En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Plus galvanisant qu’un bon sondage ?
Edouard Philippe remporte le prix de l’humour politique 2018-2019 décerné par le Press Club
Publié le 09 avril 2019
Le palmarès des récompenses décernées par le Press Club a été dévoilé dans la soirée de mardi. Edouard Philippe remporte le grand prix de l’humour et politique. À la question de savoir si "tout remont[ait] à Matignon", le Premier ministre avait répondu : "Non, seulement les emmerdes".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le palmarès des récompenses décernées par le Press Club a été dévoilé dans la soirée de mardi. Edouard Philippe remporte le grand prix de l’humour et politique. À la question de savoir si "tout remont[ait] à Matignon", le Premier ministre avait répondu : "Non, seulement les emmerdes".

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes" . Ce constat désabusé et décalé a donc perrmis à Edouard Philippe de remporter le grand prix de l’humour politique 2018–2019 en cette soirée du mardi 9 avril.

Le jury du prix "Press Club, humour et politique", présidé par Nelson Montfort, a donc récompensé le bon mot du Premier ministre Edouard Philippe parmi une quinzaine de "petites phrases" pour le titre de la déclaration la plus drôle de l’année en politique.

D’autres récompenses ont été décernées lors de la remise des prix.

Le Prix spécial est attribué à Gilles Le Gendre, président du groupe LREM à l’Assemblée, à propos des mesures sur le pouvoir d’achat : "Nous avons probablement été trop intelligents, trop subtils".

Le Prix du Jury est attribué au sénateur LR Bruno Retailleau : "Si Wauquiez ne parvient pas à se montrer aussi intelligent qu’il l’est, il n’y arrivera pas".

Les Prix de l’encouragement sont attribués ex-aequo à : 

-Benjamin Griveaux, l’ancien porte-parole du gouvernement, pour sa phrase après l’intrusion des Gilets jaunes dans son ministère : "On a eu un début d’année assez rock’n’roll ; moi j’ai eu une journée porte ouverte". 

-l’eurodéputé socialiste Emmanuel Maurel à propos du patron de son parti : "Pour savoir où est Olivier Faure, suivez les sifflets".

Le Prix du lapsus est attribué à Agnès Buzyn, Ministre des solidarités et de la santé. Elle avait prononcé la phrase suivante lors d’une intervention à l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement : "Monsieur le Président, mesdames et messieurs les retraités…".

Le Prix du tweet a été décerné à Gilles Boyer, conseiller auprès du Premier ministre : "Pour exclure il faut le quorum. Pour avoir le quorum il faut arrêter d’exclure".

L’ancien président François Hollande, grand gagnant en 2017, reçoit cette année le Prix des internautes pour ses "hollanderies" comme la déclaration suivante : "Emmanuel Macron, j’aurais pu le battre mais je n’ai pas voulu".

Le Prix du Jeu de " Miot " (en hommage à Jean Miot, créateur du Prix) est attribué à Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes. Il avait interpellé Edouard Philippe sur la démission refusée de Gérard Collomb avec ces mots : "Nous avons un ministre de l’Intérieur qui est déjà à l’extérieur".

Le Prix de l’amour en politique a également été remis à Christophe Castaner, au moment où il était encore secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement. Il s’était exprimé de la manière suivante en évoquant Emmanuel Macron : "Tout en lui est fascinant, son parcours, son intelligence, sa vivacité et même sa puissance physique".  

François Hollande, le grand gagnant de l'an dernier, a donc été détrôné par le Premier ministre Edouard Philippe pour le Press Club, humour et politique 2018-2019. 

Vu sur : Press Club
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
05.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
04.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires