En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 15 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 50 sec
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 11 heures 23 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 12 heures 45 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 13 heures 39 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 16 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 7 heures 36 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 4 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 11 heures 40 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 13 heures 46 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 14 heures 25 min
© Reuters
© Reuters
Mea culpa

20h de France 2 : "Oui, il y a une idéologie cachée", s'excuse David Pujadas

Publié le 10 décembre 2016
Dans une interview pour Society, le présentateur revient sur le traitement de l'information par son journal.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview pour Society, le présentateur revient sur le traitement de l'information par son journal.

Le magazine Society a interrogé David Pujadas sur sa carrière et son journal télévisé. Celui a qui il est reproché de faire "un journal 'de droite' et 'libéral'" commence par balayer ces critiques, répondant "C'est une blague ! Quand vous faites une séquence sur l'envolée des salaires des patrons ou le revenu minimum en Finlande, personne ne vient vous dire que vous faites un journal de gauche. Mais quand vous traitez de l'absentéisme dans les collectivités locales ou la Suède qui a réduit la sphère publique, là vous devenez un affreux libéral. Cherchez l'erreur..."

Le journaliste poursuit néanmoins avec un "mea culpa", sur un sujet qui n'est "ni de droite ni de gauche". "Oui, le journal véhicule sans doute une vision du monde: l'idée implicite que le salut et le bonheur résident dans la consommation ou l'accumulation des richesses. [...]  Aux politiques, on demande toujours, et moi aussi : "Est-ce que vous nous garantissez que ça va produire plus de richesses pour les Français ?" Or la croissance non mesurée, l'attention portée aux autres, [...] c'est essentiel dans une société. Mais on ne la traite pas. En ce sens, oui, il y a une idéologie cachée." 

Dans cet entretien, le présentateur revient aussi sur le 11 septembre 2001. Ce jour-là, il avait été filmé dans son bureau en train de dire "waouh, génial !" devant les images du premier avion percutant le World Trade Center, à New York. "Honnêtement, je roulais des mécaniques à cette époque. Ça faisait même pas huit jours que j'étais arrivé sur France 2 et des caméras me suivaient. J'avais 36 ans, j'ai fait le malin, le blasé [...]. Après, sincèrement, je n'ai pas saisi l'ampleur de la chose à ce moment-là. Pour moi, cet avion c'était juste un petit coucou qui venait de s'écraser et je ne pensais même pas qu'il y avait des morts. Un truc loufoque, rien de plus. Il n'empêche que même si ça avait été un avion de tourisme, un petit accident, c'était quand même ridicule et nul de dire ça." 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 12/12/2016 - 17:37
Le cas Bourdin
Je l'aimais plutôt bien dans ses interviews du matin sur RMC, son succès lui est maintenant monté au cerveau, et maintenant qu'il s'est rendu célèbre, lui qui se disait ni de droite ni de gauche ne cachent plus ses préférences de gauche qu'il cachait soigneusement. Il ne cesse maintenant de vouloir imposer ses idées sur tout et de couper la parole sans arrêt pour contredire l'invité. On se demande même qui est l'invité qui est l'interviewer.
edac44
- 12/12/2016 - 10:08
Pujadas comme les autres au service des politiques
A droite comme à gauche et depuis plus de cinquante ans,
la France n'a jamais manqué pas de faux culs, surtout en politique,
tous menteurs, imbus de leur petite personne et toujours prêts
à cracher aveuglément sur le camp d'en face.
Faut dire aussi que les médias ont appris à jeter de l'huile sur le feu
pour alimenter leur audience à défaut d'avoir de vrais journalistes impartiaux.
Déformer les faits et manipuler l'opinion publique semble être devenu de mise dans les salles de rédaction.
Ne pas déplaire au patron, à l'actionnaire et caresser l'audimat dans le sens du poil semble être devenu
pour ces "journaleux" en mal de journalisme, leur principale, voire unique préoccupation !...
OLYTTEUS
- 11/12/2016 - 22:13
Idéologie quand tu nous tiens!!!!
J'ai le souvenir d'un sujet récent du 20h présenté par ce Pujadas sur la qualité des matelas!!!! C'était dire aux téléspectateurs ,de façon subliminale, dormez sur vos deux oreilles, on s'occupe de tout!
Les matelas dans un journal d'actualité, on croit rêver,non?