En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 6 heures 47 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 14 heures 48 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 15 heures 9 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 20 heures 39 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 9 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 13 heures 52 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 21 heures 2 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 3 heures
Que je t'aime

"Une star finit toujours par ressembler à son public"

Publié le 29 mars 2011
Johnny est de retour ! LA star de la musique française sort son nouvel album "Jamais seul" ce lundi 28 mars. L'occasion de discuter avec Pacôme Thiellement, auteur de plusieurs ouvrages sur la pop-culture, qui nous livre son regard sur ce que c'est qu'être une star au XXIè siècle...
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Johnny est de retour ! LA star de la musique française sort son nouvel album "Jamais seul" ce lundi 28 mars. L'occasion de discuter avec Pacôme Thiellement, auteur de plusieurs ouvrages sur la pop-culture, qui nous livre son regard sur ce que c'est qu'être une star au XXIè siècle...

Atlantico : Qu'est ce qu'une star, selon vous ?

Pacôme Thiellement : La star, c’est la personne que je connais, que je le veuille ou non. Je n’ai jamais eu le choix de connaître Johnny Hallyday. On ne m’a jamais demandé mon avis. Il a toujours été là, il m’a veillé quand j’étais dans mon berceau comme s’il était une bonne fée, et je serais incapable, même si je le voulais, de l'effacer de ma mémoire. Acteur, politicien, sportif ou musicien, la star est une catégorie particulière de citoyens pouvant se permettre d’obséder des gens qu'elle ne connaît pas.

 

Quand peut-on situer le début du phénomène de « starification » ?

C'est un phénomène très récent ; il date du vingtième siècle. Auparavant, la star, en Occident, c’est le roi : le « Sun King », dont la figure se trouve sur les pièces de monnaie. Au siècle dernier, avec le cinéma, on est passé du soleil aux étoiles, aux « stars », donc.

C'est très intéressant de lire les textes de l’ethnologue Pierre Clastres qui a étudié les tribus primitives, en particulier les Guayaki. Clastres emploie le mot « star » lorsqu’il parle du chef. Le chef des Guayaki, c’est celui qui parle – on n’est pas obligé de l’écouter, mais il est obligé de parler – et c’est lui qui baise aussi : comme Kirk Douglas, il a une espèce de droit de cuissage naturel ! Mais il existe une contrepartie : le chef est le membre le plus pauvre de sa société et il doit régler les différends entre tous les membres de son groupe. La star de la tribu dispose donc de la gloire, mais n’a pas l’argent. Son alternative, c’est être riche ou célèbre.  

Le problème de la star du vingtième siècle c’est qu’elle est à la fois riche et célèbre. La conséquence, inévitablement, c’est qu’elle fait envie et que tout le monde veut la remplacer. Dans les années 1930, il ne devait exister qu’une vingtaine de stars. Aujourd’hui, on en a 2000, 20 000…

 

Comment le statut de star a-t-il évolué ?

Le principal pouvoir de la star est le don d’ubiquité : elle peut apparaître en même temps partout à la fois. Au XIXè siècle, on avait quelques vedettes comme Sarah Bernhardt, par exemple. Mais, elle ne pouvait jouer Hamlet ou Phèdre qu’à un seul endroit à la fois. C’est la massification qui a favorisé le pouvoir d’intimidation de la star. L’ubiquité lui donne une impression de toute puissance. Alors que sa vie est une succession de passions mal comprises et de malheurs dont elle ne tire aucun enseignement, elle apparaît comme un modèle de réussite de vie, un pôle d’orientation.

Ca a parfois été utile : je pense à des films de Buster Keaton comme Sherlock Junior qui montre comment un individu timide peut gagner en courage pour réussir à séduire une jeune femme ; ou encore La Garçonnière de Billy Wilder. Ces films avaient un rôle pédagogique, voire libérateur. Mais, aujourd’hui, les stars sont tellement déconnectées de la réalité qu’elles n’induisent plus que des contre-orientations, des désorientations. Elles entraînent leur spectateur à se tromper en permanence. Prenez par exemple les films d’action : le héros monte sur sa moto et se jette sur un camion... Bon, dans la réalité, si vous faites ça, vous mourrez !

Évidemment, il y a un coût à payer pour la star. Car, non seulement, nous sommes ce que nous regardons, mais nous finissons également par devenir le miroir de ceux qui nous regardent. En magie noire, ça s’appelle le choc en retour : on lance un sort, et ce sort lancé a toujours un coût, réel, dans la vie du sorcier. Nous en avons souvent discuté avec mon amie Maud Kristen. Observez les stars que vous connaissez et qui ont vécu assez vieilles pour avoir le temps de se métamorphoser physiquement : elles finissent toujours par ressembler à leur public, c’est la règle. Alain Delon est un très bon exemple. Jusque dans les années 1980, il est singulier, fort, magnétique, inquiétant, violent, beau. Mais aujourd’hui, il est bougon, hâbleur, passe sans transition de la flagornerie à l’impatience, éclate de rire puis s’énerve immédiatement... On dirait un bistrotier, un peu mytho, qui se met en colère pour rien !

Johnny Hallyday, c’est pareil. Il ressemble à son public, extraordinairement. On le voit très bien passer ses après-midi à boire du whisky en regardant des épisodes de Derrick, l'œil triste, en se grattant les couilles. Même milliardaire, il continue à ressembler à un gardien de nuit ou à un garagiste. C'en est même assez émouvant. Sa musique a beau être totalement nulle, il continue à y croire, et, sur scène, il est aussi ému que son public quand il soupire sur l'introduction inquiétante et ridicule de "Que je t'aime". On sent que la musique qu'il aime, elle vient de là : c'est la sienne. Pourtant, avec l'âge et les moyens qu'il a, il pourrait quand même écouter quelque chose de mieux !

 

Comment expliquez-vous cette évolution du statut de la star ?

Au départ, un artiste plaît parce qu’il possède une pure singularité. Mais, au fil des années, s’il survit à l’expérience magique de l’ubiquité, il finit toujours par perdre la puissance magnétique qu’il dégageait. Elle s’évapore, se difracte comme un charme. Les primitifs avaient raison, comme toujours, lorsqu'ils refusaient qu'on les prenne en photos parce qu’ils considéraient qu’on leur volait leur âme. Mais ça ne se passe pas en une seule prise de vue, c’est une opération lente, qui se déploie sur plusieurs décennies.

Il faut penser également à Balzac, au XIXe siècle, lorsque le célèbre Nadar le photographie. Il essaie de comprendre comment ça fonctionne. Il élabore une théorie, qu’il appelle la « théorie des spectres » : la photo prélèverait une mince pellicule de sa peau, un « spectre » et le collerait ensuite sur le papier. Balzac s’est alors demandé s'il possédait assez de « spectres » pour toutes les photos qu’on pourrait faire de lui.  

Peut-être qu’Alain Delon, Brigitte Bardot ou Johnny Hallyday ont donné au cours de leur carrière tellement de pellicules de leur peau qu’aujourd’hui il ne leur reste plus rien… On a effeuillé leurs visages comme des marguerites à force de « Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout » Ce n’est pas un hasard si la plupart des stars qu'on a en tête sont mortes assez jeunes : elles n'ont pas eu le temps d'être dévorées vivantes par les objectifs. Marilyn Monroe, Jimi Hendrix ou Romy Schneider ont disparu telles les comètes du poème de Hölderlin, elles eurent « la rapidité des oiseaux, fleurirent en feu et furent en pureté comme des enfants ». Si l’on veut devenir un ange, il faut savoir mourir à temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires