En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

07.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 12 min 13 sec
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 53 min 22 sec
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 2 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 3 heures 8 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 15 heures 36 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 19 heures 11 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 32 min 26 sec
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 1 heure 35 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 3 heures 6 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 3 heures 8 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 3 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 15 heures 18 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 17 heures 48 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 19 heures 40 min
Que je t'aime

"Une star finit toujours par ressembler à son public"

Publié le 29 mars 2011
Johnny est de retour ! LA star de la musique française sort son nouvel album "Jamais seul" ce lundi 28 mars. L'occasion de discuter avec Pacôme Thiellement, auteur de plusieurs ouvrages sur la pop-culture, qui nous livre son regard sur ce que c'est qu'être une star au XXIè siècle...
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Johnny est de retour ! LA star de la musique française sort son nouvel album "Jamais seul" ce lundi 28 mars. L'occasion de discuter avec Pacôme Thiellement, auteur de plusieurs ouvrages sur la pop-culture, qui nous livre son regard sur ce que c'est qu'être une star au XXIè siècle...

Atlantico : Qu'est ce qu'une star, selon vous ?

Pacôme Thiellement : La star, c’est la personne que je connais, que je le veuille ou non. Je n’ai jamais eu le choix de connaître Johnny Hallyday. On ne m’a jamais demandé mon avis. Il a toujours été là, il m’a veillé quand j’étais dans mon berceau comme s’il était une bonne fée, et je serais incapable, même si je le voulais, de l'effacer de ma mémoire. Acteur, politicien, sportif ou musicien, la star est une catégorie particulière de citoyens pouvant se permettre d’obséder des gens qu'elle ne connaît pas.

 

Quand peut-on situer le début du phénomène de « starification » ?

C'est un phénomène très récent ; il date du vingtième siècle. Auparavant, la star, en Occident, c’est le roi : le « Sun King », dont la figure se trouve sur les pièces de monnaie. Au siècle dernier, avec le cinéma, on est passé du soleil aux étoiles, aux « stars », donc.

C'est très intéressant de lire les textes de l’ethnologue Pierre Clastres qui a étudié les tribus primitives, en particulier les Guayaki. Clastres emploie le mot « star » lorsqu’il parle du chef. Le chef des Guayaki, c’est celui qui parle – on n’est pas obligé de l’écouter, mais il est obligé de parler – et c’est lui qui baise aussi : comme Kirk Douglas, il a une espèce de droit de cuissage naturel ! Mais il existe une contrepartie : le chef est le membre le plus pauvre de sa société et il doit régler les différends entre tous les membres de son groupe. La star de la tribu dispose donc de la gloire, mais n’a pas l’argent. Son alternative, c’est être riche ou célèbre.  

Le problème de la star du vingtième siècle c’est qu’elle est à la fois riche et célèbre. La conséquence, inévitablement, c’est qu’elle fait envie et que tout le monde veut la remplacer. Dans les années 1930, il ne devait exister qu’une vingtaine de stars. Aujourd’hui, on en a 2000, 20 000…

 

Comment le statut de star a-t-il évolué ?

Le principal pouvoir de la star est le don d’ubiquité : elle peut apparaître en même temps partout à la fois. Au XIXè siècle, on avait quelques vedettes comme Sarah Bernhardt, par exemple. Mais, elle ne pouvait jouer Hamlet ou Phèdre qu’à un seul endroit à la fois. C’est la massification qui a favorisé le pouvoir d’intimidation de la star. L’ubiquité lui donne une impression de toute puissance. Alors que sa vie est une succession de passions mal comprises et de malheurs dont elle ne tire aucun enseignement, elle apparaît comme un modèle de réussite de vie, un pôle d’orientation.

