En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
"Tous les soleils"

L’anti-bling-bling subtil de Philippe Claudel

Publié le 31 mars 2011
Avec Santiago
"Tous les soleils" est en salle depuis mercredi. Vent de légèreté sur l'Italie de Berlusconi.
Santiago est blogueur.Il tient la bibliothèque en ligne catallaxia.net et écrit de temps en temps pour le webzine La catallaxine. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Santiago
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Santiago est blogueur.Il tient la bibliothèque en ligne catallaxia.net et écrit de temps en temps pour le webzine La catallaxine. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Tous les soleils" est en salle depuis mercredi. Vent de légèreté sur l'Italie de Berlusconi.
Avec Santiago

Tous les soleils, film de Philippe Claudel qui sortira mercredi, nous conte avec une légèreté estivale, la vie d’un strasbourgeois d’origine italienne et professeur de musique baroque, vivant avec sa fille adolescente, dont la pénibilité est en pleine croissance, ainsi qu’avec son frère, cloitré en pyjama, qui végète en exil volontaire loin de Silvio Berlusconi, en attendant l’obtention espérée de son statut de réfugié politique.

En attendant le délit de nymphomanie

Peut-on se voir attribuer un statut de victime lorsqu’on refuse d’être représenté par le plus illustre obsédé sexuel qu’ait connu l’Italie, faisant de Rocco Sifredi et Casanova des petits joueurs ? Peut-on s’estimer suffisamment menacé par l’omnipotence d’un « politicientrepreneur » parce qu’il s’occupe pendant son temps libre à sauvegarder la diversité des pratiques sexuelles, introduisant notamment en Europe la pratique du Bunga-Bunga[1], et œuvrant ainsi au rapprochement fraternel des cultures méditerranéennes ? Corruption et pédophilie auront peut-être un jour raison de la carrière du chef d’Etat. En attendant, les Droits de l’Homme ne font pas de l’érotomanie compulsive assumée un crime contre l’Humanité. Pas plus que l’usage décomplexé et impudique de sa droite dure n’est récriminé lorsqu’on veut contracter des alliances charnelles avec les parties les plus politiquement incorrectes de quelques jeunes aspirantes à des promotions canapé, pourvu qu’elles soient majeures. Haïr Berlusconi n’est pas suffisant pour faire valoir des droits particuliers, et l’Italie reste encore un Etat de droit. Débouté, l’opposant s’ébat alors stérilement en fomentant des micro-révolutions « à la Cantona », mais avec un rien plus d’efficacité que le second. Ce qui ne l’empêche pas d’être réduit, dans son impuissance, à lancer piques grinçantes et fléchettes dérisoires sur une cible à l’effigie du botoxé honni, … lorsqu’il ne soigne pas ses pulsions négatives en regardant des séries abrutissantes ou en chatant sur des sites sexy qui émoussent ses ardeurs politiques tout en émoustillant ses sens.

La culture contre la société du spectacle

Distillée manichéisme, la critique sociale de Claudel est à l’image des volutes virevoltantes de la musique thérapeutique baroque qui accompagne le film. Plus subtile, son ironie sans aigreur y trouve toute sa force. En effet, la tragédie des honnêtes hommes y parait complète, puisqu’ils sont même reflués en marge de la terre d’asile : la France trempe elle aussi dans les travers d’une réalité télégénique ravie par son avidité sans pudeur et où les phares du peuple assument sans fard leur peoplisation. Surtout depuis qu’elle a à sa tête un flambeur exhibant montre et femme, comme un parvenu pavane devant les mâles dominés envieux.

Seul l’anachronisme salvateur de la culture demeure un refuge au milieu de cette société du spectacle qui a colonisé jusqu’aux domaines réputés sérieux. On rit pourtant beaucoup à l’occasion de cette satire qui peint une époque vautrée dans la concupiscence, où les cons illettrés peuvent être (tout-)puissants, et où lire La Princesse de Clèves constitue un besoin d’hygiène mentale comme un acte de résistance. On y pénètre aussi dans l’intime beauté des rues de Strasbourg et l’on admire la douce poésie de Clotilde Courau. On aurait préféré l’inverse. Mais que peut-on attendre d’un pauvre réalisateur qui n’arbore même pas une Rolex à son bras ?



[1] Aujourd’hui menacé d’extinction en Lybie !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Du CETA aux particules ultra-fines, comment de vraies questions sanitaires ou environnementales se transforment de plus en plus en peurs irrationnelles

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires