En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR.
Bip bip !
Téléphonie : qui ne survivra pas aux regroupements en cours ?
Publié le 06 mars 2014
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR. Le rapprochement entre opérateurs pourrait pousser les prix à la hausse.
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Benavent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professeur à Paris Ouest, Christophe Benavent enseigne la stratégie et le marketing. Il dirige le Master Marketing opérationnel international.Il est directeur du pôle digital de l'ObSoCo.Il dirige l'Ecole doctorale Economie, Organisation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux offres ont déjà été proposées pour le rachat de SFR. Le rapprochement entre opérateurs pourrait pousser les prix à la hausse.

Atlantico : Bouygues doit formuler son offre de rachat  mercredi 5 mars dans la soirée à Vivendi, s'il souhaite acquérir SFR. Que signifient ces rapprochement sur l'état du marché de la téléphonie aujourd'hui ? Et quelles sont les évolutions qu'on peut préconiser ?

Christophe Benavent : A cette heure ils sont deux à avoir déposé une offre. Ces rapprochement s'inscrivent dans la logique de concentration que la bataille des prix a préparé. SFR a été éprouvé en perdant du CA et des client. Les prix baissant, la compétitivité doit se réaliser par les coûts et donc une plus grande échelle. C'est le but recherché dans les deux offres. Pour numéricable il y a l'enjeu d'être dans un marché dont il est absent et de renforcer une offre globale. Pour Bouygues c'est entièrement horizontal : gagner en taille.

Je n'ai pas d'évolution à préconiser mais on peut observer cependant qu'à moyen terme si on considère le phénomène du multi-display et qu'on compte en nombre d'appareils à connecter la population n'est plus 65 millions de français, mais près de 200 millions d'appareils. Le marché serait ainsi élargi - faut-il encore que des offres adéquates soient proposées. C'est un enjeu.
On peut remarquer aussi qu'à la multiplication des "devices" s'associe une intensification des usages, surtout marchand.

Finalement, quels seront les gagnants et les perdants de ces regroupements ?

Difficile de savoir. D'un côté la concentration permet aux groupe de reprendre le contrôle du prix ou du moins des marges, d'un autre le consommateur peut en attendre un meilleur service. Pas sur que le consommateur y gagne beaucoup. Pour les trois acteurs qui resterons celui qui aura réalisé l'acquisition espère devenir plus compétitifs, il faut pour celà que l'intégration se passe bien. Et on sait dans ce domaine que les coûts de l'intégration peuvent dépasser les gains de l'acquisition! Orange est clairement challengé, Free peut tirer son épingle en dominant sur le marché du low cost.

Quelles seraient les conséquences de ces évolutions, notamment pour le contribuable ?

Pour le contribuable aucune. C'est un pur marché. Pour le consommateur, oui avec la concentration il y a toujours le risque d'une structure oligopolistique...et donc de payer trop cher. En contre partie il y a l’espérance d'un meilleur service et notamment l'offre en haut-débit. L'enjeu va être la généralisation de la 4G. Sur un autre plan on peut avoir des craintes sur l'emploi.

Quelles sont les possibilités qu'ouvre un rapprochement entre opérateurs ? Aujourd'hui, chaque client représente un revenu moyen relativement peu élevé. S'agit-il de compenser ? Cela risque-t-il d'influencer les offres de services proposées ?

Pour ceux qui se rapprochent, ce qui est cherché est l'effet de taille sur les prix et donc reprendre de la marge même si le revenu par client est faible. Dans un second temps il s'agira de revenir sur les offres et d'accroitre la valeur client. Pour cela il y a deux grandes options : jouer sur le débit et se déployer rapidement sur la 4G - ce qu'a fait bouygues, ou jouer sur des abonnements multiples quitte à donner de très faibles prix aux abonnement additionnels. Que dans un foyer une première ligne ADSL soit à 30 euros, un mobile à 20 euros et que les lignes suivantes soit à deux euros permet d'aller vers les 60 euros de revenus.

Les opérateurs craignent une réduction du marché européen. Y a-t-il effectivement un risque ? Si le marché européen n'est plus aussi rentable, l'ensemble des opérateurs pourront-ils subsister ?

Les mouvements de concentrations sont d'une certaine manière inévitable. Cependant il est difficile de parler d'une réduction du marché, plutôt d'une reconfiguration. Le marché des télécom qui se construit aujourd'hui est aussi celui d'une numérisation intensive. Les flux de données qui vont être géré sont toujours plus grands : à l'horizon 2020 il seront multipliés par un facteur 10 ou 20 (. Il faudra ajuster les réseaux et donc les renouveler à grande vitesse, tout en valorisant les capacités accrues. Le démarrage de la 4G montre qu'espère garder un premium avec des réseaux plus rapides est assez limitév. Ceux qui sauront résoudre cette équation subsisteront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
04.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
07.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 06/03/2014 - 21:24
Hélas, ça risque d'être Montebourg qui choisira !
Les critères : les emplois maintenus (un "pacte" !) même si ce n'est pas rentable et redondant, le minimum de capital étranger, bref Bouygues par exemple !
Le seul avantage de Bouygues serait qu'ils deviendraient avec SFR le n° 1 en France et on aurait plus les PTT/FT devenus Orange qui tirent toujours les prix vers le haut du fait de leur rôle "d' historique" !
le Gône
- 06/03/2014 - 18:07
le perdant..j'en vois qu'un..
le marchand de semoule Free....et son service client a la ramasse..et ses mensonges d'offres qui n'existent que dans ses rêves..et de ceux qui croient encore au père Noel.
pave777
- 06/03/2014 - 17:30
les opérateurs sont furieux
d'avoir du casser leur tirelire à cause de Free, aujourd'hui, ils cherchent à se regrouper pour casser la concurrence ; ces escrocs ont engrangé des milliards pendant des années , il ne faut pas leur faire le moindre cadeaux !