communauté pied-noire – même si les chiffres montrent qu’on ne peut pas parler d’un vote homogène. A l’instar des résultats obtenus au niveau national, 31% de ses membres votèrent pour Nicolas Sarkozy. Mais loin d’être pénalisé par ce score, Jean-Marie Le Pen, obtint de son côté 18% de leurs suffrages, soit un sur-vote d’environ 8 points par rapport à la moyenne au détriment de Ségolène Royal (20,5% contre 25,8% à l’échelon national) et surtout de François Bayrou (7% contre 18,6%[2]). En 2002, une enquête IFOP "sortie des urnes" amenait aux mêmes conclusions et révélait que 30% des pieds-noirs avaient voté pour Jean-Marie Le Pen ou Bruno Mégret au premier tour de l’élection présidentielle, soit un sur-vote de l’ordre de 10 points en faveur de l’extrême-droite. L’électorat pied-noir marquait ainsi sa singularité par rapport aux autres électorats avec un penchant affirmé pour l’extrême-droite même si ce courant de pensée était loin d’être majoritaire dans cette population.

En octobre 2011, au tout début de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012, les rapports de force électoraux mesurés s’inscrivaient dans la lignée des votes de 2002 et de 2007. Marine Le Pen arrivait alors en tête dans cet électorat et obtenait 28% des intentions de vote, juste devant Nicolas Sarkozy et François Hollande qui en totalisaient chacun 26%. Fait majeur, le score de la candidate du Front National était supérieur de 8,5 points à celui observé à l’échelon national à l’époque, celui du candidat de l’UMP étant majoré de 3,5 points seulement. On retrouvait ici la prime donnée à la droite de manière générale par les pieds-noirs, bien que Nicolas Sarkozy ne soit pas aussi haut qu’en 2007 en ce début de campagne.

Le score du candidat du Parti Socialiste était quant à lui minoré de 3 points et les candidats centristes[1] étaient en retrait et ne recueillaient que 9% des intentions de vote (contre 15,5% à l’échelon national).

Lorsque l’on compare cette photo instantanée prise au tout début de la campagne avec les résultats obtenus sur la base du rolling poll (qui couvre la période courant de janvier à mai 2012), on constate que les lignes ont bougé sous l’effet de la campagne et des stratégies adoptées par les différents candidats. On observe ainsi un tassement de la gauche dans l’électorat pied-noir et une nette remontée du candidat Sarkozy qui, grâce à une campagne droitière et sans doute aussi grâce à des signaux envoyés à cette population, a su y reprendre du terrain notamment au détriment de Marine Le Pen, qui disposait d’une assise importante dans ce milieu en début de campagne.

 

Comme le montre le graphique suivant, le sur-vote à droite de l’électorat pied-noir est aussi  spectaculaire au second tour puisque Nicolas Sarkozy y a obtenu 64% des voix contre 48% dans le reste de la population.

 

Mais, compte-tenu de la structure d’âge très particulière de cette population (née avant 1962 et donc âgée au minimum de 50 ans au moment de la dernière élection présidentielle), on peut s’interroger sur l’origine du sur-vote à droite de ce groupe. S’explique-t-il par son vécu historique et le traumatisme du départ et des difficultés de l’arrivée en France ? Ou la cause de ce sur-vote à droite constaté n’est-il pas tout simplement à rechercher dans un effet d’âge (les seniors, d’une manière générale, votant davantage à droite) ? Pour neutraliser l’effet d’âge, on peut alors comparer le vote des pieds-noirs et des non-pieds-noirs du même âge, c’est-à-dire de 50 ans et plus.

 

Les chiffres du tableau sont particulièrement éloquents, à âge égal les électeurs pieds-noirs ont nettement plus voté à droite (+14,5 points au second tour) que les autres électeurs. Il y a donc bien une spécificité du vote pied-noir, héritée de l’histoire, et qui conduit ces personnes à davantage voter à la fois pour la droite mais aussi pour le FN. A ce propos, il est intéressant de constater que le sur-vote en faveur de Marine Le Pen, qui n’était guère visible quand on comparait le vote des pieds-noirs à celui du reste de la population, toutes tranches d’âges confondues, réapparaît ici avec force. Ceci s’explique par le fait que dans la population non-pied-noir qui nous a servi de première base de comparaison, on comptait notamment les 25-34 ans et les 35-49 ans, tranches d’âge votant assez fortement pour le FN. Mais quand ce biais est éliminé, on constate alors que les pieds-noirs sont nettement plus favorables au FN que la moyenne des seniors, plutôt réfractaires à ce vote.

La spécificité du vote pied-noir s’estompe très fortement dans les générations suivantes

Si le vote pied-noir présente donc encore de fortes spécificités, la transmission générationnelle n’est pas établie. Comme le montre le tableau suivant, le vote des personnes ayant une ascendance pied-noire (parent ou grand-parent) est très proche de celui des électeurs sans aucune ascendance pied-noir. On constate juste une inclinaison un peu plus faible pour la gauche au premier tour au profit du FN, mais l’écart est très faible. Au second tour, les personnes ayant au moins un parent ou un grand-parent rapatrié, ont certes placé Nicolas Sarkozy en tête avec 52 % soit 4 points de plus que pour les non-pieds-noirs. Mais cette avance du candidat de droite y est incomparablement moins grande que chez les pieds-noirs eux-mêmes, qui lui ont accordé 64 % de leurs suffrages soit 12 points de plus que leurs enfants et petits-enfants.

Ce processus d’alignement électoral de la descendance des pieds-noirs sur le reste de la population s’est effectué pour l’essentiel dès la seconde génération[1]. Au second tour, les enfants de pieds-noirs ont voté à 52,5 % pour Nicolas Sarkozy contre 64 % pour leurs parents. Ce mouvement de réalignement, déjà quasiment effectué, s’est poursuivi dans la troisième génération, les petits-enfants de pieds-noirs ayant voté à 50,5 % pour Nicolas Sarkozy.

  1. Le poids du vote « rapatrié » sur le littoral méditerranéen

Le sur-vote en faveur de l’extrême-droite dans le sud-est de la France est souvent associé voire expliqué par la surreprésentation de la communauté pied-noire dans ces régions. Qu’en est-il ? La présence plus importante de la communauté rapatriée en Languedoc-Roussillon et en Provence-Alpes-Côte d’Azur est, nous l’avons vu, assez manifeste. D’après une analyse de l’Ifop réalisée à partir de l’étude des listes électorales (où figure le lieu de naissance des électeurs), nous avons pu évaluer le poids des seuls rapatriés (sans prendre en compte leur descendance) à 5,5% à Perpignan, 4,8% à Béziers ou 4,7% à Aix-en-Provence.

Mais, si les données du rolling indiquent un niveau de vote pour Marine Le Pen impressionnant (29,5%) dans la communauté pied-noire de Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Languedoc-Roussillon, le niveau est également élevé parmi les 85% d’électeurs non-pieds-noirs de ces deux régions : 22,5% contre 17% dans les autres régions.  Même sans les pieds-noirs, ces deux régions voteraient davantage pour le Front National que les autres régions, la présence pied-noire amplifiant ce tropisme local.


 

Si la forte présence « rapatriée » contribue donc à accentuer la prégnance du vote frontiste sur le littoral méditerranéen, on constate symétriquement que le sur-vote FN des pieds-noirs est spécifique à la Provence-Alpes-Côte d’Azur et au Languedoc-Roussillon. Dans les autres régions, les pieds-noirs et leurs descendants votent FN dans les mêmes proportions que les personnes sans ascendance pied-noire (17%) et beaucoup moins que leurs homologues de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Languedoc-Roussillon (29,5% soit 12,5 points de plus dans ces deux régions). Tout se passe comme si le contexte local propre à ces régions et le fait de vivre à proximité de nombreux autres pieds-noirs renforçaient ce sentiment communautaire et nourrissait davantage qu’ailleurs ce vote très droitier. Le cas de Carnoux-en-Provence, commune des Bouches du Rhône, créée en 1957 par des Français rapatriés du Maroc rejoints en 1962 par de nombreux pieds-noirs d’Algérie, est assez symptomatique de ce phénomène d’un vote communautaire entretenu par une forte concentration pied-noire sur un même territoire. Marine Le Pen y a ainsi recueilli 28,4% des voix (5 points de plus que la moyenne départementale) et Nicolas Sarkozy 35,6% (8 points de plus) au premier tour de la présidentielle.

A Béziers, on constate également un sur-vote pour Marine Le Pen dans les bureaux de vote présentant la plus forte proportion de pieds-noirs comme l’indique le tableau suivant :

Mais l’analyse du cas de Perpignan montre qu’il est aujourd’hui difficile de territorialiser le "vote pied-noir" en milieu urbain. En effet, si les rapatriés se sont installés à leur arrivée dans certains quartiers spécifiques, la proportion de pieds-noirs y a beaucoup diminué avec le temps et leur présence s’est progressivement diluée. Ainsi, dans le quartier du Moulin à Vent, historiquement réputé comme le "quartier pied-noir de Perpignan", les rapatriés (au sens strict, c’est-à-dire sans prise en compte de leurs descendants) représentent aujourd’hui moins de 15% de la population du quartier inscrire sur les listes électorales, ce qui est certes significatif mais on est loin de la majorité.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Anguerrand
- 19/03/2014 - 15:56
À anakyn
Vous vous méprisez sur mes propos, je suis ok pour ce qui concerne les harkis, qui ont été laissé à l'abandon avec toutes les conséquences que cela comporte mais reconnaissez que si la France avait comme DOM l'Algérie les algériens seraient en grande majorité en France.
À moins que la France ait développé l'Algerie au niveau de notre niveau de vie actuel, ce qui est loin d'être le cas.
Actuellement au Maroc malgré un développement économique , les vieux marocains disent " nous avons été idiots de demander l'indépendance.
En ce qui concerne mon père je me suis mal exprimé il était employé de banque et même cela aurait posé un problème?
anakyn
- 19/03/2014 - 11:32
@ Angerrand
Vous oubliez que ces Français (sans guillemets s'il vous plaît !) sont certes Musulmans, mais sont beaucoup plus respectueux des lois de la République que certains qui se disent Français de souche, mais qui crachent ouvertement sur ces anciens combattants (ce qui semble être votre cas, si j'en crois votre prose).
Quant à redouter une "France colonie de l'Algérie", vous semblez mélanger tout ! Les Harkis sont particulièrement haïs par les Algériens et par le FLN, donc ne pourraient être assimilés à ce parti islamo-fasciste.
Votre père banquier (j'imagine aisément de quel type de banque il s'agit) vous a affirmé que les Pieds-Noirs avaient des valises pleines de billets, ce qui n'est pas faux pour certains. En effet, si on vous ordonne de quitter votre pays du jour au lendemain, n'iriez-vous pas, vous aussi, vider votre compte en banque et récupérer vos billets ?
Mais la plupart (environ 80%) des Pieds-Noirs furent des gens du peuple, des petits agriculteurs, des ouvriers.....
Anguerrand
- 19/03/2014 - 10:58
À François Homeland
L'armée était constituée d'homme du contingent ( service militaire obligatoire) et beaucoup se faisaient tuer et se plaignait du comportement des pieds noirs quelquefois hostile.( propriétaires terriens)
La France métropolitaine voyait les cercueils en quantité revenir des jeunes gens de 20 ans , ne comprenais plus le sens de cette guerre perdue d'avance
Les métropolitains ont mal reçu les pieds noirs( dans certains cas) car certains se comportaient comme des colons et les manières vis à vis des métropolitains était souvent incorrects.
Deux civilisations se heurtaient.