En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© WANG ZHAO / AFP
Espionnage et méfiance
Sécurité nationale : la Nouvelle-Zélande interdit à Huawei l’accès au réseau 5G
Publié le 28 novembre 2018
Le pays a bloqué l'utilisation d'équipements de télécommunications fabriqués par le chinois Huawei. Cette mesure intervient pour des raisons de sécurité nationale.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pays a bloqué l'utilisation d'équipements de télécommunications fabriqués par le chinois Huawei. Cette mesure intervient pour des raisons de sécurité nationale.

La société de télécommunications Spark New Zealand souhaitait utiliser des équipements télécoms Huawei dans son réseau mobile 5G. Une agence de sécurité du gouvernement néo-zélandais a indiqué que l'accord entraînerait des risques importants pour la sécurité nationale.

Le responsable du bureau de la sécurité des communications du gouvernement néo-zélandais (GCSB) a donc informé Spark que cette proposition "augmenterait les risques pour la sécurité nationale si elle était mise en œuvre", selon la compagnie.

Le ministre des services de renseignement, Andrew Little, a déclaré que Spark pourrait travailler avec l'agence pour réduire ce risque.

"Comme l'a noté le GCSB, il s'agit d'un processus en cours. Nous répondrons activement à toutes les préoccupations et travaillerons ensemble pour trouver une solution", a précisé la société Huawei.

Cette décision s'inscrit dans le cadre d'une campagne de plus en plus poussée contre l'implication de sociétés technologiques chinoises pour des raisons de sécurité.

Des réseaux 5G sont en cours de construction dans plusieurs pays et constitueront la prochaine vague importante d'infrastructures mobiles. Huawei, le plus grand producteur mondial d’équipements de télécommunications, est confronté à la réticence des gouvernements étrangers concernant les risques que la technologie en question soit utilisée pour l’espionnage.

L'Australie n’est pas le seul pays à empêcher Huawei et la société chinoise ZTE de fournir la technologie 5G aux réseaux sans fil du pays pour des raisons de sécurité nationale. Les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon et la Corée ont également fait part de leurs préoccupations par le passé.

Le Wall Street Journal a annoncé la semaine dernière que le gouvernement américain tentait de persuader les fournisseurs de services sans fil d'éviter d'utiliser du matériel Huawei.

En août dernier, l’Australie avait également décidé de bannir Huawei et ZTE du déploiement de son réseau 5G en raison des risques d’ingérence étrangère et de piratage informatique.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée vient en revanche de révéler cette semaine qu’elle souhaitait passer un accord afin que Huawei construise son infrastructure Internet. Le pays connaît une forte augmentation des investissements de la Chine depuis maintenant près de dix ans.

Vu sur : BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
02.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
03.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
04.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
L’économie française, bouée de sauvetage de la zone euro ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires