En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 11 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 41 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 43 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 18 heures 9 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 18 heures 14 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 37 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 28 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 23 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 18 heures 8 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 18 heures 14 min
© STAN HONDA / AFP
© STAN HONDA / AFP
NSO Group

Une faille de sécurité de WhatsApp a été utilisée pour installer un logiciel espion via un appel manqué

Publié le 14 mai 2019
WhatsApp a annoncé avoir corrigé une faille de sécurité. Il était possible d'espionner l'ensemble de l'activité d'un téléphone mobile par le biais d'un simple appel. Plusieurs ONG veulent porter plainte contre l'éditeur du logiciel incriminé, NSO group, une société israélienne.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WhatsApp a annoncé avoir corrigé une faille de sécurité. Il était possible d'espionner l'ensemble de l'activité d'un téléphone mobile par le biais d'un simple appel. Plusieurs ONG veulent porter plainte contre l'éditeur du logiciel incriminé, NSO group, une société israélienne.

Une importante faille de sécurité sur la fonction appel téléphonique de WhatsApp a été corrigée ce lundi 13 mai. Un logiciel espion est au cœur de cette révélation. Les pirates informatiques ont installé à distance un logiciel de surveillance sur les téléphones et d'autres appareils en utilisant une vulnérabilité de l'application WhatsApp. 

Difficile à détecter, cette faille de sécurité ne pouvait être identifiée que par des équipes très qualifiées. Cette faille a été exploitée afin d'installer des logiciels espions Pegasus, de l'entreprise israélienne NSO Group. 

WhatsApp, détenue par Facebook, a indiqué que l'attaque visait un "nombre restreint d'utilisateurs". Elle a été orchestrée par "un cyber-acteur avancé". Un correctif a été apporté vendredi dernier.  

L'attaque aurait été initiée par la société de sécurité israélienne NSO Group, selon un rapport publié par le Financial Times

WhatsApp a donc incité ce lundi ses 1,5 milliards d'utilisateurs à mettre à jour leurs applications par mesure de précaution. WhatsApp se présente pourtant comme une application de communication "sécurisée", les messages étant chiffrés. 

Selon les récentes révélations, le logiciel de surveillance aurait laissé un attaquant lire les messages sur le périphérique de la cible. Les assaillants auraient utilisé la fonction d'appel vocal de WhatsApp afin de faire sonner l'appareil de la cible. Même si l'appel n'était pas pris, le logiciel de surveillance serait installé, selon le Financial Times. WhatsApp a précisé à la BBC que son équipe de sécurité avait été la première à identifier la faille. Elle avait partagé cette information avec des groupes de défense des droits de l'homme ainsi que le département américain de la Justice. 

WhatsApp a communiqué ce lundi en publiant un document d'information dédié aux journalistes. 

"L'attaque a toutes les caractéristiques d'une entreprise privée qui travaillerait avec les gouvernements pour fournir des logiciels espions qui prendraient en charge les fonctions des systèmes d'exploitation pour téléphones mobiles".

Le groupe NSO est une société israélienne qui a été qualifiée par le passé de "cyber-revendeur d'armes". Cette entreprise appartient à la société Novalpina Capital, selon des précisions de la BBC. Le logiciel de NSO, Pegasus, permet de collecter des données personnelles à partir d'un périphérique cible, notamment de capturer des données à travers le microphone et la caméra et de récupérer des données de localisation. 

WhatsApp a déclaré qu'il était trop tôt pour savoir combien d'utilisateurs avaient été affectés par cette vulnérabilité. Les attaques présumées ont été très ciblées. 

Ce mardi, un tribunal de Tel-Aviv doit se pencher sur une pétition menée par Amnesty International qui demande au ministère de la Défense israélien de révoquer la licence du groupe NSO lui permettant d'exporter ses produits.  

Vu sur : BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires