En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
En cavale

Russie : criblée de dettes, elle change de sexe pour échapper à la justice

Publié le 27 janvier 2014
Natalia, qui avait accumulé 2 800 euros de dettes, s’est transformée en Andrian.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natalia, qui avait accumulé 2 800 euros de dettes, s’est transformée en Andrian.

C'est une idée originale. Afin d’échapper à la justice, une femme russe criblée de dettes a changé de sexe. Elle a ainsi pu se procurer une nouvelle identité. Natalia (son nom de famille n'a pas été dévoilé), qui avait accumulé 130 000 roubles de dettes (environ 2 800 euros) est ainsi devenue Andrian.

"Au cours de nos investigations, nous avons découvert que la femme n'existait plus et que maintenant il y a un homme", a déclaré ce lundi Evguenia Zarynch, la porte-parole du service régional des huissiers d'Astrakhan, dans le sud de la Russie."Oui, il restera redevable (de ses dettes), malgré le changement de sexe. C'est futile. Il aura toujours à les rembourser. Si un débiteur croit qu'il peut s'en sortir de cette façon, il se trompe grandement", a-t-elle ajouté. Elle a indiqué ne pas savoir si les dettes étaient le seul motif du changement de sexe de la femme. En tant qu'homme, Andrian a accumulé de nouvelles dettes, en ne payant pas ses impôts. Il est toujours en fuite.

En voilà une/un qui s’est donné beaucoup de mal pour pas grand-chose !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires