En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Embarras
Cannes : le gouvernement japonais étrangement silencieux après la Palme d'or de Kore-Eda
Publié le 21 mai 2018
Le film primé dénonce la politique menée par le gouvernement d'Abe Shinzo.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le film primé dénonce la politique menée par le gouvernement d'Abe Shinzo.

La cérémonie de clôture du festival de Cannes, samedi, a vu le sacre du Japonais Hirokazu Kore-Eda, qui a reçu la Palme d'or pour son film "Une affaire de famille". Il s'agit de la première Palme d'or japonaise depuis "L'Anguille" de Shohei Imamura en 1997. Pourtant, le pays du Soleil levant n'a fait aucun commentaire ; nulles félicitations n'ont été adressées au réalisateur. Une non-réaction étrange, car le gouvernement a pour habitude de féliciter ses ressortissants primés à l'étranger.

La raison de ce silence est à chercher dans le message du film. Comme l'écrit Le Point, "le réalisateur de nombreuses chroniques familiales déchirantes n'est pas un fan de Shinzo Abe ni de sa politique. Et le film primé, Manbiki kazoku (littéralement, La famille des vols à l'étalage), inspiré d'un fait divers, dénonce les effets néfastes de la division de la société japonaise, une situation que Kore-eda attribue en partie à la politique menée par le gouvernement Abe."

Palmarès du 71e Festival de Cannes :

Palme d'or : "Une affaire de famille" de Hirokazu Kore-Eda

Grand Prix : "BlacKkKlansman" de Spike Lee

Prix du jury : "Capharnaüm" de Nadine Labaki.

Palme d'or spéciale : Jean-Luc Godard

Prix de la mise en scène : Pawel Pawlikowski pour "Cold War"

Prix du scénario : ex aequo Alice Rohrwacher pour "Lazzaro Felice" et Jafar Panahi et Nader Saeivar pour "Trois visages"

Prix d'interprétation féminine : Samal Esljamova dans "Ayka"

Prix d'interprétation masculine : Marcello Fonte dans "Dogman"

Camera d'or : "Girl" de Lukas Dhont

Palme d'or du court-métrage : "All These Creatures" de Charles Williams

Mention spéciale du court-métrage : "Yan Bian Shao Nian" de Wei Shujun

Vu sur : Lu dans Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
02.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
03.
Sauver la France en travaillant plus, pourquoi pas… Pourquoi le diagnostic initial ne correspond que de loin à la réalité vécue par les Français
04.
Travaux à Paris : « Je creuse donc je suis ! »
05.
La guerre du pétrole n’aura pas lieu. Mais avec Donald Trump qui veut asphyxier l’Iran, on joue avec le feu
06.
Une série d’erreurs serait à l'origine de l’incendie de Notre-Dame de Paris
07.
Pourquoi la France est malade de son immobilier
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous végétariens ou vegans ? Quand l’OMS met le hola sur les régimes universels écologiques
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
05.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
06.
Tous addicts à la polémique : votez-vous encore pour ce que les candidats se proposent de faire ou uniquement pour ce qu’ils sont ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 22/05/2018 - 14:52
Réserve faunique
Le petit et mesquin monde du festival politique de Canne fait son travail de triage de navets. Pourvu que la pellicule soit dans le bon ton "progressiste" prônée la faune des monteurs de marches. Pathétique.
kidu
- 22/05/2018 - 05:56
Toujours aussi prétentieux ce festival..
Qui au fil des années est devenu une tribune politique !
De la bien-pensance à tous les étages pour des causes qui ne touchent pas au quotidien ceux qui ont pourtant la prétention de les degendres....
Il suffit de se pencher sur le cas du passeur de clandestins...qui n'a toujours pas pris conscience qu'il se rend complice des réseaux des mafias spécialisés en traité humaine !!
..