En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 14 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 39 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 14 heures 26 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 34 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 31 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 44 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 16 heures 25 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© Ed JONES / AFP
© Ed JONES / AFP
Gangnam style

Séoul et le monde de la K-pop frappés par les scandales sexuels

Publié le 25 juin 2019
Prostitution de mineures, viols, abus... Plusieurs stars de K-pop sont dans le viseur de la justice en Corée du Sud. Des actes qui semblent se multiplier à Séoul. La BBC a recueilli de nombreux témoignages bouleversants.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Prostitution de mineures, viols, abus... Plusieurs stars de K-pop sont dans le viseur de la justice en Corée du Sud. Des actes qui semblent se multiplier à Séoul. La BBC a recueilli de nombreux témoignages bouleversants.

C'est un véritable séisme en Corée du Sud depuis le début de l'année 2019. Le monde de la K-pop est visé par de nombreux scandales, notamment sexuels. En point d'orgue, la mise en détention le 14 mai dernier de Seungri, star du groupe BigBang. Le chanteur de 28 ans, accusé d'avoir fourni des prostituées à de potentiels investisseurs japonais et des clients de la boite de nuit qu'il possède à Gangnam, arrondissement le plus riche de Séoul, en 2015.

Il lui est également reproché d'avoir détourné 400 000 euros de cette discothèque nommée Burning Sun et d'avoir enfreint les règles sanitaires. Cela ne s'arrête pas là puisque Seungri a également été cité dans une affaire où des célébrités partageaient sur un groupe de chat des vidéos de leurs relations sexuelles à l'insu de leurs partenaires.

Mais ces scandales ne sont que la partie immergée de l'iceberg car le Gangnam, considéré comme le Berverly Hills de Séoul, possède des pages encore bien plus sombres. La BBC a mené son enquête et découvert la face cachée de nombreuses discothèques : femmes droguées puis violées et mineures exploitées sexuellement.

"La vidéo est trop bouleversante pour être décrite"

Les journalistes anglais ont donc recueilli de nombreux témoignages pour comprendre l'horreur de ce système. Ils ont découvert que de nombreux VIP étaient prêt à payer le prix fort pour pouvoir droguer des femmes, les emmener à l'hôtel et les abuser sexuellement tout en filmant.

Un des journalistes de la BBC raconte une de ces vidéos : "Une femme nue est allongée sur un canapé rouge. Trois hommes la fixent. J'appuie sur lecture, un homme s'approche d'elle. Il lève un des membres, le lâche, il tombe. Ça le fait. Le corps est mou, elle ne réagit pas. Les deux minutes de vidéo sont trop bouleversantes pour être décrites. Elle semble avoir été agressé sexuellement par les trois hommes, à plusieurs reprises."

La vidéo a été partagée sur un chat réunissant plusieurs employés et est désormais entre les mains de la police d'investigation.

"Heureusement que j'étais éveillée quand c'est arrivé"

Une jeune femme, que l'on nommera Kim, raconte à la BBC son expérience vécue en décembre dernier :

"Un homme d'affaire asiatique s'intéresse à moi et commence à me servir du whisky. Quand il verse la boisson, je ne peux pas le voir, il a le dos tourné. J'ai bu environ trois ou quatre verres. A chaque fois, il me donnait aussi un verre d'eau à boire." Elle affirme avoir été droguée puis violée. Elle reprend connaissance à l'hôtel.

"Il m'a forcé à m'allonger mais je ne voulais pas, poursuit-elle. Quand je me levais, il me prenait par le coup et me forçais à rester sur le lit. J'ai commencé à pleurer et crier puis il s'est mis sur moi et a commencé à presser fort avec ses mains contre ma bouche. Il me répétait : "relax, relax."".

Kim a alors commencé à craindre pour sa vie : "Je n'arrivais plus à résister. Je souffrais tellement que je pouvais mourir, alors j'ai abandonné et suis resté étendue, comme un cadavre." La jeune femme a ensuite supplié son agresseur de la laisser partir. Il la force à prendre une photo avec lui et la laisse rentrer.

