En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 11 heures 10 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 16 heures 28 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 17 heures 51 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 18 heures 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 18 heures 52 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 14 heures 14 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 14 heures 23 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 15 heures 38 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 18 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 18 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 3 heures
God save the queen ?

PJ Harvey : le goût amer de l'Angleterre

Publié le 08 mars 2011
Le dernier album de PJ Harvey, « Let England shake », fait le constat nostalgique d’une disparition de l’identité britannique.
Alexandre Pavèze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir assez longtemps travaillé dans l'industrie du disque et l'enseignement, Alexandre Pavèze (c'est un pseudonyme) a décidé de s'orienter vers un travail critique, dans les domaines de la musique et du cinéma. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier album de PJ Harvey, « Let England shake », fait le constat nostalgique d’une disparition de l’identité britannique.

En écoutant le dernier album de PJ Harvey, « Let England shake », sorti ces derniers jours, on se dit qu’il est véritablement rare qu’un disque parle de politique avec une telle justesse. Pas de politique à la petite semaine telle qu’on l’entend dans l’usage général du terme, mais de politique à un niveau  plus profond, plus intime, qui consisterait pour l’individu à reconsidérer et à analyser la justesse des valeurs de son pays, de ses racines et son histoire.

L’Angleterre de Polly Jean Harvey ne manquera pas de faire écho à d’autres pays d’Europe, dont le nôtre. Où il faut bien reconnaître qu’uniformément le courant passe mal, depuis un assez long moment, entre les citoyens et leurs représentants. « Angleterre, tu laisses un goût. Un goût amer » (« England, you leave a taste. A bitter one »), lance ainsi la poétesse du Dorset, qui fait rimer « England’s dancing days are gone » (« Les beaux jours anglais ont disparu ») et « indifference won » (« l’indifférence a vaincu ») sur la chanson-titre de son disque.

Globalement, le constat, nostalgique, est celui d’une disparition de l’identité britannique, que PJ Harvey évoque avec un bucolisme parfois cruel. Disparition de ses valeurs, violées par l’alignement, notamment militaire, de son pays sur la diplomatie américaine ; ou disparition plus générale de la singularité anglaise dans une Europe sans visage : « Foutus Européens ! Rendez-moi à la belle Angleterre » (« Goddamn’Europeans ! Take me back to beautiful England ») scande-t-elle dans « The last living rose ».

Portrait d'un pays écroulé

Au fil de ces textes d’une poésie irisée et violente, les soldats britanniques d’aujourd’hui, Irak ou Afghanistan, en viennent à évoquer ceux du siècle précédent, sur le sol européen. D’un siècle l’autre, comme d’une guerre. Au final, c’est le portrait d’un pays écroulé – ressemblant fort à un zombie parkinsonien – que PJ Harvey dresse, qui en  déclame la gloire en même temps qu’elle en sonne le glas : « L’Occident dort. Que l’Angleterre tremble, empesée de mort silencieuse. Je crains que notre sang ne se relève plus » (« The West’s asleep. Let England shake, weighted down with silent dead. I fear our blood won’t rise again »).

La "Vieille Europe" défiée par les peuples

Tout ceci pour dire que les musiques actuelles ont souvent été très en phase, voire en avance, quant à l’évocation de problématiques sociétales profondes : et n’est-ce pas précisément le rôle de la culture que de restituer l’exact pouls de la civilisation qui la sécrète ? Dans cette optique, outre sa qualité musicale, « Let England shake » pourrait donc s’entendre comme l’enregistrement de l’actuelle défiance des peuples de la « Vieille Europe » à l’encontre de la politique, notamment étrangère, conduites par leurs dirigeants. Sorte de sentiment diffus de décadence de toute chose publique, ou d’une lente agonie de ce qui faisait jadis la grandeur européenne. Comme il est inutile de parler ici de Boris Boillon, considérons seulement qu’un jour, en France, il serait souhaitable d’entendre davantage d’artistes ainsi capables d’envisager la politique comme a su le faire PJ Harvey, à la manière d’une large vision chantée – plutôt qu’un engagement bêlant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Transatlantico
- 08/03/2011 - 18:45
C'est anglais ... mais c'est bon
Heu... pas si bon que ça : politique ou MARKETING ? Je pense sincèrement que l'angleterre ne fait pas partie de l'Europe en raison de la livre sterling. Donc c'est pas crédible d'y voir un album politique.