Ca a parfois été utile : je pense à des films de Buster Keaton comme Sherlock Junior qui montre comment un individu timide peut gagner en courage pour réussir à séduire une jeune femme ; ou encore La Garçonnière de Billy Wilder. Ces films avaient un rôle pédagogique, voire libérateur. Mais, aujourd’hui, les stars sont tellement déconnectées de la réalité qu’elles n’induisent plus que des contre-orientations, des désorientations. Elles entraînent leur spectateur à se tromper en permanence. Prenez par exemple les films d’action : le héros monte sur sa moto et se jette sur un camion... Bon, dans la réalité, si vous faites ça, vous mourrez !

Évidemment, il y a un coût à payer pour la star. Car, non seulement, nous sommes ce que nous regardons, mais nous finissons également par devenir le miroir de ceux qui nous regardent. En magie noire, ça s’appelle le choc en retour : on lance un sort, et ce sort lancé a toujours un coût, réel, dans la vie du sorcier. Nous en avons souvent discuté avec mon amie Maud Kristen. Observez les stars que vous connaissez et qui ont vécu assez vieilles pour avoir le temps de se métamorphoser physiquement : elles finissent toujours par ressembler à leur public, c’est la règle. Alain Delon est un très bon exemple. Jusque dans les années 1980, il est singulier, fort, magnétique, inquiétant, violent, beau. Mais aujourd’hui, il est bougon, hâbleur, passe sans transition de la flagornerie à l’impatience, éclate de rire puis s’énerve immédiatement... On dirait un bistrotier, un peu mytho, qui se met en colère pour rien !

Johnny Hallyday, c’est pareil. Il ressemble à son public, extraordinairement. On le voit très bien passer ses après-midi à boire du whisky en regardant des épisodes de Derrick, l'œil triste, en se grattant les couilles. Même milliardaire, il continue à ressembler à un gardien de nuit ou à un garagiste. C'en est même assez émouvant. Sa musique a beau être totalement nulle, il continue à y croire, et, sur scène, il est aussi ému que son public quand il soupire sur l'introduction inquiétante et ridicule de "Que je t'aime". On sent que la musique qu'il aime, elle vient de là : c'est la sienne. Pourtant, avec l'âge et les moyens qu'il a, il pourrait quand même écouter quelque chose de mieux !

 

Comment expliquez-vous cette évolution du statut de la star ?

Au départ, un artiste plaît parce qu’il possède une pure singularité. Mais, au fil des années, s’il survit à l’expérience magique de l’ubiquité, il finit toujours par perdre la puissance magnétique qu’il dégageait. Elle s’évapore, se difracte comme un charme. Les primitifs avaient raison, comme toujours, lorsqu'ils refusaient qu'on les prenne en photos parce qu’ils considéraient qu’on leur volait leur âme. Mais ça ne se passe pas en une seule prise de vue, c’est une opération lente, qui se déploie sur plusieurs décennies.

Il faut penser également à Balzac, au XIXe siècle, lorsque le célèbre Nadar le photographie. Il essaie de comprendre comment ça fonctionne. Il élabore une théorie, qu’il appelle la « théorie des spectres » : la photo prélèverait une mince pellicule de sa peau, un « spectre » et le collerait ensuite sur le papier. Balzac s’est alors demandé s'il possédait assez de « spectres » pour toutes les photos qu’on pourrait faire de lui.  

Peut-être qu’Alain Delon, Brigitte Bardot ou Johnny Hallyday ont donné au cours de leur carrière tellement de pellicules de leur peau qu’aujourd’hui il ne leur reste plus rien… On a effeuillé leurs visages comme des marguerites à force de « Je t’aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout » Ce n’est pas un hasard si la plupart des stars qu'on a en tête sont mortes assez jeunes : elles n'ont pas eu le temps d'être dévorées vivantes par les objectifs. Marilyn Monroe, Jimi Hendrix ou Romy Schneider ont disparu telles les comètes du poème de Hölderlin, elles eurent « la rapidité des oiseaux, fleurirent en feu et furent en pureté comme des enfants ». Si l’on veut devenir un ange, il faut savoir mourir à temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires