En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 6 min 57 sec
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 47 min 38 sec
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 15 heures 36 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 18 heures 54 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 20 heures 59 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 21 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 34 min 19 sec
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 1 heure 1 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 15 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 19 heures 4 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 20 heures 40 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 36 min
L'efficacité des antibiotiques serait en baisse.
L'efficacité des antibiotiques serait en baisse.
Trois gélules, s'il vous plait !

Pourquoi nous allons bientôt être à court d’antibiotiques efficaces

Publié le 08 mars 2014
La surconsommation d'antibiotiques dans des situations où ils ne sont pas nécessaires atténue fortement leur efficacité, face à des bactéries toujours plus résistantes.
Didier Tandé est praticien hospitalier au CHU de Brest. Docteur en pharmacie, il est spécialisé dans les questions d'antibiotiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Tandé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Tandé est praticien hospitalier au CHU de Brest. Docteur en pharmacie, il est spécialisé dans les questions d'antibiotiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La surconsommation d'antibiotiques dans des situations où ils ne sont pas nécessaires atténue fortement leur efficacité, face à des bactéries toujours plus résistantes.

Atlantico : De plus en plus d'études (voir ici) soulignent l'efficacité en baisse des antibiotiques. Est-ce vrai ? Quels sont les antibiotiques les plus touchés ? Pourquoi ?

Didier Tandé : C'est malheureusement vrai.  De plus en plus d'antibiotiques deviennent moins actifs, et donc moins efficaces. Globalement, cette perte d'activité touche des classes d'antibiotiques très variées et très différentes, mais on peut néanmoins faire état d'une famille particulièrement touchée : les bêta-lactamines, qui regroupe notamment l'amoxicilline, les céphalosporines de 3ème génération et les carbapénèmes. C'est d'autant plus inquiétant que ce sont parmi les antibiotiques les plus prescrits, tant en ville qu'à l'hôpital.

A quoi imputer cette baisse d'efficacité ? De toute évidence et très clairement au mésusage des antibiotiques. Quantitativement comme qualitativement, nous utilisons mal les antibiotiques : on en consomme beaucoup trop, et dans des situations qui ne sont pas adaptées. Les bactéries sont des organismes intelligents et résistants, qui savent s'adapter et développer des mécanismes de défense face aux antibiotiques. Ainsi, certaines sont déjà résistantes à tous nos antibiotiques. On les appelle bactéries "toto-résistantes".

A mentionner également, l'usage vétérinaire des antibiotiques. C'est quelque chose qu'il faut surveiller, notamment parce que les quantités d'antibiotiques consommées par les animaux dépassent de loin celles consommées par et pour l'Homme. Les bactéries ne connaissant pas de barrières, elles s'adaptent aussi bien aux antibiotiques via l'animal que via l'Homme. De nombreux cas d'épidémies comme les cas salmonelle, e-colli ou campylobacter étaient originellement des infections animales.

La vente libre des antibiotiques en ville est catastrophique et c'est pourtant le cas dans de nombreux pays, notamment dans les pays en voie de développement.

Aujourd'hui, imaginer un monde sans antibiotiques paraît aussi fou que de marcher sur la tête. Mais dans les faits, est-ce que c'est possible, ou imaginable ? Quelles seraient les conséquences d'une telle disparition ?

Il faut envisager un monde dans lequel les antibiotiques ne seraient plus d'aucun secours. Ils existeraient encore, bien sûr, mais seraient devenus pratiquement inefficaces, ce qui reviendrait finalement à une situation semblable. On parle d'ère pré-antibiotique pour parler de l'époque qui précède la découverte des molécules qui les composent. Et on n'ose pas imaginer un retour à ce passé !

Et pour cause. Les conséquences seraient tout simplement désastreuses. Une inefficacité quasi-totale des antibiotiques existants signifierait la mort de  nombreux patients. Aujourd'hui, on parvient à soigner énormément de pathologies, et les plus bénignes ne représentent plus de vrais risques. Sans antibiotiques, on revient à des temps ou infection est synonyme de mort et où plaie veut souvent (et souvent dans le meilleur des cas) dire amputation.

Sommes-nous préparés ? Ou en préparation ? Comment faire face ? Quelles sont les pistes de développement ?

Les progrès en biologie moléculaire permettent de mieux comprendre le fonctionnement des bactéries et leurs modes de résistances et cela peut conduire à mettre au point de nouvelles molécules actives sur des bactéries devenues toto-résistantes.