La victime s'est rendue à la police le lendemain mais aucune trace de drogue n'a été retrouvée dans son sang. Sans doute a-t-elle été victime du GHB. “Heureusement que j'étais éveillé quand c'est arrivé et que je peux décrire en détail ce que j'ai subi” confie-t-elle à la BBC.

Kim est entrée en contact avec d'autres femmes qui pensaient avoir été droguées et violées après un passage dans cette discothèque, mais ne se souviennent de rien. L'homme d'affaire a été retrouvé mais nie les faits. L'enquête est en cours.

Au cours des derniers mois, près de 4000 personnes ont été entendues par la police pour des allégations de drogues, de prostitution, d'agressions sexuelles et tournages illicites de vidéos. Ces révélations encouragent de plus en plus les femmes à parler.

Un système parfaitement rôdé

En continuant son enquête, la BBC a découvert que les clubs embauchaient des hôtes, appelés  "médecins", dont le but est de satisfaire les clients les plus riches. Leur rôle est d'attirer des jolies femmes avec des entrées et boissons gratuites. Boissons contenant évidemment de la drogue. Les "médecins" encouragent les filles à boire avec leurs clients. Entre 13 et 15% de la vente des boissons leur revient ensuite. Certains se font jusqu'à 20 000 dollars par mois.

L'un de ces médecins a confirmé à la BBC que les femmes ordinaires pouvaient être droguées et violées dans ce club. Un habitué du salon VIP explique avoir vu de près ce système de prostitution. Un soir, un serveur lui amène une femme : "Je me demandais si elle était malade mentalement. Elle bavait et son corps était mou. Je me suis demandé si elle allait mourir ici. J'ai dit au serveur qu'elle était trop ivre et il m'a répondu : "Elle n'est pas ivre. Elle ne se souviendra de rien pour que vous puissiez faire ce que vous voulez"".

Les mineures pas épargnées

Joo Won-Gyu est devenu l'un des plus grands militants contre les violences sexuelles faites aux femmes dans le Gangnam. Il a découvert, en 2015, que 20 adolescentes disparues travaillaient comme prostituées dans des clubs. Il a alors décidé de devenir leur chauffeur pour savoir comment elles étaient traitées et recrutées.

Après avoir travaillé au club pendant deux ou trois ans, on leur promettait qu'elles deviendraient artistes, actrices et qu'elles bénéficieraient de chirurgie plastique. L'une des plus jeunes a été recrutée à l'âge de 13 ans. En Corée du Sud, les relations sexuelles avec des mineurs sont considérées comme du viol.

Le pasteur explique à la BBC avoir été témoin d'agressions trois à quatre fois par semaine. Des femmes droguées, violées et battues. Il a essayé à plusieurs reprises de retirer des filles de ces clubs. Sans succès. Avec les enquêtes en cours, Joo Won-Gyu se fait le porte-parole des femmes agressées. Il a d'ailleurs mis en relation la BBC avec deux adolescentes enrôlées à l'âge de 16 ans. Des jeunes filles qui subissent le chantage. Filmées en mleur demandant d'avoir l'air innocentes, de faire "comme si" on les violaient. "C'est comme de la pornographie. Je dois faire comme si je ne voyais pas la caméra" explique l'une d'elles. Joo affirment qu'ils s'en servent pour les empêcher de partir ou d'aller voir la police.

Le commerce du sexe en Corée du Sud s'élèverait à 13 milliards de dollars. Suites à ces scandales, de nombreuses manifestations ont régulièrement lieu à Séoul. 354 personnes ont été arrêtées ces derniers mois. Malheureusement, des policiers auraient fermé les yeux sur de nombreux dossiers concernant ces clubs. Le président Moon Jae-in a ordonné l'ouverture d'une enquête sur des allégations de corruption policière. Le chef de la police de Gangnam a été démis de ses fonctions.

La Police nationale coréenne a créé une unité spéciale chargée d'enquêter sur les crimes commis contre les femmes. Les choses sont peut-être en train de changer mais encore de nombreuses victimes hésitent à témoigner et porter plainte, craignant le jugement d'une société très patriarcale.

Vu sur : BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires