En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Entretien
Carla Bruni : un retour de Nicolas Sarkozy en politique "n'a rien à voir avec la réalité"
Publié le 14 mars 2013
L'ancienne Première dame juge "improbable" un éventuel retour de l'ex-président dans un entretien donné au magazine Elle.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancienne Première dame juge "improbable" un éventuel retour de l'ex-président dans un entretien donné au magazine Elle.

Carla Bruno fait cesser les rumeurs sur un éventuel retour de Nicolas Sarkozy sur le devant de la scène politique dans une interview donnée au magazine Elle, évoquant notamment un "emballement médiatique" sur le sujet. L'ancienne Première dame qualifie même d'"improbable" le retour de l'ancien président ajoutant que "c'est lui qui verra, c'est les Français qui verront" et que cette question "n'a rien à voir avec la réalité".

Dans l'entretien publié ce jeudi dans l'hebdomadaire, Carla Bruni revient également sur la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle se déclarant "encore stupéfaite que les Français se soient privés de lui, de son énergie, de sa vision, de son courage, de son humanité, d'une intelligence et d'une volonté comme les siennes". Elle ajoute par ailleurs qu'elle a été "blessée par les attaques personnelles" pendant la campagne et plus particulièrement par celles sur son physique après sa grossesse. "Je voulais soutenir mon mari pendant sa campagne, et en même temps […] je ne voulais pas qu'on me prenne en photo, j'avais envie de pleurer de fatigue, j'étais fragile. Je n'étais heureuse qu'en famille", précise la chanteuse.

L'ancienne Première dame évoque également Valérie Trierweiler et sa situation "un peu floue", ce qui "n'est pas conseillé à ce niveau de l'Etat", ajoutant au sujet de l'affaire du Tweet que la compagne de François Hollande "n'avait pas mesuré la différence entre avant et après, et c'est normal. De plus, elle est journaliste, c'est son métier de donner son opinion sur les choses. Elle a très bien compris où elle se trouvait à présent", avant de se demander "qui n'a pas fait d'erreurs dans la vie ?".

Carla Bruni estime par ailleurs "qu'il est plus simple d'être l'épouse légitime du chef de l'Etat que sa compagne. La présidence de la République est un lieu officiel qui implique des situations officielles. Pour ma part, j'ai senti un apaisement véritable de l'inquiétude générale à mon égard lorsque j'ai épouse Nicolas", conclue finalement la chanteuse.

Vu sur : Lu sur Elle
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
02.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
03.
Les médecins de Britney Spears dévoilent la vérité sur son hospitalisation
04.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
05.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
07.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
05.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
02.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
03.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
04.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires