En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TIZIANA FABI / AFP
Citoyen modèle

Patrick Bruel se dit "content" de payer ses impôts en France

Publié le 02 décembre 2018
En ces temps de ras-le-bol fiscal, le chanteur ne veut pas qu'on le prenne pour un évadé fiscal.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ces temps de ras-le-bol fiscal, le chanteur ne veut pas qu'on le prenne pour un évadé fiscal.

Patrick Bruel était l'invité de Laurent Ruquier dans l'émission On n'est pas couché, ce samedi 1er décembre, à l'occasion de la sortie de son nouvel album, intitulé "Ce soir on sort". Face aux chroniqueurs Charles Consigny et Christine Angot, il a notamment abordé le sujet du mouvement des Gilets jaunes. Et alors que le niveau des taxes et impôts est dénoncé par les manifestants, dont beaucoup accusent les plus riches d'y échapper, le chanteur a voulu mettre les choses au clair sur son cas : "Je suis content de payer mes impôts en France", a-t-il affirmé.

"Mes enfants sont installés aux États-Unis avec leur maman, moi j'y vais de temps en temps mais je suis en France, je suis fiscalement français, j'habite en France, j'ai toujours payé mes impôts en France et je continuerai à le faire", assure le chanteur.

Patrick Bruel estime qu'on "ne peut pas ne pas être en empathie avec ce qui est en train de se passer". 

"Ces «gilets jaunes», ces gens qui ont besoin de faire entendre leurs voix... On s’aperçoit qu’on est au bout d’un système, au bout d’un cycle.On est dans un moment où nous devons repenser et reconstruire quelque chose. On ne peut plus rester sur ses positions et ne pas assembler les énergies. (...) Il y a aussi des choses pas réalisable. Mais peut-être qu’on peut commencer à réfléchir à un nouveau système ensemble. Car le système ne va plus, ces inégalités sont beaucoup trop importantes. C’est impossible de laisser les choses comme ça", a-t-il développé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Clodo31
- 04/12/2018 - 13:09
Content
Pour le rendre encore plus content, je lui propose de payer les miens
Gpo
- 03/12/2018 - 10:05
réforme fiscale
pour donner un sentiment d'appartenance à une nation chaque citoyen doit payer un impôt meme symbolique avec pour objectif la réduction des taxes. Suppression des organismes para publics pléthoriques inutiles et couteux, fusion des ministères, suppression de l'AME etc..
Si l'état ponctionnait moins les français (pour financer l'invasion des clandestins en achetant des hotels formule 1 pour les loger ou les gendarmeries..) des artistes n'auraient pas fui la France comme Omar Sy, Y Noah, A Prost, C Gainsbourg...
jurgio
- 02/12/2018 - 22:06
Ce n'est pas nouveau !
Je paierais volontiers beaucoup d'impôts, même injustes, s'il me restait suffisamment de numéraire pour vivre au-dessus des Français moyens.