En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
 Le diesel est un mensonge d’Etat car c’est un produit avantagé fiscalement malgré un caractère nocif reconnu depuis longtemps.
Mensonge

Le diesel, scandale d'Etat : combien de temps pour sortir la France de cette erreur majeure ?

Publié le 18 mars 2014
Noël Mamère a déclaré que "le diesel est un mensonge d'Etat". Voilà en quoi il a raison.
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Noël Mamère a déclaré que "le diesel est un mensonge d'Etat". Voilà en quoi il a raison.

Atlantico : Les récentes déclarations de Noël Mamère relancent les interrogations sur le diesel. En quoi le diesel est-il, comme il le dit, "un mensonge d'Etat" ?

Thomas Porcher : Le diesel est un mensonge d’Etat car c’est un produit avantagé fiscalement malgré un caractère nocif reconnu depuis longtemps. Déjà en 1988, le CIRC (centre international de recherche sur le cancer) avait noté que le diesel était dangereux pour la santé. En 2003, après des années de débats et d’études, Tokyo interdisait le diesel en ville. La réalité, c’est qu’il y a eu de nombreux rapports avant le fameux rapport de l’OMS de 2012 et qu’en France, les gouvernements de gauche comme de droite ne pouvaient pas les ignorer.

Pourquoi peut-on parler d'erreur stratégique majeure ?

Thomas Porcher : L’erreur stratégique provient surtout du comportement des différents gouvernements qui ont préféré appliquer la politique de l’autruche alors même que partout dans le monde des rapports montraient la dangerosité du diesel. Il faut que chacun comprenne que la diésélisation du parc automobile ne s’est pas faite du jour au lendemain, cela a été un long processus. Par exemple, en 1993, les voitures diesel représentaient seulement 33% des achats, puis en 2000, 50% pour atteindre le pic de 77% en 2008, les politiques sont restés les bras croisés pendant que la part du diesel augmentait année après année. Or, il aurait été beaucoup plus simple et moins douloureux pour les consommateurs d’entamer un rééquilibrage progressif pendant les années 90. Pourquoi les politiques au pouvoir ne l’ont pas fait ? Ont-ils plus écouté les lobbies des constructeurs automobiles que les différents organismes mettant en lumière la dangerosité du diesel ? En tout cas, rien n’a été fait et personne ne peut justifier l’avantage du diesel, un produit plus nocif qui, sans les taxes, est plus cher.

Alors que le caractère cancérogène des particules émanant des moteurs diesel est identifié depuis la fin des années 80, qu'a attendu et qu'attend encore le gouvernement pour prendre des dispositions à l'encontre du diesel ? Pourquoi rien n’a freiné la diésélisation du parc automobile français ?

Thomas Porcher : Le problème est qu'aujourd’hui, le gouvernement est dans une position difficile. Il y a 65% de véhicules diesel en circulation et l’année dernière, les ventes de diesel ont représenté 67% des ventes. Au final, un réajustement de la fiscalité frapperait le porte-monnaie de la majorité des gens et serait perçu comme une punition après plus de vingt ans d’incitation à l’achat du diesel. Alors même qu’il était très simple de le faire dans les années 90, la situation est aujourd’hui plus compliquée et extrêmement dangereuse d’un point de vue électoral. Mais la faute est à partager avec l’ensemble des gouvernements des 20 dernières années qui ont probablement plus écouté les lobbies des constructeurs automobiles que les organisations de santé. Aujourd’hui, il y a urgence et il faut agir vite, au moins en stoppant les achats de diesel pour les années à venir.

Peut-on sortir aujourd'hui du diesel et si oui, comment ? De quels moyens de substitutions dispose-t-on aujourd'hui ?

Thomas Porcher : La première chose à faire est de stopper ou de désinciter fortement l’achat de véhicule diesel. D’ailleurs, sur ce point, il faudrait commencer par modifier le bonus-malus de sorte qu’il frappe plus durement les voitures diesel. De toute façon, le marché français est saturé, la France n’est pas un marché d’avenir pour le diesel, c’est un marché du passé, il n’y a plus de part de marché à conquérir, le diesel est déjà en monopole. J’espère que nos constructeurs automobiles l’ont bien compris. Sinon, j’ai bien peur que cela finisse comme Général Motors, avec le rachat par le contribuable américain à cause des mauvaises stratégies des dirigeants. De mémoire, cela avait coûté 50 milliards de dollars.

 Combien de temps cela prendra-t-il de trouver une alternative durable au diesel ?

Thomas Porcher : Ce sera rapide car il y a déjà plein d’alternatives au diesel. La première est l’essence et je le rappelle, ce qui a fait du diesel un produit attractif est avant tout sa fiscalité avantageuse alors même que son prix hors taxe est plus élevé. Rapidement, il faut stopper l’avantage fiscal du diesel et stopper les achats futurs de véhicules diesel. Il faut également refonder complètement la fiscalité des carburants qui n’est plus adaptée au prix du pétrole et à la contrainte climatique. Enfin, il faut être conscient que la première alternative durable au diesel est de consommer moins de carburants, sur ce point l’évolution du goût des consommateurs et l’efficacité des moteurs vont dans le bon sens. Aujourd’hui, les citadines ont plus le vent en poupe que le moyen de gamme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
boris d
- 23/03/2014 - 15:09
Attention au blog francophone sur le Diesel!
En lisant les commentaires sur la diésélisation du parc, je vois que certains ont leur source sur pleinphare-le blog.fr. Alors sachez que les contributeurs sont les motoristes de chez PSA. C'est pas ce qu'il y a de plus neutre.
Sur des sites Britannique ou US ont peut aussi trouver les parts de marchés pour ces véhicules en 2011 y compris eau Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne et en Suisse. Entre 2010 et 2011 l'Italie a réduit de 10% sa part de Diesel.
En France 82% du carburant consommé est du gazole et il faut donc l'importé, de Russie par exemple.
ignace
- 19/03/2014 - 13:57
article et debats interessants
.....
Ory-Nick
- 19/03/2014 - 13:47
@Anguerrand, n'importe quoi ! @wolfgangamadp a raison !
Quand je vous entend parler de "zero émission" je suis perdu entre le fou rire, ou la pitiée.
Vous croyez vraiment qu'il n'y a aucune émission ? Pour ça, il faudrait obstruer l'évacuation. Ce qui engendrerait une explosion du moteur... C'est c*n, mais c'est comme ça !
Les FAP brulent les "grosses" particules, mais le produit de cette combustion est des particules très fine, parfois de l'ordre du nanomètre. Qui sont donc bien plus nocives.
.
Quand on ne connait pas un sujet, on s'abstient de balancer ses certitudes, on se renseigne d'abord. Et pas dans votre creuset idéologique.