En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 44 min 41 sec
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 1 heure 48 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 2 heures 6 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 2 heures 51 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 5 heures 26 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 1 heure 15 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 1 heure 53 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 2 heures 23 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 3 heures 30 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 3 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 4 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 5 heures 55 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 22 heures 12 min
© Reuters
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR.
© Reuters
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR.
Bip bip !

Téléphonie : qui ne survivra pas aux regroupements en cours ?

Publié le 06 mars 2014
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR. Le rapprochement entre opérateurs pourrait pousser les prix à la hausse.
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR. Le rapprochement entre opérateurs pourrait pousser les prix à la hausse.

Atlantico : Bouygues doit formuler son offre de rachat  mercredi 5 mars dans la soirée à Vivendi, s'il souhaite acquérir SFR. Que signifient ces rapprochement sur l'état du marché de la téléphonie aujourd'hui ? Et quelles sont les évolutions qu'on peut préconiser ?

Christophe Benavent : A cette heure ils sont deux à avoir déposé une offre. Ces rapprochement s'inscrivent dans la logique de concentration que la bataille des prix a préparé. SFR a été éprouvé en perdant du CA et des client. Les prix baissant, la compétitivité doit se réaliser par les coûts et donc une plus grande échelle. C'est le but recherché dans les deux offres. Pour numéricable il y a l'enjeu d'être dans un marché dont il est absent et de renforcer une offre globale. Pour Bouygues c'est entièrement horizontal : gagner en taille.

Je n'ai pas d'évolution à préconiser mais on peut observer cependant qu'à moyen terme si on considère le phénomène du multi-display et qu'on compte en nombre d'appareils à connecter la population n'est plus 65 millions de français, mais près de 200 millions d'appareils. Le marché serait ainsi élargi - faut-il encore que des offres adéquates soient proposées. C'est un enjeu.
On peut remarquer aussi qu'à la multiplication des "devices" s'associe une intensification des usages, surtout marchand.

Finalement, quels seront les gagnants et les perdants de ces regroupements ?

Difficile de savoir. D'un côté la concentration permet aux groupe de reprendre le contrôle du prix ou du moins des marges, d'un autre le consommateur peut en attendre un meilleur service. Pas sur que le consommateur y gagne beaucoup. Pour les trois acteurs qui resterons celui qui aura réalisé l'acquisition espère devenir plus compétitifs, il faut pour celà que l'intégration se passe bien. Et on sait dans ce domaine que les coûts de l'intégration peuvent dépasser les gains de l'acquisition! Orange est clairement challengé, Free peut tirer son épingle en dominant sur le marché du low cost.

Quelles seraient les conséquences de ces évolutions, notamment pour le contribuable ?

Pour le contribuable aucune. C'est un pur marché. Pour le consommateur, oui avec la concentration il y a toujours le risque d'une structure oligopolistique...et donc de payer trop cher. En contre partie il y a l’espérance d'un meilleur service et notamment l'offre en haut-débit. L'enjeu va être la généralisation de la 4G. Sur un autre plan on peut avoir des craintes sur l'emploi.

Quelles sont les possibilités qu'ouvre un rapprochement entre opérateurs ? Aujourd'hui, chaque client représente un revenu moyen relativement peu élevé. S'agit-il de compenser ? Cela risque-t-il d'influencer les offres de services proposées ?

Pour ceux qui se rapprochent, ce qui est cherché est l'effet de taille sur les prix et donc reprendre de la marge même si le revenu par client est faible. Dans un second temps il s'agira de revenir sur les offres et d'accroitre la valeur client. Pour cela il y a deux grandes options : jouer sur le débit et se déployer rapidement sur la 4G - ce qu'a fait bouygues, ou jouer sur des abonnements multiples quitte à donner de très faibles prix aux abonnement additionnels. Que dans un foyer une première ligne ADSL soit à 30 euros, un mobile à 20 euros et que les lignes suivantes soit à deux euros permet d'aller vers les 60 euros de revenus.

Les opérateurs craignent une réduction du marché européen. Y a-t-il effectivement un risque ? Si le marché européen n'est plus aussi rentable, l'ensemble des opérateurs pourront-ils subsister ?

Les mouvements de concentrations sont d'une certaine manière inévitable. Cependant il est difficile de parler d'une réduction du marché, plutôt d'une reconfiguration. Le marché des télécom qui se construit aujourd'hui est aussi celui d'une numérisation intensive. Les flux de données qui vont être géré sont toujours plus grands : à l'horizon 2020 il seront multipliés par un facteur 10 ou 20 (. Il faudra ajuster les réseaux et donc les renouveler à grande vitesse, tout en valorisant les capacités accrues. Le démarrage de la 4G montre qu'espère garder un premium avec des réseaux plus rapides est assez limitév. Ceux qui sauront résoudre cette équation subsisteront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 06/03/2014 - 21:24
Hélas, ça risque d'être Montebourg qui choisira !
Les critères : les emplois maintenus (un "pacte" !) même si ce n'est pas rentable et redondant, le minimum de capital étranger, bref Bouygues par exemple !
Le seul avantage de Bouygues serait qu'ils deviendraient avec SFR le n° 1 en France et on aurait plus les PTT/FT devenus Orange qui tirent toujours les prix vers le haut du fait de leur rôle "d' historique" !
le Gône
- 06/03/2014 - 18:07
le perdant..j'en vois qu'un..
le marchand de semoule Free....et son service client a la ramasse..et ses mensonges d'offres qui n'existent que dans ses rêves..et de ceux qui croient encore au père Noel.
pave777
- 06/03/2014 - 17:30
les opérateurs sont furieux
d'avoir du casser leur tirelire à cause de Free, aujourd'hui, ils cherchent à se regrouper pour casser la concurrence ; ces escrocs ont engrangé des milliards pendant des années , il ne faut pas leur faire le moindre cadeaux !