Il existe aussi plusieurs voies de recherche. L'utilisation de phages, par exemple, pourrait être une alternative intéressante: ce sont des virus qui tuent les bactéries. Le principe est connu depuis des décennies, néanmoins nous ne l'avons encore jamais employé à grande échelle.

Evidemment, il existe également les vaccins. Une autre solution pour se prémunir contre les maladies d'origine infectieuse. Aujourd'hui, de plus en plus de vaccins sont à l'étude afin de pouvoir, à l'avenir, lutter contre un bon nombre d'agents infectieux et pathogènes comme les méningocoques, les Pseudomonas ou les staphylocoques. La vaccination contre le pneumocoque, associée à une baisse de la consommation des antibiotiques, a résulté sur une diminution des maladies graves usuellement provoquées par cette bactérie. Le tout, en garantissant l'efficacité des antibiotiques face à cet agent. Mieux encore : en faisant reculer la résistance de ce dernier aux antibiotiques.

Quel est le rôle des laboratoires, dans cette situation ? Consacrent-ils autant de temps et d'efforts pour la recherche et le développement d'antibiotiques ?

La recherche de nouvelles molécules est évidemment la solution pour éviter ce cauchemar. Il faut néanmoins prendre en compte que c'est quelque chose qui coûte extrêmement cher. Développer de nouvelles molécules, en plus de prendre du temps est quelque chose de particulièrement coûteux, qui dès lors n'est plus une industrie rentable. Entre  la découverte de la molécule, sa conception, les essais sur animaux puis en clinique, et enfin la mise en vente sur le marché… C'est finalement un risque d'avantage qu'une rentrée d'argent pour les laboratoires. Développer de nouveaux antibiotiques n'est pas suffisamment rentable, aussi les ces laboratoires préfèrent bien souvent se pencher sur des molécules antivirales ou antifungiques. Parfois dans le domaine de l'infectieux, parfois dans des domaines n'ayant rien à voir. Entre un traitement prescrit temporairement, ou un traitement qui l'est pour la vie, comme les antihypertenseurs, ou les médicaments prescrits dans le cadre du diabète…

Parfois, dans certaines publications, on peut même lire des scientifiques inquiets qui demandent des gouvernements qu'ils s'engagent auprès des laboratoires pharmaceutiques, afin de booster la recherche en faveur de nouveaux produits antibactériens.

Ne risque-t-on pas d'assister à une hausse des tarifs qui ferait des soins l'apanage des riches ?

Dans un scénario de science-fiction, c'est sans doute imaginable. Certains pays pratiquent d'ailleurs ce genre de pratique, bien que l'idée ne soit pas de faire des soins "l'apanage des riches". Au contraire… Si les autorités se décident à augmenter le prix de certains antibiotiques, c'est souvent pour lutter contre la consommation excessive, première responsable de leur perte d'efficacité ! Si les prix augmentent, on dissuade les gens d'en acheter quand ça n'est pas véritablement nécessaire. Si on peut acheter des antibiotiques pour traiter n'importe quel petit bobo, on participe à leur perte d'efficacité. Des prix défiants toute concurrence entraîne une surconsommation dangereuse.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 09/03/2014 - 01:00
Pourquoi les français consomment beaucoup d'antidepresseurs
parce qu'ils lisent des articles de ce genre......je vais prendre mon cachet
Jaca10
- 08/03/2014 - 23:15
Elevages industriels
Pourquoi ne pas demander la suppression des élevages industriels, premiers responsables de la consommation des antibiotiques, dans ces énormes camp de concentration animaux, véritables "usines à viande" ?
Vinas Veritas
- 08/03/2014 - 17:38
pourquoi crier " assez de mises en garde " ?
la consommation vétérinaire (animalière) d'antibiotiques est devenue largement supérieure à la consommation humaine.
Les causes sont plus ou moins bien connues mais il reste que la transmission des résistances utilise un système de transfert des informations par voie plasmidique qui autorise les passages entre espèces différentes de bactéries.
On parle d'antibiotiques pour les bactéries et les virus y sont insensibles quoique causant aussi pas mal d'infections. on oublie aussi les infections dues à des protozoaires et autres parasites helminthes pas tristes.
Donc, il reste une évidences que l'usage des thérapies à base d'antibiotiques doit rester un geste réfléchi.
Citer les pays où les médicaments sont en majorité des faux médicaments sans valeur réelle devrait inciter à un plus grand respect de normes de sécurité que le simple appas de gain construit sur la candeur des populations appauvries espérant un retour de santé magique.